17/01/2011

La Suisse se polarise – Et alors ?

 

Sur le vif - Lundi 17.01.11 - 12.27h

 

Le mot qui leur fait peur à tous : polarisation. Il faudrait craindre, « pour la richesse de notre débat démocratique », avancent-ils hypocritement, que la Suisse, dans les quinze ou vingt ans qui viennent, devienne un pays comme un autre, l’Allemagne avec son SPD et sa CDU-CSU, la Grande-Bretagne avec ses travaillistes et ses conservateurs, les Etats-Unis avec les démocrates et les républicains. Cette évolution, pleurnichent-ils, serait « totalement contraire à l’esprit suisse ». Elle serait dangereuse, tueuse de notre démocratie.

 

Contraire à quel esprit ? Dangereuse pour qui ? Liberticide, en quoi ? Ces trois questions, induites par leurs propres menaces, ils n’y répondent jamais. C’est dommage.

 

La Suisse est-elle, bel et bien, en voie de polarisation ? Franchement, je n’en sais rien, c’est en effet une hypothèse, mais parmi d’autres, nul d’entre nous ne peut prévoir les mouvements de fond de notre politique fédérale, nul ne peut vraiment influer sur ces variations tectoniques, qui sont celles du temps long. L’Histoire, un jour, les constatera.

 

Notre propos, ici, c’est la polarisation diabolisée. Et à l’inverse, la gentille concordance sanctifiée. De ce qui ne date que de 1959, on voudrait faire un mythe suisse surgi du fond des âges. C’est méconnaître la réalité de notre Histoire, aussi conflictuelle que celle des pays qui nous entourent : Réforme, Guerres de Religion, République helvétique, mouvements républicains, Sonderbund, Kulturkampf, grève générale en novembre 1918, etc. La Suisse n’est pas l’Histoire d’un peuple heureux, juste un peuple comme un autre, au milieu de l’Europe.

 

La lutte des classes, les souffrances du monde ouvrier, la misère de la paysannerie de montagne, l’exode rural, le rapport à l’immigration, la lente conquête d’un système de protection sociale, tout cela fut aussi difficile que chez nos voisins, avec les mêmes combats, les mêmes aspérités. La Suisse est un pays comme un autre. Tout au plus avons-nous eu la chance d’échapper aux deux conflits mondiaux du vingtième siècle. Il serait assez singulier de s’en plaindre. Nous eûmes celle, aussi, non négligeable, de ne pas avoir à solder des colonies.

 

Ce qu’on appelle « concordance » n’a rien d’ontologique, rien de consubstantiel à une quelconque « nature profonde des Suisses ». C’est le résultat d’enchaînements historiques : dès 1891, le premier catholique-conservateur entre au Conseil fédéral, mettant fin à la suprématie radicale ; dès 1943, le premier socialiste ; dès 1959, deux socialistes. N’allez surtout pas croire que les radicaux de 1891 se félicitaient de l’arrivée de Josef Zemp, ni les bourgeois de 1943 de celle d’Ernest Nobs. Ce sont les dents serrés qu’ils ont bien dû accepter ces nouveaux venus.

 

A chaque fois, ce sont les rapports de force, comme toujours en politique, qui furent déterminants. A chaque fois, c’est à la force du poignet, et contre le gré de l’establishment, que l’opposition se taille une place dans le collège gouvernemental. Donc, cette « concordance », tant sanctifiée, n’est en réalité qu’une coexistence par défaut. Comme des gens forcés d’accepter des colocataires dans leur appartement. Ca n’est sans doute pas un mauvais système, en tout cas il permit de gérer fort correctement le pays pendant les paisibles et opulentes Glorieuses d’après-guerre. Mais c’est une résultante mécanique, rien d’autre. Cette mécanique, oui, si chère à Thucydide, Marx ou Tocqueville.

 

Il n’est donc pas si certain que l’actuelle tambouille politique permettant à des partis totalement antagonistes de coexister dans un même collège, relève si puissamment du vœu du peuple suisse. On pourrait même gager qu’elle doit beaucoup à une confiscation du pouvoir par les corps intermédiaires. Ceux-là même qui hurlent au loup, au nom quasiment du visage sacré du pays, quand on évoque l’hypothèse, un jour, peut-être, d’ici quelques années, de l’émergence de deux grands blocs, la fameuse « polarisation ».

 

Ils craignent quoi, en vérité ? La perte de leur pouvoir, pardi ! Cela, et strictement rien d’autre, tout le reste n’étant que paravent. Oui, le savant tissage de ces empires du Centre, ceux qui se retrouvent toujours là, quelles que soient les majorités, riches de leur seule tiédeur, n’ayant d’extrême que le flair animal de leur opportunisme. Ceux-là, oui, ont à craindre de la polarisation. Mais ça n’est pas le bien contre le mal, comme ils tentent de le faire croire. C’est juste un pouvoir contre un autre.

 

Pascal Décaillet

 

 

12:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dans son dernier livre, Chevènement a une phrase qui pourrait résumer assez bien le fonctionnement standard de la "concordance" : "la gauche qui a abandonné le peuple, la droite qui a oublié la nation."

Écrit par : Paul Bär | 17/01/2011

Merci à Pascal Décaillet d'avoir su éviter les barbarismes de la famille bi-, bipolarisation etc. que d'aucuns ont si bien réussi à mettre à la mode ces derniers temps! A vrai dire le contraire m'aurait surpris ou plutôt déçu de sa part.

Écrit par : Rapunzel | 17/01/2011

Le gros inconvénient de la polarisation , c'est qu'elle n'offre qu'une alternative. C'est un peu la politique pour les nuls, un manichéisme au ras des pâquerettes. Comme si les gens étaient des primaires. La polarisation c'est une insulte à l'intelligence.
( Et on peut expliquer ça sans utiliser le mot "populisme" ! )

Écrit par : Zufferey de Cratogne | 18/01/2011

"Médialogue", ce matin sur la RSR, je résume l'émission d'une phrase : "le nouveau décor d'Infrarouge a été conçu contre la polarisation, comprendre, contre la montée de l'UDC."

Écrit par : Paul Bär | 19/01/2011

Les commentaires sont fermés.