12/06/2010

Un maire en Suisse doit être suisse

 

Non à l'émiettement de la citoyenneté

 

Interrogé, il y a bien longtemps, dans « L’Heure de vérité » (c’était le temps où il y avait encore des émissions politiques à la télévision française), sur l’octroi du droit de vote aux étrangers dans les scrutins locaux, l’ancien Premier ministre Raymond Barre avait répondu sèchement : « Le droit de vote appartient aux citoyens français ».

 

Il considérait, Barre, que les droits politiques étaient indissociables de la nationalité. C’est, chez nous, ce que pense l’UDC. Mais aussi, à Genève, une partie des libéraux, sans doute aussi des radicaux (le groupe qui les représente à la Constituante est-il représentatif ?), évidemment le MCG. Bref, tout un brave petit monde. Qui pourrait bien, un certain dimanche où le texte final sera soumis au vote, se coaliser dans le sens du non. Il aurait, par ailleurs, mille autre raisons de le faire.

 

Il ne s’agit en aucun cas, ici, de méconnaître l’apport des étrangers (je déteste le snobisme sociologique du nouveau mot « migrants », ne parlons pas de « migrantes et migrants ») dans la construction de notre pays. À Genève, ils sont 38% et contribuent largement à la prospérité du canton. Plus encore : ils lui donnent une pluralité bienvenue qui fait de ce bout du lac un échantillon de la planète elle-même. C’est rare. Et c’est appréciable.

 

Non, ce dont il s’agit, c’est la définition de l’appartenance républicaine. Il y a, dans ces octrois partiels, droit de vote par ici, d’éligibilité par là, une fois commune, une fois canton, comme un émiettement de ce principe indivisible qui s’appelle la citoyenneté. Sur le plan théorique, on nous dit que la commune est souveraine et n’a pas à calquer ses droits sur ceux de la nation. Je veux bien. Mais une ville en Suisse se trouve être aussi une ville suisse, immédiatement perçue comme telle par l’extérieur, qui se contrefout de notre système à trois étages. Le maire de Genève qui accueille un chef d’Etat incarne autant, sur le tarmac, le pays que la ville. Il incarne la Suisse, oui, tout le mystère et tout le charme de ce petit pays, son système politique, ses lois, son fédéralisme, sa démocratie directe. Et c’est au maire d’une ville suisse que le souverain étranger serre la main.

 

Si un étranger de Suisse s’est à ce point intégré dans Genève qu’il est jugé digne d’en devenir le maire, alors on peut attendre de lui qu’il ait, parallèlement, poussé l’intégration jusqu’à demander une nationalité suisse qui ne lui serait d’ailleurs en aucun cas refusée. Et dont je conviens volontiers qu’elle doive être facilitée. Car enfin, il faut cesser de considérer Genève comme un monde en soi, une sorte de Monaco-sur-Rhône qui ne serait pas totalement partie prenante avec une Confédération dont elle partage intimement le destin depuis 195 ans.

 

Car ce même étranger, si bien intégré qu’il parviendrait aux portes de la Mairie, il serait actif dans la vie politique ou associative depuis des années. Et il n’aurait jamais songé, pendant tout ce temps, à demander le passeport suisse ? Il accepterait la seule citoyenneté municipale genevoise, totalement intriquée dans le système de références et de représentations de la Confédération suisse, et n’aspirerait qu’à celle-là, insulaire, hors sol ? Il faudrait juste lui recommander d’ouvrir une petite centaine de nos livres d’Histoire, il en est d’excellents, pour qu’il comprenne ce qu’est la Suisse, comment elle s’est lentement construite, comment Genève s’y est rattachée à la chute de l’Empire, à quel point d’innombrables valeurs suisses nous habitent.

 

Il ne s’agit pas ici de compétences. Bien sûr qu’un étranger peut diriger la Ville de Genève aussi bien qu’un Suisse, pourquoi pas mieux, cela n’est pas en cause. Mais il s’agit de la dignité indivisible d’une appartenance. Il s’agit aussi de se demander ce qui peut se passer dans la tête d’une personnalité politique étrangère, à Genève, active des années sur le plan municipal, et que n’aurait jamais traversé l’idée d’embrasser un destin plus global, qui s’appelle l’aventure suisse. Il y a des moments, dans la vie, où il faut choisir son appartenance.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

10:40 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Combien de Maires binationaux Genève a-t-elle élusEs ?

Écrit par : Charly Schwarz | 12/06/2010

Bonjour,
-
Voici le principal du texte que j'ai fait parvenir ce jour à plusieurs Constituants et suite à mon propos la réponse reçue de l'un d'entre eux :
-
"...
Qu'avez-vous fait à la Constituante en voulant imposer l'élection d'étrangers (même après n années en Suisse) dans des Conseils municipaux et autres Conseils administratifs (article d'hier dans la Julie) ?
Je crois sincèrement que vous avez fait un gros, un très gros, virage dans le mur.
J'ai, en effet, entendu hier de nombreux citoyens (y compris certains qui, je le sais, votent régulièrement à gauche) qui, à l'annonce de ce qui précède, disent, à quelques petites nuances près : LA NOUVELLE CONSTITUTION C'EST DESORMAIS NON JE N'AI MEME PLUS A SAVOIR CE QU'ILS VONT ENCORE NOUS INVENTER ET SI ELLE PASSE LA RAMPE JE SIGNERAI LA PREMIERE INITIATIVE VISANT A REVENIR EN ARRIERE SUR CE SUJET QUITE A CE QUE LES ETRANGERS N'AIENT MEME PLUS LE DROIT DE VOTE AU PLAN COMMUNAL.
A vouloir tromper le Peuple qui actuellement dit clairement NON pour l'élection des étrangers, même dans des Conseils municipaux, je crois que la claque demain va être assez sévère.
Le Peuple n'aime jamais qu'après lui avoir pris le doigt (ce qu'il a pu admettre) on tente ensuite (en douce, en noyant le "bébé" dans d'autres dispositions) de lui prendre le bras.
..."
-
et la réponse reçue :
-
"...
Cette disposition a passé grâce aux radicaux et aux PDC!!!!!
Les libéraux, l'UDC et nous 4 avons voté contre !!!
Je te conseille d'écrire en masse (avec d'autres amis) à ces deux partis. C'est le PDC qui a fait basculer le vote car les radicaux étaient prêts à voter avec nous mais voyant le PDC voter OUI ils ont suivi!.
Merci de ton avis que je partage mais cela n'aura aucun effet si il n'y a pas une avalanche de courrier au PDC et chez les Radis!!!!
Merci de faire suivre le message!
..."

Écrit par : Claude Marcet | 12/06/2010

Charly Swarz,

Un Suisse reste un Suisse, binational ou non !

Federer est binational, Nydegger est binational, Stauffer est binational,

Rien à voir, entre un binational et un étranger !

Mais, il semblerait que la nuance...vous échappe...

De toute façon, la Suisse est désormais composée de plus de binationaux que de "d'uninationaux"...donc, si on devait voter sur le fait de ne garder qu'une seule natinalité...c'est perdu d'avance !

Écrit par : Café | 12/06/2010

Les commentaires sont fermés.