Degré zéro

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 05.10.09


Je dédie cette chronique aux Musulmans de Suisse, et principalement à ceux d’entre eux qui, ayant pris la nationalité, sont maintenant des compatriotes. Des Suisses comme moi, Suisses musulmans, comme il y a des Suisses juifs, des Suisses athées, comme je suis un Suisse catholique. Nous sommes citoyens, c’est ce qui nous rassemble. Le reste, c’est du privé.

Depuis un demi-siècle, j’arpente ce pays, j’en connais tous les cantons, j’y ai accompli 500 jours d’armée, je connais toutes les vallées du Valais, j’ai vécu à Berne. Eh bien croyez-moi, je n’ai absolument pas le souvenir d’y avoir jamais vu le moindre minaret. Des églises, des temples, quelques rares synagogues. Mais minarets, zéro. Enfin deux ou trois, paraît-il, mais hors de mon champ de vision.

C’est dire l’extraordinaire urgence, l’impérieuse nécessité de l’initiative sur laquelle nous voterons le 29 novembre. C’est un peu comme si Sancho Pança diligentait, quelque part dans la solitude de la Mancha, une initiative contre les moulins.

Tout cela pourrait, à la limite, apporter son grain à une surréaliste anthologie du dérisoire, s’il n’y avait l’affiche. Vous la verrez bientôt, comme de lépreuses floraisons (j’emprunte au poète), sur nos murs. Légale, sans doute. Efficace, à coup sûr. Mais au-delà de la nausée. Une chronique, c’est pour donner son avis, non ? Eh bien voilà : le mien, maintenant, vous le connaissez.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 15 commentaires

Commentaires

  • Monsieur Décaillet,

    Un seul mot BRAVO!

    Un athée.

  • Il est exceptionnel que je sois d'accord avec vous M. Décaillet.
    Mais là, j'avoue que vous faites une très belle exception.
    C'est vite et bien dit et cela tape fort.
    Bravo !

  • Ce que les républicains d'aujourd'hui ne savent pas encore, c'est que leur monde est déjà mort. Mort par leur faute : trop de naïveté civilisationnelle, trop de confiance dans les valeurs abstraites, pas assez de mémoire et de conscience historique. Comme si une Cité durable pouvait se construire avec n'importe quelle brique, ramassée de-ci de-là, et sans un mortier bien concret pour tenir les murs. Bientôt, le retour aux fondamentaux. Ce sera dur. Mais nécessaire.
    P.S. Je recommande vivement aux républicains (au sens moderne et quelque peu dévoyé de la définition) d'étudier urgemment les données statistiques concernant les projections de population en Europe ou encore, plutôt que de se balader dans l'Oberland bernois ou le Val d'Hérens, d'effectuer quelques voyages d'études dans des villes comme Londres, Paris ou Bruxelles. Afin d'y constater de visu notre futur immédiat.

  • "Nous sommes citoyens, c’est ce qui nous rassemble. Le reste, c’est du privé."

    A-bso-lu-ment ! Merci, Sieur Décaillet !

  • D’accord, sur le principe, avec M. Décaillet. Moins d’accord sur les raisons invoquées – le manque d’urgence, basé sur le petit nombre de minarets, me semble un argument bien faible… car s’il fallait attendre d’agir dans l’urgence, une décision d’interdiction ne serait plus possible s’il y avait déjà 50, 100, 500 minarets, de même qu’une décision d’interdiction ne sera plus possible quand il y aura déjà 50, 100, 500 minarets. Ceux à qui cette perspective fait peur ne se satisferont donc pas de l’argument tiré du manque d’urgence.
    La raison pour laquelle je suis pour les minarets est qu’en fait, sous couvert de défense des valeurs occidentales (couvert assez peu protecteur puisque de toute évidence on ne peut pas violer la constitution pour sauvegarder la constitution…), on cherche à réduire davantage encore la légitimité citoyenne de la spiritualité, et à bétonner le confinement de toute pensée spirituelle dans la sphère intime, voire honteuse, de l’individu. Ne nous y trompons pas. Ce Kulturkampf n’a pas lieu entre chrétiens et musulmans, mais entre croyants et athées. L’interdiction des minarets est un premier pas vers l’interdiction des clochers de nos églises – d’ailleurs en maints endroits circulent déjà, au nom de la laïcité, des pétitions visant à interdire les sonneries de cloches.

  • Vous devez savoir, M. Décaillet, que le jour où vous vous prononcerez publiquement contre "quelque chose de musulman", la burqa, l'abattage rituel, la création de sections musulmanes dans les hôpitaux, l'ouverture de cantines scolaires réservées aux petits mahométans, l'installation de tribunaux islamiques pour les causes civiles, ou je ne sais quoi - la palette est presque infinie entre le statu quo et la République islamique -, vous vous retrouverez, de gré ou de force, assis sur le même banc d'infâmie que moi, celui des islamophobes.

    Mais, je le crains, vous y serez beaucoup moins à l'aise que moi :o)

  • Petite note à ceux qui craignent une "islamisation rampante": malgré les pétrodollars, le mouvement barbu est en déclin partout dans le monde:
    - Les barbus ont perdu toutes les élections auxquelles ils ont participé ces dernières années.
    - La preuve la plus éclatante de leur déclin - après la défaite de Mahmoud Ahmadinejad camouflée par le régime en victoire - est la manifestation du 17 juin 2009 à Téhéran où trois millions de personnes défièrent les bassidjis.
    - Ici en Europe, il y a de plus en plus de musulmans de classe moyenne très bien intégrés qui rejettent clairement les precheurs de haine.

  • Oui, bravo Monsieur j'applaudis et je salue votre article.
    Ce combat ridicule contre les minarets rappelle par certains aspects le temps ou les clochers catholiques faisaient peur à nos voisins vaudois...c'était au X!Xème siécle !

    Dans le même temps, le président de l'UDC genevoise, Soli Pardo, met le feu au poudre en signant un billet sur son blog d'une grande violence à l'encontre de "la racaille d'Annemasse". Et comme si ceci ne suffisait pas, il publie à grand frais un énorme encart ce lundi dans la Tribune de Genève pour répéter les mêmes invectives xénophobes.

    Sont-ce là les dernières gesticulations d'un capitaine qui tient absolument à sacrifier le bateau et son équipage avec lui ?

    Interpelé aujourd'hui le parti garde officiellement le silence.
    Toutefois, au plus haut niveau de la hiérarchie et des élus du dit parti il se murmure en coulisses qu'ils n'auraient pas été informés de cette campagne nauséabonde.

    De nombreux candidats et membres contactés au cours de la soirée se disent catastrophés et certains s'enhardissent à affirmer que la démission du président serait à l'ordre du jour ?

    Á suivre...

    N'oubliez toutefois pas de voter selon votre cœur car même sur la liste 9 de nombreux candidats (es) ne cèdent pas au panurgisme et sont clairement désolidarisés de leur président.

  • Il y a beaucoup de musulmans sincères dans leurs rapports à la démocratie. Ils ne cherchent ni à déstabiliser l'Etat de droits ni à ce que le Coran devienne le centre du Droit international. Il y a quand même une minorité d'activistes qui refusent d'accepter la laïcité, qui sont persuadés que le Coran est la Loi, qu'il doit être appliqué partout dans le monde. C'est cette minorité qui effraye bien des gens. Les affiches UDC sont comme les affiches de l'ex monde soviétique: elles parlent avec des images qui repoussent l'Autre, le Différent, dans la marge, la clandestinité pour cause de non conformité au régime. Je n'aime pas du tout ces affiches mais elles répondent à la minorité musulmane qui refuse de nous reconnaître comme égaux en humanité.

  • A force d'épuiser le contingent des pseudo-nuisibles qui menaceraient la Suisse, l'UDC finira bien par se retrouver à court de boucs-émissaires (barbus ou non) sur lesquels reposer le 99 % de son argumentaire (on ne parlera pas d'action politique, qui doit être à peu près nulle et non avenue).
    Il y a des citoyens, des respectueux des lois, de la liberté et de la démocratie, et cela suffit à les respecter. Pour l'instant l'extrémisme n'est pas dans le camp de ceux qu'on croit, et l'attitude digne des musulmans en Suisse est la plus belle preuve que tout ceci se trompe dramatiquement de cible...à méditer quand on voit les priorités essentielles d'un parti qui prétend à des responsabilités gouvernementales

  • Cher Pascal,
    Votre opinion, que vous savez influente, m'a empêché de dormir hier soir. Je n'ai pu le faire qu'après avoir rédigé et publié la note suivante sur mon propre blog. Je la reproduis ici, pour vous comme pour ceux, nombreux, qui vous lisent:
    "Je m'étais promis de ne pas aborder le sujet de l’initiative anti- minarets. Le billet de Pascal Décaillet d’hier m'aura fait changer d'avis.
    La plupart des musulmans que je connais, comme ceux que je ne connais pas, fervents pratiquants ou agnostiques, semblent aussi avoir adopté la même conduite: celle de ne pas exprimer d'opinion sur un thème qui, une fois n’est pas coutume, interpelle de manière claire l'ensemble des consciences, et pas seulement la leur.
    D'outrance en outrance, les auteurs de cette initiative ont fini par perdre la raison, après avoir perdu le bon sens. C'est pourtant ce « bon sens », qualifié par Montesquieu d’aptitude à "à saisir la nuance des choses", qui a fait le succès d'une maison que j'ai jadis habitée. Une maison qui fleurait bon le terroir, avant que l'exaltation, jusqu’à l’obsession, des valeurs nationales, érigées en valeurs morales suprêmes et exclusives, ne la conduise à la perte de toute valeur.
    L’Histoire a pourtant prouvé combien il est dangereux de vouloir enfermer des valeurs morales dans un cadre territorial, religieux, ou racial.

    Oui, l’initiative anti-minarets fait penser à Don Quichotte combattant les moulins à vent, ses auteurs ayant l'esprit aussi troublé que celui du héros de Miguel de Cervantès. Mais si celui-ci a écrit un roman inoffensif, les Don Quichotte des temps modernes nous invitent à un combat bien réel, dont il faut être conscient qu’il recèle un énorme piège : un Oui fera de notre pays le symbole de la plus insolite des exclusions. Ce qui accentuera son isolement international et le désignera comme bouc émissaire idéal pour tous ceux qui ont les croisades à l’esprit.
    Un Non, au contraire, montrera l’extrême vitalité de sa démocratie et sa capacité à éviter les pièges les plus pervers. Grâce justement à l’attachement de son peuple… au bon sens.
    Ali Benouari
    Président de l’ASML
    Candidat au Grand Conseil

  • Tiens? Très belle exception, comme dit Alain Hubler.
    Il y a tout de même dans le billet bien senti de M. Décaillet une criante et intéressante absence, ou plutôt trois. Trois lettres, U, D, C.
    Il est vrai que M. Décaillet a exprimé à maintes reprises sa désapprobation envers les "bien-pensants" et autres *donneurs de leçons" qui dénonçaient les dérives de l'UDC au nom de la "morale", et méprisaient ainsi le statut et l'assiette électorale du "plus grand parti de Suisse" avec ses fameux (et très arrondis) 30%...
    M. Décaillet rejoint donc, pour le coup, le camp de la morale bien-pensante. Mais il aurait peut-être pu évoquer clairement le rôle du plus grand parti de Suisse dans la "floraison lépreuse" qui pousse "au-delà de la nausée".

  • A mes "préopinants": faites-vous semblant de ne pas voir que nous avons basculé dans un autre monde ? Faites-vous semblant de ne pas voir la transformation radicale de notre cité en seulement 5 ans ? Le bon sens... justement je n'en vois que très peu dans vos propos ! Le suppposé extrêmisme de l'UDC n'est qu'un cri de désespoir et l'image de Don Quichote est oh combien perfide de la part de ce Monsieur Benouari, aux accents paternalistes, un peu à la Tarik Ramadan.

    Cette affiche a été instrumentalisée par l'establishment genevois, à l'aide des médias français, pour infliger une claque à l'UDC.
    Le quiproquo est volontairement maintenu par tous les intervenants se sentant visés non pas par l'affiche elle-même, mais par le très diffus sentiment de révolte qui commence à se faire de plus en plus perceptible, voire incontournable, et qui a terme renversera à n'en point douter la bien-pensance. Reste à leur souhaiter que cela ne se fasse pas à la Danton et Robespierre. Il n'ont qu'à bien se tenir et à ravaler leur morgue.

  • @"Marc":
    "en seulement 5 ans"...
    Mais cela fait trois siècles au moins que l'Occident a basculé dans un autre monde, que ses élites auto-proclamées se gargarisent de subjectivisme et de relativisme, que l'on prétend que toutes les valeurs se valent, et que l'on abat une idole que pour la remplacer par une autre idole. Vous croyez que les moteurs du bateau viennent de s'arrêter parce que vous venez, à votre réveil, de constater que le bateau n'avance plus. Et vous paniquez. Mais ceux qui ont veillé, sans autre consolation que la communion avec les sages de tous les temps, savent que cela fait plus de trois siècles que les moteurs sont arrêtés, et que le bateau a depuis continué sa course, mû par la seule force de son inertie.

  • Vous dites que vous n'avez jamais vu de minarets en Suisse, que cela n'existe pas??!
    Pourtant, vous travaillez à Genève, si je ne m'abuse!
    Bref, vous voyagez beaucoup, les yeux fermés, visiblement...
    Vous qui lisez passablement, avez-vous lu le Coran, les Haddits et la Suna?
    Non, visiblement. Je vous y invite, lisez les yeux ouverts, contrairement à vos habitudes de voyages!
    Ah oui, Genève c'est aussi 70% de population carcérale musulmane, on se demande bien pourquoi...

Les commentaires sont fermés.