29/12/2008

Le Conseil fédéral dort-il?

Lundi 29.12.08 - 17.35h

Gaza, la mer Rouge, Kadhafi : trois mirages d’Orient, trois présents de l’actualité pour illustrer l’inaptitude de l’actuel Conseil fédéral à délivrer des messages clairs, stratégiquement concertés, en matière de politique étrangère. Dans un cas, le silence. Dans l’autre, l’incongruité. Dans le troisième, le désaveu inadmissible de l’une des 26 polices cantonales suisses, pour éviter de froisser un dictateur. Le tout, véhiculé par des messages disparates, où chaque ministre, par presse dominicale interposée, joue son propre jeu, sans souci de l’ensemble. La différence entre ce gouvernement et les bateaux qui passent le canal de Suez, c’est que ces derniers, au moins, ont un pilote.

Sur Gaza, depuis plus de 48 heures, les bombes israéliennes pleuvent, multipliant les victimes civiles. Qu’en pense le gouvernement de la Suisse ? Soutient-il, sans réserve, l’action d’Israël ? L’estime-t-il disproportionnée ? Invite-t-il ce pays à se concentrer sur des cibles militaires ? A-t-il des pistes, même à la modeste mesure de notre petit pays, pour la paix ? À ces questions, la seule réponse, pour l’heure, est le silence. Désintérêt ? Dos rond ? Désaccords internes ? Nul ne sait.

Sur la mer Rouge, voilà un président de la Confédération, à quelques jours de l’expiration de son mandat, qui vient lancer une idée dont on peut certes discuter, mais dont le tout nouveau ministre de la Défense (il a pris possession de son bureau aujourd’hui) ne semble même pas avoir été informé. On aurait voulu lui couper l’herbe sous les pieds avec la dernière des goujateries, ou lui signifier un état de tutelle dans sa marge de manœuvre, on ne s’y serait pas pris autrement. Imaginez un président UDC agissant de la même manière, face à Pascal Couchepin, sur une question majeure touchant à l’avenir de nos assurances sociales.

Le troisième exemple est le plus édifiant. Le désaveu très clair, par Micheline Calmy-Rey, de l’action de la police genevoise dans l’affaire Hannibal Kadhafi, donne un sentiment pâteux de lâchage interne et de concession devant les exigences exorbitantes d’un régime dont je ne sache pas qu’il ait jamais brillé dans la défense des droits de l’homme. Pire : dans cette affaire où on aurait pu attendre la voix présidentielle (ou celle de Madame Widmer-Schlumpf), c’est la ministre des Affaires étrangères seule qui lance le pavé dans la mare. Dissonances. Cacophonie. Feux éparts. Absence cruelle de cohérence.

Outre les questions de personnes, ou de signaux internes dans les rapports de pouvoir, ces trois exemples illustrent à l’extrême à quel point l’ère des ministres disparates, qui arrivent à la faveur d’une vacance et peuvent partir quand ils veulent, est révolue. D’une manière ou d’une autre, ce sont véritablement des équipes de concordance, avec des fonctions claires et des règles de primauté interne, qu’il va falloir mettre en place dans l’avenir. Hélas, on s’échinera encore des années en vaines empoignades avant d’y  parvenir. Ce qui est sûr, c’est que le système actuel, celui du hasard et des fausses notes, n’est simplement plus supportable.

Pascal Décaillet






17:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Comment donc ?
Tout ne serait pas pour le mieux dans la meilleure Suisse possible ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 29/12/2008

De la part de Cruella, rien d'étonnant.

"Absence cruelle de cohérence."

Merci de m'avoir tendu la perche.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/12/2008

Evoquer trois événements tout à fait mineurs pour affirmer que "le système actuel n'est tout simplement plus supportable". Allons, allons, à force de vouloir lancer des pavés dans la mare, on finit par découvrir que la mare est vide et cela n'éclabousse plus personne.
La Confédération ne s'est pas prononcé sur Gaza? La belle affaire!!!! Les Israéliens s'en foutent comme de l'an 40 des critiques internationales, ils ont le feu vert américain alors le reste, il s'en foutent tout simplement... La Chine et la Russie ont appelé à la fin de l'agression et on voit le résultat... S'il faut condamner juste pour la forme, alors autant ne rien faire....

Des soldats suisses en mer rouge? Mon Dieu quel scandale!!! C'est vrai que nos soldats ont mieux à faire comme de boire des coups de rouge à la Croix-Fédérale pendant les cours de répèt. Quant on voit ce que font les militaires pendant les cours de répèt ewt combien ça coûte, c'est plutôt l'existence même des cours de répétition qu'on devrait évoquer si l'on voulait parler de scandale, et pas l'envoi de trois bidasses sur des raffiots battant pavillon helvétique en Mer Rouge


Quant à l'affaire Khadafi, quant on connaît la totale impunité des policiers suisses qui ne sont jamais condamnés pour violence alors qu'Amnesty dénombre dans notre beau pays chaque année des centaines d'affaires de violence policière, on est en droit de se demander si les policiers genevois n'y sont pas allés comme à leur habitude, c'est à dire pas avec le dos de la cuillère. Et si la Libye n'est effectivement pas un exemple en matière de droits de l'homme, ce n'est pas pour autant que la police doit agir comme si elle avait tous les droits. Et soit dit en passant, il n'y a pas eu de désaveu féroce de l'action policière mais bien un demi-constat que ces messieurs n'y sont pas allé avec le dos de la cuillère. Il y avait quand même une femme enceinte que je sache... La hargne que vous M. Décaillet à l'égard de madame Calmy-Rey lui fait parfois un peu perdre le sens des proportions...

Bref, pourquoi souffler sur des feux de paille en voulant allumer des brasiers? Les journalistes sont forts pour essayer de transformer une boule de neige en avalanche. A mon humble avis, les vrais préoccupations des Suisses sont :

1) la grande Dépression économique qui arrive à grands pas (à quand un papier sur le silence édifiant de l'UDC sur le sujet?)
2) l'insécurité (à quand un papier sur l'échec flagrant de M. Blocher sur le sujet?)

Écrit par : Rackham Le Rouge | 29/12/2008

La collégialité sans Blocher, c'est autre chose.........

Écrit par : salegueule | 29/12/2008

Le Conseil fédéral dort-il ?

Non je ne le pense pas !
En revanche il souffre vraisemblablement d'un manque de cohésion dont la cause est à rechercher dans le système lui-même, comme vous le suggérez, c'est-à-dire dans la nature de nos institutions elles-mêmes.
Jusque là, je partage votre analyse...
Je m'en éloigne en revanche lorsque que vous suggeriez dans un précédent billet, relatif au remplacement de M. Samuel Schmied, de faire élire le Conseil fédéral par le peuple. Si tel devait être le cas, notre collège gouvernemental souffrirait davantage encore d'un réel manque de cohésion, le "tombereau gouvernemental" risquerait à coup sûr alors, d'être tiré à hue et à dia ...

S'agissant de la déclaration du DFAE à propos de l'affaire Kadhafi et pour autant qu'elle soit fondée, elle tout à fait innaceptable :

" Le troisième exemple est le plus édifiant. Le désaveu très clair, par Micheline Calmy-Rey, de l’action de la police genevoise dans l’affaire Hannibal Kadhafi, donne un sentiment pâteux de lâchage interne et de concession devant les exigences exorbitantes d’un régime dont je ne sache pas qu’il ait jamais brillé dans la défense des droits de l’homme. Pire : dans cette affaire où on aurait pu attendre la voix présidentielle (ou celle de Madame Widmer-Schlumpf), c’est la ministre des Affaires étrangères seule qui lance le pavé dans la mare. Dissonances. Cacophonie. Feux éparts. Absence cruelle de cohérence."

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 29/12/2008

C’est la Shoah à l’envers ! Israël inflige aux Palestiniens le traitement que les Juifs ont subi durant la 2ème guerre mondiale.
Je suis en colère , avec un sentiment d’impuissance devant la violence de la nouvelle attaque israélienne contre les Palestiniens dans la bande de Gaza. C’est vraiment Goliath contre David. Il y a une disproportion totale entre la provocation palestinienne du Hamas qui lance de misérables roquettes de fabrication artisanale, et la puissance militaire colossale et totalement excessive de Tsahal. Des avions de combat, des hélicoptères d’attaque, des missiles, des chars des bombes d’un côté, et de l’autre coté quoi ? des soldats, une armée constituée ? Mais non , des civils !
Israël a enfermé la Palestine et en particulier la bande de Gaza dans un corset de fer qui l’étouffe. Il est totalement inadmissible qu’Israël puisse bloquer l’alimentation en eau, en gaz , en pétrole, en électricité, en vivres , en transferts financiers vers les Palestiniens.
L’Etat juif dispose d’une puissance de feu militaire colossale, sans aucun rapport avec la taille de l’Etat et sa population et son poids politique.
Je suis aussi écœuré du silence assourdissant de l’Europe, en particulier de la Suisse, face à ce drame sanglant, dont ce n’est que le dernier épisode. Mme Calmy-Rey, Mme Merkel, Mr. Sarkozy, etc. craignent-ils tellement les surpuissants lobbies juifs dans nos pays européens pour qu’ils « la bouclent » ainsi ?
Evidemment c’est aussi la dernière vacherie de Bush, ce pantin fantomatique, clône des lobbies militaro-industriels américains. J’espère un changement radical de la position des USAs envers Israël et les Palestiniens dès 2009.
La seule issue c’est la création, légitime, d’un Etat palestinien. Or cela, Israël ne le veut à aucun prix, et pratique une politique machiavélique de la terre brûlée, de morcellement , afin de repousser cet avènement aux calendes grecques…
J’aspire à une réaction tout aussi disproportionnée du monde arabe…Mais hélas, en raison du soutien massif des USA à l’Etat juif, on peut toujours désespérer…Mais Israël devra un jour payer pour toutes les souffrances infligées au peuple palestinien. Israël a planté les raisins de la colère, la vendange risque d’être tardive mais dramatique …
Et je tiens à préciser que je ne suis pas antisémite…

Écrit par : Aramis | 30/12/2008

Cher Monsieur Décaillet,

Votre commentaire illustre à merveille les tensions entre deux conceptions de l'action du Conseil Fédéral.

D'un côté, une idée très française (pour ne pas dire sarkosyste) d'un gouvernement qui doit aller vite, frapper fort et réagir à la seconde aux événements secouant notre planète. Cette attitude est nécessaire aux grandes puissances qui doivent affirmer leur suprématie vis à vis de leurs adversaires. Elle est aussi prônée par une majorité de journalistes suisses qui désireraient une politique du CF plus dynamique et sensationnelle.

De l'autre, il y a une vision plus posée, peut-être dépassée, mais que j'estime plus utile de l'action d'un gouvernement qui prend le temps d'analyser les problèmes et qui privilégie l'efficacité diplomatique au battage médiatique. C'est ce modèle collégial qui doit être défendu et qui seul pourrait nous permettre d'aboutir à une politique étrangère appropriée à un petit Etat neutre.

Quant aux dires de Mme la Conseillère Fédérale Calmy-Rey, je les considère comme une manière honorable de calmer les esprits lybiens dans cette crise. Cette dernière est, en outre, en grande partie due à la couverture médiatique de l'arrestation. En effet, les autorités suisses et lybiennes étaient en pourparlers au moment où les journaux ont annoncé l'arrestation. La Lybie s'est alors vue contrainte de montrer les "crocs" pour éviter tout affaiblissement de son autorité locale et sur le plan international. Laissons donc à nos excellents diplomates le soin de libérer les deux homme retenus à Tripoli et de permettre à nos entreprises, en ces temps de crise économique, de retrouver un marché pour leurs produits.

Maxence Carron

PS. Puis-je vous suggérer de jeter un coup d'oeil au nouveau blog des jeunes démocrates-chrétiens. Un acteur de plus dans la vie politique genevoise...

jdcgeneve.tdg.ch

Écrit par : Maxence Carron | 30/12/2008

Il faut un système présidentiel sur le plan fédéral pour ramener la cohérence au sein du gouvernement et la vivacité nécessaire pour prendre des décisions, face à des situations nationales et internationales toujours plus complexes. J'avance une solution: élection du CF par les chambres, élection du président pour 4 ans par le peuple. Ce dernier, exposé directement en fonction du bilan de "son" gouvernement, aura à coeur de lustrer son action, contrairement à la situation actuelle, où on passe son temps à soigner son image personelle au détriment de l'action gouvernementale dans son ensemble. Et puis, il n'est pas vraiment nécessaire de revenir sur l'affaire Schmid, un CF en perdition et qui serait sans doute encore en place, s'il n'était pas tombé malade. Cela suffit. Enfin, voyez tout de même la singularité de notre système gouvernemental par rapport aux pays qui nous entourent. Le temps n'est-il pas venu de s'adaper au nouveau monde ?

Écrit par : Dixit | 02/01/2009

Les commentaires sont fermés.