11/01/2011

Cendres et Maquereaux, de l’abîme jusques aux cimes

 

Edito One FM – Mardi 11.01.11 – 07.30h

 

Il y a une journée importante, dans le calendrier de l’Eglise catholique, qui s’appelle le Mercredi des Cendres. C’est le début de la période du Carême, qui précède la fête de Pâques. Il y a, aussi, ce moment de la Confirmation, où l’évêque t’appose quelques cendres sur le front, te rappelle que tu es poussière, que tu retourneras un jour en poussière, toutes choses excellentes pour le moral, quand on a neuf ans et qu’on crève d’envie de mordre l’existence à pleines dents.

 

Et puis, il y a Molly Luft. « Luft », en allemand, ça veut dire l’air. Et ça tombe bien, parce que Molly Luft, qui était une célèbre prostituée berlinoise, a eu ses cendres dispersées, l’autre jour, sur le territoire de la commune d’Hérémence, en Valais. Les cendres d’une prostituée !

 

Alors, l’UDC locale, qui est à l’UDC cantonale, donc à Freysinger, ce que les noirs de chez les noirs sont aux animateurs en sandales de la ville, hurle au loup. Elle va demander au Grand Conseil d’interdire tout épandage de cendres d’étrangers sans autorisation communale.

 

L’UDC de Grégory Logean me semble pourtant avoir oublié une chose. Les prostituées, même sous forme d’éparses poussières, pourraient, l’air de rien, se sentir en excellente compagnie au fond de certaines vallées. Maurice Chappaz, le plus grand auteur valaisan du vingtième siècle, n’a-t-il pas intitulé l’un des plus beaux de ses livres « Les Maquereaux des Cimes blanches » ?

 

Pascal Décaillet

 

 

 

09:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.