23/06/2008

Vers l’armée de métier



Édito Lausanne FM – Lundi 23.06.08 – 07.50h


Le récent drame de la Kander amène de nombreux observateurs à cette question, que nous nous posons tous : « A quoi sert donc l’armée suisse » ? J’ai fait, dans ma vie, près de 500 jours d’armée, n’étant ni antimilitariste ni fana du treillis, disons que j’ai fait mon boulot, comme l’immense majorité de mes camarades. À l’époque déjà, la question de la finalité suprême se posait. Aujourd’hui, elle est franchement brûlante : nul ne peut plus l’esquiver.

Pendant toute ma jeunesse, en tout cas jusqu’au 9 novembre 1989, on nous parlait défense frontale du pays, guerre de chars en rase campagne, combats de position en milieu urbain. Bref, nous attendions Guderian. Puis, une fois le Mur tombé, on a commencé à parler menace terroriste. Le 11 septembre 2001 ayant évidemment donné aux tenants de cette hypothèse une sacrée aubaine. Entre ces deux dates, l’armée suisse avait déjà accompli d’immenses réformes, sous l’impulsion, notamment, d’une commission à laquelle j’avais eu l’honneur d’appartenir, en 1990, la commission Schoch. Sous l’impulsion, aussi, de deux excellents ministres de la Défense successifs : Kaspar Villiger et Adolf Ogi.

Sur les années Schmid, je serai plus réservé, la lenteur de réaction et le manque de vision prospective, le manque d’audace aussi, du principal intéressé n’y étant pas pour rien. Car enfin, il ne suffit pas d’être colonel soi-même, certes humaniste et profondément respectueux des hommes, pour affronter avec lucidité et imagination les défis du futur. Aujourd’hui, la question est : « Au nom de quoi la Suisse a-t-elle encore besoin d’une armée avec conscription obligatoire ? ». Qu’on ne vienne pas nous parler de creuset pour l’identité nationale : le rôle de l’armée est de défendre le pays, ou d’accomplir des tâches de sécurité vitales, non d’éduquer les gens au vivre ensemble. Pour cela, on pourrait imaginer qu’il y ait, par exemple, l’école. Ou la famille.

Bien sûr, toute collectivité humaine a besoin de pouvoir assumer sa sécurité. Mais franchement, à cet effet, un corps professionnel, parfaitement instruit, motivé, auquel on aura pris soin d’extraire les Rambos, peut rendre au pays d’immenses services. Il y a, pour cela, en Suisse, largement assez de volontaires. Cette question, dans les années qui viennent, sera à l’ordre du jour. Elle appartient évidemment aux citoyens de ce pays dans leur corps électoral le plus large : le suffrage universel. Le jour venu, j’en suis persuadé, les citoyens diront oui.

08:12 Publié dans Editos Lausanne FM | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Enfin une personnalité qui ose parler de ça!

C'était le moment... Il a fallu 14 morts en 12 mois pour que qqun se réveille!

Écrit par : citoyensuisse | 23/06/2008

Et que vont faire les Rambos ? une armée parallèle qui organise des descentes de la Kander, des exercices de combat et de la sécurité à Bagdad ?
On pourrait aussi empêcher ceux qui ont la vocation de la médecine de pratiquer, parce qu'ils vont coûter trop cher aux assurances...
Et interdire aux journalistes qui aiment leur métier l'exercice de leur profession, au prétexte qu'ils prennent trop de place dans la formation de l'opinion des masses ?
Intéressant, ce point de vue sur les "rambos"...

Écrit par : Géo | 23/06/2008

"AAAAAAAAAAATCHOUM !"
Voyant le commentaire, je "AAAAAAAAAAAAATCHOUM !"
Excusez-moi.
Rhume des foins, sans doute.
:o)

Écrit par : Blondesen | 23/06/2008

Comme ca l'armée professional coutera bien plus cher, et ne sera plus l'arme du peuple mais l'arme de certains politiciens qui eux, savent ce qui est bien pour le monde...

Une armée professionel est une armée qui sert encore moins qu'une armée de milice. Mais comme toujours, il y'a toujours les râleur qui prône le "au nom de la société" mais quand il faut faire un travail pour la société, ca ne sert à rien, parce que EUX ne veulent pas participer.

Écrit par : DdDnews | 23/06/2008

"Qu’on ne vienne pas nous parler de creuset pour l’identité nationale : le rôle de l’armée est de défendre le pays, ou d’accomplir des tâches de sécurité vitales, non d’éduquer les gens au vivre ensemble."

Encore de l'UDC primaire, vont dire les gauchistes de Romandie, mon cher Pascal...
A l'armée on se côtoie, de tous les cantons, suisses de souche, naturalisés, etc.
Vivre ensemble, se pratique à l'armée et pendant longtemps, à coup de blanc...

"Pour cela, on pourrait imaginer qu’il y ait, par exemple, l’école. Ou la famille."

L'école, fait faillite, vous en savez quelque chose, ayant participé au débat sur "Infrarouge"...quant à la famille, avec le nombre de divorces...

Voila venir le temps de la clairvoyance décailletienne...

"Bien sûr, toute collectivité humaine a besoin de pouvoir assumer sa sécurité."

De toute beauté...mais vite devenue inutile, à la suite de ceci...:
"auquel on aura pris soin d’extraire les Rambos"
sans les dévoués Rambos...point de salut...

Il faut de tout pour faire un monde...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/06/2008

Les commentaires sont fermés.