27/09/2010

Chômage : la faute aux vainqueurs !

 

Sur le vif - Et les deux pieds dans la Sarine - Lundi 27.09.10 - 12.26h

 

Esquissé hier, dans le 1230h RSR, par Antonio Hodgers (cf notre précédente note), le thème de la rupture de solidarité par les méchants Alémaniques, dans la votation sur le chômage, est repris aujourd’hui par l’éditorialiste du Matin, mon confrère Fabian Muhieddine.

 

Cette manière de culpabiliser la majorité souveraine du peuple suisse est singulière. On part du principe que le rapport des Latins à l’Etat-Providence serait la norme, le bien, la rançon justifiée du colbertisme. Et que l’autre sensibilité, en effet germanique (nous sommes là dans une vraie ligne de fracture), serait nécessairement destructrice de tout ce qui a fait la Suisse.

 

C’est un peu court. Sans l’extraordinaire puissance économique de la Suisse alémanique, notamment l’apport de Zurich au dix-neuvième siècle, sans l’aventure et le sacrifice de milliers d’entrepreneurs, d’investisseurs, la Suisse d’aujourd’hui ne serait pas ce qu’elle est. Alors, c’est vrai, chez ces gens-là, on cultive un peu moins le sentiment de dépendance, l’idée que l’Etat nous devrait tout. Et on se nourrit un peu plus du concept de responsabilité individuelle.

 

Surtout, du côté de la Suisse latine, ne pas se remettre en question. Tellement plus simple de considérer le oui alémanique comme une égoïste rupture de solidarité. Nous aurions tout compris, eux rien. Alors, puisque nous sommes si intelligents en Suisse romande, notamment du côté de Genève, peut-être pourrions-nous mettre cette précieuse matière grise au service d’une grande ambition : par exemple, faire baisser le chômage.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

12:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous parlez du rapport des Latins à l’Etat-Providence mais n'oubliez pas que les pontes de l'UBS ont demandé de l'aide à l'Etat-Providence pour se sortir du bourbier américain.

Écrit par : idée | 27/09/2010

En somme, les cantons romands souhaitent-ils encore faire partie de la Suisse? Dans le cadre de la réflexion sur l’entrée possible de régions étrangères dans la Confédération, nous pourrions envisager aussi de permettre aux cantons suisses de rejoindre l’un ou l’autre pays européen. À notre époque de grande mobilité et de communication instantanée, ne serait-il pas judicieux que puissent se rassembler ceux qui se ressemblent et ainsi mieux vivre la politique qu’ils défendent?

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 27/09/2010

Pardon, mais tout ça manque de nuance.

Le clivage n'est pas que culturel, mais aussi social.
Prenez ZH : dans les quartiers populaires, le non passe : Kreis 3, Kreis 4 & 5 et Winterthur Töss.

Et personne n'érige l'Etat en soleil absolu en Suisse romande. Quel canton romand a-t-il été durablement gouverné par une coalition de gauche? La romandie est tout aussi à droite que la Suisse alémanique, politiquement et "journalistiquement".

Enfin, on peut renverser la perspective en ce qui concerne GE. Ce tout petit canton en superficie, lesté de trois fois moins de conseillers nationaux à Berne que ZH, sans parc industriel et avec ses traditions d'accueil et d'intégration généreuses s'en sort plutôt bien.

La connaissance de la Suisse, que vous semblez nier à certains élus, ne se limite pas à la maîtrise de l'allemand.

Léger votre billet léger.

NT

Écrit par : truong | 27/09/2010

"Alors, puisque nous sommes si intelligents en Suisse romande, notamment du côté de Genève, peut-être pourrions-nous mettre cette précieuse matière grise au service d’une grande ambition : par exemple, faire baisser le chômage."

Puisque vous faites partie de "Romands intelligents", vous avez certainement quelques idées pour faire baisser le chômage.

Les autres Romands, pleurnichards et accrochés aux mamelles étatiques, vous en sauront gré.

Les Suisses alémaniques sont plus intelligents ? Allonc donc ! La quantité ne fait ni la qualité ni l'intelligence.

Écrit par : Michel Sommer | 27/09/2010

Les vaiqueurs qui n'ont vu ni de près ni de loin à quoi ressemble un minaret, cependant........
Avec d'autres vainqueurs Nidwaldiens par exemple le plein emploi ,les vaches grasses , aucune grande école le paradis loin des chomeurs.
A quand les votations sur la réintroduction de la peine de mort pour savoir où se trouve notre Huntville?

Écrit par : briand | 27/09/2010

D'accord avec ce que vous écrivez sur le gentil Toni Hodgers. Mais cela ne vous embête pas de vous faire écraser par la Suisse alémanique? L'accepter, d'accord, mais pourquoi s'en réjouir ?

Écrit par : bobino | 28/09/2010

Les commentaires sont fermés.