30/11/2009

L’homme des missions spéciales

 

Sur son blog « Vu du Salève », dans un texte mis en ligne ce matin à 07.25h, mon confrère Jean-François Mabut nous apprend que Bernard Favre, secrétaire adjoint du Département de la Solidarité et de l’Emploi à Genève, serait, à ce titre « homme des missions spéciales de François Longchamp ».

Peu au parfum des arcanes de la politique genevoise, et en vertu d’une inexpérience que le lecteur voudra me pardonner, j’avoue ne pas connaître ce poste, ni cette fonction, « homme des missions spéciales », dans l’organigramme de l’Etat.

J’aimerais bien, moi aussi, avoir un homme pour mes missions spéciales. Il serait Iago, je serais Othello. Il serait Peyrolles, je serais Gonzague. Je lui glisserais, au creux de la main, des ordres de mission cachetés, et parfumés. Aussitôt après lecture, il n’aurait qu'une minute pour les avaler.

Il a beaucoup de chance, François Longchamp. Non ?

 

Pascal Décaillet

 

08:59 Publié dans Epigrammes à 3 grammes | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher confrère, je surinterprète sûrement et le terme "homme des missions spéciales" n'est sans doute pas bien choisi, trop connoté sans doute. Mais la création du groupe "né le 30 novembre" est suivie ce matin d'un communiqué de presse du parti radical, lequel propose le dépôt d'une initiative cantonale

Minarets : Genève doit relancer le débat
Le parti radical genevois prend acte du résultat de la votation du 29 novembre sur l’initiative « minarets ». Il constate surtout que Genève, seul canton suisse où une véritable campagne contre l’initiative a été conduite, a clairement refusé ce texte.
Au plan national, le résultat démontre surtout que les autorités fédérales ont manqué de clairvoyance, d’abord en ne proposant aucun contreprojet, ensuite en se mobilisant trop peu dans cette campagne.
Le parti radical genevois déposera lors de cette session du Grand Conseil un projet de résolution pour lancer une initiative cantonale auprès des Chambres fédérales. Il s’agirait par exemple de reformuler l’article 72 de la Constitution fédérale


Art. 72 Organisations religieuses et Etat (nouvelle formulation)
1 La réglementation des rapports entre les organisations religieuses et l’Etat est du ressort des cantons.
2 Dans les limites de leurs compétences respectives, la Confédération et les cantons peuvent prendre des mesures propres à maintenir la paix entre les membres des diverses communautés religieuses.
3 Les communes statuent sur les demandes de construction d’édifices religieux.
4 La Confédération et les cantons agissent pour prévenir les risques liés à l’extrémisme religieux.

Le conseiller national Hugues Hiltpold déposera lui-même une initiative parlementaire fédérale dans ce sens.

Les radicaux genevois estiment impératif que les autorités reprennent la main sur ce dossier, tiennent compte de l’inquiétude suscitée par le fondamentalisme religieux, et proposent au peuple une réglementation non discriminatoire et intelligente, qui tienne compte des risques liés au fondamentalisme dans tous les mouvements religieux et les sectes.

Hugues Hiltpold 079 656 30 10

Écrit par : JF Mabut | 30/11/2009

Il faut pardonner Jean-François Mabut, cher Pascal Decaillet. Il a été "conditionné" par la lecture de mon blog du 17 novembre dernier, qui pourtant ne mentionne pas de nom. Mais celui-ci est sur toutes les lèvres... Il s'agit d'un simple lapsus de sa part. Ceci explique cela ! Ah ! subconscient, quand tu nous tiens !

Écrit par : Edward Gobits | 30/11/2009

Les commentaires sont fermés.