01/01/2011

Mitterrand, l’Algérie, la guillotine

 

Sut le vif - Samedi 01.01.11 - 22.02h

 

J’avais moins de 23 ans lors de la première élection de François Mitterrand à la présidence de la République française, le 10 mai 1981. J’étais favorable à cette élection, surtout par rejet de l’orléanisme giscardien. Jamais je ne regretterai ce choix. Avec ses défauts, son passé trouble, l’incessante reconstruction de sa propre histoire, François Mitterrand demeure néanmoins, avec de Gaulle, l’une des deux grandes figures de la Cinquième République.

 

Comme toutes les personnes qui ont vécu cette campagne de 1981, je me souviens de ce moment très fort où le candidat Mitterrand, 64 ans, face à Jean-Pierre Elkabbach et Alain Duhamel, se déclare adversaire de la peine de mort. Nous avions tous trouvé cela courageux, car l’opinion publique française demeurait favorable à la peine capitale. Le président élu tiendra d’ailleurs parole, avec Robert Badinter et la loi d’abolition.

 

Combien étions-nous, regardant en direct l’émission « Cartes sur table » du 16 mars 1981, où Mitterrand se proclame « en conscience contre la peine de mort », « ce à quoi j’adhère, ce à quoi je crois, ce à quoi se rattachent mes adhésions spirituelles, ma croyance, mon souci de la civilisation », à savoir que le même homme, un quart de siècle plus tôt, ministre de la Justice du gouvernement de gauche de Guy Mollet, avait laissé sans états d’âme 45 condamnés à mort monter sur l’échafaud ?

 

Les faits, pourtant, étaient parfaitement connus. Tout le monde savait qu’après avoir été ministre de l’Intérieur de Mendès France (1954-1955), le jeune surdoué des cabinets de la Quatrième était devenu Garde des Sceaux de Guy Mollet (1956-1957). Tout le monde savait, ou plutôt tout le monde pouvait savoir, en 1981, que ce ministère avait été très répressif en matière algérienne, que la guillotine n’avait cessé de s’abattre sur le cou des hommes du FLN, que Mitterrand, dans l’immense majorité des cas, avait donné son préavis contre les grâces. La décision suprême étant du ressort du président de la République, René Coty.

 

Tout le monde pouvait savoir. Mais, par un mécanisme d’oubli collectif, personne ne jugeait bon de le rappeler. Ni la gauche, bien sûr, ni une droite guère moins compromise dans d’autres épisodes de la tragédie algérienne, ni même une extrême droite constituée en partie de rapatriés n’ayant pas grands griefs, en cette espèce précise, à adresser au Garde des Sceaux des mois terribles de la bataille d’Alger. Ni même, plus surprenant, la fameuse « deuxième gauche », celle d’un Michel Rocard ou d’une Gilles Martinet, que Mitterrand a d’ailleurs toujours détestée, et dont on connaît les combats humanistes du temps même de la guerre d’Algérie.

 

Personne. Il ne s’est trouvé personne pour rappeler que la grande âme parlant « en conscience » le 16 mars 1981 n’avait pas éprouvé trop d’embarras, un quart de siècle plus tôt, à laisser agir allègrement les bois qu’on dit « de justice » dont parle si génialement Léo Ferré dans sa chanson « Ni Dieu, ni maître ».

 

Le vrai scandale n’est pas que François Mitterrand, entre 1956 et 1981, ait changé d’avis. Tout humain a le droit d’évoluer. Il n’est même pas que le chevalier blanc de « Cartes sur table » ne juge pas indispensable de rappeler son rôle de 1956, disons que ce genre d’omission – assez énorme, tout de même – peut faire partie du jeu politique. Non, le vrai scandale est le silence, à ce moment-là, de ceux qui savaient, notamment une certaine presse, qui auraient pu, pour le moins, remettre les choses dans leur contexte historique. L’excellent Franz-Olivier Giesbert était d’ailleurs, en ce temps-là, en pleine brouille avec Mitterrand, pour avoir osé évoquer, en 1977, l’affaire de la francisque et surtout son passé de Garde des Sceaux en 56-57. Une disgrâce qui durera dix ans.

 

Tout cela, pour quoi ? Pour dire à quel point j’ai apprécié la lecture du remarquable « François Mitterrand et la guerre d’Algérie », que viennent de sortir François Malye, journaliste au Point, et l’historien Benjamin Stora, spécialiste de cette Algérie qui l’a vu naître. Une enquête serrée, passionnante d’un bout à l’autre, sur les seize mois de François Mitterrand comme Garde des Sceaux du gouvernement de Guy Mollet, le plus long cabinet de la Quatrième République (1er février 1956 – 21 mai 1957).

 

Âmes sensibles, s’abstenir. À commencer par ceux qui croient que le Mitterrand de ces temps-là est un homme de gauche. Ou encore, qu’il éprouve une quelconque sympathie pour la cause indépendantiste algérienne. Ou alors, que la guillotine le révulserait au fond de lui, au nom des « adhésions spirituelles, la croyance, le souci de civilisation » qu’il invoquera 25 ans plus tard.

 

Non, le Mitterrand du 13, place Vendôme ne montre pas le moindre état d’âme dans l’usage de la guillotine contre des gens qu’il considère non comme des combattants (sans quoi ces derniers eussent été fusillés), mais bel et bien comme des terroristes, semant la mort dans trois départements français : l’Algérois, l’Oranais, le Constantinois. Oui, c’est cela aujourd’hui qui frappe, cela qui révulse : non tellement l’usage de la peine capitale (dans la loi, les mœurs, en ce milieu des années cinquante), mais la sourde, la terrible récurrence de cette lame qui tombe, celle destinée aux criminels, non aux résistants. Les Allemands eux-mêmes, après tout, moins de quinze ans plus tôt, fusillaient les maquisards : ils les exécutaient debout. Les hommes du FLN n’auront pas eu cet honneur.

 

Alors ? Alors quoi ? Redéfinir à la baisse son admiration pour François Mitterrand ? Cela ne sera pas mon cas. Admirateur de Machiavel et de Bismarck, de Richelieu et de Gabriele D’annunzio, je n’ai, pour ma part, jamais confondu la politique avec la morale. Mais replacer l’homme dans son contexte, mieux établir la part de construction de sa propre image, avec ce que cela implique de corrections, d’omissions. François Mauriac, qui l’aimait beaucoup, avait dit de lui, dès le début des années cinquante, qu’il était un personnage de roman. C’est peut-être la clef de toute l’affaire.

 

Pascal Décaillet

 

 

22:02 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je me suis moi aussi beaucoup réjoui de l'élection de François Mitterrand en 1981.
Pourtant aujourd'hui, en découvrant toutes les révélations de ces dernières années, sans même évoquer son passé de Garde des Sceaux et les exécutions capitales qu'il a avalisées, j'éprouve le sentiment d'avoir été trompé par l'homme, aussi brillant politicien fût-il.

Oui, le sentiment que j'éprouve aujourd'hui est semblable à celui éprouvé par le mari cocu (ou la femme d'ailleurs), auquel on révèlerait jour après jour, comme les perles d'un chapelet qu'on égrène, des faits nouveaux attestant des tromperies dont il (ou elle) a été l'objet.

Mitterrand, en bon disciple de Machiavel, a manipulé et trompé l'opinion publique ainsi que ses alliés de circonstances. Il a roulé ses électeurs dans la farine.

Avec Mitterrand, on est bien loin de l'intégrité d'un Pierre Mendès-France et de l'humanisme d'un Michel Rocard.

Ma déception aujourd'hui est à la hauteur des espoirs placés en "l'homme à la rose" de 1981 ... Ronsard lui-même serait probablement déçu d'apprendre le détournement de sa fleur préférée.

Bonne année quand même !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 01/01/2011

Mitterand s'est adressé à Dieu: Entre nous hommes exceptionnels, dites-moi: comment puis-je devenir célébre?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 02/01/2011

je rejoins cet idéal,mais je peux vous assurer en contrepartie que Machiavel a une descendance en suisse et qui n'a rien à voir avec un être romanesque!cet être là ,ne fait en rien partie de mes amis!
bien à vous et bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 02/01/2011

"Non, le vrai scandale est le silence, à ce moment-là, de ceux qui savaient."

Mais le premier qui savait était Mitterrand. En occultant ces éléments, il trompait son monde, sciemment, en pesant ses mots et le contexte politique dans lequel il les exprimait. Et présenter la chose aujourd’hui, ici, comme un acte pouvant s'inscrire dans le jeu politique ordinaire, c’est porter un regard bienveillant sur un amour pervers quoique séduisant du pouvoir, privilégier l'astuce aux dépens de l'honnêteté, la manoeuvre au détriment de la gouvernance, la tricherie virtuose à condition qu’elle réussisse.

Indûment.

Car tout cela, si l’on peut certes l’admirer chez Machiavel et tous ceux qui ont évolué dans l’univers du pouvoir pur, il faut renoncer à la foi en la démocratie pour le tolérer chez un élu.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 02/01/2011

Les commentaires sont fermés.