01/07/2010

Merci, les profs

201003151475_zoom.jpg

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Jeudi 01.07.10


Ils ont choisi le plus beau métier du monde, l’un des plus difficiles aussi. Ils sont des passeurs. Ils sont comme la Dranse, grise et noirâtre, moirée des alluvions d’amont. Ce qu’ils transmettent, c’est la connaissance, donc la vie. Il y a ceux qu’on aime, il y a les autres, peu importe. Ce qui compte, c’est la centralité de leur présence. C’est toi, le prof, le héros de l’histoire, toi qu’on doit admirer, ou haïr. Toi, le magistère. Les manuels de pédagogie, les études Pisa, ne viennent que bien après.

 

Les profs qui m’ont impressionné m’accompagnent toujours, dans la tête. René Ledrappier, pour l’universalité de ses cours de maths. Le Père Collomb, un prêtre catholique qui nous initia avec un infini respect aux autres religions. Gérard Duc, pour sa première dictée sur Proust. Le rugueux Wyder, autre prêtre, une encyclopédie de la biologie, avec un cours incroyablement complet sur l’évolution, à mille lieues des niaiseries créationnistes. Le jour, il enseignait la théorie des mutations, le soir lisait la Genèse ou jouait du violon.

 

Voyez, je cite des noms, pas des concepts. Il y avait aussi la chorale de Philippe Corboz. Et tous les autres. Je cite des noms, pas des systèmes d’éducation. L’école, c’est avant tout un choc phénoménal d’humains avec d’autres humains. Aux profs, aux élèves, excellentes vacances. Et que vive l’école, pour toujours.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

11:58 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Me permettrez-vous de prolonger votre liste par quatre profs qui m'ont profondément marqué?

Pierre-Alain Putallaz, qui fit aimer le français et l'histoire aux scientifiques que nous étions.
Michel Bonvin, qui, brillamment, sut vulgariser la physique.
Alex Willa, dont les explications limpides sur les dérivées et les intégrales résonnent encore dans mes oreilles.
Farhad Rachidi, un des plus éminents spécialistes mondiaux de la foudre, à la modestie et la gentillesse inoubliables.

Les deux premiers enseignaient au Lycée-Collège des Creusets à Sion, le troisième y enseigne toujours et Farhad Rachidi est professeur à l'EPFL.

Écrit par : Marc Emery | 11/07/2010

Les commentaires sont fermés.