Censure : surtout pas !

Imprimer

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Jeudi 08.10.09

 

Une initiative nulle, une affiche infâme : j’ai dit ici, lundi, ce que m’inspirait le combat de certains de mes compatriotes contre les minarets. Faut-il, pour autant, l’interdire, l’affiche ? Evidemment non ! Le Ville de Lausanne est tombée dans le piège, celle de Genève heureusement pas.

Une affiche est un révélateur. Elle arrache des masques, dévoile des vérités, donne à humer ce que suintent les entrailles d’un parti. Eh bien, que cela se sache ! Que cela se voie ! Que cela se contemple sur les murs de nos villes ! Décoder, décrypter, c’est le rôle du journaliste. Et c’est, aussi, celui du citoyen. Qui est adulte.

Une affiche, c’est un graphisme. Sept minarets noirs (diable, il est lourd, ce chiffre-là) en érection sur le drapeau suisse. Juste à côté, tout aussi noire, une femme en burka. Domination. Occupation. Que cela se commente, et pourquoi pas dans les écoles ! Que cela se déchiffre. Le pari sur l’intelligence, la raison, en l’espèce, est le seul qui vaille.

Quelles affiches doit-on censurer ? Celles qui, tout simplement, sont illégales. La loi doit être le seul critère. La loi, pas la morale. La loi, pas le consensus de la pensée dominante. Si l’affiche est légale, même infâme, qu’elle se voie. Qu’on en décortique les signes, en public. Mais, désolé, l’interdire, c’est entrer totalement dans le jeu de ses auteurs. Ils sont déjà assez malins comme cela, sans qu’on leur fasse cette fleur.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Chroniques Tribune 25 commentaires

Commentaires

  • Bonjour Monsieur Décaillet!

    Complètement d'accord. Merci pour cette note!

  • La montée brune arrange tout le monde, ne faite pas l'hypocrite, la droite utilise le démon fasciste à pleine vapeur, ce mécanisme n'est pas nouveau et a été cent fois pratiqué. Alors ne soyer pas allusif de quelques hypothèses à Rousseau, car la Suisse prend le chemin de la confusion et comme disent les anglais, easy coming, easy going, l'argent entassé par les banques suisses est venu facilement, il repartira encore plus facilement et le pouvoir en place laisse la marée brune monter et faire le sale bouleau si nécessaire !
    Tout le reste dans cette campagne, n'a aucun intérêt, reste illusoire.
    Maintenant vous venez donner des leçons de démocraties face à des anti-démocrates luttant contre d'autres anti-démocrates en faisant des musulmans ce que le monde entier fait, "prendre tous les musulmans pour des terroristes", mais vous verrez, cette manipulation ne marchera pas et la révolte va se précipiter avec d'autres couleurs et de façon complètement inattendue ! Vous allez voir comme ces courants sans fondements vont s'écrouler dans leurs propres guerres intestines. Nous ne sommes pas des allemands en 1933, ce vielle idéal proposé comme solution par les voyous de politiciens tous bords sera déjoué encore plus facilement que les banques l'ont propulsé au sommet de la politique suisse. Ces instigations sont trop rétrogrades, ce schéma est passéiste et fasciste va se heurter à sa propre haine !

  • A force de tout tolérer ne risque-t-on pas de banaliser l'insoutenable ?

    J'apprécie votre sens de la liberté d'expression, celle-là même que vous octroyez à ceux avec lesquels vous n'êtes pas d'accord, mais je ne peux ici vous suivre.

    Trop nombreux sont ceux qui au moyen d'une propagande mensongère et réductrice incitent à la haine, pour accéder au pouvoir. Vous êtres trop féru d'histoire pour ne pas vous souvenir des conséquences liées au laisser-faire en la matière.

    L'affiche infâme, selon votre propre vocable, ne peut être tolérée. Certes, les mensonges qu'elle véhicule sont une insulte à la pensée. Mais, elle constitue en premier lieu une agression au yeux de tous ceux qui souhaite maintenir le droit de vivre ensemble. Non sans raison, Fribourg a jugé qu'elle constituait une incitation à la haine. Il ne s'agit donc pas de morale mais de droit, le droit sanctionnant l'incitation à la haine.

    Certains donc ont eu le courage d'interdire une telle affiche. Ils devraient être mieux soutenus, tant il est vrai qu'il tellement plus facile de laisser faire, sous couvert du droit à l'expression. Ce droit n'autorisant pas toutes les entorses aux autres droits.

  • Parfaitement d'accord. Les autorités ne savent pas où commencent et où s'arrêtent leurs responsabilités. C'est d'ailleurs la cause de tous les scandales qui touchent notre pays - au lieu d'appliquer la loi (et de renvoyer, au besoin, le parlement et le peuple à leurs responsabilités de législateur), les autorités essaient de faire de petits calculs sur l'opportunité d'appliquer ou de ne pas appliquer la loi... Et nos représentants, en plus, se trompent toujours dans leurs calculs.
    L'interdiction des affiches des initiants ne me choque pas (d'ailleurs, j'ignore si elles sont légales ou pas). Ce qui me choque, c'est le raisonnement par lequel on aboutit à l'interdiction ou à la non-interdiction (ex: Mme Salerno dit: "une interdiction renforcerait la position des initiants" - un tel argument est contraire au droit).
    - Nous avons donné (ou pas donné) des noms aux USA parce que c'est la loi,
    - Nous avons arrêté Polanski parce que c'est la loi, et que le législateur ne nous a pas demandé dans une loi de faire preuve de finesse pour les gens célèbres,
    - Nous autorisons (ou interdisons) les affiches parce que c'est la loi.
    Au lieu d'un discours clair, nous avons toujours en face de nous des gouvernants mal à l'aise qui veulent ménager la chèvre et le chou et qui finalement font perdre sur toute la ligne les collectivités qu'ils représentent.

  • mais il s'agit de voir ce que dit la loi. Autorise-t-elle ce genre de caricature (quel vilain mot que voilà!).Faut-il aller devant les tribunaux pour le savoir?
    Telle est, me semble-t-il, la question essentielle, à laquelle personne n'a encore répondu. Pas même la Commission fédérale contre le racisme pour qui l'affiche est injurieuse, a un caractère raciste, nuit à notre cohésion sociale, etc, mais ne recommande pas de l'intedire.
    Faut-il, pour des raisons politiques, laisser publier ce genre d'affiches, pour ne pas faire le jeu de l'adversaire ou, pour les mêmes raisons, les interdire?
    Cela étant, et au delà des aspects légaux et des considérations politiciennes, il y a la question de fonds, qui est d'ordre tout simplement éthique. Cependant qui dit l'éthique? je me demande s'il ne faut pas permettre que puissent s'exprimer toutes les saloperies que les gens ont dans leur tête afin que l'on sache une fois pour toutes qui est qui et qui pense quoi. Ce sera déjà ça, et on pourra même ranger ce bel exercice au chapitre de la liberté d'expression et de la vitalité de notre démocratie!

  • Autre caractéristique regrettable des républicains modernes, leur incapacité à prendre en compte les événements historiques dans leur dimension géographique et ethnique, puisque pour eux tout se résume à des considérations abstraites ou morales. Ainsi, si on rappelait à ces gens distingués l'histoire concrète des Balkans, du pourtour méditerranéen, de l'Espagne ou de l'Asie Mineure, ils ne verraient tout simplement pas le rapport avec cette affiche, car pour eux rien n'existe hors de leur présent synthétique (il a fallu, par exemple, moins d'une centaine d'années pour que les autochtones chrétiens du Liban et du Kosovo, majoritaires sur leurs terres, deviennent des minorités ayant perdu, de fait, leur souveraineté politique légitime). Ou si on leur disait, à ces aimables républicains, d'aller se balader dans le 9-3, d'exercer leur sagacité dans le Londonistan ou de prêcher le vivre-ensemble à Molenbeek, ils ne comprendraient toujours pas le rapport avec cette affiche. Comme disait Péguy, je crois, "ils ont les mains propres, mais ils n'ont pas de mains."

  • @ Rita Bichsel : quelle NOTE lui donneriez-vous?

    Sur le sujet, on peut dire que ç'aurait été complètement crétin de refuser la liberté d'expression propre à la vie politique, en effet.

  • Hé oui ! C'est la purification éthique ! Certains édiles sont devenus des professionnels de la Vertu, des assermentés du Bien moral. Cela n'a pas été le cas à Genève cette fois-ci ! On respire... et le peuple choisira ce qu'il veut, comme un grand.

  • Ce type de situations ne sont que le fruits du mensonge, le mensonge est au début juste un fil, puis viennent s'ajouter d'autres fils jusqu'à faire une corde et ça a beau crever les yeux, comme c'est de toute façon du mensonge, certains se sentent impuissant et en rajoutent, se sachant rien faire d'autre !

  • Ali, ils ne demande que ça, et la justice commence aussi a devenir brune quand on voit la sagacité du dossier Polanski. Ils cherchent (les politiques) des victimes faciles, à leur portée, il tentent de partir sans payer l'addition comme de vulgaires filous resquilleurs.
    Comme le rappel Pau, que je salue, "ils ont les mains propres, mais ils n'ont pas de mains."
    Laissons rêver ces médiocre dans leur jubilation de pouvoir, qu'ils n'ont simplement acquise car les cadors minables des partis sans payer leurs ont chauffés les sièges !
    Aussi vite ils sont venus, aussi vite ils vont repartirent, les populistes, mais après eux ?

  • " Il ne s'agit donc pas de morale mais de droit, le droit sanctionnant l'incitation à la haine.", dit M. Philippe Glatz.

    Si le droit voulait se mettre à sanctionner l'incitation à la haine, il faudrait instituer une censure implacable de l'information, parce que la première des incitations à la haine, c'est bien souvent l'image que les gens donnent d'eux-mêmes !

    Dans le monde parfait à venir, la Commission de Censure pourrait encore être chapeautée par une Commission d'orientation des Haines, qui canaliserait ce sentiment aussi humain que l'amour, vers les "bonnes" cibles. Vers l'"Emmanuel Goldstein" du jour !

    Quand le puritanisme prétend transformer les hommes en anges, le totalitarisme n'est jamais bien loin.

    * Si nous n'avions pas vu et revu la destruction des tours du World Trade Center, nous n'aurions assurément pas la même image de l'Islam. C'est bien la preuve.

  • "Ou si on leur disait, à ces aimables républicains, d'aller se balader dans le 9-3, d'exercer leur sagacité dans le Londonistan ou de prêcher le vivre-ensemble à Molenbeek, ils ne comprendraient toujours pas le rapport avec cette affiche. Comme disait Péguy, je crois "ils ont les mains propres, mais ils n'ont pas de mains."

    Et on remettra une petite couche de Péguy, au-dessous de l'excellent commentaire de Paul Bär : "Depuis les cités grecques et avant, les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches."

  • Ouf! Mille fois bravo, Monsieur Décaillet. Vous rendez à l'intelligence sa priorité. Seulement je ne suis pas certain que l'intelligence vole haut à notre époque. Trop de discours fades, ternes, compromis avec la langue de bois ambiante. On peut ne pas être d'accord sur de grands thèmes comme l'Europe ou l'Eglise par exemple. Mais on ne peut pas se prononcer contre l'intelligence sinon c'est la peste brune qui revient au galop. Merci encore. Bonne soirée à vous.

  • Pourquoi au Japon les Temples n'ont ni le décor flamboyant ni l'aspect castrateur des cathédrales et des mosquées?

    Ce sont des lieux ouverts. Ils se situent dans des parcs immenses. Les arbres sont si hauts et si denses. Les visiteurs impressionnés deviennent humbles et aussi fiers d'appartenir à la grandeur de cette Nature.

    Bien sûr, il faut ôter les chaussures pour visiter l'édifice mais le gardien du Temple ne se froisse pas des décolletés des touristes étrangères. Il s'enquiert gentiment de leur nationalité et sourit au bébé porté en écharpe qui lui rappelle le sien resté à la maison.

    La sérénité des lieux, la courtoisie des japonais, la beauté simple et dépouillée du Temple apporte la paix intérieure.

    Vous semblez à mille lieues des débats et polémiques des minarets, surtout à la lecture de:

    Cessez de vous en faire
    Et suivez le courant
    Si vos pensées sont liées
    Elles perdent leur fraîcheur (Seng-t'sen)

    Et puis,

    Dans la baie de Tokyo, au soleil couchant, des milliers de personnes viennent écouter le clapotis des vagues. Ils devisent, sourient, murmurent de peur de perdre les miettes d'éternité.

    Et là sortie de nulle part, une femme tout en noir, emmaillottée dans sa burka prend la pose. Son mari, peut-être, la photographie.

    Et l'image du Japon s'assombrit et mon coeur de femme frémit....

  • @Océane:
    Joli texte. Mais que dites-vous des geisha, si la vue d'une femme en burka au soleil couchant de Tokyo suffit à ternir la fraîcheur de vos pensées? Etes-vous bien sûre que cette femme en burka était plus malheureuse que vous? Sûre qu'elle vous enviait de pouvoir perdre votre temps à la plaindre? Sûre que les Arabes n'écoutent pas eux aussi le bruit du sable qui hésite entre le vol et la chute au sommet d'une dune? Sûre qu'ils n'ont jamais eu de poètes? Sûre que vous ne mépriseriez pas comme "castratrice", et comme une humiliation inacceptable, l'obligation d'enlever vos chaussures si elle vous était signifiée à l'entrée d'une église?

  • Sous de nombreux prétextes tel que "Si le droit voulait se mettre à sanctionner l'incitation à la haine, il faudrait instituer une censure implacable de l'information" - sic Scipion ici - vous êtes nombreux à fustiger toute censure quelconque quel que puisse en être l'objet.

    Est-il satisfaisant de dresser en premier lieu l'épouvantail de la censure, plutôt que de se pencher sur l'analyse de l'objet ? Cette manière de se réfugier dans le libertaire jusqu'au-boutistes élude toute question telle celle relative aux limites.

    Or c'est bien la question qui se pose ici et à laquelle certains refusent de répondre. Serait-ce que la question est par trop complexe ? Je retiens cependant que l'affiche en question n'a posé aucun problème de qualification claire puisque "infâme". Mais interdire l'infâme poserait donc problème. Je retournerai que cela peut rendre les mains sales a celui qui n'a pas saisi que Péguy réclamait moins d'angélisme en matière de tolérance abusive.

    Ce ne sont pas donc les républicains modernes pour qui "rien n'existe hors de leur présent syncrétique" et non pas synthétique... qui sont de doux rêveurs et refusent d'avoir les mains sales... mais bien ceux qui sont prêts à tolérer l'affichage infâme. Serait-ce que pour Scipion cette tolérance exprime plus que les prétextes retenus sur l'avant-scène.

    De plus à ceux qui s'adonne à citer Péguy je rétorquerai qu'il a encore écrit que "Flatter les vices du peuple est encore plus lâche et plus sale que de flatter les vices des grands." en ajoutant que "La guerre contre la démagogie est la plus dure de toutes les guerres."

    Il est certain que la démagogie consistant à tout admettre y compris des plus extrémistes est une forme dégradée, excessive ou mal comprise de la démocratie. Cette démagogie a déjà permis l'instauration de totalitarismes.

    Or l'on ne peut conduire de guerre sans certains sacrifices, y compris même sur l'autel de la liberté d'affichage que je ne saurai confondre avec la liberté d'expression.

  • Veuillez m'excuser : ce n'est pas pour Scipion que cette tolérance pourrait exprimer plus que les prétexte retenus sur l'avant-scène mais bien pour Paul Bär, tous deux que je salue au passage et que je remercie de m'avoir permis d'élargir mon commentaire.

  • Le pire avec les républicains modernes, tout enkystés qu'ils sont dans leur petit présent hors-sol, sans la moindre velléité de perspective sur les invariants sociaux et historiques (le réel, leur ferait-il peur ?), c'est qu'ils ne réalisent même pas que les grands politiques, les grands penseurs (dont ils se recommandent souvent à tort) la comprendraient parfaitement, cette affiche. Je sais bien que trop de citations tue la citation, mais, pour une fois, quand même quelques exemples, histoire de ne pas parler dans le vide : "Des Ibrahims futurs pourront ramener l’avenir au temps de Charles Martel, ou au temps de Vienne. Vous ne voulez pas planter la Croix sur Sainte Sophie : continuez de discipliner des hordes de Turcs, d’Albanais et d’Arabes, et peut-être le Croissant brillera sur le Dôme de Saint Pierre - Chateaubriand"; "Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture greque et latine, et de religion chrétienne. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont les Arabes, les Français sont les Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de Musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisons l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. - Charles de Gaulle" ; "Il m'a fallu rencontrer l'Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd'hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m'obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane. - Claude Lévi-Strauss". Voilà, j'en arrêterai là, mais je pourrais continuer ainsi sur des pages et des pages. En effet, quand on se place sous le patronage des grands de l'Occident européen, les bien-pensants, les "vivre-ensemblistes" qui aujourd'hui ne comprennent pas la réalité de cette affiche sont tout simplement minoritaires et non-pertinents, au vu de l'histoire de notre continent.

  • "le mensonge est au début juste un fil, puis viennent s'ajouter d'autres fils
    jusqu'à faire une corde et ça a beau crever les yeux...."

    Avec du fil ont fait aussi des rideaux et des voiles!

  • Allez voir ce clip et les écoles coraniques financées par le gouvernement français, vous comprendrez à quoi sert l'argent publique !

    http://www.youtube.com/watch?v=vUqCzIlnjDM

  • "En effet, quand on se place sous le patronage des grands de l'Occident européen, les bien-pensants, les "vivre-ensemblistes" qui aujourd'hui ne comprennent pas la réalité de cette affiche sont tout simplement minoritaires et non-pertinents, au vu de l'histoire de notre continent."

    Hum, la situation est grave, très grave. Quelle solution proposez-vous? Car manifestement ce n'est pas l'interdiction des seuls minarets qui va régler le problème de l'Occident, tel que vous le décrivez. Il va falloir se (vous) résoudre à chasser du monde, j'ai l'impression.

  • Corléande, d'où le terme "un tissus de mensonge" !
    Certains, au lieu de s'habituer aux grands et petits miracles de la vie, se nourrissent leurs petits égo de pleutres, avec des mensonges. Les égos des petits humains égarés adorent les mensonges, avec le mensonge, ils croient pouvoir contrôler ce qu'ils ne comprennent pas, ils mentent s'en même s'en rendre compte. Ils sont nourrit avec le mensonges, ils en ont en fait des religions, plus une religion ou une secte ment, plus elle a d'adeptes.
    L'Islam comme le Christianisme ont opté pour les dogmes, ils n'ont pas d'humour, leurs dérives n'ont pas de limites, leurs rigidités préfèrent céder que plier, tuer plutôt que se mettre en question. Le paradis des fanatismes, des dictatures et de l'injustice !

  • Une femme en burka: une servante de Dieu et de l'homme.

    Une geisha: une servante de l'homme.

    Une femme libre n'a ni "Dieu ni Maître".
    Et, le bonheur est à la portée de toutes mes soeurs.

    Bien à vous.

  • Oui Farid, la situation est grave. Il y aurait un moyen très simple de faire taire ces extrémistes de l'UDC: reconnaître une certaine réalité des choses et de la dérive (humaine) des continents en essayant d'apaiser les choses de laisser un peu de répit aux Européens, en tentant de les protéger. Pourquoi ceux qui se déclarent à l'exacte opposé de ce parti conservateur (et, paraît-il, raciste) ne le font-il pas ? Une des explications est que ces militants anti-racistes n'ont surtout pas intérêt à couper l'herbe sous les pieds de l'UDC (ou le FN en France). Qui sont les véritables pyromanes ? Il suffirait de reconnaître certaines réalités liées à l'insécurité et prendre des mesures efficaces comme p.ex. l'intégration en posant les conditions d'une bonne intégration, c'est à dire en contrôlant le nombre des nouveaux arrivants. Le fait est que nous sommes totalement débordés par le nombre d'Africains - musulmans ou non - qui viennent chercher l'eldorado en Europe, puis, à défaut d'eldorado, la conquête de l'Europe, tout simplement. L'aire francophone est particulièrement touchée, car ayant trop longtemps envoyé les mauvais signaux au continent africain. Voila, sur ce, je vous souhaite une bonne et paisible soirée.

  • Farid, cela fait 70 ans que l'europe n'a pas catharsisée ses démons, ce système occidentale après avoir, durant des siècles, accoucher ses monstre se retrouve en panne de crises systémiques et aucune guerre n'a secoué cette culture pratiquant des rites de destruction à grande échelle depuis une aussi longue période. C'est pratiquement la première fois depuis 1000 ans que l'europe n'a pas tenu sans guerre sanguinaire.
    Par la dissuasion nucléaire, il n'est plus permis au nations de se lancer dans des conflits, comme nous le voyons.
    Les seules autorisés sont avant tout ethniques par des pays ne possédant l'arme absolue ! C'est vers quoi se penchent la plupart des politiques européens ; créer des tensions ethnique et liées aux phénomènes migratoire, dans le but de ne pas laisser entrevoir et se développer les tensions entre les nations.

    En plus, cette focalisation ethnique se retranche derrière une crise propre aux européens et aux démocraties, c'est à dire, une crise confessionnelle au sein des populations, les églises traditionnelles sont totalement désertées alors que l'islam excède au niveau la pratique chet ses ouailles, cette confrontation remet en cause l'identité même des chrétiens, du moins ce qu'il en reste dans la pratique de cette pratique tellement pratique !
    Justement en ce moment à la tv au téléjournal ils évoquent la mort de Jacques Chessex, son dernier ouvrage consacré à la mort programmée de tout une population dans les années 40, "Un Juif pour l'exemple" et la participation vaudoise, à son échelle bien entendu. Dans son il démontre que les principaux coupables sont les autorités judiciaires et les politiques, ne faisant des exécutants de simples outils. Chessex a atteint son but en se faisant "interdire de vente" à Payerne et vivement condamné par le 21ème siècle payernois.
    Il y a une chose unique dans le monde en Suisse, c'est ce consensus lâche et toujours aussi rependu qu'il y a 70 ans, comme si une cloche de verre protégeait ce pays de toute levure ou de toute contamination bactériologique, une stérilité résistante à toute forme d'évolution risquant de casser cette chère réputation faisant de la Suisse un terreau idéal inspirant une totale confiance aux dictateurs venant placer leurs fortunes chez nous.
    Certes, entre 39 et 45, les Suisses n'ont pas massacrés des millions de réfugiés, mais les ont maintenus dans un climat de crainte organisé par les cadors de politique fédérale.
    Nous ressentons actuellement avec les déclarations de partis nationaux, la même atmosphère de crainte, ceci bien avant les débats sur les minarets et autres abjections indignes.
    Ce sont souvent les mêmes qui avec ostentation soutiennent Obama et sa "révolution Noblesque", car Bush soutenait Israel envers et contre tout, aurions nous affaire dans cette histoire de minaret à la mauvaise conscience de la Suisse ?

Les commentaires sont fermés.