24/06/2010

Huis clos : des ordres d’en haut ?

 

 

Sur le vif - Jeudi 24.06.10 - 10.32h

 

« On avait l’impression qu’il y avait des ordres d’en haut, selon lesquels il ne fallait absolument pas aborder le fond de cette affaire. Il fallait enterrer cette motion le plus vite possible. On ne voulait pas que l’on puisse parler d’éventuelles responsabilités de certains ».

 

L’auteur de ces paroles, hier soir, n’est pas le surexcité Eric Stauffer, mais le député Mauro Poggia, dont tous conviendront qu’il est d’une nature et d’une tonalité légèrement plus modérées. Il revient sur les conditions – décidément étranges – ayant entouré le fameux « huis clos » du Grand Conseil genevois, vendredi soir, alors qu’il s’agissait d’examiner une motion du MCG. Huis clos dont beaucoup, en très haut lieu, aimeraient qu’on ne parle plus. Ce qui n’est pas exactement mon point de vue.

 

A recouper les témoignages, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur la manière dont la présidence du Grand Conseil – je dis bien la présidence – a géré cette affaire. Fut-elle présidentielle, ou plutôt partisane ? Comment a-t-elle pu commettre l’erreur de descendre à ce point dans la mêlée en jetant l’opprobre, une nouvelle fois, sur un parti dont chacun pensera ce qu’il voudra, mais dont le peuple a choisi, le 11 octobre 2009, d’envoyer 17 députés au Parlement cantonal ?

 

Comment le président du Grand Conseil, Guy Mettan, a-t-il pu, trois jours avant ce fameux huis clos, soit le mardi 15 juin 2010, se laisser aller à établir une nuance entre les « partis responsables » du Parlement (les six autres) et le MCG ? En sachant qu’il s’exprimait là avec sa casquette présidentielle, et non comme député PDC. De quel droit le président d’un législatif peut-il qualifier l’un des groupes le composant, a demeurant le deuxième (ex-æquo) en quantité ?

 

Le climat qui a présidé, vendredi, à ce huis clos, et surtout à son ahurissant déroulement, est un climat d’exécution. Le vice-président lui-même demande le huis clos, il prend la parole, fustige le MCG. Mauro Poggia demande à lui répondre. Il n’obtiendra jamais la parole. Le huis clos est voté. Et là, hallucinant : le chef du groupe radical, Frédéric Hohl, demande que l’on traite le sujet sans débat. Très singulier comportement dans une enceinte qui s’appelle un Parlement, consistant précisément à laisser les uns et les autres s’exprimer.

 

Dans cette affaire, il y avait une motion, ce qui est un droit parlementaire. L’objet de cette motion (déclarer Hannibal Kadhafi persona non grata à Genève), chacun en pensera ce qu’il voudra, mais il méritait d’être au moins discuté. Ne serait-ce que pour le rejeter. En lieu et place de cela, la présidence du Grand Conseil a soigneusement orchestré le silence, là où devait jaillir la parole. Elle a même organisé la censure à l’intérieur du huis clos !

 

Restent pas mal de questions. Pourquoi Guy Mettan voulait-il à tout prix éviter un débat des élus légitimes du peuple sur Hannibal Kadhafi ? A-t-il des liens ? A-t-il contracté des accords ? Si oui, nous serions heureux de les connaître. Questions renforcées par la très étrange déclaration du président du Grand Conseil, à l’issue de cette séance de vendredi, qui reste en travers de la gorge d’un très grand nombre de députés, y compris au sein du PDC.

 

Voilà. Désolé si j’ai dérangé. Je ne doute pas que la clique tenancière du perchoir 2010-2011 me réponde avec des orgues de Staline. Je les attends dans mon abri antiatomique. Tiens, celui-là même dont j’ai déposé la photo, sur ce blog, avant-hier.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

 

 

 

10:32 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est un mode opératoire assez classique quand les politiques sont empêtrés dans les conséquences de leur incompétence. Dans le cas d'une crise gérée de manière ubuesque, on voit mieux les grosses ficelles:
Infantilisation: l'affaire est bien trop sensible pour la compréhension du citoyen lambda.
Exclusion: on fait taire ceux qui dérangent l'ordre mandarinal et supérieur.

Écrit par : malentraide | 24/06/2010

Merci M. Décaillet de contribuer à ce que l'on cause de ce huit clos et de la manipulation parlementaire antidémocratique.

Tant habitués à la médiocrité et aux magouilles, à Genève, nous avons appris à normaliser l’anormal, à supporter l’insupportable et à tolérer l’intolérable !

Merci M. Décaillet de résister publiquement à cet endormissement des consciences, de dénoncer ces manipulations proches des régimes totalitaires.

Wax911

Écrit par : Wax911 | 24/06/2010

Huis clos ou pas, une chose est sûre: le lendemain du rejet de cette motion - et d'un bout à l'autre de la Suisse - les journaux annoncent que Hannibal Kadhafi est toujours le bienvenu à Genève. Au parlement, les choses se passent comme à l'école: lorsqu'on pose une question particulièrement bête, on reçoit la réponse qu'on mérite. La famille Kadhafi a toutes les raisons de dire "Merci Stauffer" !

Écrit par : Jürg Bissegger | 24/06/2010

Les commentaires sont fermés.