01/07/2010

Les Neuf Cavaliers de l’Apocalypse

 

 

Sur le vif - Jeudi 01.07.10 - 14.22h

 

Les Verts de la Ville de Genève sont des gens particulièrement aimables et attachants. Moins doctrinaires que leurs cousins socialistes, adeptes du vélo et de la plus grande douceur dans la mobilité, admiratifs du legs (en effet hors normes…) de leur magistrat Patrice Mugny, ils sont dans une phase de développement tellement durable qu’ils viennent d’annoncer neuf candidats à l’exécutif de la Ville !

 

Vous m’avez bien entendu : neuf. Trois fois la Trinité. En sachant que le gouvernement de la Ville de Genève compte, en tout et pour tout, cinq personnes. Dont Manuel Tornare. Donc, au final, en effet neuf, suis-je bête.

 

Bon, ce ne sont là que des candidats à la candidature, on se réjouit de l’écrémage interne, on se dit juste que ce dernier aurait pu déjà commencer en amont d’aujourd’hui, parce que neuf, ça donne tout de même un peu l’impression qu’on n’a pas trop osé faire le boulot préliminaire.

 

Alors, va pour neuf ! Pour la liste, je vous renvoie à la Feuille d’Avis officielle, que vous pouvez vous procurer gratuitement avec un verre d’eau. Disons qu’elle va des charmes de la Guinée Conakry à la présidence de la Constituante, en passant par le Jardin botanique, la réparation de vélocipèdes, le cabinet noir du ministre hors normes, la présidence du Municipal, sans oublier la grâce – toujours féline – de l’anonymat.

 

On se dit simplement que les Verts auraient pu aller plus loin. Pourquoi pas dix-huit ? Ou alors trente-six. Ou mieux : tous candidats. Tous sur les listes électorales. On aurait juste sacrifié quelques tilleuls ou platanes (de Carl-Vogt, par exemple) pour fabriquer du papier. Mais au moins, on aurait proposé à l’univers le grand œcuménisme du non-choix. Celui qui vient juste après le Grand Soir.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

14:22 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

J’admire votre sens de l’humour lorsque vous évoquez le teigneux et sinistre Patrice Mugny. Voilà un personnage qui a réussi à détruire le Courrier en se séparant de son actionnaire et bienfaiteur catholique. Aujourd’hui réduit au rang de feuille de choux alors que dans le passé il fut un des fleurons de la presse romande.

Bien que je ne vote pas à gôche je recommanderai à mes amis et connaissances de préférer l’un ou l’autre de ces candidats au Docteur Rielle, conseiller national et membre du parti socialiste.

Mon mot d’ordre pour les prochaines élections sera TOUT SAUF RIELLE cet ennemi invétéré des fumeurs.

Écrit par : Hypolithe | 02/07/2010

Concernant le règne Patrice Mugny - notre festivus festivus local -, même le très consensuel "Hebdo" titrait récemment "une fin de règne crépusculaire". Nous sommes quelques uns à nous demander à quoi de réellement pertinent, nouveau et imaginatif ont été employés les centaines de millions destinés à la Culture dont disposait son Dpt, une fois les frais fixes annuels retirés (Gd-Théâtre, Comédie, fêtes diverses, etc.). La somme par habitant genevois pour la culture étant parmi les plus élevées d'Europe, on attendait une politique à la hauteur des moyens. Or, la fête de la musique, le festival de la Bâtie, la rue kétanou et autres manifestations existaient DEJA avant Mugny... Quoi d'autre ? On ne voit pas ou alors on est passés à côté d'événements si subtilement intégrés qu'on ne les pas senti passer... Si vous avez des informations, on est preneurs.

Écrit par : malentraide | 02/07/2010

Les commentaires sont fermés.