15/08/2009

Levrat-Pelli : bientôt le PACS ?

Samedi 15.08.09 - 08.10h

Ah, il devait être aigre-doux jusqu’à l’extase, l’apéro Levrat-Pelli sur les bords du lac Majeur ! Deux hommes que tout oppose, et qui soudain se découvrent. Et d’un coup ça n’est plus Locarno, mais l’Afrique humide et touffue de Stanley et Livingstone. Ça n’est plus la Piazza Grande, mais Atlanta en feu, au moment du baiser. Révélation.

À lire encore « Le Temps » de ce matin, la flamme du président des socialistes suisses pour son homologue radical n’a rien perdu de sa puissance : « C’est le miracle des périodes préélectorales… Ce qui m’a surpris, c’est l’ouverture de Fulvio Pelli vis-à-vis d’une grande réforme des assurances sociales ».

Il parle de « miracle », Christian Levrat, l’article paraît le 15 août, l’esquisse d’une larme humecte nos paupières, il faut vite lui offrir un aller-simple pour Lourdes. Beaucoup de ses confrères, dirigeant des partis socialistes ou sociaux-démocrates en Europe, devraient d’ailleurs aussi tenter ce voyage, ça peut servir.

Mais ne nous trompons pas. Le vrai miracle qu’espère Christian Levrat, et auquel il travaille, ça n’est pas le 16 septembre 2009, mais l’automne 2011. Maintenir les deux sièges socialistes au Conseil fédéral, fruits de la formule de 1959. Pour cela, il a besoin d’alliances, et de garanties. Pour celles-ci, il se méfie viscéralement du parti du vent. Pour celles-là, il préfère négocier avec l’Archange qu’avec les Chérubins. Franchement, ça se défend.

C’est de la tactique pure. Mais ça tient la route. Au moment des apéros, il est plutôt d’usage de picorer dans les petits salés. Mais là, une fois n’est pas coutume, quelques douceurs sur la table. Sans aucun doute, des florentins.


Pascal Décaillet

08:11 Publié dans Dis Papa, c'est encore loin, le 16 septembre? | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Est-ce parce que vous n'êtes pas (ou plus) dans le secret de dieux que vous devenez si caustique ? Je vous ai connu beaucoup plus utilisateur d'encaustique vis-à-vis du parti radical.

Écrit par : gamine | 15/08/2009

Une autre chose, qui aurait pu vous venir à l'esprit, c'est que pour le dessert, les deux hommes en question rêvent de se taper une religieuse et à cette occasion, de faire à qui vous pensez un enfant dans le dos.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 16/08/2009

Mais quelle condition le PLR est-il en mesure de poser vis-à-vis des autres partis? Si l'on admet que l'élection d'un PDC le 16 septembre mettra définitivement en opposition le PLR et le PDC, l'équation à résoudre pour faire élire des membres du PLR devient pratiquement IMPOSSIBLE: c'est le seul parti qui est OBLIGE de quémander les voix de la gauche ET de la droite, puisque PLR et UDC n'ont de loin pas la majorité aux chambres fédérales. De l'autre côté, le PDC peut se contenter des voix PS/PES/PBD pour assurer ses sièges, la même alliance confirmant les deux socialistes ainsi que celui du PBD (éventuellement). Donc le PLR, après l'élection de M. Schwaller (qui me semble l'issue la plus probable), comprendrera pour son salut qu'il serait bon pour lui d'abandonner l'UDC, car c'est un mariage empoisonné. Tout le monde sait qu'avant le rapprochement à droite, l'UDC était considérée comme un parti dangereux, et donc peu crédible. C'est le PLR qui a dédouané l'UDC, ne l'oublions pas! Ainsi, le 16 septembre, le PLR récoltera ce qu'il a semé depuis 10-15 ans.

Écrit par : Diego Frieden | 25/08/2009

Les commentaires sont fermés.