25/06/2010

C’est la radio qui nous fait

pilone-radio_545.jpg

Edito du dernier 7-8 de la saison 2009-2010  /  Vendredi 25.06.10

 

Depuis deux ans, dans le 7-8, nous vous proposons ce qu’on appelle une émission de radio. La radio est l’une des passions de ma vie. C’est un art extraordinaire, qui permet à des voix de rencontrer d’autres voix, à des fragments d’âme de s’envoler vers toutes les blessures ou toutes les solitudes du monde.

 

La radio, c’est la vie. Ca n’est rien d’autre que la vie. Avec ses surprises. Ses glissements. Ses actes manqués. Ses lapsus. A vrai dire, nous ne faisons pas de la radio. C’est la radio qui nous fait. La radio qui nous crée, nous façonne. Comme si elle préexistait à notre prétention à en être les artisans, les artistes, les bricoleurs. Car la radio a une âme. Et ce que nous retrouvons, parfois, ce sont quelques haillons perdus de cette âme globale, égarés par miracle.

 

Dans ma vie, j’ai fait toutes les radios. Celle du matin. Celle de midi. Celle du soir. La plus magique est celle du matin. Quand la nuit, doucement, se fond dans le jour. Quand les voix viennent vous réveiller, dans vos lits. La plus magique, c’est maintenant. Le plus magique, c’est notre envie d’en faire et d’en faire encore. Ou de nous laisser faire par elle.

 

Bienvenue à tous dans cette dernière édition de la saison. Ce sont les sons de notre propre radio que nous allons entendre. Des moments de vie. Des moments d’oubli. Des moments d’égarement. Alors, pendant une heure, oui, égarons-nous ensemble.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

10:54 Publié dans Editos Radio cité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je me souviens de H. Meyer de Stadelhofen et aussi des éditoriaux de René Payot.
Je me souviens de Radio Sottens
Je me souviens du "courrier du skieur" d'Humbert-Louis Bonardelly
Je me souviens de "Le rail, la route, les ailes" de Marcel de Carlini
Je me souviens de "à tire d'aile" Vera Florence...et du "bonjour" de Colette Jean (au piano Jean Pellet, inspecteur de l'enseignement primaire)
Je me souviens de la "Guerre dans l'ombre"........
...en fait je n'ai pas besoin de me souvenir que j'aime passionnément la radio.
Très agréable votre sauterie de ce matin sur Radio Cité.... c'était une sorte de cocktail, non ?...pas mondain, j'en conviens.

Les commentaires de ce blog sont modérés, les sms aussi ?
bonne pause estivale
p.losio

Écrit par : pierre losio | 25/06/2010

eh ouais! les drôles de mammifères que nous sommes

avons un conscient collectif!
(représentant quelque % de plus
dans la composition du cerveau de l'homo sapiens,
que l'espace vide réservé aux pubs?),

dont les besoins assoiffés
se nourrissent et s'abreuvent de toutes radios ou autres ondes,
FM ou pas


Semble qu'à ce niveau
nos élus s'accrochent à l'idée
que ce fait ne soit pas encore passé dans le conscient collectif

histoire de ne pas devoir passer
du féodalisme
au fédéralisme

Écrit par : na...ya | 25/06/2010

"Ce sont les sons de notre propre radio que nous allons entendre. Des moments de vie. Des moments d’oubli. Des moments d’égarement. Alors, pendant une heure, oui, égarons-nous ensemble."

Si seulement la RSR pouvait vous entendre... ;)

Écrit par : malentraide | 25/06/2010

Monsieur,

Votre billet oublie de mentionner le "silence radio", cette négation de la TSF, qu'elle soit matinale ou vespérale. Vous savez les jolis "je botte en touche" si chers à la toute la classe politique!

Un exemple? Le "sans-suite" de votre billet: http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2010/06/05/hainard-comme-cagney-le-sale-type.html

Rien! Silence radio!... Et ce, malgré le népotisme maintenant avéré du gaillard Hainard, celui qui, selon vous, avait eu le courage de s’en prendre à des dysfonctionnements internes! Là, j'admets qu'il et vous aviez raison, il y eut un dysfonctionnement au moins.

Où alors, serait-ce vos confrères du Temps qui affabulent?

Ce silence radio est-il dû à ce que Frédéric Hainard est de l'aile droite du PLR?
Ou n'est-ce qu'un problème radio-aphone...hic!

Écrit par : Baptiste Kapp | 25/06/2010

Les commentaires sont fermés.