18/11/2010

Une nouvelle tâche régalienne de l’Etat : posséder des dancings

 

Sur le vif - Jeudi 18.11.10 - 17.02h

 

En cet automne qui nous honore de sa clémence, le Conseil d’Etat genevois nous réserve presque chaque jour une rafraîchissante surprise. Aujourd’hui, il nous annonce donc qu’il veut acheter le Moa. Singulière perspective, inattendue, surtout pour qui se passionne, de Philippe le Bel à Carnot, en passant par Louis XI, Colbert et Louvois, pour l’étude de ce qui constitue les tâches régaliennes de l’Etat.

 

Sur ces missions, en 2010, nous sommes tous à peu près d’accord : l’Etat doit s’occuper de sécurité, de santé, d’éducation, de grands chantiers d’infrastructures. J’en oublie sûrement, mais je ne susse pas qu’il appartînt aux collectivités publiques, fussent-elles dévoyées par le désir torréfié du cocktail et de la pampa, d’acquérir un dancing.

 

Voilà donc une nouvelle tâche, on se réjouit qu’on puisse immédiatement trouver à cet effet 14 millions qu’on refusera à d’autres affectations, nouveaux postes dans l’enseignement secondaire, crèches, effectifs de police, et autres menus détails évidemment insignifiants face à la puissance du Pain et des Jeux, quand se lovent les corps et se tétanise la pêche à l’électeur.

 

Autre élément salé : vous avez des problèmes de sécurité, le maelström d’une candidature passe par là, avec ses quarantièmes rugissants et mille tempêtes andines pour vous soulever l’âme, eh bien voilà qu’un deus ex machina appelé « Etat » vient vous tirer d’affaire. « Ne vous en faites pas, j’arrange tout ».

 

Belle folie, à vrai dire, où l’univers de Quinte-Curce se pare du filet du rétiaire et des chants moirés de l’histrion. Peut-être, dans son mouvement vers le monde des sens et du désir, le gouvernement de la République genevoise pourrait-il songer à l’acquisition de ces lieux où suinte l’extase et donc Claudel a dit qu’il existait, pour cela, des maisons.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

17:02 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

copain comme cochon...l'expression trouve ici tout son sens...

Écrit par : trinita | 18/11/2010

comme je peux vous comprendre, ne pas mentionner un commentaire sans grand intérêt dans un sujet à vrai dire qui n'en a pas beaucoup plus n'est-ce pas là le lot du journaliste de proximité, commeles maraichers qui cultivent des légumes bien de chez nous à la bonne saison , il y a des journalistes qui nous balancent leurs salades . En attendant la bonne digression socratique tel la sauce qui fait passer le merlan.

Écrit par : briand | 18/11/2010

La rèpublique des copains - coquins , bananière! C'est scandaleux dans un canton qui a le taux de chômage le plus haut de suisse, l'ètat achète des terrains pour sauver un dancing privé!

Quel belle photo de famille : Marc Muller ( Libéral ) , Olivier Journot ( Libéral ) , Michel Chevrolet ( PDC, a quel titre ?!!!!)

Genevoises,Genevois réveillez-vous ! Dénoncez les 14 millions pourris de cette affaire !

Carlos Medeiros

Vice-président du MCG

Écrit par : Carlos Medeiros | 18/11/2010

Bonjour,
Sans ce genre d'actions, Genève ne serait pas Genève.....
Imaginez nos concitoyens d'outre Sarine sans ces "Genferei" que deviendraient-ils?

Écrit par : salegueule | 18/11/2010

Cher Monsieur Décaillet,
Vous avez tantôt l'art de m'exaspérer, tantôt celui de me faire hurler de rire, et toujours celui de m'emballer par votre écriture.

Aujourd'hui je pleure littéralement de rire, un peu jaune il est vrai.
Merci.

PS: je vous ai crû un moment trop proche des tempêtes andines pour les viser de vos piques assassines...

Écrit par : Gilles | 19/11/2010

Encore un exemple comme quoi le conseil d'Etat prend des décisions sans penser plus loin que leur bout du nez! Mais quelle aberration Comment peut-on encore demander aux citoyens d'acheter (d'ailleurs nous n'avons rien à dire!) un dancing? Il s'agit bien des nos deniers publics.
Encore 14 millions à rallonger. Que je sache, les dancings appartiennent au secteur privé. N'ont-ils pas d'autres dossiers plus sérieux à travailler? C'est lamentable. Jamais cette pauvre Genève n'avancera dans le bon sens. Pourquoi voter? Preuve en est qu'ils font ce qu'ils veulent de notre argent. Ils ne sont plus crédibles, c'est devenu un théâtre de guignols. Nous allons tous quitter la suisse, vraiment il y a de quoi deprimer

Écrit par : rose des sables | 19/11/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Monsieur Décaillet,

j'ai bien peur que l'achat de la parcelle du MOA et alentours ne soit bien autre chose qu'un geste d'apaisement pour ladite boite de nuit.

En fait, derrière ce rachat, opportun au possible, que, l'on masque par le MOA, l'Etat va acquérir les parcelles nécessaires au transfert des industries polluantes de la Praille vers Vernier.

Les propos du Conseiller d'Etat sont clairs au possible: -"Vernier commune poubelle".

Voilà ce que le rachat signifie.

Mes meilleures pensées M. Décaillet,

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 19/11/2010

Comme quoi, quand les politiques VEULENT vraiment régler un problème, ils sont capables d'agir très rapidement, et d'y mettre le prix qu'il faut (quitte à se justifier de manière alambiquée sur l'utilisation adéquate des deniers publics). Donc, si des problèmes persistent à Genève (logement, transports, prison, insécurité, etc...), c'est tout simplement qu'on ne VEUT PAS les régler.... à bon entendeur!

Écrit par : Punica Fides | 19/11/2010

"Peut-être, dans son mouvement vers le monde des sens et du désir, le gouvernement de la République genevoise pourrait-il songer à l’acquisition de ces lieux où suinte l’extase et donc Claudel a dit qu’il existait, pour cela, des maisons."

Finalement, ce ne sera guère plus qu'une MJC, de luxe soit, mais tout de même une MJC, à la française quoi. Ne reste plus à notre cher Conseil d’Etat genevois qu'à nous infliger le principe des "grands frères" qui a fait florès en banlieues parisiennes et nous pourrons bientôt, nous aussi, avoir nos territoires perdus de la République.

Jospin, ferait-il discrètement des ménages auprès du Conseil d’Etat genevois ?

Écrit par : Giona | 19/11/2010

Cher Môssieur le Journaliste,

Oui l'Etat se propose de racheter une propriété qui comprend entre autres une discothèque, mais si on y regarde plus en détail :

- L'Etat achète une parcelle en zone industrielle de près de 14'000 m2, qui comprend de nombreux bâtiments avec des entreprises et des logement. La surface dédiée au MOA n'est de loin pas majoritaire dans ce périmètre.

- l'Etat n'exploitera pas cette discothèque mais lui louera des surfaces, comme il le fait avec d'autres centaines d'entreprises locales. Accusez-vous pour autant l'Etat d'avoir une tâche régalienne sur la Migros, car au même titre l'Etat possède une partie des terrain de la centrale du géant suisse à la Praille ?

- l'Etat rénovera / agrandira les bâtiments existants pour permettre à des entreprises de s'y installer pour créer de l'emploi.

- l'Etat est dans son rôle de propriétaire foncier de terrains en zone industrielle, afin de permettre l'implantation d'entreprise et la création d'emplois.

Pour finir, Môssieur le Journaliste, j'ai le sentiment que vous prenez un malin plaisir à vous faire mousser tout seul en espérant que les autres média en ferons l'écho. Cela me rappelle de plus en plus l'attitude de votre cher ami gominé, récemment inculpé par le MPC.

Écrit par : Philippe C | 19/11/2010

Cher Philippe C...

Reconnaissez tout de même que le conseiller d'état a (inconsciemment?) tendu lui-même la perche pour se faire battre, en présentant l'accord comme étant une démarche en premier lieu destinée à sauver le MOA et, INCIDEMMENT à développer la zone industrielle adjacente. C'est du moins ce qui semble ressortir du compte rendu publié sur le site de la Tribune.

Il eût peut-être mieux valu annoncer les choses autrement, à savoir qu'un accord global conclu pour le rachat de terrains industriels destinés a accueillir les entreprises "expulsées" du secteur de la Praille avait PAR UN HEUREUX HASARD POINT DU TOUT PREMEDITE permis à l'Etat d'acquérir également le site du MOA qui se trouvait justement être sis sur lesdits terrains. Cela aurait peut-être mieux passé.

Bien évidemment, le fait de lier cette annonce avec certains "événements" récents n'aurait été que pure spéculation. Ce n'aurait pas été la première fois qu'on nous aurait pris pour des c...

Écrit par : Punica Fides | 19/11/2010

L'Etat posséder des dancings ? C'est tout-à-fait normal à l'ère de l'homo festivus festivus. ;)

Écrit par : malentraide | 22/11/2010

Je rejoins pleinement l'opinion de "Stéphane". On met en avant le MOA pour mieux dissimuler les intentions du Conseil d'Etat : trouver des terrains industriels pour relocaliser sur la rive droite populaire les entreprises polluantes qui gênent à la Praille. Et ceci en opposition aux autorités de Vernier si j'ai bien compris le sieur Stéphane ?
Pour répondre à "Rose des sables" : la seule solution envisageable pour le contribuable, c'est de lancer un référendum une fois que la loi sera votée.

Au plaisir de pouvoir continuer à vous lire,
R.Bouvier

Écrit par : Roger Bouvier | 23/11/2010

Les commentaires sont fermés.