29/06/2010

Deux hommes, l’Elysée, la mort

Francois_de_Grossouvre.jpg

Notes de lecture - Mardi 29.06.10 - 16.52h

 

C’est un livre troublant que je viens de lire ce week-end, fort bien écrit par ma consœur du Monde Raphaël Bacqué, une histoire d’amour et de dépit, avec au bout du chemin le suicide. Mais, s’il est fréquent que des humains mettent fin à leurs jours, il est un peu plus insolite, vous en conviendrez, qu’on retourne contre soi-même un 357 Magnum Manurhin en étant à l’Elysée, à quelques mètres du Président de la République ! C’est pourtant ce qui se produit le 7 avril 1994. Le suicidé s’appelle François de Grossouvre. Le Président, François Mitterrand.

 

C’est un livre triste, en tout cas il finit tristement avec l’enterrement de Grossouvre, Mitterrand qui s’invite dans l’église alors que la famille du défunt n’en veut pas, elle le laissera seul sur le parvis à la sortie, sans lui serrer la main, lui le chef de l’Etat. De la forte amitié entre les deux François, ce jour-là, il ne reste rien. Si ce n’est un monceau de secrets, la plupart aujourd’hui connus, quelques-uns emportés dans les deux tombes, à jamais.

 

Aristocrate de province, maurrassien passé par la Résistance, industriel, François de Grossouvre rencontre Mitterrand au cours de l’hiver 1959. Il est de deux ans son cadet, a fait le même genre de guerre (disons avec la même « évolution »), et cette première rencontre s’opère sous l’un des parrainages les plus prestigieux qui se puissent concevoir : Pierre Mendès France, Françoise Giroud. Côté Grossouvre, c’est aussitôt le coup de foudre. Et ce livre-là, celui de Bacqué, c’est d’ailleurs la confirmation de l’exceptionnel ascendant que François Mitterrand a pu avoir sur certains hommes, celui qu’il eut sur les femmes étant largement connu.

 

Grossouvre a de l’argent. Il finance, ou en tout cas facilite grandement les campagnes présidentielles de 1965, 1974, et celle, victorieuse, de 1981. Il sait se rendre utile, fréquente de très près l’homme qui monte, au point de devenir ce qu’il croit être son ami, son égal. Sur ce second point, en tout cas, il se trompe. C’est le début d’un malentendu dont Raphaëlle Bacqué décrit magnifiquement l’évolution, et qui conduira, un jour, à la rupture. Et, quelques années plus tard, au suicide.

 

De mai 1981, l’arrivée de Mitterrand à l’Elysée, au 7 avril 1994 (le suicide), François de Grossouvre, d’abord conseiller personnel puis responsable des Chasses présidentielles (domaine régalien s’il en est), n’a jamais cessé d’occuper son bureau à l’Elysée. Personne, autour de lui, n’a jamais exactement su ce qu’il y faisait, un puissant mystère entourait la présence de cet aristocrate secret, ne manquant jamais une occasion de montrer sa proximité avec le Prince.

 

Le problème, c’est qu’il y a un moment où il n’y a plus de proximité du tout. Parce que les deux hommes ont rompu avec fracas. Mais le Président, ultime perversité, ne lui demande pas du tout de quitter l’Elysée ! Alors, Grossouvre se met à ruminer. Alerte la presse. Multiplie les propos accablants sur le chef de l’Etat, vipérins d’acrimonie, des mots d’amant éconduit, ou de Montespan délaissée. Autour de lui, tout s’écroule. Plus personne ne le prend au sérieux. Mais il a le droit, tout de même, de rester là. A quelques mètres du souverain. Quêtant un retour en grâce, qui ne se produira pas. Seule la mort, la sienne, le délivrera de cet enfer.

 

Un livre triste, oui. L’un des innombrables dégâts collatéraux de la puissance sentimentale que François Mitterrand, ce diable d’homme, était capable d’inspirer à d’autres hommes, prêts à le suivre comme des chiens, sans autre retour que, parfois, la grâce d’un regard, la possibilité d’un sourire. Etrange histoire, racontée avec talent. Se lit comme un roman. Le roman de deux hommes autour de la mort.

 

Pascal Décaillet

 

*** Le dernier mort de Mitterrand, par Raphaëlle Bacqué, Grasset Albin Michel, mai 2010, 238 pages.

 

 

 

 

 

16:52 Publié dans Notes de lecture | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Drôle de gens, drôle de milieu, drôle d'attitudes, au point qu'on se demande lequel était le plus "femme" des deux...

Écrit par : Scipion | 29/06/2010

La famille de Grossouvre et moi, ancien collaborateur de François de Grossouvre à l'Elysée, contestons le bien fondé de ce livre, la véracité et/ou l'interprétation des faits et situations décrits, le portrait qu'il ressort de François de Grossouvre, les rôles qu'il a tenus tant dans la Résistance qu'à l'Elysée... Et surtout la conclusion sur le suicide, loin d'être étayée par des preuves que l'auteure prétend apporter. Cf. notamment l'article du Figaro Magazine du 19/06/2010 visible sur le blog : http://pierda.wordpress.com/

Écrit par : Pierre d'Alançon | 29/06/2010

Qui-a-t-il de commun entre un 357 Magnum Manurhin ,Maurras et le vieux Mitterand sinon le trouble exquis , le prince de l'ambiguïté ,est entré à Epinay par une étroite porte dans l'histoire :Cette porte Pierre Mendès France n'a jamais pu complètement l'ouvrir, à défaut il l'a à tout jamais fermée.
Un autre cadavre plus présentable ,ancien métallurgiste ukrainien a aussi hanté les couloirs élyséens ,Pierre Berergovoy , Cela fait beaucoup pour un seul président , par les temps qui courent, les crocs de bouchers ont remplacé, les gros calibres ,on a les fantasmes qu'on peut.

Écrit par : briand | 29/06/2010

suis très tenté de l'emporter dans ma besace...mais comment vais-je faire le choix définitif des bouquins déjà empilés et prêts à m'accompagner ?
Il faut déjà que je finisse les Mémoires de Me Jacques Isorni avant de partir..si j'y parviens...
p.l.

Écrit par : pierre losio | 29/06/2010

Vous rappelez avec talent la dernière époque glorieuse de la France. Sous Mitterrand, il y avait de vraies passions, de vrais scandales, de vraies trahisons. Le pouvoir vibrait et faisait vivre. Aujourd'hui il y a un scandale par jour. Mais il est minuscule. La seule passion est celle de l'argent. Qu'on gagne. Qu'on cache. Qu'on vole. Qu'on réclame à la Suisse. Une autre époque.

Écrit par : jmo | 30/06/2010

Vous vous trompez: à cette époque, la France était déjà une poubelle, la différence c'est qu'elle n'était pas en guerre civile...

Écrit par : RIP | 10/07/2010

Les commentaires sont fermés.