07/06/2010

Le Conseil d’Etat genevois prédit le passé


Sous la forme d’un fastidieux catalogue énumératif, dans lequel on peine à voir émerger l’esquisse d’une priorité, le Conseil d’Etat genevois vient de publier son programme de législature.

 

Un peu catalogue Veillon, un peu catalogue des vaisseaux, un rien annuaire téléphonique, un chouïa Redoute, ce document n’est rien d’autre qu’une juxtaposition. Sans mise en évidence par ordre d’urgence. « Gouverner c’est choisir », avait dit le plus grand homme d’Etat (peut-être le seul, d’ailleurs) de la Quatrième République, Pierre Mendès France. Là, le Conseil d’Etat ne choisit pas vraiment. Alors, gouverne-t-il ?

 

Peut-être, enfin, pourrait-on, dans un abcès de folie qu’on voudra bien nous pardonner, rêver qu’une fois, les « programmes de législature » soient brandis AVANT les élections, ce qui permettrait d’élire des équipes sémantiquement cohérentes, et non des patchworks de fortune.

 

Parce que là, un programme d’action avancé au septième mois d’un mandat qui en compte 48, on pourrait presque se dire que c’est un peu tard. Mais ce serait médire.

 

Pascal Décaillet

 

17:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je constate avec un immense désespoir qu'aucun camp n'apporte quelque chose de concret! Peut-être suis-je impatiente, mais je trouve scandaleux que personne au monde n'est capable d'apporter la paix! Les manifestants du dimanche passé ont fait ce qu'ils pensaient juste mais cela ne suffit pas, et je pense même que cela n'apportera rien! Il faut des centaines de morts de part et d'autres, surtout parmi des civils (enfants, femmes et vieillards) pour que les choses changent et que nos dirigeants occidentaux * fassent fonctionner leur cerveau engourdis par le pouvoir et l'argent! Tout le monde connait le prix faramineux qu'a payé l'Occident pour jouir de la paix et la prospérité actuelles!

Je suis sûre que dans soixante ans, nos enfants ou petits enfants en seront là où nous sommes en ce moment : à blablater à tord et à travers, à moins qu'ils ne soient mieux que ma génération ou la vôtre! Je le souhaite vraiment de tout mon coeur, car je n'aime pas ce que je vois en ce moment!

*(les dirigeant arabes quant à eux, il y a longtemps qu'ils ne sont plus des hommes, mais continuent quand même de gouverner des peuples incapables de les renverser et de nous débarrasser une fois pour toute de leur sales tranches!)

Écrit par : zakia | 07/06/2010

Comme je vous cite, bonne lecture ;

http://minet.blog.tdg.ch/archive/2010/06/07/presentation-du-programme-de-la-legislature-mais-ou-sont-pas.html

Écrit par : Walter Schlechten | 08/06/2010

Bonjour,
-
Vous avez parfaitement raison.
-
Mais il faut bien admettre que c’est la suite logique du fait de savoir nous sommes actuellement uniquement administrés dans ce canton, mais nullement gouvernés, comme cela devrait être le cas, constat qui est malheureusement celui de nombreux citoyens et ce depuis des lustres.
-
Ce qu’il faudrait : une équipe gouvernementale qui vienne devant le Peuple lors des élections avec un plan précis d’actions à entreprendre, et non un plan évasif, après coup, comme les politicards savent actuellement par trop souvent le faire, équipe qui devrait comprendre un gouverneur, ses ministres et ses hauts fonctionnaires (niveau décisionnel), une équipe, finalement, que le peuple élirait pour cinq ans et surtout pourrait virer en bloc au terme des cinq ans si ladite équipe n’a montré qu’incompétence et irresponsabilité une fois en place.
-
Tant que nous n’aurons qu’une équipe hétérogène pour seulement nous "administrer", comme c’est le cas actuellement, nous n’aurons que les résultats que nous pouvons constater, en précisant bien que la situation économique suisse est plus l’heureuse situation d’un pays qui s’est trouvé au milieu d’une sphère en développement économique constant durant quelques décennies que le fruit d’actions précises du monde politique dans ce pays. Il suffit de voir, pour s’en convaincre, les récentes actions de nos “brillants” politiques, notamment au plan fédéral, dès la survenance d’un problème difficile à traiter.
-
Finalement, la politique pour certains, c’est aussi désormais, il faut le savoir, une source conséquente de revenus (y compris à Genève pour nos Conseillers d’Etat qui touchent une sympathique retraite à vie déjà au bout de huit ans (quelque CHF 100.000,– eh oui !) et mieux encore au bout de douze ans (quelque CHF 150.000,– eh oui !), ce qui fait que par trop souvent la méthode de gestion commune du groupe hétérogène que nous avons au pouvoir, pour se maintenir en place le plus longtemps possible (plus de 4 ans, absolument !!), est : Tu ne fais pas/je ne fais pas - Tu ne dis pas/je ne dis pas - Tu ne me permets pas/Je ne te permets pas, voire l’inverse, etc., et surtout ne pas faire quelque chose qui pourrait mettre “mon devenir politique rémunérateur en péril” !!, c’est-à-dire ce que l’on constate malheureusement par trop souvent dans la gestion des affaires publiques de ce canton et de ce pays et non ce qui devrait être envisagé en permanence dans l’intérêt bien compris du Conseil général (le Peuple).
-
Il y a quelques décennies, les hommes/femmes politiques venaient, pour la plupart, donner du temps, bien souvent de la compétence avec pour seul objectif le bien général de la population. Désormais, c’est plutôt le type “arriviste-ego-alimentaire” que nous constatons être en place, ou voulant le devenir (et surtout s’y maintenir), dans les sphères politiques cantonales et au plan fédéral.
-
Le mur arrive doucement, mais il arrive.

Écrit par : Claude Marcet | 08/06/2010

En premier un programme politique.
En deuxième choisir les personnes qui peuvent l'appliquer.
En troisième l'appliquer.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 08/06/2010

@au bon Dr.Buchs
1. un programme politique commun ou l'addition des programmes de chaque candidat?
2. Après le casting (psychodrame) interne à chaque parti, quid ? des listes bloquées (solution Kunz)? ....on a vu le résultat du monocolore...
3.l'appliquer : c'est vite dit.....on a vu ce qu'a donné le monocolore. De plus Le Parlement qui parfois voudrait gouverner à la place du CE, j'en conviens,n'aurait qu'à avaliser mensuellement le programme appliqué par le CE, un Grand Conseil composé de "godillots".
Vos 3 points tiennent la route sur le papier cher Docteur....c'est un monde idéal que la réalité dément.Vous le savez car vous siégez dans un parlement délibératif.
"la politique n'est pas gestion du réel, mais l'expression du désir" (O.Py)

Écrit par : pierre losio | 10/06/2010

Les commentaires sont fermés.