11/08/2009

Et si le groupe osait le putsch ?

Mardi 11.08.09 - 13h

Fulvio Pelli tient le parti libéral-radical suisse. D’une main experte et précise. Il en est à la fois le marionnettiste, la figure principale, visible et invisible, le mécanicien, le réparateur, il actionne tant de fils en même temps, sans s’emberlificoter, que sa dextérité émerveille. Il eût fait, à coup sûr, un neurochirurgien d’exception. Ou un félidé de race, quelque part sur une colline.

Il tient le parti. Mais tient-il le groupe ?

Le groupe, oui. L’ensemble des élus libéraux-radicaux des Chambres fédérales. Cette instance qui devra désigner, d’ici quelques jours, un ou deux candidats parmi les quatre officiels et le joker, qu’on appellera le Sauveur. Ce groupe, dont il n’est pas le chef, et où il ne sera, comme conseiller national, qu’un votant parmi les autres.

À ce groupe, il dit : « Surtout, faites comme vous voulez, ne vous préoccupez pas de moi, faites comme si je n’étais pas là, les enfants. Simplement, sachez que, si vous avez besoin de lui, Papa est là. Mais Papa préférerait ne pas intervenir. Il ne le fera qu’en cas d’extrême urgence, si vous deviez considérer comme capitale son entrée en scène ».

Hypothèse : et si le groupe, tout bien réfléchi, décidait de se passer de Papa ? Un ticket double, mais sans lui. Vous imaginez la tête de Papa, l’effondrement de son crédit, la ruine de sa stratégie ?

Alors, bien sûr, tout le calcul de Papa, qui voit (avec Machiavel) la politique comme un rapport de forces, c’est d’être, de facto, à ce point indispensable à la victoire que le groupe n’oserait jamais se passer de lui. Parce qu’il aurait, lui, les voix de l’UDC. Parce qu’il a préparé ses réseaux depuis des années. Et puis, enfin, parce qu’il est le père, et que le parricide, ça n’est pas bien.

Ça n’est pas bien, le parricide, mais c’est très courant en politique. Rien de plus dangereux qu’un enfant, rien de pire qu’un fidèle, rien de plus atroce qu’un proche : les premiers, ils chercheront à vous étouffer. C’est triste, mais c’est ainsi. Et la lutte pour le pouvoir s’avère un miroir d’une extraordinaire cruauté. Il faut juste le savoir. Et dire les choses telles qu’elles sont.

Cela dit, pas grand souci pour Papa. L’hypothèse est très peu probable. Tout devrait rentrer dans l’ordre. Et l’heure de Brutus et Cassius, sans doute, remise à une date ultérieure.

Pascal Décaillet

12:57 Publié dans Dis Papa, c'est encore loin, le 16 septembre? | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Tiens! Nous parlons de Fluvio Pelli et utilisons les deux l'idée de Machiavel. Cette comparaison aurait-elle un semblant de fondement?

En tout cas, la mère de Niccolo Macchiavelli était une "de Pelli". Pardon! Non!... Une "de Nelli".
Selon Althusser, Machiavel est un penseur de l'impossible et selon moi, Pelli est un penseur pour qui il est impossible de penser à autre chose qu'à être Calife à la place du Calife.

Écrit par : Père Siffleur | 11/08/2009

Les commentaires sont fermés.