05/09/2008

La rue qui divise


Edito du 7-8  -  Radio Cité  -  Vendredi 05.09.08  -  07.05h

 
Le nom de Gabrielle Perret-Gentil vous dit-il quelque chose ? Moi, rien. Comme celui d’Emilie Gourd, d’ailleurs, avant qu’on ne lui donne le nom d’une école, ne me disait rien. C’est ainsi : la culture des grandes figures du féminisme ne fait pas partie de mes passions.

Gabrielle Perret-Gentil est, nous rappelle la Tribune de Genève de ce matin, une pionnière de l’avortement. Une précurseure, avec un « e » à la fin, je vous prie, du droit d’interruption de grossesse. Fort bien. La chose, en Suisse, a été légalement tranchée, elle a force de loi, le peuple souverain a voté, il n’est pas question de le contester.

Faut-il pour autant lui donner une rue ? La question divise, puisque le Conseil d’Etat vient de renvoyer sa copie à la Commission cantonale de nomenclature, qui avait pourtant émis un préavis favorable. Alors, côté féministe, on rugit, on vocifère. Rémy Pagani lui-même, du haut de sa hauteur, parle de scandale. Une mobilisation, ajoute la Tribune, s’organise pour que ce projet aboutisse.

La question, pourtant, mérite d’être posée. Et les autorités compétentes ont parfaitement le droit de prendre leur temps, quelles que soient les pressions communautaristes, dans cette affaire. L’avortement, en Suisse, est certes légal, dans certaines conditions. Mais il divise encore, et il convient de respecter ceux pour qui il continue de poser un problème. Bref, la figure d’une « pionnière », en l’espèce, n’apparaît pas comme la plus rassembleuse.

On peut donc comprendre que les autorités hésitent. Elles ont à prendre leur décision en toute sérénité, en toute souveraineté. Elles n’ont pas à se laisser impressionner par les revendications sectorielles, les hurlements, les clameurs. Le nom d’une rue, ça doit être quelque chose dans lequel tout le monde se reconnaît. Pas quelque chose qui divise.

 

Pascal Décaillet

 

 

08:34 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Madame Gabrielle Perret-Gentil mérite-t-elle d'avoir son nom sur les plaques à chaque bout d'une rue?
Les avis sont partagés! Dès lors, ne pourrait-on pas -en bons Suisses- faire une demi-mesure et lui octroyer le nom d'une rue en cul-de-sac?

Écrit par : Père Siffleur | 05/09/2008

J'avoue que j'ai du mal à me «reconnaître» dans la rue René-Louis Piachaud. Vous moins, sans doute.

Écrit par : Matthieu Chabert | 05/09/2008

Il aurait beaucoup à dire sur Carl vogt qui fait fortune dans le commerce de bois d'ébène (trafic d'esclaves) sur Giuseppe Motta qui a été plus que compréhensif avec le régime Nazi et tous les autres inconnus chefs militaires et autres philosophes de seconde zone dont plus personne ne se souvient.

Mais le fait que ce soit un nom femme pose plus de problèmes ? Pourquoi devrions nous justifier ce choix plus que d'habitude lorsqu'il s'agit de nommer une rue?

Quant à qualifier de communautarisme le combat des femmes pour l'égalité : 53% de la population c'est plus qu'une communauté c'est la moitié de l'humanité et elle ne mériterait aucun intérêt particulier ? Elles devraient se contenter du rôle de sous humanité qui est le sien depuis trop longtemps et dans bien trop de pays encore sans remettre en cause les rapports de domination qui sous tendent les relations hommes/femmes ?

J'ose espérer qu'il ne s'agit que d'un écart de langage.

Écrit par : Rita Cadillac | 05/09/2008

Comme le disent les autres commentaires ci-dessus, on peut très bien nommer une rue du nom d'un personnage important pour l'histoire, sans pour autant déifier son action ou sa personne. On peut accepter qu'il soit normal y ait une rue James-Fazy sans forcément être radical! Il y en a même qui sont farouchement anti-communistes et qui ont ravivé la mémoire de Guy Môquet... non?

Écrit par : Sandro Minimo | 07/09/2008

et si on crééait une statistique sur le nombre de noms féminins et masculins pour l'égalité hommes/femmes, cela contenterait certainement notre Micheline nationale et ses disciples féministes. Qu'en pensez-vous?

Écrit par : l'étoile filante | 08/09/2008

A quoi bon il faut analyser tous ces principes si le sujet est consacre au nom d'une rue. Oui si la femme ou et un homme occupe une place tres importante dans l'histoire ancienne ou moderne, pourquoi pas n'utilisez son son pour une bonne chose. Ce qui est plus important c'est que mes amis etrangers puissent me trouver.

Écrit par : Natural Breast Enlargement Website | 16/10/2008

Les commentaires sont fermés.