Liberté

  • Plus que jamais, la nation

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 28.03.20 - 11.33h

     

    L'Union européenne, c'est fini. L'édifice multilatéral, c'est fini. Ne demeurent que les nations. L'Italie, endurante et courageuse. La France. La Suisse. Etc.

    Chacune d'entre elles, avec coeur et détermination, se bat. Chacune prend les décisions qui lui semblent justes. Chacune, en profondeur et sans la moindre ambiguïté, est perçue par son peuple comme l'unité de référence, la seule voie vers le salut.

    Mieux : chaque nation, tout en roulant pour elle-même, respecte et admire le combat de ses nations voisines. L'information circule. On sait que les autres souffrent, on sait à quel point c'est dur, on est en pensées avec eux. Nous ne sommes pas dans une guerre entre nations, mais dans un combat total, qui passe par l'unité singulière de chaque nation.

    Chaque nation, séparément, organise le combat, mérite le respect. Chacune, dans son périmètre délimité, reconnaissable, représente l'horizon d'attente des citoyennes et citoyens. Chacune est l'espace où s'exercent la solidarité, la mutualité, la communauté de mémoire, les projections pour l'avenir.

    Les bavardages mondialistes et multilatéraux, c'est fini. On veut du reel, du concret. On saigne pour ce pays qu'on aime, et dont on voit l'économie s'effondrer, alors qu'elle rayonnait, sur ordre venu d'en haut.

    Partout, on veut reconstruire des économies nationales, au service de l'humain, de son épanouissement. Ce grand dessein, c'est dans chaque nation séparément qu'il s'accomplira. Chacune, selon son génie propre.

    Plus que jamais, les peuples vont réclamer la souveraineté. Alimentaire, bien sûr, donc agricole. Sanitaire, n'en parlons pas. Industrielle, et il faudra se soucier un peu plus du marché interne ! Et puis, désolé si ça sonne démodé, mais aussi la sécurité, tout court. Cela passe par une défense nationale intransigeante, moderne, motivée, performante.

    Ce que le vent de l'Histoire est en train de balayer, c'est le rêve cosmopolite de la frontière abolie. Politiquement, le monde n'existe pas. Les grands ensembles multilatéraux, non plus. Ce qui existe, ce sont les nations, chacune avec son Histoire, ses douleurs, ses cicatrices, ses passages de lumière, ses mythes fondateurs, la mise en cause de ces mythes. Cela constitue une mémoire, un espace dialectique et onirique, un trésor commun.

    Cela constitue l'unité de référence au sein de laquelle se reconstruiront les peuples.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 12 commentaires
  • La Ligne Maginot n'est pas un thème

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 27.03.20 - 18.23h

     

    Pendant les huit mois de Drôle de Guerre (du 2 septembre 1939 au 10 mai 1940), en France, tout le monde ne parlait que de la Ligne Maginot. Les actualités françaises de l'époque passent leur temps à évoquer la vie quotidienne des soldats confinés dans cet immense réseau souterrain de forteresses, sur la frontière. Tout le monde est persuadé qu'en cas d'attaque allemande, elle se fera sur la Ligne Maginot, et que cette dernière, héritière de l'esprit de Vauban, tiendra.

    L'Histoire ne s'est pas exactement déroulée comme cela. Pendant huit mois, autour de la Ligne Maginot, rien ne s'est passé. Ou presque. Juste quelques escarmouches, entre patrouilles nocturnes françaises et allemandes. Le moral, au fil des semaines, s'est mis à baisser. Celui des confinés. Celui de l'arrière. La mobilisation, début septembre, s'était pourtant bien déroulée, digne de celle du 2 août 1914. Mais là, des mois à ne rien faire, à attendre, rien de pire pour la psychologie nationale.

    Et puis, un beau jour, à l'aube du 10 mai 1940, la Blitzkrieg. Le mouvement, enfin ! Petit détail : il ne se produit absolument pas sur la Ligne Maginot, mais dans les Ardennes. Les Français tenaient pour impossible une percée dans le défilé de Sedan : ils ont eu tort. La Wehrmacht déboule, avec l'effet de surprise, une stratégie, un plan d'attaque (désavoué par le Grand État-major allemand lui-même), des troupes de choc, un moral d'enfer, une volonté d'avancer, des divisions Panzers autonomes (et non intégrées à l'infanterie), des liaisons radio mobiles. Bref, ils ont mille ans d'avance.

    La suite, on la connaît : en six semaines, la France, qui avait résisté quatre ans et trois mois en 14-18, s'écroule. Défaite militaire, la plus grande de son Histoire. Défaite morale. Lisez Marc Bloch, "L’Étrange Défaite", l'un de mes livres de chevet, depuis 40 ans.

    L'Histoire, que retient-elle ? Réponse : le 10 mai 40, le mouvement ! Le passage de la Meuse par Rommel. La prodigieuse stratégie des Allemands.

    La Ligne Maginot ? L'Histoire ne la retient que pour en sourire. Regardez les actualités françaises, les Pathé, les Gaumont : leurs innombrables reportages sur la vie quotidienne des confinés dans les fortins apparaissent aujourd'hui comme dérisoires, périphériques, quand on sait ce qui s'est passé : six semaines de Blitzkrieg, quatre ans d'Occupation, un pays déchiré, des années pour se reconstruire une mémoire.

    La Ligne Maginot, en vérité, n'était pas un thème. Le thème, c'eût été d'avoir connaissance du Plan Manstein sur les Ardennes. De constituer des divisions autonomes de chars. D'introduire partout les liaisons radio mobiles. Et surtout, d'être habité par la même férocité combative que les Allemands.

    La Ligne Maginot n'était pas un thème. Le confinement est, au mieux, un état de fait. Il n'est pas un thème. L'Histoire se déroule ailleurs. Chez ceux qui veulent le mouvement.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Plus personne ne bouge !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 27.03.20 - 10.29h

     

    Hallucinant : alors que la France est confinée, le patron de la CGT, Philippe Martinez, appelle à... la grève générale des fonctionnaires !

    C'est comme faire irruption au Musée Grévin, arme au poing, et crier : "Plus personne ne bouge !".

    L'Histoire jugera cet opportuniste syndical, irresponsable, soucieux du seul blason de son fief, de la seule survie de la machine à Tinguely dont il huile les rouages.

    Il fut un temps où cette grande faîtière communiste avait le sens de la nation, le sens de la patrie. Aujourd'hui, avec Martinez, elle n'a plus comme souci que la persistance perpétuelle, au cœur du vide, de son propre mouvement.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Entreprendre

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 26.03.20 - 16.35h

     

    Pour relever notre économie, après la crise, nous aurons plus que jamais besoin d'entrepreneurs. Plus que jamais besoin de l'esprit d'entreprise. De la prise de risque. Des entrepreneurs ! Avec des boîtes qui durent, pas juste la poudre aux yeux des start-ups, si chères au clinquant, au cliquetis des cocktails.

    Pas besoin d'être cinquante pour lancer une entreprise. Pas besoin d'être trente. Même pas besoin d'être deux. Seulement, il faut de la compétence. Faut la flamme. Faut bosser. Faut assurer l'intendance, dans tous ses détails. Faut se battre. Faut une sale tronche. Faut pas se laisser impressionner. On est comme ça dans l'âme, ou non.

    Le petit entrepreneur, par les temps qui courent, il joue sa survie économique. Ne se laisse pas prendre par les grands discours, les promesses de compensations. Il sait que toute survie ne pourra procéder que de lui-même. De son énergie vitale.

    Alors, vous voudrez bien comprendre, Mesdames et Messieurs les confinés qui touchent le salaire, ou le chômage, ou l'aide sociale, et qui réclament encore plus de confinement du Conseil fédéral, que le petit entrepreneur, lui, tentera jusqu'au bout - tout en respectant à fond les distances, les consignes, les directives - de sauver sa boîte.

    Parce que cette boîte, même modeste. même dérisoire, c'est lui, un jour, qui est allé la fonder, au Registre du Commerce. Avec elle, il entretient un lien matriciel. En se battant pour survivre, il contribue par répercussions à la survie générale. Alors, moralistes du confinement, dénonciateurs de groupes au parc, délateurs à la petite semaine, ce petit entrepreneur, vous voudrez bien lui foutre la paix. C'est aussi grâce à lui que notre économie se relèvera.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Deuxième tour : oui !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.03.20

     

    Bien sûr qu’en pleine crise sanitaire, le second tour (prévu le 5 avril) des élections dans nos Mairies n’est pas la préoccupation no 1 de la population ! Les gens sont confinés. Ils doivent contempler le printemps de chez eux, voir de loin les arbres fleurir, ronger leur frein, nettoyer leurs parquets pour la centième fois, alors ne venez pas trop leur parler de conseillers administratifs, ils savent à peine ce que c’est.

     

    Et pourtant ! La crise, un jour (le plus tôt possible, nous l’espérons tous !), passera. Mais les élus dans nos 45 exécutifs communaux seront en place, dès le 1er juin 2020, pour cinq ans. Aussi dérisoire cette élection puisse-t-elle paraître, en comparaison de ce que nous vivons actuellement, elle doit tout de même avoir lieu, et le Conseil d’Etat a eu raison de la maintenir.

     

    Plus largement, et n’en déplaise à ceux qui ont toujours détesté la politique, les institutions, les lois, la vie de la Cité ne doit en aucun cas s’arrêter. Ralentir, oui. Remettre à plus tard les enjeux moins importants, privilégier l’essentiel. Mais il serait catastrophique de la voir disparaître des radars.

     

    A cet égard, la mise en congé, aux allures d’auto-dissolution temporaire, de nos législatifs, aux trois échelons de notre vie politique suisse (fédéral, cantonal, communal), n’était pas la solution à choisir. Vous allez voir comme les exécutifs vont très vite s’y habituer, multiplier les décisions par ordonnances ou arrêtés, bref se passer des Parlements. Malgré toutes les impulsions prétoriennes qui, parfois, me traversent, je ne pense pas que cela soit conforme aux intérêts supérieurs de notre pays.

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires
  • Plus rien ne sera comme avant !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.03.20

     

    Travail à distance, en réseau, grâce aux prodigieux progrès de la technique, travail à domicile, ne plus venir faire ses heures dans un bureau, avec de petits chefs qui vous épient. Mais accomplir une mission précise, sur la base d’objectifs à atteindre. Tout cela, et tant d’autres choses encore, s’invite dans nos vies d’une façon fracassante, à l’occasion de la crise que nous traversons. Une chose est sûre : lorsque la tempête sera passée, notre rapport à tous avec le monde du travail se trouvera profondément modifié par les expériences que nous aurons vécues. Beaucoup d’employés, beaucoup d’entreprises auront appris que le travail peut parfaitement s’opérer, dans de nombreux secteurs (les services, notamment), en totale décentralisation de ceux qui l’accomplissent.

     

    Un modèle va prendre un terrible coup de vieux : celui qui consiste à se lever le matin, encombrer les transports publics ou privés, pour aller tirer ses huit heures dans un lieu appelé « bureau », puis grossir une seconde fois les routes le soir, pour rentrer à la maison. Cette double transhumance quotidienne, inutile et polluante, aura bientôt vécu. Qui s’en plaindra ? Qui, à part l’armada de petits chefs et sous-chefs, de cadres subalternes ou intermédiaires, de bavards de cafétérias, de discutailleurs dans les queues de machines à café ? Chaque entreprise doit savoir exactement pourquoi elle est là, ce qu’elle a à accomplir. Elle ne doit pas s’autonourrir de ses phénomènes internes. Ce qui compte, c’est l’objectif.

     

    Bien sûr, tout dépend des métiers. Je parle ici de ceux, assez nombreux, où une présence physique n’est pas nécessaire, en tout cas pas sur le laborieux continuum d’une journée. L’idée même, née de la Révolution industrielle, et des machines à pointer le matin et le soir dans les usines, de « compter ses heures », est, dans bien des cas, une absurdité, tout juste bonne à servir d’argument, en cas de litige, à des syndicats ou des études d’avocats. Le petit entrepreneur, l’indépendant (dont on parle tant, ces jours), ne « compte pas ses heures » : il accomplit une mission ! Si elle est satisfaisante, on lui renouvellera peut-être sa confiance. Dans le cas contraire, non. C’est plus risqué, mais autrement motivant que de venir traîner ses guêtres au milieu de ses collègues. Beaucoup de tâches peuvent être accomplies à distance, par des personnes seules, compétentes, responsables, fiables.

     

    La terrible crise sanitaire que nous traversons débouchera, si nous savons en tirer les leçons économiques, sur une révolution dans la manière de penser le travail. Puisse-t-elle aussi, certes dans la douleur, nous ouvrir des horizons vers une économie plus juste, plus proche, plus humaine. Au service, non du profit de casino, mais du bien-être des gens. Car enfin, à quoi sert le travail, si c’est pour asservir l’humain, alors qu’il peut l’affranchir, l’épanouir, le rapprocher de l’Autre ? En ces temps difficiles, je vous souhaite à tous une excellente semaine.

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 16 commentaires
  • Artistes genevois, je ne vous oublie pas !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 24.03.20 - 15.30h

     

    Une idée me trotte dans la tête, depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons : continuer de faire vivre la culture, à Genève. Continuer à la rendre visible, même si toute offre en public est désormais impossible, pour les raisons que nous connaissons.

    Alors, voici : dès ce soir, à l'enseigne des Yeux dans les Yeux (ou parfois de GAC), je vais donner la parole, le plus possible, à nos artistes genevois. Même s'ils n'ont aucune prestation d'actualité à promouvoir, et pour cause ! Rendre visible, non un spectacle, un concert, etc., du moment, mais... l'artiste lui-même ! Cinq ou six minutes pour faire sa connaissance, évoquer son parcours, sa démarche artistique, ses passions.

    J'étendrai cette séquence à des amateurs d'art : je pense déjà à tel avocat cinglé de Wagner, tel passionné de Proust ou Céline, Paul Celan ou Heiner Müller. Les exemples fourmillent.

    Je veux sentir ce que les gens ont dans leur ventre.

    Je pense que ces petites séquences, entre deux débats politiques ou deux données d'informations sur le coronavirus, pourront aider les personnes confinées, ou les malades, ou leurs proches, à garder le moral.

    La culture doit vivre ! Les artistes ne doivent pas disparaître des écrans radar !

    Première séquence, ce soir, les Yeux dans les Yeux, direct 19h : Aimez-vous Mahler ? Invité : Olivier Gurtner. 

    PaD

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • La politique, plus que jamais !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 24.03.20 - 10.50h

     

    En aucun cas, l'urgence sanitaire ne doit abolir le débat politique. Au sens le plus fort de ce terme, les grands choix pour la Cité. Le sens, déjà, où l'entendait Aristote, il y a 25 siècles.

    Contre vents et marées, tout en respectant parfaitement les consignes de sécurité, je veux, là où je suis, dans les fonctions qui sont les miennes, continuer de faire vivre le débat politique. Celui sur les grands choix pour la gestion de crise. Et surtout celui sur les grands choix, économiques et sociaux, de l'après-crise.

    Des débats avec moins de monde qu'avant : respect des directives. Mais des débats, où puissent se déployer les forces vives de notre univers politique. Où puissent se concevoir, en totale liberté des âmes et des consciences, les projections pour l'avenir, les conceptions diverses de l'intérêt supérieur de l'Etat.

    Je ne suis pas virologue, ni médecin. Ni spécialiste humanitaire. Je suis, depuis l'enfance, un esprit profondément politique. J'ai toujours mis, dans mes préoccupations, les affaires publiques au plus haut niveau, je ne m'intéresse pas à la vie privée, ni aux modes. Pourquoi diable devrais-je renier la vocation de toute une vie, au moment où, plus que jamais, nous avons besoin de politique, au sens le plus noble de ce mot ?

    Le sens noble, c'est celui d'Aristote. Celui de Thucydide, lorsqu'il nous décrypte les vrais ressorts de la Guerre du Péloponnèse. Celui de Tocqueville. Celui de Jules Michelet, quand il nous raconte la Révolution française. Celui de Marc Bloch, avec son ouvrage prodigieux "L'Etrange Défaite", l'un de mes livres de chevet : les six semaines, entre le 10 mai et le 22 juin 1940, où la France s'effondre. Défaite morale, bien avant que d'être militaire, nous dit en substance l'auteur.

    Cette crise nous offre une occasion : celle de réinventer la politique, en la dégageant des meutes consanguines, pour la hisser vers ce qu'elle a de supérieur : le combat de tous, pour l'intérêt de tous.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Torpeur, jamais !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 23.03.20 - 14.19h

     

    Qu'un bonhomme de mon style, prétorien dans l'âme, bonapartiste, exécutif jusqu'au fond de la moelle, entrepreneur depuis 14 ans, aimant décider et décider seul, puisse éventuellement se réjouir de la mise en congé des Parlements, il y aurait là une certaine logique. La "divine surprise" (je sais parfaitement à qui j'emprunte l'expression, et n'ai nul besoin qu'on me le rappelle) face à un système parlementaire dont il a, toute sa vie, dénoncé les lenteurs, la consanguinité, l'entre-soi.

    Eh bien justement, le bonhomme en question, votre serviteur, ne le fait pas. Au contraire, depuis quelques jours, il dénonce cette mise en veilleuse, appelle les parlementaires à se ressaisir, s'arranger pour siéger avec des moyens modernes, à distance. Rien ne justifie l'auto-dissolution soudaine d'un premier pouvoir qui fait la fierté de notre pays. On ne sauve pas une nation en gouvernant par arrêtés, directives, ordonnances. Même le Clemenceau de 1917/1918, au sommet de son énergie, affrontait la Chambre, ne serait-ce que pour lui dire : "Je fais la guerre !".

    Mais le plus fou, c'est qu'il se trouve, parmi les gens qui trouvent normale cette auto-castration du législatif, des parlementaires, et... des journalistes ! Les premiers sont membres d'un corps qu'il s'agirait de placer en léthargie. Les seconds, critiques du pouvoir par beau temps, se métamorphosent, à la vitesse de la lumière, en suppôts des exécutifs, à la première tempête.

    Pour ma part, je suis un citoyen et un petit entrepreneur. Je n'ai aucune intention d'abdiquer la moindre parcelle de ma faculté de décision dans ces deux domaines. Et l'énergie que j'y mettrai sera, au final, utile à tous, par un système de redistribution et de solidarité dont nous avons, plus que jamais, besoin.

    Respect des directives, oui. Torpeur, jamais !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Régime de crise, crise du régime

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 23.03.20 - 07.49h

     

    Le Parlement fédéral veut siéger. Et il a raison ! En aucun cas, sous prétexte de crise, nos législatifs, aux trois niveaux de notre Confédération, ne doivent disparaître des radars.

    En leur absence, les exécutifs prennent très vite leurs aises, à force d'ordonnances, directives et arrêtés. Ils bénéficient du soutien d'une partie de l'opinion publique, et même de celui - autrement plus surprenant - d'une partie de la presse, comme cet éditorial ahurissant du Nouvelliste, qui appelait samedi les gens à se la coincer, purement et simplement. Elle doit s'évaporer à la première tempête venue, la fonction critique des citoyens ?

    La Suisse a besoin, en ces temps très difficiles, de ses trois pouvoirs institutionnels : l'exécutif, le législatif, le judiciaire. On peut comprendre que ces deux derniers fonctionnent au ralenti, privilégiant l'essentiel et remettant à plus tard l'accessoire. Mais pas qu'ils disparaissent !

    Nous devons assurément respecter les consignes de nos autorités. Mais nul d'entre nous n'est tenu de renoncer à son esprit critique. Toute citoyenne, tout citoyen de ce pays a le droit de faire connaître son point de vue. Il peut désapprouver les mesures, s'il les juge par exemple excessives, mais doit les appliquer. C'est cela, l'essence même de la République, cela au millimètre près, cette tension dialectique entre discipline collective et liberté de pensée. Aucune crise, sous aucun prétexte, n'a à remettre en question le second élément.

    Rappelez-vous le sticker : j'avais condamné comme inutile (à mes yeux) cette vignette, mais m'étais précipité pour l'acheter. On respecte les lois, mais on s'exprime.

    Quant aux Parlements de notre pays, ils disposent largement des moyens de faire leur travail sans que les députés ne s'agglutinent physiquement les uns aux autres ! Ils en disposaient déjà depuis des années, comme nous l'avons maintes fois souligné ici, bien avant cette crise. Le temps des diligences et des antiques Diètes est révolu, il faut révolutionner les modalités mêmes du travail parlementaire.

    Il n'est pas question que la Suisse, sous prétexte de crise sanitaire majeure, ne fonctionne plus qu'avec des exécutifs. Déjà, ces derniers s'accommodent fort bien de la vacance parlementaire. Déjà, ils prennent goût aux arrêtés, aux ordonnances, aux directives. Nous, Suisses, devons nous montrer très attentifs à ce que le régime de crise ne tourne pas gentiment en une crise du régime.

     

    Pascal Décaillet

     

     
     
     
    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Cela s'appelle la présence

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 22.03.20 - 10.38h

     

    Une Cathédrale plus nue et plus sobre que jamais. Juste quelques humains, distants les uns des autres. Seuls, au milieu du vide.

    Des mots remarquables, du Pasteur, sur les activités de guérisseur de Jésus, l'ambiguïté des miracles, les aveugles et ceux qui voient.

    Un organiste habité, qui chante en jouant. Quelques chanteurs (dont la remarquable Géraldine Cloux), au fond de l'autel. Le violon de Bianca Favez.

    Un Culte, sans les fidèles. Quelques fleurs, pas trop. Le bleu du vitrail, dans l'ocre pâle de la pierre.

    L'immensité du vide.

    Et pourtant, par le verbe et par la musique, par la distance et par le chant, par l'austère majesté des lieux, une incroyable puissance de l'invisible.

    Cela porte un nom. Cela s'appelle la présence.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Le sel du tragique et le sucre de canne

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 21.03.20 - 17.06h

     

    Dans la crise que nous traversons, une seule entité politique survit : la nation. Chacune d'entre elles, la Suisse, la France, l'Italie, etc., fait ce qu'elle peut, prend les décisions qu'elle croit justes, mobilise les énergies, tente au mieux d'affronter la tempête. Chacune de ces nations, dans le monde, mérite le respect, pour les efforts immenses qu'elle entreprend.

    La nation se bat, le multinational a totalement disparu des radars. Un exemple : l'impuissance totale de l'Union européenne à exister dans cette affaire. On ne l'entend plus, ou alors par de sourds borborygmes. Elle ne signifie plus, elle gesticule. Elle ne se singularise plus, elle tente tout au plus de mimer les différentes autorités nationales.

    Cette liquéfaction d'instances multilatérales dont on nous promettait le salut, et qui ont littéralement disparu des écrans radar, était prévisible. Mais la célérité avec laquelle elles se sont effondrées dépasse les prévisions des plus pessimistes sur l'opportunité même de leur existence. Face à cette crise sanitaire majeure, l'Union européenne n'existe plus, ne parlons pas de l'ONU, tout ce petit monde a volé en éclats, comme la SDN à la fin des années trente. Ne reste plus que chaque nation, souveraine et combative, pour faire au mieux.

    Pour notre part, depuis des décennies, nous n'avons jamais dit autre chose. La seule unité de référence, aujourd'hui, dans laquelle puissent avec efficacité s'organiser la solidarité, la cohésion sociale, la réinvention d'un destin, se situe à l'intérieur des frontières nationales. Le reste, c'est du vent. Du rêve de beau temps. Des discours d'entre-deux-guerres. Du sucre de canne, dans les cocktails de la "Genève internationale".

    Il faudra, très vite, en tirer les conséquences. Sur notre politique de sécurité, qui a plus que jamais sa raison d'être. Sur notre souveraineté alimentaire. Sur la relance, puissante, solidaire et patriotique, d'une économie nationale. Pour l'heure, respect des directives, solidarité avec tous, communion avec ceux qui souffrent. Sur ce dernier point, c'est bien l'un des seuls, soyons universels : un humain est un humain, chacun en vaut un autre. C'est du moins là, depuis l'aube de mon enfance, et les valeurs que j'ai reçues, ma vision du monde, et mon credo.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Alors, nous renaîtrons

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 21.03.20

     

    Il est temps que la SSR mette en ligne, en accès total, aisé et gratuit, la totalité de ses archives, radio et TV. Il y a là des trésors inestimables.

    C'est l'Histoire, vivante et palpitante, que chaque citoyenne, chaque citoyen de ce pays doit pouvoir exhumer à tout moment, par un système de recherches universellement accessible, simple, clair, à la portée de tous. Pourquoi ces trésors devraient-ils dormir dans des caves ? Nous payons la redevance. Nous avons le droit d'accéder, chacun de nous, à cette partie de nos vies, celle de nos parents, nos grands-parents. C'est la mémoire de notre pays !

    De même, il est urgent que la bibliothèque universelle soit accessible sur internet. Le livre doit quitter l'Université, il doit être lisible par tous, sans formalités, et à tout moment !

    Et par pitié, épargnez-nous les commentaires sur l'aspect sensuel et olfactif du papier. Je suis le premier d'accord : j'ai passé une partie de ma jeunesse à humer avec jouissance de vieux livres, de littérature grecque ou allemande, sur de vieux rayons. On est trop sérieux, quand on a dix-huit ans.

    Mais nous sommes en mars 2020 ! Nous sommes confinés. Nous sommes des millions de solitudes éclatées, juxtaposées. Nous avons besoin des forces de l'esprit, besoin de l'écriture et de la parole vivante. Besoin, plus que jamais, de la puissance de feu du verbe. Alors, incendiés par la musique et par la danse des mots, nous renaîtrons.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Les rêveurs du clavier solitaire

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 20.03.20 - 17.50h

     

    N'en déplaise à l'armada des petits délateurs, des épurateurs en herbe, des auxiliaires autoproclamés de justice et de police, et des surexcités du clavier solitaire, le Conseil fédéral a pris aujourd'hui les bonnes décisions. Il s'est montré ferme, solidaire, confiant dans le peuple suisse. Il a agi à la hauteur qui doit être sienne : celle de l'Etat .

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Le virus et Beethoven

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 18.03.20

     

    Le danger, lorsque nous sommes confrontés à une crise majeure, du type de celle que nous traversons, c’est de la transformer en thème unique, voire obsessionnel, de conversation. Rien ne nous y oblige ! Il faut certes en parler, avec tout le sérieux requis, informer au mieux la population, répondre aux questions des gens, transmettre les consignes. Mais par pitié, rien ne nous interdit de parler d’autre chose !

     

    Dimanche soir, après avoir couvert avec mes collègues les élections municipales, j’ai écouté la Missa solemnis, de Beethoven, sur Mezzo. Puis, une extraordinaire interview du chef d’orchestre, René Jacobs, sur les circonstances de l’écriture de cette Messe par l’un des deux ou trois plus grands compositeurs de l’Histoire humaine. C’était d’une précision, d’une érudition musicologique, à couper le souffle. Et ça nous prouvait qu’un grand chef, ça n’est pas seulement des choix de tempo, mais une vie entière de culture musicale.

     

    Pourquoi je vous raconte cela ? Parce que Beethoven et René Jacobs, après une journée passée dans le cambouis du concret, m’ont incroyablement lavé l’esprit. Parce qu’il y a le virus, c’est vrai, et qu’il faut en parler, et appliquer les directives. Mais aussi, parce qu’il existe, à côté du virus, avant et après le virus, un homme qui s’appelle Beethoven, cet esprit constamment en mouvement, qui a fait progresser le génie humain à des galaxies de la force de frappe du virus. Alors, s’il faut parler de l’un, parlons aussi de l’autre ! Et nous verrons bien qui gagnera. Bon courage à tous !

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 7 commentaires
  • Le Printemps des exécutifs

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 18.03.20 - 16.08h

     

    Vous avez remarqué ? A quelle vitesse, depuis le début de la crise sanitaire - assurément majeure - que nous traversons, tous les Parlements de notre pays se sont mis en congé ! Chambres fédérales, Grands Conseils cantonaux, délibératifs municipaux, plénums et commissions. On se croirait le 10 juillet 40, dans une célèbre station thermale de l'Allier.

    C'est absolument saisissant : le système parlementaire suisse, premier pouvoir de ce pays, fleuron et fierté des lecteurs de Montesquieu, des partisans des Lumières, des professeurs de droit, des donneurs de leçons contre la démocratie directe, tout cela liquidé, jusqu'à nouvel ordre.

    Provisoire ? Oui, bien sûr. Mais tout de même ! Voilà des décennies qu'on nous fait la morale sur l'équilibre des trois pouvoirs, l'impérieuse nécessité de contrôle des Parlements, on nous fait l'éloge de leur lenteur, de leur indépendance, on nous les décrit comme des "antidotes au populisme". Et voilà qu'un virus arrive, nécessitant des décisions claires et fermes des gouvernements, et le pouvoir législatif, comme neige au soleil, s'en vient fondre et disparaître.

    Les exécutifs ? Ils font bien leur boulot, jusqu'à maintenant. MM Berset (au niveau fédéral) et Hodgers (au niveau cantonal genevois) inspirent confiance, prennent des décisions de Salut public, et c'est très bien ainsi.

    Mais quand on observe la politique, il faut toujours prendre un temps d'avance. Cette manière de travailler, sans s'encombrer des parlementaires, nos gouvernants pourraient bien y prendre goût. Messages diffusés directement à la population, sans médiateurs, postures d'Union sacrée digne de Clemenceau en 1917, ou Churchill 40, ou de Gaulle 58 (les précédents se pressent au portillon), absence totale de critique, petits délateurs zélés pour en rajouter, plus royalistes que le roi, sur les réseaux sociaux, tout cela pourrait bien, après la crise, laisser des traces.

    Fallait-il que le pouvoir législatif, d'un coup d'un seul, prît aussi abruptement congé de notre ordre politique ? A cette question, la réponse est non. Que les Parlements en plénum, et même en commissions, ne se réunissent plus physiquement, nous en sommes parfaitement d'accord. Mais enfin, nous sommes en mars 2020 ! D'extraordinaires moyens techniques, comme celui sur lequel je m'exprime ici, rendent parfaitement possibles, à distance, les débats, les votes, les décisions. Dès lors, d'où vient cette précipitation du monde parlementaire à s'auto-dissoudre, pour une période indéterminée ?

    Car enfin, nous ne sommes pas dans un système jacobin. Ni bonapartiste. Ni plébiscitaire, au sens du Second Empire, ou des sénatus-consultes de l'Italie des années vingt et trente. Nous sommes en Suisse ! Le pays des pouvoirs équilibrés ! Exécutifs, législatifs, judiciaires. Sans compter le plus important : celui du peuple souverain.

    A entendre nombre de politiciens eux-mêmes, il faudrait tout mettre au congélateur : Parlements, démocratie directe, justice. Tout, sauf... le pouvoir total donné aux exécutifs !

    Cette posture, je la conteste. Il faut assurément appliquer toutes les consignes des autorités dans la crise que nous traversons. Il faut serrer les coudes, être solidaires. Mais les autres pouvoirs, même au ralenti, et assurément en respectant à fond les consignes sanitaires, ne doivent pas mentalement se sentir en congé. La survie des humains est évidemment primordiale. Mais celle de notre démocratie complexe, inventive, contradictoire, ne relève pas du luxe. Elle est la condition première d'une autre survie : celle de notre pays.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Solitaires ? Oui, mais solidaires !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.03.20

     

    La crise que nous traversons place chacun d’entre nous dans une situation totalement inédite. Nul, il y a encore trois semaines, n’aurait pu en prévoir l’ampleur. Voilà qu’on nous appelle à demeurer chez nous, le plus possible. Limiter les déplacements. Nous tenir à distance les uns des autres. Ecoles fermées, cinémas, théâtres, salles de concerts. Pas de rassemblements. Faire nos courses, mais sans nous précipiter pour faire des réserves, comme si nous étions en pleine guerre. On sait que les hôpitaux font le maximum, produisent un travail admirable, avec un personnel qui lutte contre la fatigue. A ces gens, nous devons penser en priorité. Ceux qui sont malades, ceux qui les soignent.

     

    Appelés à être solitaires, nous sommes pourtant investis du devoir de nous montrer solidaires. Les deux mots se ressemblent, cela me frappe depuis des décennies. On pourrait y voir un paradoxe. Et pourtant ! Beaucoup d’entre nous, peut-être une majorité, sont des hommes et des femmes seuls, et cela bien avant la crise actuelle. Seuls chez eux. Seuls face à leur écran. Seuls dans leur tête. Mais la solitude, en aucune manière, ne signifie désintérêt, ni absence d’empathie, pour l’autre. A l’inverse, on peut être grégaire, toujours dans des grappes humaines, ou dans des foules, sans pour autant se sentir en communion avec son semblable. Méfions-nous des apparences.

     

    On nous invite à rester chez nous, ne pas frayer physiquement, pendant un certain temps, avec d’autres humains. Soit. Mais la vie est là, la vie oui, dans sa totalité, visible et invisible. La communauté des humains ne se réduit pas à leur capacité à produire de la foule, mais à sentir, en soi, ce qui nous relie en profondeur. Nous ne pouvons pas trop nous voir, nous toucher, pendant une période. Mais enfin, nous pouvons nous parler, nous écrire, nous entraider pour des choses très pratiques. Jusqu’à nouvel ordre, le virus n’a rien à voir avec celui des ordinateurs : nous avons là, tout de même, un prodigieux outil de communication à distance, nous aurions tort de nous en priver.

     

    De même, les réseaux sociaux. Je suis, vous le savez, un partisan très vif de ces nouveaux outils de communication. On peut les utiliser pour le pire : étalage de vie privée, curiosité malsaine, délation, effets de meute. Mais ils peuvent, tout autant, servir au meilleur : informer les gens, écrire et découvrir des textes, partager des émotions culturelles, ouvrir le débat. Notre solitude est donc toute relative ! Et autrement nourrie que celle d’un confiné du dix-neuvième siècle ! Pour ma part, et pour reprendre un mot célèbre – et magnifique – de François Mitterrand, je crois aux forces de l’esprit. Il a pu m’arriver, il y a une quinzaine d’années, de ne pas être, pendant de longs mois, au sommet de ma force physique : je ne me suis jamais senti aussi entouré d’humanité, visible ou invisible, qu’en cette période. Je souhaite à chacun d’entre nous le courage, la force morale, et aussi la capacité d’humour et de dérision pour traverser ces temps particuliers. De grâce, ne baissons pas les bras !

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Bien sûr qu'il faut maintenir le deuxième tour !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 17.03.20 - 15.01h

     

    Non, non et non, il ne faut pas reporter le deuxième tour des élections municipales, à Genève ! Les autorités ont maintenu cet acte final de notre processus électoral, et elles ont eu raison. Le premier tour s'est parfaitement déroulé, les débats ont été innombrables (principalement sur les ondes de Léman Bleu, mais aussi ailleurs). De nouveaux visages, de nouvelles voix, ont pu émerger. Les thèmes ont été traités à fond. Le peuple s'est prononcé. Il faut maintenant aller jusqu'au bout.

    Je déteste le discours du style "Quelle importance, ces votations, face au coronavirus ?". Bien sûr que la lutte contre l'épidémie est absolument prioritaire, nous sommes tous d'accord. Mais cette dévalorisation, sous prétexte d'impératif sanitaire suprême, de notre vie citoyenne, de nos institutions, d'une démarche électorale en cours, n'est pas acceptable.

    Les Maires, ça n'est pas rien ! Les Conseils administratifs, ça n'est pas rien ! Ce deuxième tour a un sens ! Il s'agit d'élire les exécutifs des Communes pour cinq ans ! Alors désolé, les éternels ennemis de la politique, ceux qui haussent les épaules quand on leur parle de vie citoyenne, ceux qui n'ont jamais cru aux valeurs de la République, ceux qui prônent le "tous pourris", je vous crie ici mon désaccord total. Pour ma part, je préfère être gouverné par des élus du peuple, aux trois échelons de notre Confédération, que par la ploutocratie financière, par les faîtières du patronat ou celles des syndicats, par les multinationales, ou par un ordre cosmopolite mondial.

    Les Communes constituent une force vivante de notre corps citoyen. Nous devons, malgré les circonstances très difficiles que nous traversons, et que je ne sous-estime en rien, aller jusqu'au bout d'un processus électoral engagé. Notre démocratie ne doit pas baisser les bras. Elle n'est pas dérisoire. Elle n'est pas juste un jouet de beau temps. Nous l'aimons. Elle aussi, nous voulons qu'elle vive.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • A tous, courage !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 15.03.20 - 15.08h

     

    A toutes celles et ceux qui ont fait vivre la Commune, dans le sens le plus noble de ce mot, en se portant candidats dans l'une des 45 élections de notre Canton, j'adresse mes remerciements. Certains sont élus, d'autres non, c'est la vie. Mais tous ont animé la citoyenneté, c'est cela l'essentiel.

    Pour ma part, avec mes confrères et consœurs, je me suis plongé comme jamais dans ces élections. J'ai découvert des visages, des voix, des idées, des enthousiasmes. La politique, ce sont des hommes et des femmes, des énergies vitales, des forces de projection dans l'avenir. Les jeunes, notamment, tous partis confondus, m'ont impressionné par leur maturité, leurs tonalités.

    Toutes ces femmes, tous ces hommes, élus ou non aujourd'hui, ne méritaient pas que l'attention du public pour la vie citoyenne fût à ce point pulvérisée par un élément totalement externe, imprévisible, le coronavirus. Je mentirais si je cachais qu'en ce dimanche, ma tête est ailleurs. Toutes nos têtes le sont !

    Contre ce sentiment, légitime aujourd'hui, sous le choc de la situation que nous vivons, je veux lutter de toutes mes forces. En 34 ans de journalisme professionnel, j'ai toujours placé la politique, la Cité, les affaires publiques, au premier rang de mes préoccupations. Cela ne changera pas.

    Et puis, tout de même, un temps viendra où ce virus prendra le large. Ce jour-là, riches des leçons que nous aurons tirées de la crise, nous aurons, pour nous administrer dans les Communes, les gens qui sortent des urnes aujourd'hui.

    En attendant, c'est vrai, la vie citoyenne, cela doit être, en absolue priorité, notre combat contre la pandémie. Appelés à être solitaires, nous devrons nous montrer solidaires. C'est le thème de mon commentaire, à paraître mercredi dans GHI.

    A tous, courage !

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Conseil d'Etat et coronavirus : clair et précis !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 11.03.20 - 15.14h

     

    Face à la crise que nous traversons, le Conseil d'Etat est venu in corpore pour informer la population. Il a délivré des informations claires, bien ventilées d'un membre à l'autre du collège, le tout bien orchestré par le Président.

    Chacun de nous aura son avis sur ces mesures. Il les trouvera suffisantes ou excessives. Mais l'essentiel est là : le gouvernement de la République et Canton de Genève fait face. Il prend des décisions, les communique, demeure calme, mais déterminé. C'est exactement ce dont la population a besoin.

    Il aura ainsi fallu une crise pour que l'exécutif cantonal, comme aimanté par la nécessité supérieure, retrouve cohérence et cohésion.

    La suite, nul ne la connaît. Mais à ce stade, hélas peut-être initial, l'exemple est donné. Il était important qu'il le fût. A partir de là, chacun d'entre nous est libre d'être d'accord ou non, de le dire. Les consciences s'expriment, les responsables agissent, ainsi fonctionne la République.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires