26/06/2010

Quand Broulis et Longchamp sauvent l’honneur

 

Sur le vif - Samedi 26.06.10 - 09.15h

 

D’ici quelque temps, donc, un tribunal d’opérette, ne devant son existence qu’à la volonté de revanche d’un clan tyrannique, statuera, quelque part en Prusse, sur les conditions de l’arrestation d’Hannibal Kadhafi.

 

Il est salé de constater avec quelle obédience devant le fait accompli une grande partie de la classe politique, non seulement accepte sans sourciller le jugement futur de ce corps étranger sur nos affaires internes, mais de surcroît le sacralise. Comme si l’instauration de cette « Cour » était due à autre chose qu’à un accord signé pistolet sur la tempe, avec un régime preneur d’otages. On a le pli et la génuflexion faciles, en Suisse. Sans parler de ce président du Grand Conseil genevois plus obsédé à recenser les « boulettes » de son canton qu’à ouvrir les yeux sur les horreurs d’un régime.

 

Dans ce climat d’inversion des responsabilités, il faut saluer la courageuse position, hier, de la Conférence des gouvernements cantonaux. Présidée par Pascal Broulis, cette instance renouvelle son soutien à Genève. Et regrette amèrement que la Confédération, par-dessus la souveraineté genevoise, soit allée signer des accords impliquant ce canton. La Suisse, rappelait hier soir Pascal Broulis, n’est pas une nation, mais une Confédération. En matière de police, jusqu’à nouvel ordre, les compétences y sont cantonales.

 

À saluer, aussi, le combat de François Longchamp, président du gouvernement genevois, pour défendre l’honneur et la dignité de son canton dans cette affaire. En matière de paiement de rançon (utilisons, une fois, les mots exacts), le radical n’a strictement aucune intention de se laisser impressionner par la veulerie de Berne, il a mille fois raison.

 

Quant aux conditions mêmes de l’arrestation d’Hannibal Kadhafi, si décriées, de son promontoire douillet, par Guy Mettan, je défie tout lecteur de ce texte d’aller appréhender un homme soupçonné de graves violences sur ses gens de maison, entouré de gardes du corps armés, en sonnant sagement à sa porte, et en lui brandissant poliment un mandat d’amener.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

09:15 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Voilà qui devait être dit, est dit et bien dit
fallait le dire
mais après coup, c'est plus facile à dire...

difficile, l'exercice démocratique,
tant qu'elle ne sera que la voix de la majorité, soit celle du plus fort

Alors merci de rappeler, avec Pascal Broulis, que nous ne sommes pas une nation, mais une con-fédé-ration

Ya encore du boulot! à préparer l'UE à l'entrée de la Suisse en ses rangs,

plus versa que vice-et

non?

Écrit par : na...ya | 26/06/2010

On vous a compris. Pour les lecteurs ou les auditeurs fidèles, vos papiers de ces derniers jours ont été pénibles. Trop de grossièretés et de vulgarités de votre part. Nous espérons que vous n'allez pas y passer tout l'été et que l'on pourra vite vous lire sur d'autres sujets. Ce n'est pas parce que Guillon s'est fait virer qu'il faut vouloir prendre sa place.

Bien à vous,

Anne

Écrit par : Anne | 26/06/2010

@Anne

allons! et profitons de ces moments ensoleillés
avec un esprit
élevé à des niveaux dignes de ce dont nous jouissons

Écrit par : na...ya | 26/06/2010

"Quant aux conditions mêmes de l’arrestation d’Hannibal Kadhafi, si décriées, de son promontoire douillet, par Guy Mettan, je défie tout lecteur de ce texte d’aller appréhender un homme soupçonné" etc..
Combien y a t-il de cas de domestiques malmenés par tous les diplomates barbares nègres, arabes et asiatiques et américains du sud (toutes ces parties du monde où la vie des "êtres inférieurs" ne vaut rien) à Genève chaque année ? Des dizaines ? Des centaines ? des milliers ? Pourquoi les hurluberlus genevois s'en sont-ils pris au seul fils de Khadafi ?
C'est ça la seule et unique question.

Écrit par : Géo | 26/06/2010

Absolument. La veulerie mentionnée a fait de nouveau que la "négociation" a été menée unilatéralement. Dans cette guerre sans merci, le gouvernement lybien, euh le clan Kadhafi, prend la liberté de décliner haut et fort l'aporie selon laquelle il faut déclarer la guerre pour mettre fin à un conflit. Tout juste s'il ne clamait pas que leur camp en a été contraint ...

L'instauration de ce truc arbitraire, euh arbitral, en est la preuve vivante.

Ce qu'il y a de pourri aussi dans cette inversion des responsabilités, c'est qu'elle a fini par gagner certains esprits du camp adverse, le nôtre, comme si la prise des otages se justifiait au vu du nombre de policiers embarqués dans l'application de loi. Ce genre de jugement d'après-coup ne devrait pas être; il faut se garder de donner raison à un ordre criminel!

Ouf, les otages sont enfin de retour. Et cette demande de rançon - car c'en est une - Genève a mille fois raison de ne pas vouloir l'honorer! De qui se moque-t-on? Une prise d'otages qui viole toutes les lois internationales et humanitaires ne mérite surtout pas un tel traitement! Le paradoxe a ses limites que la raison n'est pas censée ignorer ...

Écrit par : Micheline Pace | 26/06/2010

Aux trois mousquetaires, Pascal Broulis, Pascal Décaillet, François Longchamp,
je pense que vous ne manquez pas de courage. Fini le temps de la parlotte, de la géguerre avec la Confédération, vous avez pour mission de sauver la Suisse des griffes de Kadhafi.
Alors prenez votre cheval et filez en Libye pour voir le Roi du Désert. Faites-lui part de votre opprobe et demander réparation. Le 4ème mousquetaire Mettan se joindra à vous pour cette délicate mission.
Et tous les suisses en mal d'histoires héroïques vous en seront éternellement reconnaissants.

Écrit par : oceane | 26/06/2010

C'est un peu facile, Pascale, ce passage de la génuflexion à celui de victime !
Les libyens recense toujours la plus grande partie des stations Tamoils et il ne me semble pas que quiconque les boycotts ?

Il ne semble pas que la population helvétique s'est laissée prendre dans ce cirque opaque mené par nos politiques-conseilles d'administrations de nos banques chéries !

Votre noblesse oblige de fonctionner avec une suite sélective, mais vous omettez d'éclairer la non-réaction citoyenne dans cette affaire et là, il me semble qu'il y ait plus à dire que ce que vous ne le faite !

Écrit par : Corto | 26/06/2010

J'ai présenté le 14 juin une liste de questions à tous les blogs ayant consacré un billet à cette affaire.
C'est à votre tour d'aborder ce sujet :


RESPONSABILITÉS : qui répondra ?
.
1) Pourquoi la Suisse maintient-elle des relations (diplomatiques, économiques, financières) avec des États voyous ?
.
2) Pourquoi la justice suisse ne s'est-elle jamais interrogée sur la légitimité des fonds déposés en Suisse par le clan Kadhafi ? Faudra-t-il attendre un renversement de ce régime, comme pour Abacha, Buttho, Duvalier, Marcos, Mobutu, etc ?
.
3) Pourquoi la police genevoise n'a-t-elle pas su justifier son intervention musclée en rappelant les antécédents du soi-disant « Hannibal » à Rome, à Paris et peut-être ailleurs ?
(forces de l’ordre agressées et blessées par les gardes personnels)
.
4) Pourquoi le juge d'instruction GRABER ou le procureur BERTOSSA.jr ont-il trouvé nécessaire l'incarcération des Kadhafi, dès lors que les domestiques maltraités étaient à l'abri de représailles (sauf pour la mère de l'une et le frère de l'autre en Libye...) ?
L'identité et l'adresse de tous étant connues, la présence à Genève des Kadhafi étant motivée par un accouchement très proche, à quoi bon l'humiliation d'une "contrainte par corps" ? Quelle est la pratique ordinaire en cas de mauvais traitement envers domestique ou conjoint ?
.
5) Pourquoi la ministre des Affaires étrangères n'a-t-elle pas conseillé aux Kadhafi une procédure contre un très probable abus de pouvoir commis par des magistrats arrogants (toi t'es le fils machin, tu vas voir qui je suis) ?
.
6) Pourquoi la Tribune de Genève a-t-elle publié une photo qu'elle savait volée, au lieu de publier tout ce qu'il y a à reprocher au clan Kadhafi (notamment dans de nombreux pays africains) ?
.
7) Pourquoi l’État de Genève a-t-il accepté d’assumer l’essentiel des charges au sujet de ces photos de Kadhafi, alors que la plainte était fondée sur la publication et non sur le vol de ces photos ?
.
8) Pourquoi avoir laissé pourrir cette situation, s’être humilié non seulement devant la Libye, mais également devant des partenaires européens qui n’ont rien fait d’autre que garantir à Kadhafi une satisfaction de TOUTES ses exigences ?
.
9) À part avoir commis des délits à caractère pénal, qu’est-ce qui pourrait pousser un élu à présenter sa démission ? Quelles sont les réussites de la ministre des Affaires étrangères et celles du ministre des Finances qui peuvent leur faire pardonner ce désastre ?

Écrit par : Lyonnais du 69 | 26/06/2010

Bonnes questions Corto !!!

Écrit par : SOLO Han | 27/06/2010

" On a le pli et la génuflexion faciles, en Suisse. "

Tout à fait d'accord !

Par conséquent, en quoi et pourquoi la Suisse devrait-elle s'exécuter et honorer un "acte de reddition" signé sous la contrainte avec un pistolet sur la tempe ?
Car il s'agit bien évidemment ici d'inversion des rôles, il faut parler de prise d'otages et de versement de rançon. Pour François Longchamp, il s'agit moins de "défendre l'honneur et de rétablir la dignité de son canton", que de rétablir les faits. Tout simplement !

" Quant aux conditions mêmes de l’arrestation d’Hannibal Kadhafi, si décriées, de son promontoire douillet, par Guy Mettan, je défie tout lecteur de ce texte d’aller appréhender un homme soupçonné de graves violences sur ses gens de maison, entouré de gardes du corps armés, en sonnant sagement à sa porte, et en lui brandissant poliment un mandat d’amener. "

Oui, mais Guy Mettan fait partie de ceux qui savent et qui prodiguent leur science infuse aux petits tâcherons de la République. A l'ombre des puissants, et en bon opportuniste qu'il est, seuls semblent compter pour lui les intérêts économiques et financiers.

A trop vouloir s'agenouiller, devrons-nous bientôt parler de l'honneur perdu de la Suisse ?

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 27/06/2010

A force de vouloir attirer l'attention de ces guignols, les médias suisses me font penser aux médias syriens ou libyens !
Y a qu'à voir le niveau et l'intérêt que la population y porte !
Dans ce pays, tout est pris en charge par les technocrates et politiciens, aucune initiative venant "des Suisses d'en bas" n'éclos ni n'est relayé par les "médias", ils ont comme tâche, de faire passer le courant du "haut" vers le "bas", y compris léman bleu qui est sensée justement représenter la population !
Pascale, va répondre, "qu'il invite des associations", soit, mais de façon systématiquement très encadrée, juste pour traiter des sujets d'actualité, comme si il ne pouvait pas faire autrement !
En fait, une télévision associative au service des politiques, qui eux sont au service des pouvoirs "occultes" de ce pays et de cette ville, Genève !
Cloisonnement ayant amené les citoyens à ne même pas boycotter les intérêts financiers et les stations services appartenant à kadhafi !
Très bon test pour rassurer les politico-banquiers de la place !

Écrit par : Corto | 27/06/2010

Les commentaires sont fermés.