18/10/2010

Copains, coquins

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 18.10.10



Si vous voulez, à Genève, faire passer une résolution qui suinte le pacte à cinq des partis au pouvoir, il n’y a qu’une adresse : Olivier Jornot, mercenaire scribe, l’homme plus rapide que son ombre pour griffonner des projets de loi sur un bout de nappe. L’affaire du Moa l’illustre avec éclat.

Il est clair que cette affaire pue l’argent, et la récup tellement facile de l’électorat jeune en période pré-électorale. Comme Stauffer est dans le rôle de l’attaquant et, une fois de plus, a vu juste, toute la gluante horizontalité des réseaux interpartis gouvernementaux s’est liguée contre lui. La Genève des cocktails et des copains, des passe-droits et des coquins.

Résultat : un assemblage de fortune, patchwork, où la naïveté le dispute à l’inexpérience, avec des parfums de pampa et l’ombre de Quinte-Curce comme caution juridique. Et le pire, c’est qu’un plénum inconscient et jeuniste a fini par voter ce sommet d’opportunisme.

Le Grand Conseil de la République et Canton de Genève ne sort pas grandi de ce vaudeville. Pierre-François Unger a eu parfaitement raison d’assumer une décision courageuse. Genève n’appartient pas au clan pro Moa. Je ne parle pas ici des jeunes, qui ont bien le droit de s’amuser le soir. Mais des politicards profiteurs qui instrumentalisent la cause. Monsieur Jornot, vous aviez mieux à faire que monter dans cette galère.

Pascal Décaillet


09:56 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci pour ce partage. Une synthèse qui donne envie de le lire…

Écrit par : comparatif mutuelle | 18/10/2010

Jamais dans l'histoire récente de la République et canton de Genève, l'emploi, le logement, la mobilité ont fait l'objet d'une conférence de presse réunissant la majorité et une minorité parlementaire.

Tel a été le cas pourtant pour un établissement privé : une boîte de nuit.

Dans un canton qui bat les records de chômage et d'inscription à l'aide sociale, où l'on ne peut plus circuler au centre ville, où ne peut plus déménager si on gagne moins de 9'000 CHF, et qui redoute de devoir annoncer aux multinationales qui demandent à s'implanter sur son sol qu'il n'a pas la capacité d'héberger ses employés, on voit la majorité parlementaire, accompagnée d'un parti minoritaire, le PS, venir au chevet d'une un boîte de nuit qui n'est pas en règle administrativement sous prétexte qu'"il faut que les jeunes aient des lieux nocturnes".

Ici et là, on parle de "de jeunes qui ne trouvent pas de places d'apprentissage", de "malaises sociaux" qui font le succès des populismes, de bus qui n'avancent plus tant les routes sont engorgées, de "promotion économique entravée", de "grues qui n'arrivent pas", d'"une Genève internationale inquiète", de studios à 2'000 CHF et de marchands de sommeil qui s'engraissent.

Mais ce n'est pas assez pour faire bouger la majorité des partis de gouvernement, qui a tellement mieux à faire en s'occupant d'une entreprise privée qui vend à quelques centaines de jeunes de 26 ans la promesse de s'amuser en consommant de la musique électronique et des boissons, le vendredi et le samedi soir. Pour les autres, il reste les contes merveilleux du Président du gouvernement publiés dans le journal Le Matin dimanche.

Bouleversant spectacle.

Christine

Écrit par : Legrand | 18/10/2010

Conclusion: il y a qqch de pourri dans la république. Sommes-nous surpris?

Écrit par : Johann | 18/10/2010

Une fois n’est pas coutume, Cher Monsieur, nous partageons exactement les mêmes arguments. Au sujet de la résolution pour défendre le MOA, les Verts ne l’ont ni signée, ni votée. Et pourtant, Genève manque cruellement de lieux de loisirs et de culture, notamment après l’éradication systématique des squats ces 10 dernières années. Etrange? Non, car cette résolution n'est qu'un texte opportuniste. C’est de la récupération politique, car les mêmes politiciens de droite n’ont jamais défendu, voire promu, une politique culturelle et de loisirs digne de ce nom. Pire, ils ont vivement soutenu et revendiqué la mort de nombreux lieux culturels alternatifs (le Bistrok, la Parfumerie, le Piment rouge, Letage, le Shark, le K-Bar, la galerie Stargazer, le théâtre du Galpon, le cinéma Kinétik, pour ne citer qu’eux). Cette résolution c’est aussi la tentative maladroite de l'Entente de regagner le terrain politique, pour contrer le MCG qui était seul sur le sujet du MOA jusque-là. C’est enfin, mais à qui cela aurait-il pu échapper, le trépidant besoin de se sentir exister en période de campagne électorale en Ville de Genève... Or ce n’est pas comme ça que Genève retrouvera de l'émulation culturelle. A l’exemple de la Ville de Lausanne, c’est en sortant du cas individuel pour défendre l’intérêt général que l’on peut y arriver. Et là, outre le fait que nombreux Verts sont à l’origine de manifestations culturelles (AMR, festival de la Bâtie, etc.), le parti se bat depuis toujours pour intensifier le rôle de l’Etat et de la Ville en matière culturelle et de loisirs. Cela passe par soutenir et consolider la création culturelle, y compris alternative, créer des ateliers, des résidences d’artistes, des conditions de travail dignes et des lieux de spectacles. Finalement, il faut voir le bon côté des choses, nous ne pouvons que nous réjouir qu'à cette occasion de nouveaux soutiens politiques rejoignent nos analyses, et donc que demain une majorité s'établisse pour qu'enfin une véritable politique culturelle soit mise en place par le canton.

Écrit par : Mathilde Captyn, députée au Grand conseil | 18/10/2010

bonjour à toutes et tous

une fois de plus, le M.C.G. démontre par sa prise de position sur le bouillant sujet du MOA qu'il assume ses responsabilités vis à vis de la population genevoise, notamment pour le bien être et la sécurité de notre jeunesse

Une fois n'est pas coutume, le M.C.G. n'a pas la langue de bois et ne fais pas que discourir comme les partis traditionnels mais le M.C.G. AGIT !

Certains placarde le M.C.G. du doux mot "populiste" :

- si s'occuper des intérêtes de la population
- si être à l'écoute de la population
- si avoir un discour clair et cohérent sans fioritures et faux semblant fait que le M.C.G. est populiste alors ils peuvent être fier de cette appelation

Écrit par : jc mahe | 18/10/2010

M. Decaillet, bravo pour votre remarque concernant M. Stauffer, lorsque vous soulignez que "UNE FOIS DE PLUS, (il) a vu juste". Vous voudriez faire de la pub pour eus que vous ne vous y prendriez pas autrement (cf le commentaire de jcmahe). C'est pourquoi je suis impatient de lire vos prochaines chroniques sur les Roms ou l'immigration, en espérant que vous vous lâcherez dans vos commentaires, comme notre bon syndic M. Brélaz, qui a bien dit que la saleté fait partie des us et coutumes des gens du voyage. Un article de votre part sur le thème porteur de "das Bot is voll" serait à mon avis des plus indiqués !

Écrit par : claude | 19/10/2010

Les commentaires sont fermés.