L’ATE déraille

Imprimer

 

J’ai le plus grand respect pour Elisabeth Chatelain, vice-présidente de l’ATE genevoise (Association Transports et Environnement), également co-présidente du comité CEVA. Mais sa lettre du 27 octobre à Patrice Plojoux, président des TPG, dont elle m’adresse copie, laisse pantois et attire au sol, d’un coup newtonien, les chaussettes les mieux fixées. Elle s’y plaint que les anti-CEVA aient le droit de faire leur pub sur les trams genevois, dans la perspective de la votation du 29 novembre.

« Nous avons été stupéfaits d’apprendre que le principal prestataire genevois de transports publics allait mettre à disposition ses véhicules comme supports pour une propagande qui va clairement contre le développement d’un réseau de transports publics régionaux ». Sic. En d’autres termes, si c’est pour la propagande du oui, donc la théologie du Bien, vivent les trams ! Si c’est pour se faire les vecteurs du Malin, l’ignoble, la rétrograde idéologie des opposants, pas question. Belle conception de la démocratie.

Au-delà de cet épisode, il est à regretter que le CEVA, objet de votation républicaine, donc de discussions, de remises en cause, avec des partisans et des opposants, soit en train d’acquérir le statut d’Arche sainte, inattaquable. Le dogme. C’est parce qu’il était atteint de la noire folie de s’y opposer que l’avocat Mauro Poggia, qui aurait bien aimé être député PDC, s’est vu décliner son offre par ce parti, pour le plus grand bonheur du MCG, qui l’a récupéré.

Elle signifie quoi, l’union sacrée pour le CEVA, au-delà d’elle-même ? Réponse : les partis gouvernementaux qui se tiennent, en période électorale, par la barbichette, dans un petit jeu de coquins et de copains, où s’abriter derrière une bonne cause, bien rassembleuse, ne peut jamais faire de mal.

Cela dit, je suis pour le CEVA. Mais il est d’autres transports, aussi, qui attirent mon adhésion : la libre circulation des idées, le droit de les remettre en cause sans se faire jeter des sorts. Ni finir sur un bûcher.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 24 commentaires

Commentaires

  • Le Bien a encore frappé !
    Mais j'ai voté en faveur du CEVA, pour ma part.

  • Là n'est pas la question M. Décaillet. Ce qui est discutable dans l'attitude des Transports publics genevois est de laisser afficher sur leur propre matériel roulant un appel à l'anéantissement d'un projet indispensable pour... les transports publics!
    La liberté d'expression est sainte et saine, certes, mais que va comprendre le peuple genevois? les TPG sont-ils contre le CEVA? Colonne vertébrale de la mobilité durable et publique dans l'agglomération genevoise?
    Il faut rappeler dans ce contexte que l'argumentation des opposants est totalement fausse, le CEVA ne coûte pas 2 millirard mais 1,4, il n'y a pas de projet alternatif car les Français n'en veulent pas, le Canton non plus, et la Confédération s'est engagée sur le CEVA, rien d'autre. Sans le CEVA, c'est 20 ans de retard dans la mobilité pour un Canton qui est vraiment à la traine... Un message mensonger sur des trams modernes qui symbolisent la force et l'avenir de la mobilité durable, la mobilité de demain, reste à mes yeux une incohérence.
    L'ATE ne déraille pas, elle montre simplement un paradoxe et le culot d'opposants qui se disent pour une meilleure mobilité, mais qui ne pensent qu'à repousser à jamais la construction d'un maillon essentiel du développement de Genève.

    Salutations.

  • Vous croyez que Jean-François Mabut, à cause du CEVA, va lui aussi changer de parti préféré?

  • Juani S. Qui vous dit que vous avez raison ? Pourquoi le CEVA serait utile aux frontaliers qui viendront toujours avec leurs voitures, faute de parking à Annemasse ? Comment doivent faire les résidents de la Vallée Verte pour venir bosser à Genève ? Comment doivent se déplacer les genevois, propriétaires de résidences secondaires dans cette région ? Le CEVA est inutile et coûtera pas 2 milliards mais probablement 3 ! C'est faux ? Tout aussi faux que vos chiffres fantaisistes.

  • Je ne vois pas pourquoi, parce que c'est un prestataire de transports publics et une régie d'affichage à la fois, les TPG devraient refuser la publicité électorale anti-CEVA.

    Au train que veut imposer Mme Chatelain, ils ne devraient pas même, pour la course au Grand conseil et au Conseil d'Etat, afficher de la publicité électorale pour des partis qui se sont opposés au CEVA.

    À l'extrême, les TPG ne devraient pas même accepter de transporter les personnes qui sont contre le CEVA...

  • Si des chiffres sont fantaisistes, ce sont bien ceux des opposants! D'où sortent ces 2 milliards? C'est bien facile de gonfler un crédit uniquement pour qu'un chiffre rond effraye les citoyens! Vous faites de la surenchère O.V. en parlant de 3mia ce qui prouve votre méconnaissance du sujet et votre manque de discernement.
    Comment feront les habitants de France voisine, suisses ou français pour venir à Genève? Ils pourront prendre le train dans une des 20 gares du réseau RER franco-valdo-genevois, vers lesquelles des bus de rabattement opèreront et près desquelles des P+R seront construits, à l'image de celui d'Annecy inauguré il y a quelques mois. D'autres, à Machilly, Bons, Cluse, ou La Roche seront tout aussi efficaces.
    Enfin, rappelons que ce RER est avant tout pour les GENEVOIS qui pourront enfin circuler dans la ville, la périphérie et vers l'extérieur de manière rapide, confortable et écologique.

    Salutations, Juani S.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    un constat bien triste me vient en lisant vos lignes : la politique et les débats d'avenir n'ont plus lieu.

    On parle d'une affiche, on parle de la personnalité des uns et des autres, et on oublie le fond.

    Politicien, petit sois-je, je me refuse de rentrer dans ce jeu, j'estime que le politique ne doit pas promettre tout et n'importe quoi, promettre pour promettre. Pas plus tard qu'il y a quelques jours, je lisais sur le blog d'un pro-ceva, l'argument choc : en finir avec les embouteillages, vive le ceva... c'est faux.

    En politique consciencieux, je me suis permis de rappeler quelques vérités et réalités. Devinez ? on m'a volé dans les plumes parce que j'appartiens à l'UDC. Pourtant, mes arguments relataient deux vérités :

    1) le CEVA ne passe pas par la deuxième commune du Canton : Vernier

    2) le flux maximum du CEVA desservira au maximum 14'000 passagers au plus fort de sa capacité

    Que n'ai - je pas dit... c'est que ce projet me plait et que je trouve l'aspect technique, le défi qu'il représente intéressant. Les "pro Ceva" me sont tombés dessus sans le moins du monde argumenter sérieusement sur mes deux constats.

    Alors mieux vaut interdire l'affiche contre le CEVA que de discuter d'arguments fondés... c'est bien plus facile.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Stéphane,
    Le CEVA ne passe pas par Vernier, mais le RER franco-genevois OUI!
    Il y a une gare à Vernier-Meyrin comme vous le savez. Elle est connectée au RER et le sera encore mieux grâce au CEVA, car on pourra depuis Vernier-Myrin rejoindre Sécheron, Versoix, Nyon, Eaux-Vives, Chêne ou La Praille beaucoup plus rapidement.

    Ce petit film le montre bien:
    http://195.15.24.5/CEVA/menu/RER-franco-valdo-genevois

    Désolé de vous contredire mais vos chiffres sont faux, le RER aura un capacité de 6'000 personnes à l'heure... avec 6 trains de 500 places à l'heure dans chaque sens! Je ne vois pas d'où sort votre chiffre, veuilliez m'éclairer s'il vous plaît.

    Ces deux arguments sont assez solides me semble-t-il, je pense vraiment que le futur RER qui desservira Vernier comme 45 gares dans la Région sera très utile à tous les habitants du Canton quelle que soit leur commune de résidence.

    Bien à vous, Eric

  • @ Eric

    On fait comment depuis les Avanchets, le Lignon ou même Châtelaine pour se rendre dans cette fâmeuse gare de Vernier?

  • @Eric

    Depuis plusieurs années le RER ne s'arrête plus a la gare de Vernier !

    La gare Vernier-Meyrin que vous mentionnez est en fait la gare de la zone industrielle Zimeysa. Peut-être pratique pour ceux qui partent ou transitent de Cornavin pour bosser a Zimeysa (vu le trafic routier il doit pas y en avoir beaucoup...). Mais en tout cas pas fait pour les habitants de Vernier ou Meyrin qui travaillent au centre ville.

    C'est aussi ça la realité des transports publiques !

  • La gare de Vernier-Meyrin n'est pas celle de la ZIMEYSA, et elle est desservie.

    http://maps.google.ch/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=gare+vernier-meyrin&sll=46.362093,9.036255&sspn=4.146964,7.130127&ie=UTF8&hq=&hnear=Vernier-Meyrin&ll=46.223315,6.078937&spn=0.032482,0.055704&z=14

  • L'important c'est le potentiel que ces gares représentent.
    La gare existe et à ma connaissance le RER s'arrête à Vernier avant de continuer vers Satingy, Russin, etc.
    Ce que je veux dire, c'est que la connexion au rail est là, il faut la mettre en valeur! Certes, ces gares ne sont pas idéalement placées, mais entre celles de Cointrin et de Vernier-Meyrin, il suffirait de faire passer des bus de rabattement vers les gares.
    Le RER permettrait d'une part de desservir la Zimeysa, comme vous le relevez, mais servirait également aux habitants pour rejoindre rapidement les habitations, à vélo, en bus, etc.
    Au lieu de dire que le RER ne servira à rien, alors qu'il passera à quelques centaines de mètres de zones peuplées, il faut penser à mettre en valeur ce mode de transport qui a été trop longtemps laissé de côté.
    Les TPG, l'Etat et les communes doivent se mettre autour d'une table pour valoriser le potentiel des gares RER de Cointrin, de Vernier-Meyrin, qui, si elles ne sont pas au centre de la zone dense des communes, représentent un potentiel de développement très important. Il suffit que celles-ci soient bien communiquées, avec des cheminements pédestres, des pistes cyclables et de bus de rabattement.
    A Chêne-Bourg, la gare sera mise en lien direct avec le tram 17 et avec des bus pour rejoindre les futurs Communaux d'Ambilly. A la gare de Vernier-Meyrin, située justement entre Vernier et Meyrin, un potentiel important existe.

    En tous les cas, le futur RER inclura parfaitement les gares de Cointrin, Vernier-Meyrin, Russin, Satigny, qui seront en connexion avec tout le réseau RER.

  • @Eric et "un Suisse" qui savent tous mieux grace a google earth mais qui n'habitent visiblement pas a Vernier. Allez voir sur place, c'est tous ce que je peux vous conseiller.

    Encore que je reconnais a Eric qu'il a bien precisé que la gare est située "entre Vernier et Meyrin" donc effectivement ni a porté de pieds de Vernier, ni de Meyrin.

    En attendant, moi je continue a prendre ma voiture.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    vous me permettrez une petite réponse à Eric ?

    Eric, je suis navré de vosu le dire en tant que Verniolan, la gare du RER dont vous parlez est simplement "paumée au milieu de nulle part, n'est pas desservie par les TPG et ne sert donc à rien... ou presque.

    33'000 habitants laissés pour compte. 2 ème commune du Canton, pourvoyeuse d'emplois et de richesse, Vernier n'est pas desservie. Non contente de recevoir l'ensemble des réserves d'hydrocarbures cantonales...

    La capacité du CEVA reste le point le plus difficile à cerner, car rien, ni personne, n'est en mesure de comptabiliser le nombre d'utilisateurs. Nous savons juste que le déficit d'exploitation est d'ores et déjà budgeté. Ceci indique, au delà des pronostiques les plus optimistes, que nous perdrons de l'argent.

    Pour toutes ces raisons, je refuse catégoriquement de recevoir des arguments fallacieux. Je ne suis pas entré en politique pour faire dans le "Show must go on"... mais bien pour dire haut et fort les réalités à celles et ceux qui m'ont fait confiance. La politique pour certains est l'art de la promesse facile : dans 45 jours on rase gratis... pour moi c'est : demain, on va devoir se sacrifier pour les générations futures.

    Savez vous pourquoi ?

    Parce que ma Vie n'a d'importance que si elle sert mes enfants, mes petits enfants, les autres...

    Donc, si je trouve le CEVA intéressant, c'est simplement parce que c'est un défi technique hors norme, il va nous amener à nous dépasser, trouver des solutions... que lorsqu'il aura été construit ou non d'ailleurs, la ville se formera autour des gares prévues ou de leur absence, car il en est ainsi, là où il y a du transport, il y a du développement.

    Raison principale que me fait répéter à plus soif, Vernier est la commune qui sortira grande perdante du CEVA et deviendra, peu à peu, la commune "poubelle" dont Genève à besoin. D'ailleurs Genève ne se gêne pas.

    Voilà le fond de ma pensée de Conseiller municipal verniolan.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Je n'ose plus m'exprimer sur le CEVA.Le Bien contre le Mal. Aucune discussion possible, la pensée unique.
    Doit y avoir un truc pas net dans cette histoire.

  • @ Stéphane

    Salut Stéphane. Durant la législature 2003-2007, le Conseil municipal de Vernier avait imaginé que soit réalisé un arrêt CFF à Châtelaine. Une gare à cet endroit aurait l’immense avantage de se situer au centre de la commune de Vernier et d’être, en plus, interconnectée avec les lignes de bus 6, 19, 22 et 23. N’est-il pas temps, Monsieur le Président du Conseil municipal, de relancer cette idée ?
    Bien à toi
    Antoine Bertschy

  • Juani S. Vous prétendez que je pousse trop loin le bouchon ! Alors, réfléchissez un peu : Quel était le budget "officiel" du Stade de Genève et quel a été son coût final (je ne parle pas des problèmes financiers actuels) ? De combien les budgets des nouvelles lignes de trams seront-ils dépassés ? Souvenez-vous du tunnel de la Furka d'ont le coût final fût le double du budget "fédéral" ! Aucune confiance dans les budgets annoncés par l'Etat, car ils sont systématiquement tirés vers le bas afin de faire passer la pilule aux contribuables.

  • @ Eastwood, Stéphane

    Je prends regulierement cette ligne. Si l'arret Vernier-Meyrin est peu utilise, c'est du au manque des lignes bus de rabattement. Une autre solution est de le faire deplacer jusqu'a Châtelaine, comme suggere par M. Bertschy. Vos reponses a ces suggestions?

  • @Un Suisse

    Alors comment vous faites pour vous rendre a cette gare Vernier-Meyrin, par chance vous êtes un des rare qui habite a côté ???

    Personnelement je ne suis pas politicien, mais plutot potentiel usager, en quoi est ce que ca m'interesserait que l'arret sois deplacé a chatelaine si j'habite a vernier ?

    Pour me repeter: En attendant je prend ma bagnole !

  • Je suis content que ce sujet suscite des commentaires, c'est dire si les gares RER sont un sujet qui touche.
    Je pense qu'il faut entamer une réflexion sur leur place dans les communes notamment de Meyrin, Vernier ou autres, pour parvenir d'ici la mise en place du CEVA à les valoriser.
    Il y a des idées, une gare à Châtelaine, il y avait une idée pour St-Jean, réfléchissons-y, entamons des réflexions avec les habitants, les entreprises, les institutions pour faire des gares RER des lieux plus dynamiques, où requalifier des zones un peu laissées de côté. Mais ne négligeons pas ce potentiel ferroviaire.
    Il est trop simple de dire que le RER ne desservira pas telle ou telle commune. Pensons plutôt au moyens constructifs pour le rendre utile!
    Le CEVA est une seule liaison, qui permettra la mise en place d'un RER de 40 gares efficace.
    J'admets tout à fait que leur emplacement n'est pas optimal à Vernier-Meyrin ou Cointrin, mais avec l'outil qui sera mis en place avec le CEVA, il serait vraiment dommage de ne pas penser à la valorisation de ces gares qui pourraient s'avérer bien utiles. En Suisse allemande ou en Allemagne, des gares excentrées sont réhabilitées et connectées aux habitations par des bus, des pistes cyclables, pour faciliter l'accès au centre et aux autres quartiers.

    Pensons-y, et avant tout, réalisons le CEVA sans quoi aucune avancée ne sera réalisée en matière de mobilité pour les 20 prochaines années.
    Salutations, Eric

  • Ils sont fous, ces Genevois !
    N'ai-je pas lu quelque part que déjà avant 1900 on parlait d'une ligne ferroviaire partant de Cornavin vers Annemasse ? Et on prétend que les Vaudois sont aussi lents que les Bernois !!!

  • Tout ce réseau, conçu au XIXème siècle, est obsolète. À l'époque, hormis la Ville et Carouge, Satigny était la commune la plus peuplée du canton. suivie par Russin, les trois Chênes. Le parcours du CEVA avait donc su sens il y a 150 ans, de même que le RER allant jusqu'à la Plaine. Aujourd'hui, les communes les plus peuplées sont Vernier, Meyrin, Onex, lancy et bientôt Bernex. Il n'y a pas de liaison ferroviaire sérieuse reliant ces communes au centre-ville, mais des trams n'atteignant pas 18 km/h de vitesse moyenne. Il faut repenser le réseau ferroviaire secondaire, plutôt que de continuer sur un réseau conçu il y a 150 ans, quand la population était implantée très différemment de maintenant.

  • A Eastwood :
    Depuis le village de Vernier, vous pouvez atteindre la halte de Cointrin très rapidement avec le trolleybus jusqu'à l'arrêt Croisette puis 3 minutes de marche en direction de Blandonnet (le chemin longe l'actuel chentier IKEA). Et depuis l'arrêt Cointrin on est en 3 minutes à la gare de Cornavin (véridique, à essayer!). Une fois le CEVA construit, il y aura correspondance à Cornavin en direction d'Annemasse en desservant Lancy, Carouge, Hôpital, Eaux-Vives et Chêne-Bourg. Temps de parcours jusqu'à Annemasse: 17 minutes.

  • Cher Pascal,

    La réaction de l'ATE n'est pas celle de censeurs, mais se réfère aux statuts de TPG-Publicité, qui lui interdisent d'offrir ses supports à toute publicité susceptible de nuire aux intérêts généraux ou particulier de l'entreprise et des transports publics en général. On peut être pour ou contre CEVA, mais il s'agit d'un transport public, essentiel au développement des TPG.

Les commentaires sont fermés.