29/09/2010

La guerre des tranchées a commencé

 

Edito - Giornale del Popolo - Mercredi 29.09.10



Un putsch interne, la gauche ramenée à sa juste place, un président de parti qui pique une crise d’hystérie devant le pays entier, Christophe Darbellay et Doris Leuthard qui se frottent les mains, Fulvio Pelli dont personne ne sait ce qu’il a ourdi exactement : ce lundi 27 septembre 2010 restera, dans l’Histoire fédérale, comme une Journée des dupes. Un magnifique exemple de jeu de masques, avec des gagnants et des perdants, ceux qui pleurent et ceux qui rient, où les marionnettes finissent par remplacer les hommes. Le théâtre politique, à l’état pur.

Le résultat : l’un des plus faramineux remaniements ministériels de l’après-guerre, avec une majorité de nouveaux-venus à la tête des Départements, de méchantes et durables rognes installées entre les chefs de partis, une plainte pénale, la méfiance omniprésente, bref un nouveau gouvernement qui commence très mal. Et tout cela, à un an des élections fédérales ! Les équipes vont-elles, comme dans la Grande Guerre, se mettre à creuser des tranchées sur la Place fédérale ? Le jour, on dormirait. La nuit, on attaquerait, baïonnette au canon. Tout cela, dans l’enivrant parfum du sang qui coule, serait relaté sur des bulletins de guerre, rédigés par la presse dominicale alémanique.

Le plus fou, c’est qu’on a viré Blocher, le 12 décembre 2007, sous le prétexte qu’il nuisait à la collégialité. Mais cette législature 2007-2011, celle de l’après-Blocher, aura été, justement en termes de collège, la plus catastrophique de l’Histoire du gouvernement suisse ! Et l’épisode de lundi, avec les hurlements de Christian Levrat sous la Coupole, ajoute à la combinazione une dose de tragi-comédie, avec du bruit, de la fureur, des larmes. Théâtre, encore et toujours.

Sur le fond, comment ne pas se réjouir de l’arrivée de Doris Leuthard au Département sinistré tenu depuis quinze ans par le plus ancien ministre d’Europe en fonction, Moritz Leuenberger ? Pour la présidente de la Confédération, cette rocade, survenue le lendemain d’une victoire devant le peuple (mais pas au Tessin, ni en Suisse romande), tombe à point nommé. Après l’ère des blocages, on peut espérer qu’arrive celle du mouvement. Un exemple, la SSR : l’Argovienne osera-t-elle s’attaquer au Mammouth ? Exiger davantage de performances. Résister au chantage à la « baisse de prestations ». Mettre les gens au travail, sur les standards des radios et TV privées, comme l’excellente TeleTicino, ou encore Léman Bleu, La Télé, Canal 9 ou TeleZüri. Supprimer Billag, ce résidu de l’ère soviétique, comme le suggère Christophe Darbellay. Remettre les syndicats à leur place. Valoriser l’inventivité, l’imagination. Virer les apparatchiks. Vaste, très vaste programme !

Un mot, enfin, sur Christian Levrat. La crise piquée lundi après-midi, devant tous les micros et toutes les caméras de la Berne fédérale, n’est pas digne d’un président de parti gouvernemental. En politique, on ne vient pas pleurer. Surtout quand on est soi-même un spécialiste de la combinazione. Cela, depuis le réalisateur français Georges Méliès (1861-1938), l’un des pionniers du cinéma muet, porte un nom très parlant : cela s’appelle l’Arroseur arrosé.

Pascal Décaillet





08:38 Publié dans Editos Giornale del Popolo | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Fin de la formule magique et enterrement de la paix sociale enterrée, matérialisée par une sortie du PS du CF. Voilà qui pourrait redonner un peu de vie au CF et à une nouvelle opposition avant d'affronter la prochaine crise monétaire et ses conséquences sur l'ensemble des marchés! C'est en tout cas une opportunité à saisir pour l'avenir du pays et celui de ses populations, dont les antagonismes sont exacerbés par un climat de rupture qui prévaut depuis quelques années déjà aux quatre coins de la Suisse!

Écrit par : Clean | 29/09/2010

A ceux qui ont éjecté Blocher il y a deux ans, hein, ça va beaucoup mieux maintenant, c'est drôlement plus calme, apaisé, la concordance, tout ça ?
Ha, ha, ha, vivement 2012 !

Écrit par : Paul Bär | 29/09/2010

Les commentaires sont fermés.