30/04/2009

La voie lactée

Tribune de Genève - Jeudi 30.04.09

 

Il est magnifique, le Conseil d’Etat genevois. Lorsqu’il s’agit de se coltiner le président iranien, dans la minuscule immensité d’un tarmac de province, c’est le sortant Laurent Moutinot qu’on envoie. J’allais dire au casse-pipe. Mais, pour revêtir l’habit de lumière et annoncer de somptueuses comètes fiscales pour les familles, les ministres soumis à réélection, cet automne, se pressent dans la voie lactée. A la notable exception de celui qui n’est pourtant pas le moins méritant : François Longchamp.

Alors, hier, avec le solide David Hiler, le vertical Mark Muller et le revenant Pierre-François Unger, ce ne furent qu’aurores de braise, résurrection, avenir aux doigts de rose pour enfants et familles. 300 millions par an pour réduire les impôts, ce dont franchement personne ne se plaindra, d’autant que la fourchette est généreuse : tout ménage entre 40.000 et 400.000 de revenu en bénéficiera !

Electoral ? Oui, bien sûr. Mais une bonne mesure tout de même. A Genève comme sur l’ensemble de la Suisse, les familles payent trop d’impôts, il fallait s’y attaquer. On notera juste, au passage, que lorsqu’un programme d’inspiration libérale est repris par un gouvernement de gauche, cela s’appelle des mesures « anticycliques ». Ca en jette. Ca donne l’impression qu’on va tirer sur des vélos. Ca fait sérieux. Et, pour les élections, c’est salé comme un apéritif de printemps.

 

Pascal Décaillet

 

 

08:59 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

27/04/2009

Macha, la voix des voix

Une voix.

Juste une voix. Quelque part dans la nuit. Entre minuit et deux heures du matin. Rauque, fumeuse, corsée de vécu, patinée de la douleur des temps, c’était une voix-cicatrice.

Dans l’encre de la nuit, elle vous parlait. A l’autre bout du fil, des types cassés, des nanas disjonctées, toutes les saloperies de la vie qui vous remontaient. Et toi, au volant ou dans ton lit, tu écoutais. Elle parlait à l’autre évidemment, l’arraché du bout des ondes, mais, au fond, elle te parlait à toi, aussi. C’était là sa puissance. Là, le miracle.

Macha Béranger, qui nous a quittés hier à l’âge de 67 ans, des suites d’une longue maladie, était une très grande dame de la radio. Justement parce qu’elle n’était pas une dame. Mais juste une voix, furtive et profonde comme l’âme de la nuit. Pendant trente ans, sur France Inter, qui n’a pas été foutue de la garder, il y a trois ans, elle a été l’honneur de ce métier, l’honneur de la chaîne.

En hommage, ce mot de Léo Ferré, dans un poème qui s’appelle « Richard » : « Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles, à certaines heures pâles de la nuit, près d’une machine à sous. Avec leurs problèmes d’hommes. Simplement des problèmes de mélancolie ».

 

Pascal Décaillet

 

08:36 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

26/04/2009

Elections à Neuchâtel : le temps des cerises

Sur le vif - Dimanche 26.04.09 - 18.30h

Fulvio Pelli, le président du parti libéral-radical suisse, est, depuis cet après-midi, un homme heureux. Avec trois membres de ce parti, sur cinq élus au Conseil d’Etat neuchâtelois, revoilà, ne serait-ce que l’espace d’un printemps, le mirage des belles années, celles où le grand vieux parti régnait en maître sur le pays. Après les années difficiles, après la mauvaise performance aux élections fédérales d’octobre 2007, le temps des cerises serait-il de retour ? Franchement, malgré l’éclat des apparences, il serait bien prématuré de l’affirmer.

Les faits, d’abord. Aujourd'hui à Neuchâtel, la droite a reconquis la majorité au gouvernement. Il devra vive en cohabitation avec un parlement de gauche. Sont élus deux socialistes : Jean Studer (33.279 voix), ancien candidat au Conseil fédéral et véritable homme fort du canton, et Gisèle Ory (32.819), conseillère aux Etats. Puis, trois libéraux-radicaux : Frédéric Hainard (29.546), Claude Nicati (28.701), et Philippe Gnaegi (28.440). Un vrai gouvernement radical-socialiste, « radsoc », digne des très riches heures de la Troisième République française ! Une authentique composition de la belle époque, celle où l’UDC mangeait les pâquerettes et où les Verts, faute d’annoncer l’Apocalypse, n’avaient pas encore vécu leur Genèse.

Les Verts : parlons-en ! Il doit l’être, Ueli Leuenberger, le très climatique président national du parti, conquistador en herbe du premier siège, un jour, au Conseil fédéral. Oui, il doit être, cet homme aussi aimable qu’avide d’expansion, vert de rage. Contre Fernand Cuche, conseiller d’Etat sortant de son parti, ex-icône de « la politique autrement », la politique plus douce, la politique par homéopathie, la politique à temps partiel. « La pluie est toujours bonne, vient de déclarer, non sans humour, cet homme affable et sympathique, parce qu’elle participe à la vie ». Belle prise de congé, d’un être attachant, mais qui ne parviendra pas à masquer l’ampleur d’un échec. Celui des Verts, pourtant bien placés au parlement. Mais surtout celui de l’homme. Qui déclare, désormais, vouloir retourner, au sens propre, sur ses terres.

Au gouvernement, donc, des libéraux-radicaux, des socialistes. Punkt, Schluss. Les deux grandes forces, au fond, qui ont fait ce canton, lui ont donné ses plus grands hommes, un grand nombre de conseiller fédéraux. Comme si Neuchâtel s’en retournait à quelques fondamentaux historiques et philosophiques. A l’axe antagoniste, dialectique, qui a construit sa pensée et sa pratique politiques. Reste à voir comment ce Conseil d’Etat de droite vivra avec un parlement de gauche. A l’heure de la crise économique où des décisions fort douloureuses, hélas, ne manqueront pas d’être prises.

 

Pascal Décaillet

 

18:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

23/04/2009

Adieu, les hommes

Tribune de Genève - Jeudi 23.04.09

 

Vous êtes un homme ? Vous caressez l’intime espoir, un jour, de laisser votre nom à une école ? Alors, une seule recette : foncez vers la clinique la plus proche. Et changez de sexe. Juste un petit moment un peu douloureux. Vous y perdrez quelques attributs. Vous y gagnerez une épithète. Tout là-haut. Sur le frontispice.

Oh, je sais, ces quelques lignes feront pleurer Amelia Christinat : que de larmes l’ignominie de mes syllabes n’a-t-elle pas fait rouler, en tant d’années, sur la noble candeur de ses joues. Alors, d’emblée, pardon ! Pardon, Ella Maillart, pardon Emilie Gourd, pardon Alice Rivaz. Pardon aussi, ma bonne Germaine, fille de Necker. Pardon de m’en prendre à vous, filles du vent, filles du sable, icônes du temps.

Car non seulement le DIP ne donne plus qu’à des femmes les noms de ses écoles, mais il s’en fait une religion. Dans un communiqué, hier, il déclare appliquer, en bon soldat, « la volonté du Conseil d’Etat de donner aux femmes pionnières une visibilité accrue ».

Alors, va pour le temps, va pour le monde. Adieu cochons, couvées, adieu mon Charles-Albert, adieu poètes, artistes, nés sous le ciel genevois, ayant promené vos âmes dans la beauté du monde. Mais charriant à jamais la pire des malédictions, noire comme la terre vengeresse : celle d’être un homme.

 

Pascal Décaillet

 

 

17:29 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

20/04/2009

Suisse-Iran : l’Histoire jugera

Hier soir, à l’Intercontinental de Genève, le président de la Confédération, Hans-Rudolf Merz, un homme qui incarne beaucoup des valeurs de notre pays (la mesure, la compétence, la force de la raison en politique, la tolérance) a donc rencontré le numéro un iranien, Mahmoud Ahmadinejad, l’homme qui veut détruire Israël et qui nie la Shoah.

Dans cette rencontre, on a parlé énergie. C’est vrai, quand on est un tout petit pays, faut vivre, comme chantait Mouloudji. Ben oui, faut vivre, faut bien vivre, faut bien aller chercher l’énergie là où elle est. A cela, rien à dire.

Soucieux de ne pas passer pour un simple commis-voyageur des intérêts économiques, Monsieur Merz précise, dans le communiqué, que la question des droits de l’homme en Iran a été abordée. Peines corporelles, lapidations, exécutions de mineurs. On en prend acte avec intérêt.

Mais j’ai beau chercher, lire et relire le communiqué, il y a quelque chose qui manque. Rien sur les propos de M. Ahmadinejad concernant la destruction de l’Etat d’Israël. Rien sur la négation de la Shoah. En clair, rien sur le pire du pire, rien sur l’essentiel. En plus clair encore, il y a des choses que le premier des Suisses n’a tout simplement pas osé aborder.

Vivre, bien sûr, vivre. Tenter de survivre. La Suisse, dans son Histoire, n’a jamais rien fait d’autre. Fallait-il, hier soir, privilégier cette option au détriment de l’honneur ? Monsieur Merz a choisi. L’Histoire jugera.

 

Pascal Décaillet

06:44 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Imprimer |  Facebook | |

19/04/2009

Tapis persan, tapis pur sang

Le Matin dimanche - 19.04.09

Sur la photo Moutinot-Ahmadinejad, lundi à Cointrin, il faudra bien censurer quelque chose. Oui, mais qui ? Oui, mais quoi ?

Précédons par ordre. Pas question, bien sûr, d’effacer le président iranien. Il est chef d’Etat, doit être accueilli comme tel, c’est du moins ce que répètent à l’envi mes chers confrères pour qui la volonté, clairement affirmée, de détruire l’Etat d’Israël n’apparaît pas comme un motif de bouderie sur la sublime solitude d’un tarmac. Il a nié la Shoah ? Oui, bien sûr, mais il y a le protocole, l’attrait érectile du tapis rouge sang sur l’infini grisâtre du bitume. Tapis persan, peut-être ? Le tapis de Munich, en 1938, était sans doute du même rouge, mais foin de détails. Va pour Ahmadinejad, dont nul ne saurait mettre en cause les qualités de père de famille. Va pour lui, sur la photo.

Encore moins question, of course, de faire disparaître Laurent Moutinot. Il est là, chez lui, chez nous, daigne s’y coller pour couvrir le numéro un et le numéro deux du Conseil d’Etat genevois, l’un et l’autre candidats à réélection. Il est franchement bien brave, Monsieur Moutinot. Poussée à ce degré d’extase sacrificielle, la collégialité confine à la sainteté. Saint Laurent montera donc à Cointrin comme on monte à l’autel. Pour le chœur des vierges, on voudra bien se référer aux éditos de la presse du jour. Au fait, qu’auraient-ils dit, mes chers confrères, si nous avions eu la visite d’un président israélien prônant l’éradication de la Palestine ?

Bref, les deux hommes seront sur la photo. Et pourtant, quelque chose devra bien disparaître. Un objet si cher à Laurent Moutinot, mais dont la seule représentation, y compris sur le solex de Monsieur Hulot, devient le degré absolu de l’hérésie : la pipe. D’une obscénité l’autre, notre époque semble avoir choisi. Alors, mort aux pipes. Et vive l’Iran des mollahs.

Pascal Décaillet

10:57 Publié dans Chroniques Matin dimanche | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/04/2009

La Bande des Quatre

Tribune de Genève - Jeudi 16.04.09

 

C’est fait. Avec une fulgurance d’épervier en inavouable désir d’un souriceau, la puissante présidence tétracéphale de la Constituante vient de pulvériser le mur du son. Six mois seulement après l’élection de cette noble assemblée, six misérables mois, elle réalise l’impossible : la nomination de cinq présidents de commissions thématiques. Chapeau. A plume d’aigle, of course.

Ce qui frappe, depuis le 19 octobre, dans la folle aventure de la Constituante, c’est ce rythme, ce tempo, ce sprint contre le temps, qui confine à la tachycardie. On n’arrive plus à suivre. Shimmy dans la vision. Bonnie and Clyde, quand ils sèment les flics, après leur huitième hold-up. Et qu’ils s’embrassent, haletants, sur le siège avant. Sueur. Bonheur de vivre.

Et puis, une présidence à quatre, c’est tellement simple : à part qu’il faut le blanc-seing du quatuor in corpore, contresigné en huit exemplaires, pour s’exprimer devant un micro, c’est la vie qui va, furtive et futile.

Tout va bien, donc. A ce rythme, on devrait avoir, d’ici l’automne, les premiers débats, d’ici l’hiver les premiers ébats, d’ici un an l’ébauche de l’esquisse d’un premier texte. Evidemment provisoire. Peut-être un préambule ? Une forme de préliminaire ? Pour mieux caresser la folle impatience du désir qui gonfle en nous. Nous, pauvres rampants. Qui contemplons, de la misère de notre tarmac, le vol oraculaire de l’épervier.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

13:14 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

14/04/2009

Arte : un Messie à lacérer les âmes

Des hommes aux visages d’anges, des voix à lacérer les âmes, des vierges comme des filles de l’enfer, costards cravates, robes d’aujourd’hui. C’était hier soir, sur Arte. C’était le Messie, de Haendel. Vienne. Ensemble Matheus. Chœur Arnold Schoenberg. Si la télévision doit servir à quelque chose, c’est à ce genre de bonheur. Absolu.

Le Messie, pour une fois avec une mise en scène. D’une intelligence époustouflante. Au service de l’oratorio, juste pour mettre en action ce qui doit l’être. Rien de trop, juste l’essentiel : les regards qui se croisent, un homme qui danse, une mortelle qui traduit en langage des sourds-muets l’aveuglante obscurité de la prophétie.

Des hommes et des femmes d’aujourd’hui, devant un cercueil. Celui de qui ? Quelle peine ? Quelle douleur ? Quelle espérance ? Un Messie exhumé des entrailles de l’Histoire. Nul autre costume que celui de l’actualité. Le génie de Haendel. Et la bouleversante actualité de la souffrance des hommes. La chair incarcérée dans l’incertitude. Juste la voix pour dire la mort. L’affronter, peut-être. Mais la dire, oui. Au moins cela.

 

Pascal Décaillet

 

 

06:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/04/2009

Brûleur d’âmes

Tribune de Genève - Lundi 06.04.09

 

Freddy Thielemans, est arrivé, rubicond. Ecarlate. Flamand jailli de Bruegel l’Ancien. Yeux clairs, moustache d’or blanchi. Rugbyman. Corrida. Il s’est pointé, vendredi, Salle des Abeilles, le bourgmestre de Bruxelles. Et il a osé ce mot, qu’on croyait expurgé des langues : « fraternité ».

Quatre syllabes. En écho au « cœur viril des hommes » de la Condition humaine, quatre jets de sang bouillant dans la cérébrale sagesse d’un colloque. La dernière fois, au fond, la dernière vraie, c’était Mostaganem, 6 juin 1958 : un général mystique, dans l’improbable rougeur des sables, avait dit « fraternité ».

Thielemans, c’est l’anti-caviar. Lui, c’est la mine et c’est Jaurès. Le Nord, mâtiné de sang d’Espagne, des louches de soupe populaire, le rutilant des étendards, des tonnes de crème fraîche, juste pour la route. Dans la ruche aux Abeilles, il a piqué au vif. Un socialiste avec du verbe, brûleur d’âmes.

Mendès France, il n’en a quasiment pas parlé. Mais on s’en fout. Des moments, comme ça, dans la vie : on est venus pour rencontrer un conférencier. Et on tombe sur un homme. Rougeaud, excessif. Modéré comme un picador. On imagine ses colères, comme des orages sur la grande plaine. Mais un homme. Un tempérament. Et ça fait du bien, tellement. Comme une pluie de printemps.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

15:21 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

02/04/2009

L’âne, le bœuf

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Jeudi 02.04.09

 

C’est chaud, c’est poilu, ça exhale des océans de tendresse, c’est beau, un papa qui biberonne. Dire le contraire, c’est pousser l’épaisseur de la brute, la bestialité de l’immonde dans des confins au-delà de l’Antarctique. Non ?

Dans ces conditions, j’imagine déjà la douillette unanimité qui saluera la décision du Conseil d’Etat de porter à deux semaines le congé paternité pour les employés de l’Etat. Plumes et cocons, réhabilitation du père, partage des tâches, aurores aux doigts de rose, monde nouveau, humanité changée, plus douce, paraboles de progrès, sandales, vélos, chandails de coton. Le souffle de l’âne et puis celui du bœuf. Et, dans la tiédeur de la paille, Joseph.

C’est beau, tout cela. Entre deux porteurs de myrrhe ou d’encens, il y aura peut-être l’une ou l’autre Fée Carabosse, crochue et purulente, pour oser demander combien tout cela va coûter. L’ignoble créature. Jaillie des entrailles de la saleté terrestre. Médisante. Croûteuse.

Le coût ! Mais comment ose-t-elle, va-t-en sorcière, va, fille de Belzébuth, oser parler d’argent face à la Sainte Famille ! Tu ne respectes rien. Ni les pères, ni les mères, ni le progrès qui va, ni le chant des matins. Ni cette échéance d’octobre, brûlante et sacramentelle, là où se croisent les chemins et se défont les destins. Cela porte un beau nom. Cela s’appelle les élections.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

10:36 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |