Michel Bouquet, l'énigme intérieure

Imprimer



Édito Lausanne FM – Mardi 04.12.07 – 07.50h



Hier soir, sur Arte, bonheur : Michel Bouquet dans le rôle de François Mitterrand. Les dix-huit derniers mois d’une vie d’exception, romanesque comme une passion française, le cancer qui gagne du terrain, les courtisans qui, sentant poindre la fin, dépeuplent l’entourage, l’obsession de la mort. Pas la mort métaphysique, nécessairement. Plutôt le trépas, l’angoisse de la douleur, enfin d’encore plus de douleur, car l’homme, en ce temps-là, souffrait le martyre.

Michel Bouquet, au sommet de son art, incarne et transcende. Incandescent et glacial, furtif et immobile, mélange d’aérienne distance, comme une première brise de l’au-delà, et de peur charnelle, celle des enfants, celle qui vous saisit : « Que va-t-il m’arriver ? – Aurai-je mal ? ». C’est François Mitterrand et ça n’est pas lui, c’est le grand homme mourant et c’est Michel Bouquet acteur. C’est le corps du Président, de loin par la caméra, exactement cette silhouette oui, avec ce chapeau à la Léon Blum, ce manteau noir, et puis, d’un coup, c’est l’immense acteur. En gros plan, on ne peut être que soi-même, l’incarnation ne peut plus procéder de l’imitation, mais de quelques fragments de vérité intérieure, qu’on aura su capter. On ne joue, on ne met en scène, que soi-même.

Et c’est là que le génie de Michel Bouquet, pour peu qu’il eût encore à prouver, éclate. C’est en étant lui-même, juste cela oui, en puisant dans ses ressources internes, que Bouquet devient Mitterrand Et ces quelques gros plans illustrent avec éclat tout le dérisoire et sublime paradoxe du métier d’acteur.  Tour à tour taquin et grinçant, arrondi et cassant, souverain et instrument de l’inéluctable, l’homme va devant la mort, la considère, la nargue, la respecte. Il a peur, va jusqu’à le dire, et aussitôt parle d’égyptienne éternité ou de paix retrouvée, face au Mont-Blanc.

Il parle de la France charnelle, comme l’aurait fait Péguy – dont le jeune Mitterrand fut lecteur – dans certains de ses plus étourdissants Dialogues. Il parle du tellurisme de la terre et de la province. C’est Mitterrand, c’est Bouquet, on ne sait plus très bien. C’est l’incarnation d’un homme par un autre, ce mystère de l’acteur surgi du fond des âges, cette imitation du réel pour mieux se projeter dans l’énigme de soi-même.




Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 3 commentaires

Commentaires

  • Je crois surtout que l'artiste est humainement plus intéressant que n'était l'illustre personnage qu'il a incarné.

    Il me semble que l'Histoire retiendra de ce personnage politique son impressionnant sens de la stratégie politique avec la froideur du raisonnement pour clé de voûte.

    Alors OUI l'exercice de l'artiste est génial, OUI le sens politique de Mittérand était une vraie qualité.

    NON Mittérand n'est pas un exemple à suivre, en tout cas sur le plan de l'éthique.

    Ceux qui l'admirent sont ceux qui lui ressemblent et ceux qui le prennent pour modèle sont ceux dont il faut se méfier.

  • C'est vrai que tout est affaire de talent. Dans un autre registre d'acteur, Jean Yanne a interprété en 1993 un Pierre Laval très convaincant.

  • Bien dit, Pierre-André, j'abonde, continue la lutte en ligne, on les aura!

Les commentaires sont fermés.