17/09/2008

La grande armée des muets


Edito du 7-8  -  Radio Cité  -  Mercredi 17.09.08  -  07.05h

 

On aime ou non Eric Stauffer, on peut certes passer son temps à le taxer de populiste, il se trouve que cet homme-là détient, de temps en temps, ce qu’on appelle une information. Laquelle, à coup sûr, mérite d’être vingt fois vérifiée, décortiquée, raffinée de son état brut. Mais laquelle, souvent, c’est ainsi, fonctionne comme révélatrice de dysfonctionnements dans la République et Canton de Genève. Ce genre d’informations, le président du MCG les sort au grand public. Là où la grande fraternité des muets les retient, voire les cache.

Dans la saga des Services industriels de Genève, le trublion se comporte, depuis de longs mois, comme un redoutable dénicheur d’affaires. Son réseau d’indicateurs est remarquablement tissé : dans ce pays des mille sources, où jaillit l’eau vive autant que le miasme, l’observateur politique doit évidemment faire son choix. Avec la plus grande rigueur. Tout reprendre serait une faute. Hausser les épaules, et ne rien faire, sous prétexte que Monsieur Stauffer est populiste, en serait une autre. N’est-ce pas finalement par son action que le salaire du président des SIG a fini par être drastiquement réduit ?

D’une affaire l’autre, perpétuellement sur la défensive, toujours en retard d’une réaction là où Stauffer les devance de sept lieues, l’actuel conseil d’administration des SIG est-il encore en mesure d’accomplir sa tâche ? Sa crédibilité est-elle encore suffisante ? Le silence dont se drape le ministre de tutelle est-il vertu ou rétention ? Ces questions, les gens se les posent. Ils sont utilisateurs (on aurait surtout envie de dire : clients captifs) de cette grande entreprise de service public. Mais ils sont aussi citoyens. Ils ont le droit de savoir ce qui s’y passe. Quels que soient les réseaux de silence et de protection d’une classe politique unanimement représentée dans la plus haute instance de l’entreprise. Et où tout le monde se tient par la barbichette.

Pascal Décaillet 

 

 

06:47 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dites ... est-ce normal que Daniel Mouchet réclame le départ d'Eric Stauffer, député élu, par le peuple ... lui ?

On voit bien là ... qu'Eric Stauffer, député élu dérange ... et c'est tant mieux, les genevois ne sont pas dupes.

Vivement les élections de 2009 !

Et là ... c'est pas une information ... c'est une constatation.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/09/2008

Monsieur Decaillet, fallait-il tenter de minimiser l'action de M Stauffer en début de votre billet? De vous défausser sur d'autres qui le taxent de populiste pour le faire vous-même sans en avoir l'air?

Puisqu'ensuite vous validez pleinement son action par rapport aux SIG, puisque vous vous posez les bonnes questions suscitées par entre autres les révélations de M. Stauffer, ne fallait-il pas lui rendre hommage et le remercier, plutôt que le diminuer tout en réutilisant la matière informative qu'il apporte?

Juste pour que votre honnêteté intellectuelle ne soit pas mise en doute...

Écrit par : hommelibre | 17/09/2008

Bravo Monsieur Décaillet, pour la pertinence de votre analyse.
Bravo, Monsieur Stauffer, même si votre franc-parler est quelquefois un peu debleu debleu, votre acharnement relève non pas de l'obstination, mais de la détermination.

Et c'est bien connu: l'osbtination s'acharne, alors que la détermination initie.

Bon courage à tous les deux, et félicitations à Monsieur Décaillet que j'écoute chaque matin avec beaucoup d'intérêt et de plaisir sur les ondes de Radio Cité 92.2, radio avant-gardiste dans ce créneau qu'est l'information directe citadine et en temps réel.

Écrit par : Denise | 17/09/2008

Moi je dit Merci Monsieur le député Stauffer et vous?

N’est-ce pas normal, en 2006, que les gens soient déçus lorsqu’ils demandent à des politiciens d’avoir l’envergure de Jean-Jacques Rousseau ou de François-Marie Arouet dit Voltaire et que l’on veuille les entendre nous parler de grands projets de société, mobilisateurs, porteurs d’avenir, alors que la majorité des politiciens administrent de plus en plus comme des comptables, sans vision à long terme ou avec une vision de projet de société que de plus en plus de gens considèrent dépassée, sinon dénaturée ?

N’est-ce pas un peu parce que les politiciens d’aujourd’hui livrent un double message ? Un pour satisfaire des électeurs qui votent de plus en plus en fonction d’intérêts personnels et un autre pour la galerie en parlant de l’avenir collectif d’une hypothétique régions?

Car c’est bien la réalité à laquelle les hommes politiques font face. Nombre de groupes de pression, de toutes tendances ont à cœur LEUR réalité, voulant rarement regarder comment cela affecte celle des autres. Tout le monde tire sur la couverture, chacun de son côté, et après on demande pourquoi ils sont inconséquents !

Qui est à blâmer pour cette dérive du politique ? Ne le sommes-nous pas tous un peu ?

Nous, les électeurs, sommes en partie responsables de cette baisse de valeur de la politique, en l’ayant laissée à elle-même pour nous concentrer sur notre vie individuelle ; en nous repliant sur nous-mêmes, pour nous réveiller quelques années plus tard, horrifiés de voir le néant dans lequel nous baignons et constater la vacuité des discours et la petitesse des enjeux débattus, qui n’ont que peu à voir avec les vrais enjeux, que nous connaissons tous, plus ou moins consciemment.

Aussi, en faisant des demandes qui ne vont pas dans le sens de notre épanouissement collectif, mais de notre bien-être individuel, de façon nombriliste.

Les politiciens (l’entente + l’alternative), qui volontairement décide de voir Genève comme une somme de lobbies à satisfaire afin de garder le pouvoir coûte que coûte ; tout cela dans le but d’accomplir, plus tard, toujours plus tard, le grand projet, ou tout simplement pour le pouvoir.

Les journalistes, qui font à la fois preuve de cynisme face aux politiciens traditionnels, et d’élitisme condescendant face aux petits nouveaux comme ceux-là qui essaient de mettre sur pied un parti, en 2005, ne daignant même pas en apprendre plus sur ces gens qui ont le courage (ou l’inconscience) d’essayer de faire quelque chose.

Les chefs de rubriques et directeurs de journaux, qui censures et diriges les articles et reportages en fonction soit des intérêts des propriétaires des médias respectifs, ou du spectacle médiatique dans l’instant.

Les jeunes, qui ne veulent rien savoir des partis politiques, car ils ne leurs accordent aucune crédibilité, mais veulent que les choses changent, sans s’impliquer dans aucun d’eux, car c’est salissant.

Et enfin, les lobbies et les chefs, qui n’osent pas faire face aux responsabilités collectives lorsqu’ils sont placés devant des choix difficiles, et même parfois inacceptables pour l’avenir de Genève.
Pour l’entente (lobby immobilier) qui est en fine est satisfaite de voir des niveaux de loyers très élevés par manque de construction.

Pour l’alternative qui elle maintient sont électorat sous perfusion par l’Asloca brandissant le spectre des loyers trop cher, mais refusant toutes constructions….

L’UDC qui est devenu l’ombre de l’entente espérant en faire partie…

Finalement tous ces partis sont satisfaits de la situation….

Ceci dit, une nouvelle réalité politique a commencé à poindre le 9 octobre 2005 dans le paysage genevois. De plus en plus de gens se disent qu’il faut faire quelque chose pour ranimer la politique, et tasser la politicaillerie. Il est trop tôt pour dire ce qui en résultera mais une chose est sûre, pour que Genève arrive finalement à se réveiller, le politicien idéal aura besoin de 3 qualités : du leadership, de la vision et du courage.
Mais il ne pourra faire le travail tout seul, nous devrons tous y collaborer.

Il est clair que nous ne pouvons pas demander aux politiciens de n’être qu’altruistes lorsque nous sommes de plus en plus individualistes (pour ne pas dire égoïstes), mais un équilibre doit être retrouvé entre l’individuel et le collectif.

Le 9 octobre 2005, la population a élu le Mouvement Citoyens Genevois avec cette idée en tête, le bien-être collectif.

Il nous faut recommencer à nous responsabiliser collectivement aussi bien qu’individuellement, pour notre épanouissement à tous. Une multitude de signes inquiétants révèlent une perte de sens et de direction dans la vie des gens habitants Genève, et ce, à tous les niveaux.

Que l’on parle de famille, de suicide, de jeu, de travail, le portrait profond de Genève est une remise en question. Un parti politique citoyen - dont le point de départ n’est pas la région, mais le respect et l’interdépendance de la vie sous toutes ses formes - représente une piste de réflexion politique à cette remise en question.


Le MCG n’a pas la prétention de croire qu’il est LA solution mais une chose est sûre, nous savons que ce n’est pas dans la fuite en avant ou en nous croisant les bras que nous créerons une Genève que nous serons fiers de léguer à nos enfants.

La tempête Lotar a bien illustré ce qu’une crise fait ressortir comme esprit de solidarité, d’entraide et de leadership. Nous nous approchons à grands pas d’une nouvelle tempête politique, et ce sera là que le politicien "idéal" aura la chance de se faire valoir parce que reconnu par des citoyens, humains et vulnérables, avant tout.

Alors continuer Monsieur Stauffer à remuer car la politique genevoise en a besoin, n’écouter point les critiques tenez votre cap, car bon nombres de citoyens dans l’ombre vous soutiennent.

Jean-Robert Pasinnas

Écrit par : Jean-Robert | 17/09/2008

Il est bien notre député Républicain Eric Stauffer! Mais une question me chicane, les autres FONT QUOI? Sauf a le critiquer comme dans l'affaire des bonus ou les SIG voulaient déjà sa tête, et finalement c'est lui qui avait raison!

Une question pour Monsieur Décaillet;

Selon vous Eric Stauffer au Conseil d'Etat serait un bon Ministre ou pas?

Écrit par : Laura | 17/09/2008

L'action politique peut-être simple ou complexe. Le député Eric Stauffer la rend compréhensible. Nommé en tant qu'élu du peuple dans le conseil d'administration des SIG, il fait son travail d'administrateur, c'est à dire qu'il dénonce des stratégies industrielles contraire à l'intérêt des citoyens. Puis il propose des solutions.
Il est parfaitement dans son rôle, c'est à dire qu'il est au service de la communauté et non pour se servir.
Le silence des autres membres du Conseil d'administration des SIG est incompréhensible et laisse supposer qu'il existe des volontés politico-corporatistes contraire à l'intérêt général c'est à dire à celui de tous les habitants du Canton et de la république de Genève.
Le député Eric Stauffer est un homme d'action, sur le terrain, près des citoyens et possède une qualité d'écoute politique exceptionnelle. Aujourd'hui, il n'y a pas d'équivalent sur la place de Genève.
Je ne suis pas membre du MCG, mais je voudrais souligner que la direction de ce parti a proposé la liste N° 9 MCG Mouvement Changer Genève afin que toutes les personnes hors parti ou faisant partie d'autres partis politiques puissent s'investir dans la Constituante. Cette attitude constructive et réaliste montre combien le souci du MCG n'est pas de faire un coup politique mais d'enrichir la République.
Continuez Monsieur le Député Stauffer de dénoncer les irrégularités et les vices de fonctionnement des institutions publiques, car le bien commun appartient aux citoyens et non à une caste.

André Moser
Candidat liste N°9 MCG
Mouvement Changer genève

Écrit par : André Moser | 17/09/2008

Merci de votre analyse cher Monsieur.

L'attitude de ce gouvernement donne l'impression d'être une fin de règne aussi désastreuse que celle de Louis XVI qui à force de vouloir sauver sa têtte la fit perdre à tout un pays!

Genève a été envhaie par les Autrichiens. Ils ont été chassés et nous avons gardé les autruches!

Ce qui est le plus choquant c'est que M.Cramer puisse rester en place alors que dans n'importe quel pays il aurait sauté.

La prédiction de M. Dimier dans la TG en 2007 s'avère juste "nous sommes à Genève et personne ne sera démis" en faisant référence aux conséquences de cette pantalonnade.

Genève est devenue la risée politique de toute personne munie d'un minimum de jugeotte et bien plus grave, ce sont les Institutions qui sont galvaudées par ceux qui ont pour mission de les servir.

Cette farce montre qu'une autre idée défendue par la liste MCG (et non pas par les PDC qui volent les idées des autres) celle de l'intiative destitutive est une nécessité.

Très honnêtement, je crois que ce gouvernement serait bien inspiré de démissionner en bloc et provoquer des élections anticipées.

Ce n'est pas l'armée des muets qui est en face du cyclone "Stauffer" c'est celle des ombres car il n'y a aucune consistance en face de ses démonstrations toutes plus convainquantes les unes que les autres.

Une chose est certaine, l'arrivée du MCG montre une état de délabrement des Institutions qui fait très peur.

Écrit par : edmond | 17/09/2008

Il me semble que ce gouvernement ressemble pas mal aussi au Prince Jean usurpateur du Roi Richard Coeur de Lion.

Pilleur des caisses, intriguant et faiseur de guerre inutiles.

Ce félon n'a-t-il pas créé ROBINWOOD lui-même?

Ce qui me fait penser à ce parallèle c'est que les responsable politiques du MCG semblent bien avoir la même stratégie que lui.

Harcèlement, fléches assissines il ne reste plus qu'à espérer la chute du shériff de Nottingham.

En tout cas je trouve que ce Robin des Bois local fait bien son travail et que ses "aides" cachés dans la forêt deministrative font un excellent travail de sape.

Je trouve que cette équipe dispose de remarquables stratèges et il ne fait pas de doute que Richard (le peuple de geneve) retrouvera son siège et sa dignité grâce a eux!

Well done boys

Écrit par : jean sans terre | 17/09/2008

Ce que je sais quant à moi c'est que la situation que nous vivons aux SIG se retrouve dans de nombreuses autres structures similaires.

Ce qui est malsain c'est que l'Exécutif soit mêlé à la gestion de ces entités pseudo publiques.

L'exemple de l'aéroport me frappe car lorsqu'on examine la liste des membres du C.A. de l'AIG (Aéroport International de Genève), il n'y a qu'un seul spécialiste de l'aviation! Comme par hasard il représente le MCG!!

Cet exemple montre que d'une part les ententes entre les partis politiques qui se prétendent adversaires masquent les besoins au profit des "récompenses des sponsors" desdits partis et que d'autre part la présidence assurée par un politique ne sert pas l'intérêt de l'entreprise mais celui d'un parti (radicaux en l'espèce).

La fondation des parkings est encore plus choquante avec une équipe digne du cirque Knie à sa tête et une ministre de tutelle qui, au fond, ne souhaite pas sortir l'entreprise de sa stagnation mais au contraire de la maintenir dans une léthargie criminelle lorsqu'on sait que ce secteur est très convoité par les privés qui permettraient de créer une vraie expérience de PPP.

Mais le système actuel est trop valorisant pour les gouvernants qui peuvent se targuer du titre ronflant de "président" !

La meilleure preuve est la tentative de déposséder les genevois de leur voix dans ces entreprises qui, heureusement a echoué grâce....... au MCG, pardi.

On comprend mieux que les autres soient muets, ils sont pris dans leur propre piège, celui des magouilles.

Si Genève était gouvernée par des gens honnêtes, le ministre devrait démissionner.C'est comme ça que ca se passe dans une vraie démocratie.

Malheureusement pour nous, le système qui régit la République permet ce type de dérive, voir les amplifie et les partis qui font la leçon au Peuple se comportent comme des voyous.

En conclusion, dans 50 ans, nos descendants remercieront le MCG et Eric Stauffer d'avoir mis à nu un réel système mafieux de gouvernance des biens publics.

A la veille d'élire une assemblée chargée de nous proposer une nouvelle constitution, j'espère que les Genevois se déplaceront en masse pour dire qu'ils en ont marre de ces trafics d'influence et que les listes issues de ces partis mangeront la poussière et que celles qui représentent la société civile, non politique, auront une belle majorité.

Merci à M. Stauffer pour son courage et son inusable sens des injustices dont nous sommes tous victimes, du plus riche au plus modeste.

PS: Je suis haut fonctionnaire et affligée de constater ce délabrement.Nombreux sont celles et ceux qui travaillent dans la fonction publique saluent l'action du MCG dans le terrain car elle remet en valeur leur travail et montre que ce n'est pas le fonctionnariat qui déraille mais le politique.

Écrit par : jasmine | 18/09/2008

jasmine...
C'est comme dire, que le Président de la Confédération lui-même, n'a aucun lien avec les assurances maladie.

Oskar Freysinger est le seul conseiller national, qui demande qu'en plus de la simple liste de liens avec des entreprises privées et des divers comités, les revenus soient aussi inscrits.

Bravo à l'UDC Oskar Freysinger !
Mais aussi bravo au MCG et à son député Eric Stauffer !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/09/2008

Monsieur Décaillet,

Sachez que j'ai énormément apprécié "l'analyse" développée dans votre Edito.
C'est également le cas de nombreuses autres personnes que je connais, qui j'espère viendront vous glisser un petit commentaire tout comme moi…

En effet, vous parlez de manière pondérée et réfléchie des actions menées par M. STAUFFER et surtout du respect que devraient avoir les élus vis-à-vis de ses citoyens. Vous soulevez implicitement la question et le dilemme du DROIT et DEVOIR D'INFORMATION que tout le monde peut se poser lors de crises ou situations délicates.
Pour ma part, j'ajouterais également le besoin inconditionnel de TRANSPARENCE.

Ensuite, effectivement on peut aimer ou ne pas aimer…

Que dire ? Je voudrais simplement VOUS féliciter !

Oui car la grande armée des muets ne s'arrête pas qu'aux politiques, elle comprend aussi les journalistes de Genève et environs.
Dans cette armée là, il y a aussi des objecteurs de conscience… sélective, pour lesquels les droits et devoirs précités devraient être un élément clé. Malheureusement, dans leur cas elle a pris les champs…car il ne faut surtout pas faire du foin…

Eh oui, comment se fait-il qu'un autre journaliste ou quelqu'un d'autre n'a pas osé pas en parler après études, vérifications, recoupements, témoignages à part VOUS !

Pourquoi certains sujets importants ne pourraient-ils pas être connus des citoyens et réservée à une seule caste ?

Ce que vous faites, peux paraître banal, mais cela n'est point le cas : Vous aussi, vous méritez notre reconnaissance pour le travail que vous accomplissez (ainsi que vos collaborateurs) dans ce dossier et bien d'autres par le passé. D'ailleurs si mes informations (et je ne suis pas journaliste) sont bonnes cela n'a pas toujours été facile…

Il est tellement facile de critiquer, mais lorsque quelqu'un fait quelque chose de bien, il faut aussi avoir l'intelligence et le respect de le dire.

Donc, bravo à VOUS !

Continuez à nous tenir informés contre vents et marées et de poursuivre à animer vos débats, qui comme d'autres DÉRANGENT CERTAINS, MAIS SONT TRÈS INSTRUCTIFS ET FORTS UTILES POUR NOUS CITOYENS.

Ne changez rien !

Écrit par : Stéphane Cornut | 18/09/2008

@jasmine : en qualité de haut fonctionnaire, vous faites bien de préciser que notre système n'est pas mauvais en soi mais c'est ce qu'en font les politiques en place qui est désatreux! Si "la fonction publique salue l'action du MCG", il y a encore de l'espoir d'un changement!

Votez Neuf à la Constituante !

Écrit par : Micheline Pace | 18/09/2008

Les commentaires sont fermés.