26/02/2009

Darbellay, forme olympienne

Pas encore 38 ans, des dents comme des poignards, une dionysiaque ivresse de vivre, une attraction magnétique pour l’altitude, celle du pouvoir. Alors, il marche. Il les connaît, ces cabanes de mon enfance, lever à 2 heures du matin, le guide qui réveille toute la chambrée, et on s’équipe et on s’harnache. Cliquetis, chaussures, on grommelle, ou maugrée, mais on y va, dans le froid. Lampe frontale. Et départ pour la Ruinette. Ou le Pigne. Et c’est l’arête, comme une lame : à gauche le vide, à droite le vide. Le destin d’un centriste. Disons juste une hyper-sensibilité à la direction du vent, il faut bien rester debout, non ?

Depuis quelques jours, Darbellay-le-Cosaque s’est mis en tête de harceler Merz. Le pauvre argentier est en pleine retraite de Russie, et l’autre, la nuit, hulule et vocifère, menace, gronde, tournoie. Plus une seule intervention sans qu’il ne demande quasiment la tête du président de la Confédération ! Bon, c’est clair, il la veut, la place de Couchepin : aussi vrai que les Français parlent aux Français, les Valaisans succèdent aux Valaisans, alors ça le tenaille, ça le travaille, ça fermente au-dedans. Et ça se voit, tellement ! L’ambition du pouvoir, c’est comme l’amour : il y a un moment où on ne s’en cache même plus. La fuite en avant. Vers quel destin ?

Reste que cette voracité assumée fait plaisir à voir. Avec ou sans le Kilimandjaro, un fauve reste un fauve. Il est né comme ça, Darbellay, et en plus il a la compétence, et une force de travail exceptionnelle. Son destin est d’essayer de conquérir le pouvoir. Il réussit ou non, mais l’appel de la chasse, régulièrement, l’invite à reprendre le sentier de la guerre. Pour ma part, je préfère mille fois cette franchise dans le rapport au pouvoir à l’hypocrisie de ceux – ou celles - qui en crèvent tout autant d’envie, dans leurs viscères, mais se contentent « de se tenir, le cas échéant, à la disposition de leur parti ».

La Suisse va traverser des temps difficiles. Pour affronter les tempêtes, il faut des caractères. Pas des gentils. Pas des doux. Des caractères.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

11:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Yes....et le SEUL homme qui a du caractère en Suisse on le connait, c'est Christoph BLOCHER, contre qui justement le grand déambulateur a comploté pour l'évincer. Alors pas question de le voir au Gouvernement Fédéral, même son parti en valais n'en a pas voulu pour le conseil d'état! Darbellay il est fini politiquement, comme ses partenaires du complot! Les gens doivent se réveiller, car à voir l'info de 11h22 qui annonce qu'une commission du National reprend les propositions de Blocher pour gérer le problème de l'UBS, montre enfin que c'est d'un homme comme lui dont on a besoin en ce moment. Grave colère contre les dégâts causés pas "ces prétentieux" en date du 12.12.2007

Écrit par : Corélande | 26/02/2009

Vous parlez du Christoph Blocher, qui a toujours soutenu ses amis zurichois, et particulièrement Marcel Ospel? Vous parlez du Christoph Blocher qui vient de retourner sa veste par opportunisme? Ca c'est du caractère.

Écrit par : Roger Genoud | 26/02/2009

"... Le SEUL homme qui a du caractère en Suisse on le connaît, c'est Christoph BLOCHER..." Un conseil, Corélande: au lieu de psalmodier dans tous les blogs le même prêche idolâtre, fondez une secte vouée à votre Grand Maître. Il y a d'autres fidèles prosternés, et donc il y a de l'avenir pour cette nouvelle religion.
Quant à Darbellay, si l'opportunisme, le girouettisme et la compromission assumés pour la quête du pouvoir à tout prix révèlent un caractère, pas certaine que ce soit le genre de caractère dont on a besoin.

Écrit par : josy | 26/02/2009

"Pas encore 38 ans, des dents comme des poignards..."

Le parquet en sait quelque chose...

"...c’est clair, il la veut, la place de Couchepin..."

S'étant définitivement aliéné l'UDC...

"Darbellay-le-Cosaque s’est mis en tête de harceler Merz..."

...il est en train de se couper des radicaux. C'est particulièrement maladroit si l'on tient compte du capital de sympathie que l'Appenzellois s'est acquis avec ses sévères ennuis cardiaques et qui ne sera que très peu entamé par ses "hésitations" actuelles.

Darbellay ne pourra donc plus compter que sur les siens - une partie parce que ses incisives doivent tout de même en défriser quelques-uns - et les rouges de la gauche bolchevico-écologistes. Ce sera trop court, beaucoup trop court.

Cela dit, je le verrais très bien partager le soutien actif d'Ueli Leuenberg, avec l'Edith Piaf fripée de Felsberg.

"Reste que cette voracité assumée fait plaisir à voir."

Nous sommes un certain nombre à trouver cela tout à fait détestable.

"La Suisse va traverser des temps difficiles. Pour affronter les tempêtes, il faut des caractères."

Effectivement, des caractères, pas des sous-Sarkozy perclus d'ambitions personnelles et, par là même, prêts à tous les reniements.

P.S. - Peut-être en est-il de l'Assemblée fédérale comme du conclave, qui y entre conseiller fédéral en ressort parlementaire... Et, à propos de Darbellay, on notera encore que depuis qu'il a trahi tout un pan de son électorat en mêlant sa voix à celles des Hodgers-Lumengo-Marra-Neyrinck-Zisyadis, son parti n'a plus enregistré un seul succès électoral. Le test de dimanche n'en sera que plus intéressant. Il est étonnant que vous n’en parliez pas, M. Décaillet.

Écrit par : Scipion | 26/02/2009

Attention la "blochériole" sévit toujours!

Lisez plutôt les Uchronies.

Dans la Task Force, je verrai plutôt un Levrat - un Darbellay, fins stratèges qui ont ourdi un complot pour faire tomber Sieur Blocher et sa reine Pimprenelle.

Écrit par : Oceane | 26/02/2009

C'est vrai, le personnalité de Darbellay est complexe. Il paraît à l'aise à Arena, particulièrement pour un romand, dénué de tous complexes. En soi une réussite pour la Suisse Romande et le Valais.
Puis il y a Darby, celui qui prend rarement le temps de consulter son parti avant de lancer des appels. Il y a aussi ce côté un rien Villepiniste de preu chevalier en lui.

Hélas, il y a cette tâche indélébile de décembre 2007 où la Suisse s'est véritablement fait beaucoup de tord. Au-delà de la bête politique Darby, ne pas perdre de de vue le vide sidéral entre la ligne clairement à droite de ce chef de parti (depuis qu'il a tué le père Blocher) et, mettons, des représentants de son parti dans le canton de Genève, clairement à gauche de la gauche sur l'échiquier fédéral.

Au final, il finira par grandir et réussira à calmer ses ardeurs versatiles. Ce n'est peut-être qu'une question d'âge. Ou peut-être pas...

Quant à Blocher, il doit êttre heureux de voir ses idées représentées au sommet de l'UE avec le dirigeant Tchèque !

Écrit par : Marc | 26/02/2009

Comme d'habitude depuis qu'il a pris la tête du PDC, C. Darbellay fait tout pour conduire le CF à l'échec. Au moment ou le pays a besoin de cohésion, il fait pencher le PDC à gauche... lors d'élection, il se prétend de droite et cherche des alliances à droite.. Le PDC de C. Darbellay n'aura sans doute plus de représentants au CF en 2011. Un parti a moins de 10% des suffrages n'a pas à y être....

Écrit par : salegueule | 26/02/2009

Je ne voudrais pas contredire le "Tout-Très-Grand-Encore-Toujours-Meilleur" journaliste de l'hémisphère boréal et néanmoins Valaisan de Genève...

Mais, ce journaliste fabuliste -zut!.. là c'est moi qui me goure: il faut lire "fabuleux"- n'aurait-il pas mélangé les touches de son clavier en affublant la forme de Monsieur Darbellay de l'adjectif "olympien"? Ne voulait-il point dire "forme olympique"? Est-ce une séquelle des Zinzano ?

Si Monsieur Darbellay était réellement de forme olympienne, il aurait donc une forme très majestueuse. Mais dans ce domaine -je regrette de devoir le dire aussi abruptement- c'est un homme public du canton rupestre qui détient la palme! La forme la plus majestueuse de tout le parlement fédéral, c'est un Vaudois, Monsieur Daniel Brélaz qui la mérite. Et, ce Monsieur, malgré la forme olympienne d'un Dionysos, n'a, ni politiquement ni médicalement, la forme olympique! Loin sans faut!

Écrit par : Père Siffleur | 27/02/2009

L'angélisme nous a mené droit dans le mur, faut aussi avoir le courage de ses erreurs. Le propre d'un vrai politicien c'est d'avoir une vision pour son pays, et si les Tchèques sont "pointus" à ce sujet, ils savent d'où ils viennent......! Je dirais que je suis fière d'être une de ceux-là dans mon pays.
Pour le reste, je ne suis pas mère-soleil, mais je crois que tous ces Nullâtres qui ont fomentés pour gouverner, vont se retrouver le "cul-parterre" et Celui que l'ont a voulu faire "mourir" va "renaître pour le bien du pays.
Oui, je n'ai aucun complexe à le dire et à l'écrire, et comme il m'a été dit par bons nombres de gens que je côtoie pour mon activité, "je dis haut et fort ce que beaucoup de gens n'osent pas dire"! Chacun sa presse et tant qu'il nous reste le droit à l'expression, je ne vais pas m'en priver! A bon entendeur!!!!

Écrit par : Corélande | 27/02/2009

Corélande,

Vous avez raison de dire ce que vous pensez.

Qui a dit" Je ne suis pas d'accord avec vos idées mais je ferai tout pour que vous les exprimiez....

Joyeux wek-end.

Écrit par : Oceane | 27/02/2009

Merci de nous avoir servi cette messe promotionnelle à la gloire du Valais, de ses enfants et du plus prometteur d'entre eux : le grand Christophe Darbellay !

Mais que ferions-nous en Suisse sans le Valais, sans les glorieux enfants qu'il a engendrés, dont les deux plus célèbres Pascal - certifiés AOC - celui de Martigny et celui de "Léman Bleu" - fécondé par le Rhône, ne l'oublions pas ! -, sans ses paysages majestueux, sans son vignoble, son Fendant, sa Williamine, sa raclette, son "Groupe Mutuel", ses aménagements hydroélectriques, son Collège de Saint-Maurice, son séminaire d'Ecône et son ouverture d'esprit ...

J'en oublie probablement ... Ah oui, la viande séchée ...

Pour conclure, je le clame haut et fort : VIVE LE VALAIS !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 27/02/2009

"...et Celui que l'ont a voulu faire "mourir" va "renaître" pour le bien du pays."

Mais bien sûr, Corélande. Et même si d'aventure Il venait à mourir vraiment, nous attendrons Son retour, car nul doute qu'Il ressusciterait bientôt pour venir sauver le pays et juger les méchants. Continuez à vous exprimer, c'est rafraîchissant.

Écrit par : josy | 28/02/2009

Si j'avais un conseil à donner à Pascal Couchepin, ce serait de faire goûter son repas à une tièrce personne lorsque qu'il sera en compagnie Monsieur Chistophe Darbellay.
En effet le représentant du parti dit "Caméléon" semble dénué de tout scupule pour arriver à ses fins.

M.Darbellay, devrait relire les fables de Jean de la Fontaine, fables ou la morale devrait l'inciter à un peu plus de modestie.

Un Valaisan.

Écrit par : charvet | 28/02/2009

(...) Pas des doux. Des caractères.
En quoi la douceur est-elle antinomique d'un caractère fort ? Doux signifierait-il "faible" et fort "désagréable" ? Décidément le français est malmené ou alors je suis en retard d'un dictionnaire.

Écrit par : Michel Sommer | 01/03/2009

(...) Pas des gentils. (...)
J'ai oublié dans ma précédente intervention : Depuis quand la gentillesse est-elle une tare ?
Probablement bouffé par l'ambition, M. Darbellay, comme la plupart des autres. Le fait de l'afficher le rend-il plus fréquentable ?
Un auteur dont j'ai oublié le nom a dit : "l'ambition c'est comme les échasses, ça hausse un homme, ça ne le grandit pas"...

Écrit par : Michel Sommer | 01/03/2009

(...) Pas des gentils. (...)
J'ai oublié dans ma précédente intervention : Depuis quand la gentillesse est-elle une tare ?
Probablement bouffé par l'ambition, M. Darbellay, comme la plupart des autres. Le fait de l'afficher le rend-il plus fréquentable ?
Un auteur dont j'ai oublié le nom a dit : "l'ambition c'est comme les échasses, ça hausse un homme, ça ne le grandit pas"...

Écrit par : Michel Sommer | 01/03/2009

Les commentaires sont fermés.