07/08/2009

Monsieur X serait-il Bossu ?

gall1212515159.jpg



Hier donc, l’Oracle de Sainte-Croix, en son fief et après une royale attente, a fini par délivrer sa Parole. Suivi, quelques heures plus tard, d’une Eminence fribourgeoise un peu lasse de se tapir, depuis quelques années, dans l’ombre de son très solaire président de parti. À coup sûr, ce dernier aura été ravi de l’initiative de ce second qu’il chérit, comme on sait, à un point qui pourrait presque friser les Amitiés particulières. Nous voilà donc, au matin de ce 7 août, avec deux candidatures supplémentaires. Gageons qu’elles ne seront pas les dernières. Quel été, mes amis ! Ne serait-il pas plus simple, au fond, de tous nous porter candidats, oui tous, les sept millions d’habitants de ce beau pays, et hop, tous au Paradis, comme dans la chanson!

Reste la grande question, qu’on nous pardonnera de ramener avec un brin d’insistance depuis des semaines : pourquoi la course à l’exécutif suprême, dans le système suisse, doit-elle à tout prix s’accompagner de ce jeu de masques et bergamasques, désirs voilés, aveux reportés, cette forme de Carte du Tendre, où ne manqueraient que la douceur des ruisseaux et la trace timide de l’herbe fauchée, à la pointe des escarpins ?

Nous avons des partis politiques, avec de vrais chefs, qui s’appellent Pelli, Darbellay, l’un et l’autre intérieurement torréfiés par le feu du désir fédéral. Il serait parfaitement naturel, comme dans n’importe quelle démocratie du monde, que ces hommes-là, dès le début, se lancent. Chez nous, non. On se masque. On envoie des seconds au sacrifice. On jouit même à contempler leur lente montée sur l’autel. Et là, nul Archange, surtout pas, pour retenir, in extremis, le bras du destin.

Candidat au Conseil fédéral, voilà donc une posture qui rappelle celle du Chevalier de Lagardère, lorsque, déguisé en Bossu, camouflant ses desseins, il arpente l’entourage du Prince de Gonzague. Trompant tout le monde, se jouant des naïvetés, profitant de ses apparences de vulnérabilité pour assoupir les méfiances. On joue les uns contre les autres. On laisse aller, dague au poing, ses gens de maison. On lance des lièvres, des lapereaux. On s’envoie des billets. On laisse gésir des mouchoirs, sur l’herbe tendre, juste un peu de rosée. L’orgasme, par la dissimulation.

Alors, en attendant le 16 septembre, qui est encore bien loin, une suggestion : allez donc voir le Bossu, le vrai, à Dorénaz (VS), interprété dès ce soir par Pierre Jacquemoud, et toute la troupe du Théâtre du Dé, l’une des plus entreprenantes de la scène valaisanne. Il y aura des masques et des épées. Il y aura l’étincelle des combats. Il y aura Aurore, Gonzague et son petit Peyrolles. Et au moins, franchement, nous saurons, là, que nous sommes au théâtre. Donc dans la vraie vie.

Pascal Décaillet

10:24 Publié dans Dis Papa, c'est encore loin, le 16 septembre? | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Monsieur Décaillet

Est-ce la chaleur qui vous porte aux sens! En tout cas, votre billet le laisse supposer! Vous dites:

... qu’il chérit,... presque friser les Amitiés particulières. (un scoop?)
... désirs voilés, (comme ceux de Calmy-Rey)
... aveux reportés, (comme ceux de Tinner)
...cette forme de Carte du Tendre, (il manque Cithère et les fêtes galantes)
... le feu du désir... fédéral (uniquement?)
... On jouit même à ... (Jouy-en-Josas?)
... une posture qui rapelle... (le Camasoutra?)
... On joue les uns contre les autres. (l'orgie n'est pas loin)
... L’orgasme, par la dissimulation. (ou l'inverse?)

Après lecture, je comprends mieux le X de votre titre!

Écrit par : Père Siffleur | 07/08/2009

... et bossu par devant!

Écrit par : Père Siffleur | 07/08/2009

Les commentaires sont fermés.