20/08/2009

Le bel été de Christian Levrat

Jeudi 20.08.09 - 07.45h

Ah, le bel été de Christian Levrat ! Insouciant, sifflotant, comme un merle moqueur par un petit matin de canicule.

Présider un parti qui n’est pas directement concerné par le remplacement de Pascal Couchepin, donc se retrouver arbitre, c’est être courtisé par tous. Il y a, dans la vie, des situations plus désagréables. Alors, va pour les apéros, va pour les cacahuètes de Locarno avec Fulvio Pelli. Et puis, le coup suivant, va pour la découverte, sur les ondes publiques, des incroyables convergences du PS avec le PDC en matière d’assurance maladie. C’était hier soir, avec Christophe Darbellay.

À entendre les deux hommes, ce savoureux dialogue de Dom Juan et de Monsieur Dimanche, il n’y aurait qu’ordre et beauté entre les deux partis. Intersections. Visions communes. Confluences. Il y aurait tant à reconstruire, ensemble, sur les décombres de l’ère Couchepin. Tant de lendemains qui chantent. Tant de roses, avec tant de résédas.

C’est fou, la politique, comme ça peut vous déconcerter. Allez, tant qu’on y est, allons-y pour la fusion. Une petite prière sur la tombe de Jaurès. Et quelques roses sur celle de Léon XIII. Et après, pour fêter ça, on va prendre une caisse ensemble. Une bonne caisse. Mais unique, c’est juré.

Pascal Décaillet


07:46 Publié dans Dis Papa, c'est encore loin, le 16 septembre? | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Effectivement votre analyse est correcte, Monsieur Levrat est courtisé pour les raisons que vous invoquez.

Nous avons tendance à vite oublier les petites affirmations de certains bonimenteurs à la presse au fil du temps. Pour parler de Monsieur Levrat, il n’hésite pas vociférer des donnés inexacte sciemment (quotidien le matin en 2009).

Je pense qu’il y a des politiciens qui son nuisible à une démocratie, pour moi Monsieur Levrat en fait partie.

Écrit par : cali | 20/08/2009

Les commentaires sont fermés.