Demain à Genève: calme plat ou séisme?

Imprimer

Commentaire publié ce matin en une du Giornale del Popolo - Quotidien tessinois - Samedi 14.11.09

Demain, dimanche 15 novembre, Genève : le calme plat ou le séisme ? La bonne, vieille, ronronnante continuation avec les mêmes équipes, les mêmes pactes transversaux entre la droite et la gauche ? Ou l’amorce d’une rupture ? C’est tout l’enjeu de l’élection au gouvernement cantonal. Il est majeur.

La rupture, à Genève, porte un nom : Eric Stauffer, 45 ans, député, président du Mouvement Citoyens Genevois, le MCG, parti dont il est tout à la fois le fondateur, l’âme, l’inspirateur permanent, le gourou, le directeur opérationnel et stratégique. Bref, le MCG, c’est lui. Zéro député en 2001, neuf en 2005, dix-sept depuis le 11 octobre 2009. A coup sûr, l’une des ascensions politiques les plus impressionnantes de l’après-guerre, à Genève.

Selon Stauffer et les siens, le MCG ne serait « ni de droite, ni de gauche », mais juste au service des citoyens. De fait, il est arrivé à ce mouvement, dans la dernière législature, de voter avec la gauche sur des sujets sociaux. Mais tout de même, disons le clairement : ses positions en matière de sécurité, son verbe court et musclé, sa constante stigmatisation des frontaliers (les Français de Haute-Savoie et de l’Ain qui viennent, en effet nombreux, travailler à Genève) classent plutôt le MCG à la droite de l’échiquier. Et sans doute même à la droite de la droite.

Un homme, d’ailleurs, ne s’y est pas trompé : un certain Christoph Blocher ! Mercredi dernier, en direct sur Radio Cité, il décochait une véritable volée de bois vert à la section genevoise de l’UDC, en effet en très petite forme en cet automne 2009, elle qui était arrivée en tête, en suffrages, lors des élections fédérales d’octobre 2007. De véritables apprentis, à en croire Blocher, des bleus, des puceaux, qui se seraient faits complètement doubler par des professionnels. Pragmatique, l’ancien conseiller fédéral souhaite même un rapprochement entre l’UDC et le MCG. Numériquement, une fusion donnerait naissance au premier parti du canton, et de loin. Mais culturellement, elle n’est absolument pas à l’ordre du jour, tant les deux équipes se détestent.

D’ailleurs, la force du MCG, c’est que tout le monde le déteste. La gauche socialiste (qui a certes la détestation aussi facile que sa propension à distiller, tous azimuts, des leçons de morale), mais aussi les partis dits de « l’Entente », démocrates-chrétiens, radicaux et libéraux. Particulièrement faible dans cette campagne, le parti radical genevois, héritier de la grande figure de James Fazy (1794-1878, le père de la Genève républicaine, celui qui a abattu les fortifications et donné au canton ses institutions), passe son temps à regretter l’existence du MCG, la tonalité du MCG, le verbe du MCG, la visibilité du MCG. Il fait campagne sur des thèmes trop cérébraux, et ne peut plus guère compter que sur l’intelligence et le talent politique de son conseiller d’Etat sortant, François Longchamp, ainsi que sur le jeune et brillant Pierre Maudet (31 ans, membre du gouvernement de la Ville de Genève), pour survivre. Jusqu’à quand ?

Calme plat, ou séisme : voilà donc Genève cramponnée à une élection dont on sait déjà (par le vote par correspondance) que la participation sera très bonne. Genève retient son souffle. En attendant, une chose est sûre : si les cinq partis qui se partagent le gouvernement (socialistes, Verts, PDC, radicaux, libéraux) sauvent leur quintet d’arrangement, et s’imaginent qu’ils pourront continuer comme si rien ne s’était passé, Monsieur Stauffer leur donnera rendez-vous dans quatre ans. Et là, la République des copains et des conciliabules pourrait très sérieusement trembler.

Pascal Décaillet





Lien permanent Catégories : Editos Giornale del Popolo 2 commentaires

Commentaires

  • Et pourquoi faudrait-il attendre 4 ans? Le gouvernement avait tout loisir d'agir durant cette législation, pourquoi ne pas secouer tout de suite ce beau monde. Laissons Stauffer et sa bande faire leur essai....et donnons-leur rendez-vous à eux dans 4 ans afin de juger de leur bilan....et soit les reconduire soit les éjecter.

  • ..."et ne peut plus guère compter que sur l’intelligence et le talent politique de son conseiller d’Etat sortant, François Longchamp, ainsi que sur le jeune et brillant Pierre Maudet (31 ans, membre du gouvernement de la Ville de Genève)"

    En tenant de tels propos, M. Décaillet, vous contribuez largement à entretenir cet esprit de copinage.
    Qu'ont fait Maudet et surtout Longchamp pour contribuer à résoudre les problèmes à Genève ? Très peu, se recroquevillant derrière des réformettes et de la rhétorique du type "emploi et solidarité".

Les commentaires sont fermés.