10/09/2008

L'éternel Gaillot


Edito du 7-8  -  Radio Cité  -  Mercredi 10.09.08  -  07.05h

 

Il y a, en France, des millions et des millions de catholiques. Parmi eux, beaucoup de croyants, et pas mal de pratiquants, le mythe des « églises vides » étant, la plupart du temps, colporté par ceux qui n’y mettent jamais les pieds.

Vendredi, le pape viendra en France. A 12.45h, à l’Elysée, il rencontrera Nicolas Sarkozy. Nous aurons le privilège de nous entretenir, sur cette antenne, avec un homme qui participera à cette rencontre, le magnifique philosophe et spécialiste de la pensée juive, Maurice-Ruben Hayoun. Un homme, aussi, qui entretient une correspondance, en allemand, avec le pape Ratzinger.

A l’avant-veille de ce voyage, sur les têtes de pages de certains de nos quotidiens, à qui avons-nous droit ? – A Mgr Gaillot, pardi ! L’éternel évêque contestataire, naguère en charge du diocèse d’Evreux. Avec, en gros, ce titre : « Mgr Gaillot : Je n’attends rien de la venue du pape ».

Cette fois, c’est Gaillot. D’habitude, chaque fois qu’on parle du pape – celui-ci ou son prédécesseur – c’est l’éternel contestataire de Tübingen que l’on convoque, Hans Küng.

Que Gaillot, Küng s’expriment, c’est bien leur droit le plus total. Et, à coup sûr, ils ont des choses à dire. Eux, ne sont pas en cause. On les appelle, ils répondent.

Le problème, c’est l’automatisme, le conformisme de carnet d’adresses de certains journalistes. Dès qu’on parle de l’évêque de Rome, il convient naturellement, par essence, d’en dire du mal. Alors, on appelle Gaillot, on appelle Küng. On respire bien fort. Persuadé d’être un grand résistant à cette très méchante Eglise qui, c’est bien connu, pratique encore l’Inquisition.

Pour ma part, je souhaiterais simplement la bienvenue à Benoît XVI en France. Je n’ai pas dit, « Fille aînée de l’Eglise ». Je peux dire tout autant « patrie des droits de l’homme », pays de liberté qui nous a tant donné.

 

Excellente journée à tous. Et, si c’est la fin du monde, à bientôt, ailleurs.

 

Pascal Décaillet

06:38 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher Décaillet,

N'est-il pas un peu court de parler d'automatisme et de conformisme de la part de journalistes alors que l'église catholique romaine est engluée dans des dogmes aussi caducs que dépassés? Elle est devenue une institution, une organisation.

Force est aussi de constater que les quelques voix s'exprimant en faveur d'un certain progrès ont toutes été baillonnées ces dernières decennies... Et on voudrait faire croire que cette église vit avec son temps?

Bonne journée.

Ce n'est pas quelques réunions de jeunes qui changeront quoique ce soit à cette situation: l'église catholique est complètement hors sol, obsolète et ne répond plus aux besoins de son temps. Sans même évoquer ceux de ses nombreuses victimes, généralement mineures.

Écrit par : cndavid53 | 10/09/2008

La fin du monde ne se produit-elle pas chaque fois qu'une illusion est perdue?

Celle du mystère de la Vie combat homérique entre évolutionnistes et fondamentalistes ne plâne-t-elle pas sur chaque déplacement du pape et les tergiversations des uns et des autres ne constituent-elles pas.... une soupape de décharge émotionnelle?

L'essentiel est dans l'ouverture de l'esprit, le respect de l'autre et l'éthique dans la gestion du bien public.


Patrick Dimier
Liste No9 MCG
Mouvement Changer Geneve

Écrit par : patrick dimier | 10/09/2008

Monsieur DECAILLET,

Un peu de spiritualité, alors que l'on annonçait la fin du monde, cela ne fait pas de mal. De quoi se parleront Nicolas SARKOZY et Benoît XVI, de l'Eglise catholique, du futur de la planète, peut-être en saurons nous un peu plus avec Monsieur RUBEN-AYOUN. Parlerons-t-ils aussi de ce 10 septembre 2008, journée mondiale de prévention du suicide, campagne de sensibilisation de l'OMS, passée sous silence dans les médias ?? A suivre...

Écrit par : fuchs béatrice | 10/09/2008

Les commentaires sont fermés.