12/03/2009

Le désir de l'ogre

 

Portraits de campagne - No 1 - TG - 12.03.09

 

Quand vous lui parlez de son âge, il vous défie de tous les feux de sa prunelle et vous invite à courir avec lui le semi-marathon.  Cet homme-là est fontaine de jouvence, Docteur Faust, désir demeuré désir, boulimie. D’ailleurs, dans son nom de famille, il y a « ogre » : Christian Grobet. Il faut croire aux lettres, aux syllabes, elles nous façonnent.

Il ne travaille pas, il dévore. Il n’ambitionne pas, il engloutit. Il ne rêve pas de retour sur la scène, non, il y travaille avec intelligence, tactique, acharnement. Peu importent les masques, Alliance de gauche, AVIVO, ils ne sont que des haillons d’éphémère.

Qu’importe la couleur, la bannière. Pourvu qu’il y ait combat. Le chevalier errant ne meurt pas : il tombe, se relève, repart en guerre. Contre des moulins ? Peut-être. Mais il se bat. Et se battant, il vit, se régénère. On le dit d’un autre temps, déjà il nous dépasse, nous survit, nous succède.

Conseiller d’Etat, Christian Grobet a marqué son époque. Opposant, imprécateur, laboureur de la Reconquista, il ne cesse de se pencher à terre pour ramasser tous les foulards. Relever tous les défis. Ce serait bien le diable s’il ne finissait par tenir un rôle signalé dans la campagne de cet automne. Le diable, oui. Méphisto. Ce compagnon du Docteur Faust. Pour la vie et pour la mort. Pour le meilleur et pour le pire.

 

Pascal Décaillet

 

08:31 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Monsieur Décaillet,

Vous dites: " Il faut croire aux lettres, aux syllabes, elles nous façonnent."

... Mais alors, expliquer nous de quelle manière vous a façonné votre patronyme. D'ailleurs, vous avez eu de la chance. À ce jeu, vous auriez pu vous appeler "Déabomasum "! Abosum étant un synonyme de "caillette" le seul vrai estomac des ruminants (les autres ne sont que des pré-estomacs). Le seul vrai... Un peu comme vous êtes le seul *vrai" journaliste de toute la Romandie (de Vladivostok à Valparaiso).
Je ne peux imaginer que c'est l'autre définition du mot qui puisse vous convenir! Caillette = personne frivole et bavarde!... Quoique! Mais bon! Ne tenons pas compte de la seconde définition.

Alors, vous qui avez été façonné par ces syllabes, quelle idée ruminez-vous! Et en allant jusqu'au bout de votre raisonnement, il est possible d'imaginer que vous ruminez une idée qui vous est restée sur l'estomac! J'en suis tout marri...

Malgré une ou l'autre de mes philippiques,
Est-ce vraiment dû à une de mes piques?
Avec attention, j'attends votre réplique.
L'évèn'ment relèverait du fantastique!

Écrit par : Père Siffleur | 12/03/2009

et bien moi je suis fan de tes arfticles quoi qu'on pyisse en dire ! lol

Écrit par : wikipedia | 12/03/2009

Il faut croire aux lettres, aux syllabes, elles nous façonnent."
Effectivement, c'est assez maladroit. Surtout pour notre Torquemada de pacotille...
Grobet, avivo. Mais c'est très bien, laissez le courir, ce vieil homme. Qui serait plus représentatif des "idées" qu'il trimbale ?

Écrit par : Géo | 12/03/2009

Je serais tenté de dire:

File et pique
ce combattant épique
et con battant le pavé
que nul autre sauf Javé
Ne pourra sauver
car du pouvoir
il ne sait que voir
les effets
et non les méfaits

Écrit par : patrick Dimier | 12/03/2009

" ... D’ailleurs, dans son nom de famille, il y a « ogre » : Christian Grobet..."

" ... Il ne travaille pas, il dévore. Il n’ambitionne pas, il engloutit. ..."

Pâques approchant, à votre place je serais sur mes gardes, il pourrait bien vous dévorer vous aussi "l'agneau Pascal" ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 12/03/2009

Les commentaires sont fermés.