30/05/2008

Le 30 mai, enfin !



Édito Lausanne FM – Vendredi 30.05.68 – 07.50h



Tous les dix ans, les années en « 8 », je  ronge mon frein pendant tout le mois de mai, et me libère d’une frémissante électricité le 30, on se ménage les petits plaisirs qu’on peut. Car voyez-vous, je vous livre un scoop : j’aurais manifesté en mai 68. Je l’aurais fait, oui, pour la seule fois de ma vie. Oh, pas le 13, ni le 28, ni le 29. Non : j’aurais manifesté, si j’avais eu un peu plus que mes dix ans, et si j’avais été sur place, avec le million de Français qui, depuis des semaines, attendaient de donner de la voix. J’aurais manifesté le 30 mai 1968, sur les Champs-Élysées. Il y a quarante ans, jour pour jour.

C’est l’un des retournements les plus incroyables de l’Histoire française : la veille encore, 29 mai, de Gaulle disparaît, une journée entière, à Baden-Baden. C’est, dans sa vie (il l’a reconnu plus tard), une véritable, une authentique défaillance. Le chef de l’Etat, en pleine crise, qui quitte le territoire national ! La dernière fois qu’il avait commis une telle plaisanterie, en juin 1940, il avait été condamné à mort, par contumace, par un tribunal militaire. J’ai évidemment tout lu, toutes les versions de ces quelques heures décisives du 29 mai 1968, sa rencontre avec Massu, je m’en suis entretenu avec des proches du Général, dont Alain Peyrefitte, autour d’un repas mémorable, dans un hôtel genevois. Une chose est sûre : le soir même, de Gaulle rentre à Paris. Requinqué. Rajeuni. La TV, ce jour-là, est en grève générale. Tous ses derniers discours ont été des flops. Il prend la parole, tout de même. À la radio : « Désolé, il n’y a que la radio », lui dit-on.  Et là, miracle. Cette cécité, loin de le desservir, rappelle aux Français les plus émouvants de leurs souvenirs. Tout à coup, cette voix, seule face à eux. Ça n’est plus le vieux potentat dépassé par les événements, c’est l’homme de Londres. Son allocution est un succès total. Le premier, depuis des semaines.

Le lendemain, ses partisans, qui constituent la grande majorité du peuple français (comme les élections, bleu horizon, de juin le montreront avec éclat) organisent, enfin à leur tour, une manifestation sur les Champs. Elle sera un triomphe. L’un des plus grands rassemblements de l’Histoire de France. Autant de monde que 24 ans plus tôt, le 26 août 1944, déjà autour du même homme, qui dépassait dans la foule, lorsque Paris se libérait. Aucune autre manifestation de Mai 68 n’a réuni le dixième de cette masse humaine. L’immense majorité silencieuse française, cette fois, se sent relayée. Le rapport de forces des masses est indiqué. Mai 68 est terminé. Le lendemain, la France reprend le travail. Ça n’a rien de Versaillais, rien de réactionnaire : c’est la vie qui va, tout simplement.

Oh certes, Mai 68 ne se résume pas à ces quatre semaines printanières françaises, c’est un mouvement de fond, plus global, qui laissera des traces sur de nombreuses années. Mais le Mai 68 historique, celui de France, s’arrête net, à ce moment-là.

La victoire des manifestants du 30 est-elle celle du Général ? C’est loin d’être sûr. Certes, il dissout l’Assemblée et triomphe en juin. Mais pour lui, pour la petite année qu’il passera encore aux affaires, jusqu’à son suicide politique (le référendum d’avril 1969), plus rien ne sera comme avant. Tous les témoins le disent : quelque chose est cassé. Le vieil homme a bien compris que certaines données fondamentales de l’évolution sociale lui avaient échappé. Né en 1890, nourri de la lecture de Barrès et Bergson, et bien sûr aussi de celle de Maurras, combattant des deux guerres, il sent bien que ce monde nouveau n’est plus le sien. Rien de grave : juste la trace du temps. Quand on entre dans l’Histoire de façon aussi fracassante, le plus dur est de réussir à peu près sa sortie. C’est l’une de ses équations, en ce temps-là.

Le million de manifestants du 30 mai 1968 ne disaient certainement pas non aux réformes de société, à la chute de la cravate, à la fin du mandarinat dans les Facultés, à la modification des rapports au sein de la famille, à l’affranchissement de la femme, toutes évolutions qui étaient dans l’air, et, de toute manière, se seraient produites. Mais ils ont voulu, ce jour-là, juste dire oui à un homme. Comme un dernier salut, un au revoir, de l’ordre d’une reconnaissance. Pour cela, oui, j’aurais aimé être parmi eux.



08:50 Publié dans Editos Lausanne FM | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Juste une remarque, quand même. Ce n'est peut-être pas essentiel, mais tous les observateurs (pour ne pas dire les historiens) s'accordent à dire que la manifestation a recueilli environ 400000 personnes, ce qui n'est déjà pas si mal, puisqu'elle a été en quelques sorte improvisée. D'ailleurs, les organisateurs ont annoncé 700000 participants, ce qui est encore loin du million dont vous parlez, M. Decaillet.
Pour le reste...

Écrit par : Adalbert | 30/05/2008

Une autre remarque : chez les gauchistes, on n'a qu'une chose à dire : sur les x milliers de manifestants du 30 mai, il y avait un truand ! Quand on vous dit que ces gens de droite sont tous des ignobles capitalisses !
http://www.bakchich.info/article3953.html

Écrit par : Géo | 30/05/2008

A propos de ce discours du 30 mai, je m'étonne qu'on occulte toujours la réaction de François Mitterrand, vociférant . "C'est Brumaire !" en réaction à une dissolution constitutionnellement et politiquement irréprochable. De ce jour, je ne lui ai jamais accordé aucun crédit et sa duplicité, dans d'autres circonstances encore, m'a profondément écoeuré.

Écrit par : Clérambart | 31/05/2008

... je voudrais (?) être aussi convaincu que vous que les manifestants du 30 mai ne défilaient pas contre les "évolutions qui étaient dans l’air, et, de toute manière, se seraient produites", mais uniquement pour manifester leur soutien au Président d'alors...
Mais n'y avait-il pas là surtout une volonté de mettre fin aux bouleversements, une peur de lâcher les pesantes certitudes ? Qu'est-ce qui vous permet de l'affirmer, au-delà de votre intelligence politique et de votre fierté un peu futilement publiée à avoir été convié à un repas avec "des proches du Général, dont Alain Peyrefitte" ?!
Jean Dekkers

Écrit par : Dekkers | 01/06/2008

Domaine scolaire révolutionné : Sarkozy vient d'enterrer les IUFM !!
Il met fin ainsi à 40 ans de délire pédagogique...

Écrit par : Micheline Pace | 02/06/2008

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.