14/09/2010

Boris Drahusak, Sami Kanaan et la vie éternelle des écuries

 

Sur le vif - Entre les cris de l'âne et les soupirs du boeuf - Mardi 14.09.10 - 10.18h

 

Naïve comme une Nativité, fraîche comme la senteur vespérale du foin, cette question : les écuries sont-elles éternelles ? L’écurie Tornare avec Sami Kanaan, l’écurie Mugny avec Boris Drahusak ne sont-elles pas en train de tenter la vieille folie humaine de se survivre à soi-même ? Avec, comme viatique, pour traverser le fleuve noir, le maire du palais ?

 

Lorsque deux bras droits de deux magistrats sortants se retrouvent candidats à la succession de ces derniers, il y a comme un malaise dans la République. Non pas leur droit à cette postulation, aucun problème avec cela. Encore moins leurs compétences : ils connaissent la « machine » de l’intérieur.

 

Non, le problème est ailleurs : il est dans le message donné par les assemblées des partis qui les ont portés à ces candidatures, laissant suinter qu’avec des hommes de l’intérieur, des familiers des écuries actuelles, on gardera la main sur toutes les prébendes et toutes les nominations. Le clan sera sauf. Les équipes de l’ombre pourront continuer d’opérer. On se maintiendra les mêmes obligés. Et, finalement, les castes actuelles demeureront aux affaires.

 

L’électeur genevois pourrait bien ne pas être dupe de ces ficelles. Chez les Verts comme au PS, il existait des candidats plus populaires, ici Christian Bavarel, là Papy Moustache. Les corps intermédiaires, qu’on appelle « assemblées » (à quand des primaires ?) n’en ont pas voulu. Soit. Mais le souverain, c’est le peuple. Qui pourrait bien froncer davantage le sourcil, face au désir d’éternité des écuries, qu’on ne le soupçonne. Tout cela est plutôt bon pour MM Maudet et Chevrolet. Et pour tous ceux qui, en Ville de Genève, ne jouissent pas d’extase devant le génie gestionnaire de la gauche aux affaires.

 

Pascal Décaillet

 

10:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Sont-ce les écuries d'Augias ? Il nous faudra un Hercule salvateur pour nettoyer les écuries dans lesquelles se sont accumulées depuis tant d'années le crottin du gratin.

Écrit par : question | 14/09/2010

On voit bien comment s'exerce le pouvoir, comment on le garde, en savant les privilèges de quelques castes (dont les postes affectés et nominations à venir). On ne peut même pas s'appuyer su bilan si ce n'est celui du copinage et de la fermeture idéologique dans les prises de décisions.

Il faut espérer que les électeurs ne se feront pas berner et sauront comment - et qui - voter. Tout cela devrait être bon aussi pour Madame Florence Kraft-Babel, colistière de Pierre Maudet. Le fait qu'elle soit une femme ne devrait pas faire oublier ses qalités personnelles, sociales et professionnelles; ses prise de position au Conseil municipal durant ces années démontrent ses compétences, son goût du service public, une certaine sagesse assez rare en politique, une intelligence qui ne fait pas ombrage au langage du coeur, une prestance offrant élégance et naturel, etc.

La soi-disante connaissance de l'intérieur de la machine devrait faire place à une réelle fraîcheur, sans oeillères et sans comportements mécaniques. L'administratif n'est pas le politique. Le désir de prendre la place du vizir n'est motivé que par un intérêt personnel de carriériste qui a goûté au pouvoir et qu'il souhaite le préserver. Cette recherche du pouvoir à tout prix ne constitue pas une compétence en soi! D'autres candidat (e)s ont en effet tant à offrir et non seulement à prendre.

C'est une manière aussi de répondre à "question" ...

Écrit par : Philippe B. | 14/09/2010

La coalition rose rouge verte est en place depuis à peu près 10 législatures si je ne me trompe pas. On ne change pas une équipe qui gagne.

Écrit par : Pascal | 14/09/2010

Une différence entre les deux écuries:

excellent bilan pour Tornare et Kanaan

bilan médiocre pour Mugny et Drahusak

Écrit par : Eugénie | 16/09/2010

Les commentaires sont fermés.