20/12/2009

La mort du Verbe

 

Chronique publiée dans le Matin dimanche - 20.12.09


Elle manque de quoi, l’Eglise catholique ? Réponse : de prêtres qui aient des choses à dire. Un feu. Une folie à transmettre. On les détestera, on les vilipendera ? Et alors ! C’est fait pour ça, un témoin. Pas pour se couler dans le moule du pouvoir, du bien penser ambiant. Un prêtre, ça doit être un fou, parce que la religion est folie. Révolte. Cri. Tentative désespérée contre l’inéluctable. Comment voulez-vous ne pas être angoissé, névrosé ? Alors qu’il y a la mort, et qu’elle gagne toujours.

Le Clergé catholique romain de Suisse romande manque singulièrement de braise et de brûlures, de lave. Trop de sermons qui ne veulent rien dire. Pas clairs ! Les fidèles, par politesse, font semblant d’acquiescer. Ce qui compte pour eux, à juste titre, c’est être là, ensemble. L’Assemblée. Ecclesia. Le speech du curé, why not, mais bon. Bien meilleurs, les pasteurs, qui vont chercher le texte dans ses entrailles, le décortiquent, le remuent. Bien meilleurs, les quelques rabbins que j’ai pu entendre, comme François Garaï, à Genève. Chez les cathos, l’incandescence du verbe, on dirait que l’on s’en fout.

Mais oui, elle gagne la mort, pourquoi nous raconter des conneries qui disent le contraire ? Ou alors, si on les raconte, si on veut entrer dans ce jeu-là, on y va un peu franco, bordel. Pas juste du bout des lèvres. Pas juste à moitié. On bien on soutient la déraison chrétienne, on en témoigne, et c’est de l’ordre du hurlement. Ou bien on arrête l’exercice. Il y a tant d’autres choses, ici bas, que de faire semblant. Mais mimer le profane, le raisonnable, se couler dans le monde, craindre de déplaire, et c’est déjà la mort de l’âme. Pire. La plus odieuse des morts : celle du Verbe.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:37 Publié dans Chroniques Matin dimanche | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dans ses "Syllogismes sur l'Amertume", Cioran disait quelque chose de "presque" semblable ;-)

"Pour reprendre son ascendant sur les esprits, il faudrait au catholicisme un pape furieux, rongé de contradictions, dispensateur d’hystérie, dominé par une rage d’hérétique, un barbare que ne gêneraient pas deux mille ans de théologie. A Rome et dans le reste de la chrétienté, les ressources en démence sont-elles complètement taries ? Depuis la fin du XVIème siècle, l’Eglise, humanisée, ne produit plus que des schismes de second ordre, des saints quelconques, des excommunications dérisoires. Et si un fou ne parvenait pas à la sauver, du moins la précipiterait-il dans un autre abîme."

Écrit par : Paul Bär | 20/12/2009

Bonjour !
Mouais... mesurez les conséquences.
Un tel catholicisme et un tel pape, ça vous a une telle odeur de bûchers, d'Inquisition, d'intolérance que... merci, on a déjà donné !
Vivent les Lumières, vivent les Philosophes qui ont su remplacer le Verbe incantatoire et homicide d'une Eglise névrosée et paranoïaque par un Verbe autrement plus philanthropique.

:o)

Écrit par : Blondesen | 20/12/2009

Comme disait Chesterton, "le monde est plein de vieilles vertus chrétiennes devenues folles" : le prochain a été remplacé par "l'Autre", le Christ figure centrale, éclipsé par le culte des Droits de l'homme, le Mystère balayé par la Raison... Oui, la folie que d'être devenu trop raisonnable, au sens des Lumières, voilà la tare dont souffre l'Eglise, dans son incarnation actuelle. Si souvent, à force de liturgies filandreuses (1) et de catéchismes émasculés (dixit René Girard), les messes actuelles ressemblent en vérité à de gentilles réunions altermondialistes, où l'axe central, la célébration de la présence vivante, passe presque inaperçu. Oui, qu'il est dur, aujourd'hui, de rester dans l'Eglise éternelle, malgré l'Eglise temporelle.


(1) écoutez par exemple ceci :

http://voxterraevoxangelorum.blogspot.com/2009/05/licone-derzhavnaya-et-le-choeur-du.html

... et comparez la puissance d'évocation de ce chant orthodoxe avec la platitude générée par nos chants liturgiques actuels. La grande Eglise du Moyen-Age savait pertinemment qu'il fallait captiver, capturer le fidèle avec de l'or, de l'encens, du mystère, une langue étrange, bref de la beauté visible. Cela a été oublié et nos églises sont vides; voilà un beau chantier pour l'Eglise catholique, réinsuffler de la beauté dans notre liturgie, en confiant à des compositeurs de qualité (un Arvo Pärt par exemple) la création de nouveaux supports musicaux.

Écrit par : Paul Bär | 20/12/2009

Peut-être : l'orthodoxie ? l'hésychasme ? la prière de Jésus ? les fols en Christ ? les stylites ? Saint-Maurice ? Saint Gall?.....

Le Christ nait venez à sa rencontre !


Merci de votre indépendance, vous êtes un vrai démocrate, un journaliste.

Écrit par : catechumène | 20/12/2009

Comme je suis d'accord avec vous! D'autant que, pasteur, je pourrais adresser une critique analogue à mon Eglise et... à moi-même. Merci donc. Pour ma part, ma critique à "mon" Eglise serait plutôt celle-ci: parle moins de toi et plus de l'Evangile. En effet, quelque louables et compréhensibles que puissent être ses efforts pour se faire mieux connaître, notre Eglise Protestante de Genève tourne beaucoup autour d'elle, parle d'elle, pense à elle. Or l'Eglise est née du risque de la prédication, du verbe lancé aux quatre coins du monde, née de la parole, avec un petit ou un grand "p". Cela fut même le sens premier, et qui seul devrait rester, de la Réforme: faire parler Dieu et faire parer de Dieu. Mais du Dieu de l'Evangile et non de l'Eglise, de Jésus, Parole divine venue en ballade sur la terre, sans feu ni lieu, toujours libre, "provocatrice" dans son sens littéral: pour "vocationner". Nos prêches ont-ils encore de ce sel qui, certes purifie, mais bien davantage avive la blessure de la vie. Vous savez, cette blessure initiale qui, comme une source impétueuse et secrète, jallit ou dort en nous, sourd de partout, passe par toutes nos failles pour sans cesse nous appeler à plus que ce que nous sommes.
Tièdes, ne le sommes-nous pas, pasteurs? Ne sommes-nous pas à mesurer les limites et à nous autocensurer? Certes, pas tant devant d'hypothétiques sanctions ecclésiastiques, mais face au penser en prêt-à-porter, à la norme morale de ce qui dérange sans déranger, juste ce qu'il faut pour qu'on n'en parle pas trop et que, surtout, le nombre déjà restreint de nos fidèles ne diminue davantage...?
Oui, nous aussi manquons de la folie du Verbe.

Écrit par : Daniel Neeser | 20/12/2009

Oui.

C'est la vertu dans son acception tiède et convenue qui a éteint toutes les ferveurs, et pas seulement religieuses. Et puis la médiocrité des clergés en général, et pas seulement religieux (celui des journalistes, tiens, et je ne parle pas pour vous).

Nous sommes étouffés par le virtuisme.

Alors que le mot a eu un sens qu'il serait peut-être urgent de retrouver, celui que rappelait Charles-Albert Cingria quand il disait :"La vertu lance du foutre et assassine."

Écrit par : yves scheller | 20/12/2009

Salutation à vous,

Et moi qui me modère sur mon blog pour faire comme tout le monde et rester e-acceptable.

Tiens ! Je prends cette phase pour moi:
"Un prêtre, ça doit être un fou, parce que la religion est folie"

C´est plein de petites perles ce papier:
"Trop de sermons qui ne veulent rien dire" - Dit de maniére courte: "Le sermon comme un exercice réthorique pour ne pas se griller" c´est à peu de chose prêt cela aujourd´hui ... malheureusement.

Ouai, bon ! Il peut écrire cela M. Décaillet car il n´est pas curé. Lui au moins il a la liberté de parole ...

Je termine là car je dois m´auto-censurer et rester e-communicatif et e-pastoralement soft sinon ... je risque de concrétiser le rêve de M. Décaillet en peu de lignes ;-)

Un point de réflexion: Demandons-nous pourquoi les semons des curés du pays des Alpes sont devenu si "soupe légère". Si vous ne trouvez pas la réponse, je vous l´expliquerez en privé autour d´une bonne fondue. Qui m´invite le premier ?

Bien à Vous et Bonne Fête de la Nativité de Jésus le Christ

ABS et son Goupillon

http://absleblog.blogspot.com

Écrit par : ABS et son Goupillon | 20/12/2009

oui l'assoupissement dans la bienpensance...dans un article de mon journal local, un abbé a claironné, en chantant du Aragon, qu'au regard des affreux cataclysmes qui menacent notre planète les différends entre croyants et incroyants étaient dérisoires.
en fait depuis bien longtemps l'essentiel des sermons de nos prêtres sont tous bien lisses, bien dans l'air du temps, ils pourraient être produits par n'importe quelle officine droit de l'hommiste. Et l'on voudrait attirer du monde avec cela, attirer des jeunes? Il n'y a tout simplement plus de différence entre le monde et l'Eglise.
Dans ma ville il y a une Eglise de la fraternité St Pie X. Un jeune prêtre vient d'y être nommé. Je me rends parfois à certaines célébrations, la parole y est d'une autre portée. L'inspiration y est vraiment palpable. Mais naturellement c'est un intégriste, un fanatique au regard du monde et de la plupart des agents pastoraux de ma paroisse.

Écrit par : Julien Gunzinger | 20/12/2009

"Ce qui compte pour eux, à juste titre, c’est être là, ensemble. L’Assemblée" : le Five O'Clock Tea? Ce qui compte, en principe, c'est que Jésus soit au milieu d'eux, et c'est le but de l'assemblée; l'assemblée n'est pas un but en soi. Mais comme vous dites, sans la parole, l'assemblée peut aussi ne véhiculer que des habitudes peu à peu vidées de leur essence: c'est possible.

Écrit par : rm | 21/12/2009

Des gens "qui aient des choses à dire", c'est ce qui manque probablement à toutes les institutions de notre époque. On pourrait dire:
- "Elle manque de quoi, la Confédération helvétique? Réponse: de Conseillers fédéraux qui aient des choses à dire."
- "Elle manque de quoi, la presse suisse? Réponse: de journalistes qui aient des choses à dire."
- "Elle manque de quoi, l'Union européenne? Réponse: de politiciens qui aient des choses à dire."
- etc...
De toutes les institutions qui, aujourd'hui, manquent de personnes qui aient des choses à dire, l'Eglise catholique est celle qui souffre le moins de ce manque. Les messes catholiques n'ont jamais été pensées comme des conférences (cela se voit déjà à l'architecture des églises, qui contrairement à la plupart des temples, ne sont pas construites autour de la chaire), et si Vatican II a voulu donner davantage d'importance à la personne du prêtre, c'était là une erreur sans gravité qui est en train de se corriger d'elle-même: la mode du prêtre comme motivateur, gentil organisateur, animateur enthousiaste de célébrations est en train de passer. C'est une bonne chose. Car finalement ce que dit le prêtre, en dehors du canon de la messe, et à côté du sacrement de l'Eucharistie, a peu d'importance.
Quand, au jardin des Oliviers, Jésus a constaté que les trois disciples auxquels il avait demandé de veiller s'étaient endormis, il leur a dit: "Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec moi?" Il ne s'est pas excusé de ne pas avoir mis assez d'ambiance. Une heure, c'est à peu près la durée d'une messe. Ce n'est pas par hasard.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 21/12/2009

Des extraits du Coran à lire tranquillement!

AlImran

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.‎

‎1)‎ Alif – Lâm – Mîm. 2) Dieu ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Vivant, l’Animateur ‎de l’Univers ! 3) Il t’a révélé graduellement le Livre en tant que Message de vérité, ‎confirmant ce qui l’avait précédé, comme il avait révélé la Thora et l’Evangile 4) ‎auparavant, pour servir de direction aux hommes. Et Il a également révélé le Livre du ‎discernement (le Coran). A ceux qui renient les signes de Dieu est réservé un terrible ‎châtiment, car Dieu est Puissant et Redoutable quand Il sévit. 5) Et rien de ce qui est ‎sur la Terre ou dans le Ciel n’échappe à la vigilance du Seigneur 6) C’est Lui qui, ‎selon Sa volonté, vous forme dans le sein de vos mères, et il n’y a d’autre divinité que ‎Lui, le Puissant, le Sage. 7) C’est Lui qui t’a révélé le Livre contenant des versets à la ‎fois clairs et précis, qui en constituent la base même, ainsi que d’autres versets ‎susceptibles d’être différemment interprétés. Et c’est à ces derniers versets que les ‎sceptiques, avides de discorde, prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul ‎autre que Dieu n’en connaît la signification exacte. Quand aux vrais initiés, ils se ‎contentent de dire « Nous croyons en ce Livre, car tout ce qu’il renferme vient de ‎notre Seigneur. » Ainsi, seuls sont enclins à méditer ceux qui sont doués ‎d’intelligence.‎

Ce que dit le Coran sur Marie, Zacharie, Jean, Jésus et les apôtres :

‎33) Dieu a élu Adam, Noé, la famille d’Abraham et la famille d’Imran et les a élevés ‎au-dessus de tous les hommes, 34) en faisant de ces familles une seule et même lignée, ‎car Dieu entend tout et sait tout. 35) La femme d’Imran dit un jour : « Seigneur ! Je ‎Te voue en toute exclusivité l’enfant que je porte en mon sein ! Daigne, Seigneur, ‎l’accepter ! Tu es, en vérité, Celui qui entend tout, qui sait tout. » 36) et lorsqu’elle eut ‎mis son enfant au monde, elle s’écria : « Seigneur ! J’ai donné naissance à une fille. » ‎Dieu le savait bien. « Un garçon n’est pas une fille et je l’ai appelée Marie, ajouta-t-‎elle, et je la mets, Seigneur, sous Ta protection, elle et sa descendance, cotre Satan le ‎lapidé.» 37) Dieu reçut la petite fille en Sa grâce, lui assura une croissance heureuse et ‎en confia la garde à Zacharie. Or, chaque fois que Zacharie allait la voir au temple, il ‎trouvait auprès d’elle de la nourriture, et il lui demandait : « Ô Marie ! D’où cela te ‎vient-il ? » Et elle lui répondait : « Cela vient de Dieu, car Dieu donne Ses biens à qui ‎il veut sans compter. » 38) C’est dans ce temple que Zacharie adressa à son Seigneur ‎cette prière : « Seigneur ! Veuille me donner une postérité vertueuse ! N’est-ce pas ‎Toi qui exauces les prières ? » 39) Et les anges l’interpellèrent pendant que, debout, il ‎priait dans le sanctuaire : « Dieu t’annonce la naissance de Jean qui confirmera un ‎Verbe émanant du Seigneur ; qui sera un vrai chef, un homme chaste et un prophète ‎parmi les justes. » 40) « Comment pourrais-je, Seigneur, avoir un enfant alors que je ‎suis vieux et que ma femme est stérile ? », demanda Zacharie. « Il en sera ainsi, lui ‎fut-il répondu, la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir. » 41) « Seigneur, dit ‎Zacharie, donne-moi un signe ! »- « Ton signe, lui fut-il dit, est que tu ne pourras ‎parler aux hommes que par gestes et ce, pendant trois jours. Invoque donc souvent le ‎Nom de ton Seigneur et glorifie-Le au crépuscule et à l’aurore ! »‎
‎42) Et les anges de dire : « Ô Marie ! Dieu, en vérité, t’as choisie, t’a purifiée et t’a ‎préférée à toutes les femmes de l’Univers. 43) Ô Marie ! Sois dévouée à ton Seigneur ! ‎Prosterne-toi pour l’Adorer et incline-toi avec ceux qui s’inclinent ! » 44) Ce sont là ‎des récits qui relèvent du mystère et que Nous te révélons ici, car tu n’étais pas parmi ‎eux lorsqu’ils tiraient au sort l’honneur de prendre Marie en charge, et encore moins ‎lorsqu’ils se disputaient à son sujet. 45) Un jour, Marie entendit les anges lui dire : « ‎Ô Marie ! Dieu te fait l’heureuse annonce d’un Verbe émanant de Lui, qui aura pour ‎nom le Messie, Jésus, fils de Marie. Il sera illustre dans ce monde et dans l’autre, et ‎comptera parmi les élus de Dieu. 46) Dès le berceau, il parlera aux hommes et, quand ‎il sera adulte, il sera parmi les justes. » 47)-« Seigneur, demanda Marie, comment ‎pourrais-je avoir un enfant alors que nul homme ne m’a jamais touchée ? »-« Dieu ‎crée ainsi ce qu’Il veut, lui fut-il répondu, et lorsqu’Il décrète qu’une chose doit être, il ‎Lui suffit de dire : « Sois ! », et la chose est. 48) Dieu lui enseignera l’Ecriture, la ‎Sagesse, le Pentateuque et l’Evangile. 49) Puis il sera Son envoyé auprès des fils ‎d’Israël à qui il dira : « Je vous apporte comme signe de la part de votre Seigneur la ‎faculté qu’Il m’a donnée de façonner avec de la terre glaise la forme d’un oiseau qui ‎sera vivant, par la grâce de Dieu, dès que j’aurai soufflé dessus. Je guérirai aussi ‎l’aveugle-né et le lépreux, et je ressusciterai les morts, par la permission de Dieu . Je ‎vous dirai également ce que vous mangez et ce que vous tenez en réserve dans vos ‎demeures. Ce sont là autant de signes pour vous, si vous êtes de vrais croyants. 50) Je ‎viens aussi confirmer la Thora qui vous a été transmise avant moi, lever pour vous ‎certains interdits et vous apporter un signe de votre Seigneur. Craignez donc Dieu et ‎suivez-moi. 51) Dieu est, en vérité, mon Seigneur et le vôtre. Adorez-Le, car c’est là la ‎Voie du salut ! »‎
‎52) Constatant leur incrédulité, Jésus demanda : « Quels sont ceux qui veulent être ‎mes auxiliaires dans la Voie de Dieu ? » Et les apôtres de lui répondre : « C’est nous ‎qui sommes les auxiliaires de Dieu, car nous avons foi en Lui. Sois donc témoin que ‎nous Lui sommes totalement soumis ! 53) Seigneur ! Nous avons foi en ce que Tu as ‎révélé et nous suivons Ton prophète. Nous Te demandons de nous inscrire au nombre ‎des témoins. » 54) Les juifs complotèrent (contre Jésus) ; mais Dieu déjoua leur ‎complot, car les ripostes de Dieu sont toujours infaillibles. 55) C’est alors que Dieu ‎dit : « Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, ‎te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui t’ont ‎renié jusqu’au Jour dernier. A la fin, vous ferez tous retour vers Moi et je trancherai ‎alors vos différends. 56) Quant aux négateurs, Je leur infligerai un terrible châtiment ‎en ce monde et dans l’autre, sans qu’ils puissent bénéficier d’aucun secours. 57) En ‎revanche, ceux qui auront cru et accompli des œuvres pies, Dieu leur réservera une ‎récompense généreuse. Dieu n’aime pas les pervers. » ‎
‎58) Tels sont les enseignements et les sages avertissements que Nous te donnons. 59) ‎Pour Dieu, l’origine de Jésus est similaire à celle d’Adam. Dieu l’a crée d’argile, puis ‎lui dit : « Sois ! » et il fut. 60) Voilà la Vérité qui émane de ton Seigneur. Ne sois donc ‎point du nombre des sceptiques. 61) A ceux qui engagent avec toi une polémique au ‎sujet de Jésus, à présent que tu es bien informé, propose ce qui suit : « Appelons nos ‎enfants et les vôtres, nos femmes et les vôtres, joignons-nous tous à eux et adjurons ‎Dieu de maudire ceux d’entre nous qui sont des menteurs. »‎
‎62) C’est là la version la plus authentique. En vérité, il n’est d’autre divinité que Dieu. ‎Lui seul est le Tout-Puissant, le Sage.‎

Écrit par : Inside | 21/12/2009

Où l'on apprend, donc du Coran (pour ceux qui ne l'avaient pas lu) que la foi islamique nie la Trinitié, axe centrale de notre religion, en dégradant de façon blasphématoire Jésus au rang de vague prophète. Cela n'empêche pas, par exemple Mgr Genoud (dans sa lettre du Matin à Kadafi) de dire que nous, Européens chrétiens, et eux, du monde musulman, avons le même dieu. Voilà encore un autre problème dont souffre l'Eglise dans son actuation présente, la confusion dogmatique entretenue, de façon plus ou moins consciente, par des prêtres et des évêques dont on se demande si certains sont encore vraiment catholiques, dans la pleine acception du terme. Espérons que cela ne soit qu'une question de générations (la funeste génération de 68) et que les jeunes prêtres qui arrivent soient d'une autre trempe.

Écrit par : Paul Bär | 21/12/2009

L'Islam ne reconnait pas la Trinité, exactement comme les Judéo-chrétiens à l'aube du Christianisme, chose qui leur a été imposé lors du Concile de Nicée par un Empereur paiën! Il y en a d'autre qui ne reconnaissent ni Jésus et son message, ni la sainteté de sa mère! Le blasphème c'est ce que vous proférez mon cher! Les musulmans ont une vénération en Jésus et sa sainte mère bien plus grande que la vôtre! Aveugle!

Écrit par : Inside | 21/12/2009

Si Jésus que le salut de Dieu soit sur lui était un Dieu c’est qui alors son Dieu ?
Pourquoi ce Dieu ne s’est il pas révélé à l’époque D’Abraham, Noé, ….Mois ? N’avaient ils pas de Dieu ?
Les autres prophètes avant Le « Dieu » Jésus n’ont jamais invoqué Jésus dans leur prière ?
Un Dieu qui dort, mange, fait ses besoin, se laisse crucifier ne mérite pas d’être vénéré
Si Jésus était un Dieu, il serait capable de créer toute l’existence mais la réalité que Jésus est incapable de créer ne serait ce qu’une mouche.
Si Jésus est fils de Dieu, c’est quoi le rôle de Dieu le père ?
Pourquoi les juifs et les musulmans pratiquent la circoncision et les chrétiens non ?
Pourquoi les juifs et les musulmans ne mangent pas la viande du port et les chrétiens oui ?
Pourquoi les juifs et les musulmans mangent la viande Hallal et les chrétiens non ?
Dieu est l’omniscient et l’omnipotent, Il a crée Adan de ses propres main, Gloire à lui le tout puissant, il a crée Eve d’un Homme, Il a crée Jésus d’une femme et il nous a crée d’un homme et d’une femme

Donc l’islam rejette en bloc la trinité : 3 Dieu en un, surement ils ne seraient pas d’accord sur la gestion de l’existence
Vous osez dire que le coran est copié des anciens livres ?
Voila ce que dit le coran
« Dis Dieu est l’unique, l’éternel, il n’a pas engendré et il n’a pas été engendré et nul ne peut lui être égal »
Votre raisonnement scientifique est très avancé : logiquement A, B, C forment une seule chose
Si A=B et B=C alors A=C une théorie est valable du moment qu’il n’ya pas de contre exemple, il suffit d’un seul contre exemple pour qu’elle soit rejetée

Donc Dieu est eternel, Jésus ne l’est pas et la théorie de la trinité est … avec tout mes respects aux frères et sœur chretiens

Écrit par : mouna mouchka | 21/12/2009

@ Inside

Vous écrivez: "Les musulmans ont une vénération en Jésus et sa sainte mère bien plus grande que la vôtre!"

QUESTION:
Comment peut-on prétendre avoir la vénération d'une personne quand on ne tient nullment compte des paroles-même de cette personne ?

Pour les chrétiens, Jésus est la Parole incarnée de Dieu. Les chrétiens acceuillent cette parole comme parole de Dieu.

OBSERVATIONS:

Vénérer Jésus ?
Mais les chrétiens ne le vénère pas, ils l'adorent car il est Dieu

Vénérer Marie ?
Bien sûr, comme les chrétiens vénèrent aussi les Saints. Car seul à Dieu est dévolue l'adoration.

CONSTATATION:
Certes les musulmans vénérent Jésus comme tout les prophètes, les saints etc ... mais les Chrétiens ne doivent pas vénérer Jésus car il est Dieu. Les Chrétiens doivent l'adorer.

CONCLUSION:
En effet les Chrétiens ne peuvent pas vénérer Jésus, cela serait manquer d'égard à son rang qui est divin.

EN BREF:
L'arrogeance des disciples de Mohammad envers les chrétiens me surprend toujours. Alors qu'ils sont encore au "moyen-âge" de leur réflexion théologique, ils se permettent de dire aux chrétiens: "AVEUGLES"

PARLONS JEUNE:
Inside, t'es tro cool mèn !

Que mon Dieu te bénisse, t'éclaire et te fasse don de cette qualité si précieuse qu'est l'umilité.

Bien à vous !

ABS et Son Goupillon

http://absleblog.blogspot.com

Écrit par : ABS et son Goupillon | 22/12/2009

@mouna mouchka:
- Si Jésus que le salut de Dieu soit sur lui était un Dieu c’est qui alors son Dieu?
Ce n'est pas une question facile, mais si elle vous intéresse vraiment (autrement que pour prouver, par un syllogisme à quatre sous, que les chrétiens sont illogiques) vous trouverez chez tous les grands penseurs chrétiens des réflexions sur ce mystère.
- Pourquoi ce Dieu ne s’est il pas révélé à l’époque D’Abraham, Noé, ….Moïse ? N’avaient ils pas de Dieu ?
Dieu s'est révélé à Abraham. Il a promis à Abraham que sa Semence serait le vecteur de la Promesse qu'il lui a faite. Cette Promesse a été véhiculée dans toute l'histoire d'Israël. Elle a été réalisée en Jésus.
- Les autres prophètes avant Le « Dieu » Jésus n’ont jamais invoqué Jésus dans leur prière ?
Si. Isaïe, en particulier, dans le cantique de l'Emmanuel. Mais ce n'est pas le seul. Le peuple d'Israël savait que le messie devait venir. Même la Samaritaine, au puits, savait cela.
- Un Dieu qui dort, mange, fait ses besoins, se laisse crucifier ne mérite pas d’être vénéré.
Pas facile à admettre, c'est clair. Du reste Jésus a dit: "Bienheureux celui pour qui je ne serai pas une cause de scandale." Mais vous mettez le doigt sur ce qui nous distingue car l'Islam est né du refus de ce scandale. Or, c'est parce que ce Dieu a souffert qu'il a donné un visage de dignité à toutes les victimes. "Tout ce que vous avez fait au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait." Le refus par l'Islam d'un Dieu bafoué et humilié serait-il la raison pour laquelle les droits de l'homme ne parviennent pas à s'implanter dans l'Islam? Qu'en pensez-vous?
- Si Jésus était un Dieu, il serait capable de créer toute l’existence mais la réalité [est] que Jésus est incapable de créer ne serait ce qu’une mouche.
Jésus, selon ses propres paroles, était de toute éternité. "Avant qu'Abraham ne fût, je suis."
- Si Jésus est fils de Dieu, c’est quoi le rôle de Dieu le père ?
(voir réponse à la question 1)
- Pourquoi les juifs et les musulmans pratiquent la circoncision et les chrétiens non ?
Cette question a été débattue dès les premières communautés chrétiennes. Les premiers chrétiens ont considéré qu'il n'était pas nécessaire d'appartenir à un peuple particulier pour être chrétien, et que la conversion était une affaire de coeur et non pas de marque physique.
- Pourquoi les juifs et les musulmans ne mangent pas la viande du port et les chrétiens oui ? Pourquoi les juifs et les musulmans mangent la viande Hallal et les chrétiens non ?
Parce que Jésus a dit que ce n'est pas ce que l'homme ingurgite qui est impur, mais les mauvais desseins qui prennent naissance en lui. Comme il avait raison.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 22/12/2009

Dieu est le Sujet, Jésus est le Verbe, et le Complément Direct, dans tout ça ?

Écrit par : Santo | 15/01/2010

Les commentaires sont fermés.