06/06/2008

Tornay-Darbellay : un choix pour le Valais



Édito Lausanne FM – Vendredi 06.06.08 – 07.50h



Ce soir, à Châteauneuf-Conthey, l’avenir de Christophe Darbellay se joue. On attend 2500 membres du PDC du Valais romand pour désigner ses candidats au Conseil d’Etat, en mars 2009. Membres et non délégués, c’est une particularité de ce parti, avec tout ce que cela implique d’ouvert et d’incertain, de travail au corps, en amont, de la part des candidats, de centaines de téléphones, de promesses de postes, comme on jetterait des graines, à des oiseaux de passage.

Au centre de toutes les attentions : qui les membres vont-ils retenir comme candidat du Bas ? Christophe Darbellay, 37 ans, céleste aventurier des glaciers, ou Maurice Tornay, 54 ans, d’Orsières, ancien député de grande tenue, homme de chiffres, de rigueur et de fiscalité, à coup sûr plus conservateur que le premier nommé, mais ancré, proche des gens. Une pointure.

Franchement, le choix ne sera pas facile. D’un côté, une star nationale, brillante, totalement à l’aise en suisse allemand dans l’émission Arena, facilité, esprit de synthèse, force de travail phénomènale, nuits incroyablement courtes, toute sa vie, déjà, donnée à la politique. Une flèche, une ambition, la quête d’un destin.

De l’autre, un homme qui ressemble tellement au Valais, à ce district d’Entremont où il a tant fallu se battre, dans les années difficiles, avant le tourisme et la prospérité. Il fut un temps, oui, où le chemin était bien étroit, pour se frayer un avenir, entre les eaux de la Dranse et la verticalité glissante des pentes du Catogne. Tornay, on le compare à Guy Genoud :  est-ce un crime ? C’est, plutôt, placer la barre assez haut, au niveau de l’homme d’Etat, au-delà des idéologies et des préférences confessionnelles.

Entre Tornay et Darbellay, il y a l’homme du dedans et celui du dehors, celui de la vallée et celui des espaces, il y a la terre et le ciel, mais, à coup sûr, chez chacun, une même passion pour ce canton. Aux 2500 membres, ce soir, de choisir. Dans tous les cas – et il est assez rare de pouvoir affirmer cela – un homme de grande valeur sortira investi par l’Assemblée. N’est-ce pas, pour ce canton qui a tant de défis devant lui, l’essentiel ?

08:17 Publié dans Editos Lausanne FM | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Allez TORNAY, pour le Valais on a besoin de quelqu'un comme vous à Sion.
Pour le Valais à Berne, par contre, on a besoin de DARBELLAY.

Il fallait qu'il y reste. Il n'a pas voulu parce que plus encore que ses qualités et ses forces, c'est son nombril et sa personnalité qui compte en premier. Il ne vient pas pour servir les Valaisans, mais se servir des Valaisans!! Nuance. Qu'il assume en espérant que ce soir ces mêmes Valaisans le lui feront comprendre.

Écrit par : Sion | 06/06/2008

Pardonnez-moi, mais je recycle un courrier des lecteurs que le Nouvelliste à censuré. Il colle tellement bien au sujet de votre billet, que je n'en ai presque rien changé.


Le Valais mérite mieux que M. Darbellay

Pourquoi M. Darbellay veut-il devenir conseiller d'État? Je vous défie de me dire quel est son programme, si ce n'est de se faire oublier de la Berne fédérale pendant quelques années. Alors qu’il aurait largement eu la place nécessaire dans les journaux pour en parler (Le Nouvelliste, Le Temps, et autre quotidien orangé qui se meut, ces derniers temps, en véritable journal de propagande), rien de tel n’est paru. Étonnant, non?
De l’autre côté, M. Tornay a convoqué, lundi 19 mai, une conférence de presse pour présenter sa vision du Valais, son programme politique et les objectifs qu’il considère comme importants pour le canton. On sait donc ce qu’il veut, ce qu’il pense et pourquoi il s’engage pour le Valais.
Je peux concevoir que les membres du PDCVr ne soient pas d’accord avec la vision de M. Tornay pour le Valais de demain, mais je ne peux pas concevoir (par respect pour leurs capacités intellectuelles) qu'ils soient d’accord avec M. Darbellay alors qu’il n’a encore rien dit et ne fait que serrer des mains (aux différents festivals de fanfares, à la finale du combat de Reine, à la fête de chant du Bas-Valais, et j’en passe).
M. Darbellay a "besoin (sic!) d’une terre pour germer"; il ne cherche donc qu’à utiliser le peuple valaisan pour son ambition personnelle. Alors oui! Le Valais mérite bien mieux que lui...

P.S.: Un bon article dans le Temps d'aujourd'hui...

Écrit par : ythetaz | 06/06/2008

En octobre 2007, lors de l'élection au conseil national, le peuple valaisan a plébicité Christophe Darbellay. Et dans son entourage, on se vantait de son score "historique". Fort bien! Le peuple a choisi démocratiquement ses élus et le peuple est souverain.

En mars 2008, soit trois mois seulement après le début de la nouvelle législature, cette même personne se déclare candidate à une nouvelle élection. Dans notre système politique, cela est autorisé: n'importe quel citoyen peut être candidat. Libre à lui, donc, de faire fi de toute élégance politique et, pire encore, de la volonté populaire d'octobre 2007 en se déclarant candidat à une candidature au gouvernement de notre canton.

Mais ce qui intéressera tout le Valais au plus haut point, ce sera la décision du congrès du PDC du 6 juin. Est-ce que le PDC décidera de se moquer de la volonté du peuple, lui aussi? Ou est-ce qu'il se chargera de rappeler à son président national les principes de base de notre démocratie?

Dans le fond des urnes, les membres du PDC devront choisir leurs candidats, bien sûr, mais plus encore, ils devront décider de l'avenir du parti dans le canton. Ni plus, ni moins...

Écrit par : Martigny...Jamais | 06/06/2008

Tornay à Sion !
Darbellay à Berne !
Chris le long a 46000 personnes qui lui ont accordé le mandat qu'il sollicitait l'automne passé. Non seulement il les trahit en n'allant pas jusqu'au bout de son mandat, mais en plus, il ose redemander à ces mêmes personnes de voter pour lui pour le Conseil d'Etat ! N'est-ce pas se moquer de ses électeurs ! J'ai voté Darbellay l'automne passé... mais c'était la dernière fois !

Écrit par : lilibulle | 06/06/2008

Qui dira ce jeu étrange que jouent les Valaisans ? Leurs élites rebelles se réfugient à Genève, la capitale protestante et riche et bourgeoise où eux pauvres descendants des pauvres émigrés catholiques n'ont pas à prendre de gants pour se foutre complétement de l'intérêt public genevois (tous les fonctionnaires genevois ont des patronymes valaisans, tous sont prêts à descendre dans la rue pour défendre leurs salaires insensés qu'on ne saurait diminuer d'un centime !).
Mais depuis Genève, que de grands jugements, que d'analyses fines sur l'origine entremontaise ou couchepinegradesque de tel ou tel candidat, sur leur pedigree, leurs incorporation à l'armée, leurs grades, etc...

Écrit par : Géo | 06/06/2008

Résultat ?

Maurice Tornay évince Christophe Darbellay pour le Conseil d'Etat !

alea jacta est

http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/info_express/suisse/depeches_suisse/(contenu)/234611

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07/06/2008

Mais, le + inquiétant et selon la même source, ou bien peut-être le + rassurant est de constater que les valaisans ne se laissent pas attraper par le concept féministe de l'égalité "biologique", mais ils sont séduits par la valeur des candidats.

Marie-Françoise Perruchoud-Massy a également été battue par le député au Grand Conseil et entrepreneur Jacques Melly, qui a récolté 1301 voix.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07/06/2008

Ce coup-ci, "il" n'a pas pu compter sur la complicité des socialistes et des écologistes...

Il y a des pièges à c... qui ne fonctionnent qu'une fois et, qui, au deuxième passage, se referment sur la cheville du trappeur...

Écrit par : Scipion | 07/06/2008

Et ça c'est quelque chose qu'il faut laisser aux Valaisans : ils ont encore du sens de la politique, contrairement à ces mous de la tronche de Vaudois qui votent socialiste parce que le monde il est méchant.

Écrit par : Géo | 07/06/2008

en fait nicolas voide aurait eu plus de chance finalement

Écrit par : catacombes2008 | 07/06/2008

Quelle honte - On peut ne pas apprécier Darbellay mais est-ce que le Valais de demain doit il vraiment être représenté par Melly et Tornay, approchant l'age où chacun prendrait gentiment sa retraite. Nous remplaçons deux élus sortant par deux nouveaux plus âgés. Quelle bel avenir pour les jeunes valaisans...

Une liste plus "conservatrice" que celle-ci ne doit sans doute pas être possible. Beaucoup de gens ne se reconnaissent pas dans celle-ci. Personnellement, je ne la voterai pas et certainement plus jamais pour le pdc au niveau cantonal.

Et d'entendre le discours de Tornay sur le FC Sion... non mais de qui se moque t'on ?

Écrit par : vsboy | 08/06/2008

vsboy : est-ce que l'âge est un critère d'ouverture? Connaissez-vous le slogan de M.Tornay? Sûrement pas, alors je le remets : "Osons ces valeurs d'avenir"

Comme semble-t'il, vous avez de la peine à tout comprendre, je signale simplement encore que le FC Sion c'était Maurice Tornay, intrinsèquement moins bon que le FC Bâle (Christophe Darbellay), mais que quand Sion est au sommet et Bâle moins bon, le FC Sion peut l'emporter...

Alors vsboy essaie de comprendre avant de conclure par "de qui se moque t'on"

Écrit par : lourica | 09/06/2008

Qui a fait participé 3 jeunes lors de son discours vendredi soir? Ah, mais quel esprit fermé ce Tornay!!!

Écrit par : Sion | 09/06/2008

Darbellay n'avait-il pas dit en narguant Tornay : "Libre à lui de danser plus vite que la musique", lorsqu'on l'interrogeait sur le moment de l'annonce de sa candidature? Qu'il ne dise pas maintenant qu'il n'a pas eu assez de temps pour préparer sa campagne. C'était son choix... En quand on veut le beurre et l'argent du beurre (Berne, le Valais, la présidence du PDC), il y a un moment ou le citoyen dit stop ! Il n'y a pas que Darbellay qui sache faire de la politique dans ce pays ! Il en est certes très capable, mais d'autres aussi ! Et une répartition des mandats et sans doute aussi nécessaire à une saine démocratie ! Darbellay fera du bon boulot à Berne, et Tornay en Valais. Et au final, c'est la Suisse, le Valais et le PDC qui gagenent. Où sont les perdants ???

Écrit par : Lilibulle | 09/06/2008

à notre avis, le PDC se réserve une mauvaise surprise au premier tour de l'élection en 2009.
Ce qui ne manque pas d'une certaine ironie.
les défenseurs acharnés du pdc traditionnel en fossoyeurs de leur parti...

Écrit par : http://www.catacombes2008.blogspot.com/ | 09/06/2008

Une chose est certaine: avec M. Tornay, on sait dans quelle direction le Valais va aller. N'était-il pas le seul à avoir fait connaître les grandes lignes de son programme?

Personnellement - et je ne pense pas être le seul - je préfère avoir, au conseil d'Etat, des hommes et des femmes de conviction, des personnalités qui tiennent le cap, de vrais capitaines qui, malgré les vents contraires, guident leur bateau là où ils aimeraient le faire aller (même si je ne suis pas toujours d'accord avec les 5 membres du gouvernement), plutôt que des personnes qui ne savent pas trop où elles veulent mener ce bateau, ne feront rien pour lutter contre les tempêtes et se laisseront mener au grés des vents.

Rappelons aussi que l'identité du PDC ne se situe ni dans le "P" (le PDC est un "parti", comme il en existe de nombreux autres), ni dans le "D" (tous les partis suisses sont "démocrates") mais bel et bien dans le "C". Le PDC, avec le choix de Maurice Tornay, a osé l'ouverture vers un véritable "humanisme chrétien" (*). C'est simplement un retour aux sources, une sorte de renaissance, un pari sur son identité, sur le "C" de PDC. A cet égard, on ne peut que saluer ce choix responsable et démocratique qui saura, à coup sûr, convaincre les électrices et les électeurs PDC pour qui le "C" signifie encore quelque chose; mais ce choix saura aussi convaincre au-delà du parti, j'en fais le pari.

Finalement, en mars 2009, le PDC valaisan présentera une liste très équilibrée avec 3 personnalités aux sensibilités différentes. Pour reprendre une image entendue lors du congrès du PDCVr, le 6 juin, le PDC décidera de jouer avec 3 attaquants:
- M. Tornay: ailier droite
- M. Melly: centre avant
- M. Cina: ailier gauche
Et il y a fort à parier qu'avec cette composition, le PDC sortira vainqueur des élections cantonales 2009.

Mais désormais, que place soit faite aux élections communales de cet automne. Laissons les candidats au conseil d'Etat tranquilles, et concentrons-nous sur les communales!

(*) cf. Nouvelliste du jour

Écrit par : ythetaz | 09/06/2008

Les commentaires sont fermés.