14/06/2010

Ziegler, Jean

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Ma modeste contribution au Larousse de l'an 2325

 

Ziegler, Jean, 19 avril 1934, Thoune. Célèbre fils d’artilleur, connu pour ses feux d’artifice. Homme de feu, de flammes, de poudre, de silex. Enfant déjà, lisait Andersen, « La petite fille aux allumettes ». Homme de soufre, de phosphore, incendiaire des convenances, mélancolique de l’or des morts. Vieux fou, docteur en droit, a cru toute sa vie aux livres, oligarque de la parole, prunelles en éveil comme mille promesses de l’aube.

 

A certains virages de son parcours, les pistes se troublent. De Denges à Denezy, de Cuba à Tripoli, des chaudrons de l’archaïsme à la beauté dansante des filles du feu, de livres noirs en nuits blanches, les traces de sa biographie se jouent de l’enquêteur. Un jour dans les entrailles primitives de l’Afrique, le lendemain sur une terrasse genevoise, soleil couchant, citant Hölderlin.

 

Vice-président honoraire de l’Association zimbabwéenne de pyrotechnie lunaire, homme de foi, emmerdeur public no 1, diva des salles d’audience, madone des projecteurs, prince de l’incantation. Classé personnalité suisse la moins rasoir du vingtième siècle par un jury d’érudits en 2130. A promis de revenir pour la fin du monde, coiffé de douze étoiles. Aux élus, il vendra ses livres à prix d’or. Aux damnés, il les offrira gratuitement. Avec obligation de les lire, les lire, et les lire encore.

 

Pascal Décaillet

 

08:35 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Juste pour l'équilibre et le feu d'artifice verbal, il nous faut maintenant le même numéro sur
Blocher, Christoph

Écrit par : Zufferey de Cratogne | 14/06/2010

Polpote, Sawimbi, Kadhafi, El Assad, ne serait il pas consultant en tyranie sanguinaire ?

Écrit par : Corto | 14/06/2010

Il y a 2 ou 3 ans, lors d'une interview menée par Manuella Maury à Evolène, Jean Ziegler, poussé dans ses retranchements, acquiesça ingénument lorsque la belle, l'air de ne pas y toucher, lui fit remarquer qu'il avait donc organisé son insolvabilité afin d'échapper à la vindicte de l'Office de poursuites et faillites requise par ses victimes au titre de multiples décisions de justice pour diffamation. Je n'en croyais pas mais oreilles mais étonnement cette confession, entrecoupée de ricanements, est passée comme une lettre à la poste. De plus, j'ai cru comprendre que le montant total de la dette qui est réclamée à ce brave commerçant en famine et autres malheurs planétaires ne saurait être apurée par ses droits d’auteur quand bien même, et à dieu ne plaise, Jean Ziegler disposerait de sept vies.

Fort heureusement, quand la bise fût venue, le bernois-florentin s'en allât frapper chez le Libyen son copain, champion des droits de l'homme, et chez deux autres coquins, experts en droit à l'alimentation, en la personne de MM. Castro et Mugabe qui intercédèrent en sa faveur auprès de l'ONU afin qu'un fromage insaisissable lui soit octroyé.

« En tant que rapporteur spécial, il a étudié le niveau d'alimentation des populations de nombreux pays (Niger, Éthiopie, Inde, Bangladesh, Mongolie, Brésil, Palestine, Guatemala…). Les rapports sur la situation de l'alimentation et de la malnutrition dans ces pays sont disponibles sur le site des Nations unies »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ziegler

Les cubains et les zimbabwéens font donc bombance !

Et Jean Ziegler n’a jamais été honoré du Prix Kadhafi des droits de l'homme. La preuve ? Ben c’est Jean Ziegler, himself, qui l’affirme et ainsi donc c'est certainement le Time Magazine qui ment.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Kadhafi_des_droits_de_l%27homme

Écrit par : Giona | 14/06/2010

"Ma modeste contribution au Larousse de l'an 2325"

Vous oubliez juste la date du décès...

Écrit par : Johann | 14/06/2010

Suis-je bête, en 2325 il sera toujours vivant!

Écrit par : Johann | 14/06/2010

Les commentaires sont fermés.