27/09/2010

Sept rustres

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 27.09.10



Devant le cercueil de chêne de Mgr Genoud, samedi matin en la Cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg, la quasi-totalité du gouvernement fribourgeois, Philippe Leuba pour celui du canton de Vaud, et… strictement aucun conseiller d’Etat genevois ! Laïcité ou non, loi de 1907 ou non, cette absence n’est tout simplement pas acceptable.

La laïcité est une chose, nul ne la conteste, en tout cas pas l’auteur de ces lignes. Mais la rustrerie en est une autre, qui doit être désignée comme telle, sans ménagement. La laïcité, c’est le respect des croyances, en l’occurrence celle des catholiques romains. Il eût fallu, pour le moins, un acte de présence à Fribourg. La plus élémentaire des courtoisies.

Quelques heures auparavant, vendredi soir, veillée à Notre-Dame, à Genève, en mémoire de l’évêque disparu. Là aussi, boycott du Conseil d’Etat. Dans la classe politique, seul Manuel Tornare a eu la classe et le courage de s’y rendre. Pour les autres – les premiers à faire des ronds de jambe à d’autres religions, plus « tendance » - pénétrer dans une église catholique semble relever de la vulgarité.

A ce niveau-là, ce n’est plus de la laïcité, qui est une belle et grande chose. C’est de la connerie laïcarde. Bernard Genoud était aussi l’évêque de Genève. Par cette double absence, ce sont ses fidèles qu’on a insultés.

Pascal Décaillet


08:21 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Les politiciens genevois en parfait laïcards "pur sucre", membre d’une des 20 loges maçonniques ne désirent nullement se compromettre dans une église.
A noter que les élus PDC (parti des …) brillaient également par leur absence.

Écrit par : Hypolithe | 27/09/2010

Merci M. Descaillets pour cette chronique. Le mot leur va comme un gant "les 7 rustres"!

En plus de Manuel Tornare ont également assisté à la veillée à Notre-Dame Mme Loly Bolay et Jean-Louis Fazio. Au nom des catholiques touchés par leur présence : merci à eux trois.

Écrit par : Barbara | 27/09/2010

L'absence de catholique au Conseil d'Etat en est certainement la cause, mais tout de même.

Écrit par : Chauffat albert | 27/09/2010

La religion laïciste, qu'ils pratiquent en fidèles adorateurs et adeptes, les a-t-elle empêchés de remplir leur devoir de représentants du peuple, dont la majorité est catholique? Y a t-il une nouvelle guerre de religion, larvée, entre laïcs et chrétiens? Ou bien ces sept rustres, en dignes continuateurs du Cht'i Jean Calvin, qui colonisa Genève de sa famille, de ses amis et des ses innombrables réfugiés français, persistent-ils, en secret, à conspuer les catholiques?

Écrit par : Agaune | 27/09/2010

Merci, M. Décaillet, pour cette réaction.
Oui, la grossièreté s'est installée en politique.
Mais aussi la malice que vous relevez (être "tendance"!) comme Guy Gilbert, qui disait il y a quelques mois : «Il y a en France une laïcité qui pelote (sic) les musulmans pour mieux cracher sur l'Eglise».
Et encore une hypocrisie bébête rencontrée dans la TdG en mai 2009 dans un soi-disant sondage: «Ne devrait-on pas supprimer le jour férié de l'Ascension dans un Etat laïque? Répondez 1)oui 2)non 3)supprimons la référence religieuse, mais gardons le jour férié (sic**)».
Peut-être vaut-il mieux rire de ces grossiers malicieux?

Écrit par : Vincent Chabaud | 27/09/2010

Je ne sais pas s'il y a de l'Equerre et du Compas là-dessous, mais il est grand temps de remettre la Loge à sa place: sous un vernis de tolérance, les Francs-Maçons latins (les anglo-saxons étant moins fanatiques et plus folkloriques) combattent sans répit les religions, le christianisme en particulier.
C'était assez facile, du temps de l'Eglise constantinienne, de vilipender le pouvoir des Jésuites ou l'arbitraire des Etats Pontificaux.
Mais c'est beaucoup plus difficile de critiquer Martin Luther King ou Mgr Genoud. Ainsi, à court d'arguments, on devient grossier.

Écrit par : Marc Emery | 27/09/2010

Cher Pascal,

Je ne commenterai pas les fantasmes anti-maçonniques qui fleurissent ici, et qui donnent à ces commentaires je ne sais quel effluve de déjà vu. Je reste à la disposition de M. Emery pour lui expliquer avec force et vigueur quelles sont les positions maçonniques dites "latines" en matière de religion, dont il ne connaît rien, et qui ne manqueront pas de le surprendre; il n'en demeure pas moins que vos saintes indignations au sujet de l'absence de représentants des Conseils d'Etat neuchâtelois et genevois aux obsèques de Mgr Genoud témoignent d'une bien faible connaissance de la laïcité.

Rappelons en effet que Neuchâtel et Genève sont les deux seuls cantons laïques de Suisse. En tant que tels, ils n'ont pas de devoir moral privé, mais des devoirs politiques publics relatifs au droit. Et ce droit, constitutionnellement laïque, commande vis-à-vis de TOUTES les confessions (tout comme envers les athées) l'observation de la plus sereine indifférence. Indifférence qui est le coeur même du respect des libertés convictionnelles de nos citoyens, même si de - très - mauvaises et très aigries langues parmi les croyants se plaisent à la dénoncer comme une faute de plus contre des Eglises dont ils ne peuvent supporter, en vérité, la deshérence, dont la laïcité n'a pas à endosser la responsabilité.

Les mêmes congestions étaient apparues au moment du décès de Jean-Paul II, les drapeaux genevois et Neûchatelois n'ayant pas été mis en berne, et maints commentateurs dégoulinants de bonnes intentions et de courtoisie sélective étaient alors vitement grimpés aux créneaux pour gratifier nos autorités de leurs vertueuses moralités personnelles. J'avais alors répondu ce que je dis ici même : tous les Genevois ne sont pas catholiques, tous les Genevois ne sont pas chrétiens, tous les Genevois ne sont pas croyants. Nos Conseillers d'Etat ont à les représenter tous, et non quelques-uns, en quelque circonstance que ce soit.

Il se trouve que certains citoyens croyants ont les plus grandes difficultés à admettre d'abord que leur morale n'est plus qu'une morale parmi d'autres dans des sociétés de plus en plus sécularisées; ensuite que la politique, vous le savez bien pour l'observer depuis longtemps, est indépendante des morales; enfin que nos conseillers d'Etat ont à s'occuper de droit. Or la séparation du droit et des morales est le principe même de la laïcité, et c'est bien mal la connaître que de prétendre le contraire.

Participer à de telles obsèques, à l'évidence, constituerait une forme de reconnaissance qui créerait un précédent parfaitement fâcheux. Si un jour - à Dieu ne plaise - M. Hani Ramadan venait à passer sous un camion, que dirait-on ensuite côté musulman si le Conseil d'Etat refusait d'assister à sa cérémonie funèbre ? Mais là, bien sûr, personne ne viendrait les taxer de rustrerie... Bien que nos augustes Constituants aient toutes les peines du monde à le reconnaître et à l'inscrire noir sur blanc dans le texte qu'ils nous préparent à grand-peine, bien que MM. Müller et Mettan, visiblement peu au fait de la laïcité, aient cru bon de prendre part voici quelques mois à l'inauguration d'une synagogue, un Etat laïque ne saurait, à tout jamais, reconnaître aucune confession ni groupe convictionnel (un Etat laïque n'est pas un Etat athée, qu'on se le dise, mais un Etat neutre), sauf à devoir les reconnaître tous, ce qui revient à ouvrir la boîte de Pandore.

Par conséquent, ceux que vous nommez un peu trop vite les "sept rustres" n'ont rien fait d'autre que de suivre à la lettre leur devoir et d'obéïr à un principe fondamental de notre république, sans qu'on puisse leur faire le très mauvais procès de leur imputer quelque mépris que ce soit à l'égard de qui que ce soit.

Écrit par : yves scheller | 28/09/2010

TdG 15.03.2010 par Antoine Grosjean

"Ce n’est pas tous les jours qu’un édifice religieux sort de terre à Genève. Depuis hier, le canton compte une synagogue de plus. La première construite en Suisse depuis presque quarante ans. Pour l’occasion, les représentants de diverses confessions – protestante, catholique, musulmane, hindouiste et bouddhiste – se sont joints à ceux de la communauté juive à l’heure de la cérémonie d’inauguration. Le conseiller d’Etat Mark Muller, la conseillère administrative Sandrine Salerno et le président du Grand Conseil, Guy Mettan, étaient également présents, de même que l’ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, elle-même de religion juive."

Il est seulement plus "tendance" de participer à certaines manifestations plutôt qu'à d'autres!

...

Écrit par : Barbara | 29/09/2010

La laïcité a bon dos... Le gouvernement genevois a tout bonnement snobé l'homme - et pas seulement le religieux - qu'était Mgr Genoud.

Écrit par : Kissa | 30/09/2010

Les commentaires sont fermés.