10/08/2009

Les ellipses de Philippe Bender

Lundi 10.08.09 - 15h

Retour sur l’intervention de l’historien radical valaisan Philippe Bender, hier soir à la RSR, invité pour étayer la thèse de la proximité d’idées entre radicaux et socialistes, dans l’Histoire de notre pays. Ils seraient frères, au fond, ces deux partis, dans l’ordre de la Jeune Suisse, les premiers seraient la matrice républicaine des seconds, tout ce bel ensemble ayant été, hélas, freiné par l’obscurantisme de la Vieille Suisse, catholique et conservatrice, cette bande de montagnards périphériques et obscurantistes, insensibles à la pensée articulée, à la grâce des Lumières.

Toute cette démonstration, pour quoi ? Pour justifier l’apéro siroté, quelques heures auparavant, par Fulvio Pelli et Christian Levrat, sur une terrasse mondaine (pardonnez le pléonasme) de Locarno. Le nouvel axe du monde, enfin de la Suisse, serait désormais radical-socialiste, ou ne serait pas. L’aube du 16 septembre, aux doigts de rose, elle aussi, serait rad-soc.

Le brio de Philippe Bender n’est pas en cause, l’immensité de son érudition historique non plus, comme nous l’avons souligné dans notre note d’hier, 18.55h. Mais deux éléments essentiels rendent cette intervention, hélas, incomplète, au point de nous induire en erreur.

1) Qui est-il, cet homme qui nous parle ?

Un historien ? Oui, bien sûr, l’un des meilleurs du Valais romand sur le dix-neuvième siècle. Mais diable, Philippe Bender est aussi, et avant tout, un militant radical de la première heure, fils d’Arthur, frère de Léonard, un passionné absolu de cette famille politique. Cela, pour le moins, aurait dû être mentionné.

2) Les ellipses

Philippe Bender, hier soir, nous a entretenus des événements de 1847 et 1848, le Sonderbund et le premier Etat fédéral. Il a rappelé, à juste titre, la dimension sociale, institutionnelle et laïque du radicalisme de cette époque. Il a laissé entendre, comme il le fait toujours, que le mouvement catholique conservateur (écarté du Conseil fédéral de 1848 à 1891, jusqu’à Joseph Zemp) n’avait été qu’un frein à la Suisse du progrès et des idées nouvelles. Un frein, « jusqu’à Vatican II », a-t-il osé avancer. Donc jusqu’au Concile initié au début des années 1960 par Jean XXIII, puis parachevé par son successeur Paul VI !

Le moins qu’on puisse dire, et mettons cela sur le manque de temps de l’intervention radiophonique d’hier soir, c’est que Philippe Bender pratique l’ellipse. En ne prononçant pas le nom du pape Léon XIII (1878-1903), l’homme de « Rerum novarum » (l’Encyclique de 1891 donnant naissance à la Doctrine sociale de l’Eglise), notre grand prêtre du radicalisme canal historique saute à pieds joints sur ce qui fut la grande réconciliation entre l’Eglise et la République. En France, mais aussi en Suisse romande.

Pire : on avait l’impression, hier soir, que le vingtième siècle n’avait pas existé. Que le courant catholique conservateur ne serait pas, au fil des décennies, devenu, un peu partout en Europe, la démocratie chrétienne. Que ni Marc Sangnier, ni le Sillon, n’auraient existé. Que la grande famille qu’on appelle (depuis 1971 seulement, au niveau fédéral) « PDC » n’aurait pas derrière elle près de 120 ans d’une collaboration extraordinairement fructueuse aux affaires fédérales. Avec de grands hommes qui ont fait la Suisse, à commencer par Kurt Furgler. Avec une présence continue dans l’élaboration de toutes les grandes lois sociales qui ont fait la charpente de notre pays.

Ce que, surtout, Bender omet de recenser, c’est le nombre de lois qui n’auraient jamais vu le jour sans l’axe radical-PDC, dans l’Histoire suisse. Bien sûr, les socialistes ont aussi contribué à faire ce pays, notamment à partir de 1943 (Ernest Nobs au CF), et aussi le PAB devenu UDC. Mais l’axe radical-PDC a très souvent été, au niveau fédéral, le levier central pour aboutir à des solutions. Aujourd’hui encore, ces deux grandes familles politiques partagent au moins 90% de leurs options. Entre la gauche (socialistes et Verts) et l’UDC, le grand espace libéral-radical-PDC constitue la troisième grande option. Elle devrait à terme, oublier ses divisions, oublier le Sonderbund, et construire un avenir commun.

« À terme », cela signifie une fois que sera réglée, dans un sens ou dans l’autre, l’affaire du 16 septembre. La dernière qui suinte encore, à ce point, le Sonderbund. Le Chant du Cygne, on l’espère, de ceux que l’atavisme empêche de dépasser cette omniprésente référence.

Pascal Décaillet

14:58 Publié dans Dis Papa, c'est encore loin, le 16 septembre? | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.