21/11/2008

Le chevau-léger et le Prince noir

 

 

La brèche était ouverte, Hugues Hiltpold s’est engouffré. Il avait déjà déclaré, il y a deux mois, que le parti radical ne se ferait pas trop prier, si on le lui demandait un jour poliment, de reprendre le DIP. Bien entendu, il ne s’était avancé qu’à titre personnel, n’avait été le chevau-léger de nul Prince noir, n’avait jamais eu la moindre conversation avec François Longchamp sur le sujet. Bien entendu. C’était il y a deux mois. C’était il y a cent ans.

 

On s’était dit que ce délicieux gentleman s’était offert un coup du milieu, avait tenté de s’encanailler, mais que tout était rentré dans l’ordre. C’est du moins ce que nous répétait l’entourage cardinalice du Prince, comme pour calmer l’ardeur de nos conjectures. Il y avait un gendre idéal qui avait joué, une fois, à la tête brûlée, mais l’incident était clos. Bien entendu, les radicaux ne caressaient d’aucune espèce de convoitise la reconquête d’une Ecole à laquelle ils avaient rendu naguère, avant Chavanne, quelque service signalé. Bien entendu. C’était il y a quelques semaines. Juste avant le napalm du Tribunal administratif.

 

Et puis, patatrac, hier soir, Hiltpold récidive. Toujours lui : chez ces gens-là, la récurrence est une vertu, elle flambe dans les bannières. La progression dramaturgique aussi : dans un communiqué, sur le constat d’une pestilence nommée « cacade » (sic !), le franc-tireur (bien entendu solitaire) « voit mal comment Charles Beer peut prétendre diriger le DIP une législature de plus ».

 

Bien entendu, on va continuer à nous répéter, pendant un an, que cette hypothèse d’OPA n’est que fantasmes. L’actuel conseiller d’Etat radical, pas plus que son efficace conseiller de l’ombre, ne seront jamais apparus au grand jour dans cette affaire. On aura laissé Hugues le lanceur de fusées éclairer joyeusement nos nuits : reprendra-t-il un jour les Fêtes de Genève ?

 

A moins qu’un autre job, disponible d’ici un an, ne commence à faire frissonner les rêves hiltpoldiens. La très grande fragilité du ticket choisi hier soir par les libéraux, cette illusion de l’équilibre là où toute attaque doit se fonder sur la rupture, pourrait, à raison, faire réfléchir les radicaux dans le sens d'un double ticket. Mais les places seront chères : la non-candidature de Jornot, cette absurdité de casting, offrira à un Jornot bis l’occasion de faire du Jornot en sirotant du Canada Dry. Cet homme existe, se porte très bien, n’est pas totalement insensible à l’attrait du pouvoir. Il s’appelle Yves Nidegger.

 

Pascal Décaillet

17:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Libéraux genevois : la passion du suicide



Sur le vif – Vendredi 21.11.08 – 00.30h

En refusant, il y a deux heures, de désigner Olivier Jornot, l’un des fauves les plus racés de la faune politique genevoise, pour la candidature au Conseil d’Etat, les libéraux genevois viennent de commettre une erreur historique. Par confort, par adoubement du douillet, par peur de l’homme fort et de la tête qui dépasse, par une mixture de provincialisme communal (où le seul mot « péréquation » préfigure l’extase salée d’un coït) et de génuflexion féministe, ils viennent d’éliminer rien moins que le meilleur des leurs. Les libéraux genevois auraient-ils la passion du suicide ?

Ils ont cru qu’ils allaient pouvoir gagner par la sagesse de l’équilibre (jusqu’à celui, tellement convenu, des sexes), là où la politique a besoin de dépassement, de sales tronches, de rêves de gloire et de nuits blanches, de caractères de rats, et surtout d’une incomparable compétence sur les dossiers, bref j’ai nommé Olivier Jornot. L’homme capable, à la même vitesse de lumière, de vous réciter Quinte-Curce et de vous pondre, sur une nappe de papier, un projet de loi sur la police. Jornot est un fou de politique, un fou de pouvoir, et c’est justement pour cela qu’il fallait le désigner.

Au nom de quelle étrange conception la politique devrait-elle se résigner à n’être qu’une flasque aspiration au juste milieu ? Poitevine et marécageuse, quand elle pourrait être de terre ferme et de soleil, ouverte à la férocité des vents. Pas les zéphyrs : les vents ! Là encore, j’ai nommé Olivier Jornot, homme de voiles latines, de lettres et de droit, de poèmes épiques et de textes de loi. Prétorien ? Et alors ! L’Histoire retient-elle le bruit parfois coupable des bottes, crottées de la glaise du temps, ou l’innocent cliquetis des sandales ?

Au pouvoir personnel, les libéraux ont donc préféré les délices plus castratrices de l’impuissance impersonnelle. N’ayant pas osé le coup de force contre les éminences acquises, installées, ni contre le conformisme de l’équilibre, ils ont pris le risque de barrer la route du pouvoir à un homme qui génétiquement, était programmé pour l’exercer. Beau gâchis. Pour les libéraux. Et pour Genève.


Pascal Décaillet



00:30 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/11/2008

Retour de l’île d’Elbe ou Waterloo ?

 

Il a 68 ans, il repart au combat. On le disait mort, putréfié par l’oubli, le revoici. On l’aime ou non, ça n’est pas la question, ça devrait l’être beaucoup moins lorsqu’on parle de lui. La politique, à ce niveau-là, où la mort métaphorique promène toujours ses pattes de velours, est affaire d’animaux de sang froid. Chez ces gens-là, Monsieur on guette, on soupèse, on calcule. Et, bien sûr, on tue.

 

De sa section historique, sa tanière, son terroir, il repart. Que se passe-t-il, dans sa tête ? Vogue-t-il, comme naguère le reclus de l’île d’Elbe sur le brick l’Inconstant, vers quelque Golfe-Juan, dans l’espoir de défricher sa route du retour, retrouver sa couronne ? Un an, qu’il en a été chassé, tout comme le Corse, lors de sa première abdication. Y songe-t-il vraiment, ou ne fait-il que donner un coup de main à la ligne dure de son parti ? A Ueli Maurer, par exemple ?

 

Cette Assemblée fédérale, qui lui a signifié sa disgrâce, a-t-elle une quelconque chance de se désavouer elle-même en le reconduisant ? Pas une sur cent, en vérité ! Mais le passager du brick, sur les eaux bleues de la Méditerranée, en avait-il davantage, en débarquant le 1er mars 1815 ?

 

Il y a, dans cette tentative de retour, comme un goût salé d’aventure, une escapade de mauvais garçon, une gavrocherie fugueuse, suicidaire comme une aube marine. Ca n’est pas pour rien que Jean Ziegler a eu des mots élogieux, dimanche, sur Blocher : les deux hommes se ressemblent, vomissent les conformismes, n’ont jamais cherché à se mouler dans la quiétude. Gauche dure, droite dure, que valent les rigidités géométriques face à la troublante chimie d’une pâte d’homme, né pour déranger ?

 

Pour l’heure, côté Restauration naguère poignardante, on a arboré le silence de ceux qui ont intérêt à réfléchir à deux fois. Et s’il y avait pacte des loups ? On te laisse revenir, toi ou un homme à toi, et en échange tu nous aides à reconquérir le deuxième siège PDC, au détriment des radicaux.

 

Fantasmes ? Sûrement. Poussières d’Empire, illusions de la résurgence. Très peu de chances, en effet, pour lui. Et sans doute, au bout de ce chemin-là, Waterloo. Mais un homme de guerre est un homme de guerre. Rien, jamais, ne l’apaise. Rien. Et surtout pas la quiétude un peu bouffie des notables.

 

 

Pascal Décaillet

11:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/11/2008

Vincent Pellegrini, l’un des meilleurs des nôtres


Depuis plusieurs années, je considère mon confrère Vincent Pellegrini, rédacteur en chef adjoint du Nouvelliste, comme un journaliste d’une rare qualité en Suisse romande. Pourquoi ? – Parce qu’il est un homme seul. Il a des convictions, très fortes, n’a nulle peur de les afficher. Il se fiche comme d’une guigne de tout ce qui fleure la mode, jusqu’à la plus frêle paramécie de modernisme, ou l’idéologie du progrès, qu’il voit et entend bêlante comme agneaux byzantins. Il est un peu fou, comme nous le sommes tous, comme l’était Léon Bloy, l’Imprécateur, comme le sont tous les minoritaires, de gauche comme de droite, croyants ou athées, qui grattent le papier contre l’esprit du temps. Sa plume est simple et précise, toujours soucieuse d’informer.

Eh oui :  Vincent Pellegrini, avant que d’être catholique pratiquant (ce qui relève bientôt du Code pénal), passionné d’Histoire religieuse, avant d’être l’un des rares éditorialistes de droite de ce coin de terre, osant s’assumer comme tel, et dans toute la palette culturelle de ce choix politique, avant tout cela, Vincent est un journaliste. Son blog, très étoffé (http://religions.blog.lenouvelliste.ch/), l’un des rares lieux où on ose encore nous parler du culte marial, nous livre avant tout des faits, des informations, amenées, expliquées, mises en contexte. Puis aussi des commentaires, toujours nourris de compétence. On partage ou non ses analyses, mais il y a du solide, du répondant.

Homme de droite, Valaisan, catholique de tendance plutôt conservatrice : on en fusille éditorialement pour moins que ça, dans la moderne pâleur de nos aubes ! Notre superbe cumulard, que je soupçonne un peu de désirer les flèches comme Saint Sébastien en son martyre, a donc eu droit, tout récemment, à une philippique d’une rarissime finesse, dans le « Peuple valaisan », l’hebdomadaire socialiste de ce canton, dont je vous laisse apprécier le merveilleux esprit d’ouverture et de tolérance :

« C’est le rédac’ en chef adjoint du Nouvelliste (un petit chanoine agressif et teigneux qui a dû recevoir, petit, le calendrier liturgique avant son abécédaire) qui nous gratifie ce vendredi (veille de Toussaint) d’un merveilleux “Non-dits” sur le dernier bouquin post-mortem de Soeur Emmanuelle, récemment canonisée saint patronne des onanistes. Passe encore qu’il lui pique la moitié du texte de son article (si à Halloween on peut même plus détrousser les cadavres encore fumants, on va le faire quand?) mais qu’on mette son charabia d’illuminé en page “Suisse”, moi ça me laisse perplexe… (…) Peut-être que Vincent c’est un gros feignant qui n’arrive pas à lâcher son missel pour s’intéresser à son boulot de journaliste? ».

 
Je ne connais pas le ci-devant Boris Michel, signataire de ces lignes, et ne brûle pas d’impatience de déboucher un blanc surmaturé en sa compagnie. Mais je m’interroge : les responsables du « Peuple valaisan », hebdomadaire socialiste, le parti des gentils, des tolérants et des donneurs de leçons, ont-ils relu ce texte avant parution ?  Si oui, quel signal ont-ils voulu donner ? Affaiblir la « nouvelle orientation de droite » du Nouvelliste, courageusement défendue par le rédacteur en chef, Jean-François Fournier ? Si c’est le cas, c’est étonnant : les socialistes, hommes de gauche, devraient se féliciter d’avoir face à eux un vrai journal conservateur. A moins – je n’ose imaginer cette hypothèse – qu’ils ne croient déjà advenu, en forme de parousie, un monde dégagé de l’Histoire et de ses luttes, où la noirceur de la nature humaine aurait enfin cédé la place à la blanche enfance des anges.

 

Bref, Vincent, et aussi Jean-François, je n’ai qu’un mot à vous dire : n’ayez pas peur. Et battez-vous.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

12:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/11/2008

L'agneau sacrificiel

 

La démission de Samuel Schmid, ce matin, n’est pas un acte politique, c’est un rituel sacrificiel, un inexorable cheminement de l’agneau pascal vers le couteau. Il fallait que cela fût. Cela est.


Samuel Schmid n’est pas mort hier, pour la seule et évidente raison qu’il était déjà mort ! Nul, sur cette terre, ne peut mourir deux fois. Mort, politiquement, depuis l’affaire Nef, et peut-être même déjà avant. Roi sans couronne, chevalier sans monture, combattant sans bannière, Jean sans Terre, ombre sans soleil. Assez de raisons, me semble-t-il, pour avoir envie de s’éclipser plus ou moins discrètement. Avec, en cadeau de départ, ou comme viatique, l’acceptation, finalement, du programme d’armement par le National. Comme un ultime bijou à un amant – ou une maîtresse – dont on prend congé.


Cette démission, à peine accélérée par les récents ennuis de santé du conseiller fédéral, c’est l’aboutissement d’un « annus horribilis » pour un magistrat qui avait sans doute cru avec un peu trop de naïveté qu’il allait pouvoir tirer profit du départ de Christoph Blocher. Un vent de traîtrise – disons un zéphyr – a soufflé au sein de son ex-parti, certaines évidences sont apparues, on a commencé à parler de double jeu, c’était déjà fini.

Le reste, ça n’était plus que l’inexorable, juste à accomplir. Les quatorze stations d’un chemin de croix, jusqu’à l’annonce de ce matin. Le rituel du pèlerin, du pénitent, en attendant le châtiment, qui sonnerait comme une libération. Dès le 1er janvier 2009, Samuel Schmid sera, à nouveau, un homme libre. Dégagé de cette perpétuelle machine à tuer qu’on appelle le pouvoir. A coup sûr, cet honnête homme pourra – on le lui souhaite sincèrement – redevenir un homme heureux.

 

Pascal Décaillet

17:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

08/11/2008

Madame von Arx-Vernon, bleue comme une orange…


 

Samedi 08.11.08 - 19.45h

 

Qu’elle nous parle des hommes violents, d’un projet politique, ou simplement de la vie qui va, Anne-Marie von Arx-Vernon en impose par son réalisme, son humanité, sa recherche de la bonne solution. On a eu, une fois ou l’autre, l’occasion d’entendre, ce week-end, à l’occasion de la journée de la violence domestique, cette femme de terrain, pragmatique, la seule à qui on puisse pardonner de se proclamer de cette hérésie euclidienne, « l’extrême centre ». Expression qui évoque, chez nombre de ses collègues de parti, la liquéfaction d’une montre molle chez Dali, dans la chaleur de Cadaquès. Mais qui, chez elle, conquiert une dimension de crédibilité, tant la personne est ancrée dans le réel. Miraculeuse mutation, bleue comme une orange. De Dali à Eluard, n’y a-il pas, comme un appel à la vie charnelle, que les formes de Gala ?

En écoutant cette députée vendredi matin, puis juste à l’instant dans Forums, je me suis mis à regretter ces voix qui, au printemps 2007, lui avaient manqué pour siéger au gouvernement de la Ville de Genève. D’autres, élus alors qu’elle ne l’a pas été, auraient beaucoup à apprendre d’elle en connaissance des hommes et du terrain, des réalités sociales (hors d’un champ théorique et idéologique). Il y a des gens, à la parole ailée, qu’on n’aurait pas un seul instant l’idée d’imaginer dans un exécutif (Jacques-Simon Eggly, Pierre Weiss), et il y a ceux, beaucoup plus rares, qu’on voit d’instinct occuper des responsabilités de décisions. Au niveau de leur propre parti, ou d’un gouvernement. Anne-Marie von Arx-Vernon, à l’évidence, appartient à cette seconde catégorie. Puisse le destin, sans trop tarder, lui en donner l’occasion.

Au sein d’un parti cantonal qui ne brille pas toujours par la clarté de ses positions, encore moins par la solidité de sa fidélité à une Entente à qui il doit pourtant beaucoup, voilà une femme-repère. Non par l’idéologie. Mais par la fiabilité. Denrée rare sous ces bannières d’encens et d’eau bénite, où l’affairisme champêtre le dispute au clientélisme le plus cru. Il serait assez dommage que cette excellente connaisseuse de la nature humaine ne soit pas appelée à occuper, un jour ou l’autre, quelque poste signalé dans la République.

 

Pascal Décaillet

19:44 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/11/2008

L'homme-dieu, ça fatigue

 

 

A ce niveau-là, ça ne ruisselle plus, ça dégouline. L’omniprésence, sans le moindre bémol, dans la presse romande, les blogs, chez les rédacteurs en chef, de la figure d’Obama en Sauveur, en Rédempteur, en Recommenceur de la vie, a quelque chose qui devient déjà pénible à supporter. Non que l’homme soit dépourvu d’éminentes qualités. Non que sa victoire ne soit pas éclatante, ni qu’elle ne marque un tournant évident, après huit années plombées de médiocrité. Mais une telle unanimité, comme en sectaires pâmoisons, parfois jusqu’à l’hagiographie, dans une profession comme le journalisme où le doute et la discordance devraient tout de même avoir une certaine place, il y a quelque chose qui aiguise l’étonnement.

Il n’est pas question ici des foules, qui sont ce que par nature elles sont, invasives et adhérentes comme laves volcaniques. Pas question, non plus, de cette part de rêve et de candeur qui, à différents niveaux, nous habite tous, nous brandit comme un calice l’idée du progrès, nous fait croire au salut par la seule apparition d’un homme nouveau. Comme si l’Histoire était autre chose que tragique, comme si elle était pétrie d’une autre argile que l’archaïque noirceur de nos pulsions de pouvoir, de domination, celles d’Obama comme de Kennedy, de Nixon. C’est à leur capacité à relever les défis de leur temps – et à défendre les intérêts profonds de leur pays – que le temps jugera ces hommes-là. Pas à la part de morale projetée par les foules. Ni à celle de l’éblouissement devant un physique, la symbolique d’une couleur de peau, les capacités rhétoriques, l’habileté de campagne pour actionner la machine à fabriquer des rêves. Que tout cela ait pu, peut-être, relever d’un immense artifice (certes génialement construit, orchestré et mis en scène) ne semble pas, pour l’heure, un thème.

A partir de là, Obama sera peut-être un grand président. Et puis, peut-être pas. Nul ne le sait. Après quelques mois d’état de grâce, il prendra ses première décisions difficiles, aura à faire la guerre, se salir les mains, se rendre impopulaire, décevoir, bref faire de la politique. C’est sur ce travail-là qu’il faudra apprécier son œuvre et sa trace, à cette aune-là, celle des réalités, de l’inévitable moisissure des choses du pouvoir, au mieux fermentation, mais où le risque du miasme n’est jamais très loin. Après les rêves de campagne, voici venu le temps du pouvoir. Ancré dans la nature humaine, qui n’est pas exactement celle des anges. Disons, un peu moins volatile. Et un peu plus accrochée aux entrailles de la terre.

 
Pascal Décaillet

 

 

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Imprimer |  Facebook | |

01/11/2008

Moritz Leuenberger, l’endormeur des ondes

Samedi 01.11.08 - 18.40h

 

Moritz Leuenberger a-t-il, une seule fois dans sa vie, écouté une radio privée ? S’est-il, une seule seconde, demandé comment faisaient les artisans de ce métier, animateurs ou journalistes, chroniqueurs ou reporters, pour capter l’oreille des gens ? Leur oreille, leur attention, leurs envies, leur appétit de savoir, leurs désirs ? Connaît-il seulement ces mots-là, de chair et de vie, de rires et d’émotions, moins abstraits qu’une galerie d’art contemporain à Zurich, moins engraissés d’opacité pâteuse qu’un rapport de l’OFCOM ?

Moritz Leuenberger s’est-il, une seule fois dans sa vie, demandé ce qu’était une entreprise de radio ? Ces nuits glacées d’hiver, où les matinaliers rejoignent leurs studios, ne croisant de réveillés que quelques boulangers, employés de voirie, ou flics patrouilleurs. Ce combat, par toutes petites équipes (les seules qui vaillent), pour le succès d’une émission. Son audience, bien sûr, mais aussi son estime, son rayonnement, la chaleur de sa familiarité avec ceux qui lui font la confiance de l’écouter. Une émission c’est un réseau, une communauté invisible, à travers la nuit. Cela, Moritz Leuenberger, les apparatchiks de l’OFCOM, le savent-ils ? Y ont-ils songé, ne serait-ce qu’une seconde ?

Je ne travaille pas pour One FM, et ne prêche pas ici pour ma paroisse. Mais il se trouve que je respecte cette station, son directeur Antoine de Raemy, les efforts quotidiens de l’équipe pour parler le langage de tous, être une vraie radio populaire. Une radio qui, en un peu plus d’une décennie, s’est imposée comme la première des privées, en audience, sur Genève. Ce métier est une aventure, le risque d’échec y est permanent. La concurrence, féroce. Les désavantages des privés face au mammouth SSR, innombrables. Malgré cela, One FM s’est imposée. Donc, dans la logique extraordinairement subtile et raffinée de Moritz Leuenberger, elle doit disparaître. C’est clair, limpide, simple comme une machine de Tinguely rouillée par le frottis des ans.

La vérité, c’est que Moritz Leuenberger déteste l’univers du privé. Sans doute rêve-t-il, dans ses très longs sommeils, de la perfection épurée d’une forme d’ORTF, où le glacis de l’intellectualisme ne rivaliserait, au fond de la caverne, qu’avec une mathématique d’ombres chinoises surgie des insomnies d’un maître de l’abstrait. C’est, évidemment, une option. L’autre, qu’il ne connaît pas, c’est la vie, la vraie, brouillonne, imparfaite, viscérale, passionnelle : la radio, c’est cela, et cela seulement.

Oui, le ministre suisse de la Communication n’aime pas les radios privées, et il en a tout récemment donné la preuve dans un discours assez ahurissant, tenu le 11 septembre dernier, à Zurich, à l’occasion du « Radio Days », pour les 25 ans des premières stations locales en Suisse. Nombre de participants en sont sortis choqués par le mépris du conseiller fédéral pour le secteur qui échappe à la grande toile publique, dûment stipendiée par la redevance. Mépris, mais surtout ignorance. Préjugés. Diabolisation de l’audience, comme s’il était scélérat, sur cette terre, de tenter de parler à beaucoup de nos semblables. Avec Moritz Leuenberger au pouvoir, la tranquillité de l’Appareil audiovisuel d’Etat, où les intendances sont souvent plus importantes que les fronts de combat, a encore devant elle de très riches heures à couler.

En attendant, une entreprise humaine de quarante personnes, à Genève, qui avait dû à son mérite, son travail, son talent, de devenir la préférée du public, est menacée de mettre la clef sous le paillasson. Moritz Leuenberger a même le culot de le regretter, en s’abritant derrière la nouvelle loi sur la radio et la télévision, en effet une kafkaïenne machine à gaz, mais qui n’obligeait en rien à une lecture si stricte, roide comme la jugulaire d’un casque à pointe, quelque part dans le Brandebourg bismarckien.

A la vérité, c’est cette loi qu’il faut déjà songer à changer. La révolution de l’audiovisuel suisse ne fait que commencer, elle est devant nous. Les nouveaux supports, les nouvelles habitudes de consommation des médias, l’apparition des premières chaînes TV supracantonales, les efforts gigantesques de certains privés pour devenir, beaucoup plus que la SSR, le lieu du débat politique et de la citoyenneté, tout cela va faire évoluer les consciences. Ce sera l’après-Leuenberger. Une ère qui commence demain.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:38 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |