24/01/2011

La marge, les gueux

 

Chronique publiée dans la Tribune de Genève - Lundi 24.01.11

 

Qui détient le pouvoir exécutif à Genève ? Réponse : cinq partis acoquinés, n’ayant aucun rapport entre eux, un grand écart allant des libéraux aux socialistes, juste un équipage de fortune, jeté là par le hasard et l’opportunisme de se partager postes et prébendes.

 

Ce pouvoir, qui en est écarté ? Réponse : la gauche de la gauche (près de 14% d’un électorat hélas pour lui divisé), le MCG, l’UDC. Près de deux Genevois sur cinq. Il y a donc, d’un côté, les détenteurs d’un pouvoir, que nous nommerons « les transversaux », s’épargnant plus qu’ils ne se combattent, se félicitant de se cirer mutuellement les pompes dans les cocktails. De l’autre, la marge, que nous nommerons « opposition ».

 

Etrange système : avec 17 sièges au Parlement, Eric Stauffer n’est pas conseiller d’Etat. Avec seulement 11, François Longchamp l’est. Il l’est comment ? Mais par alliances, pardi, en s’appuyant sur d’autres. C’est, ma foi, le jeu, dans la règle actuelle.

 

Ce qui choque, ça n’est pas que les transversaux gouvernent. C’est la hargne, l’arrogance, la morgue avec laquelle certains d’entre eux traitent les gueux de la marge. Ils voudraient tellement pouvoir régler leurs petites affaires entre eux. Faire taire. Censurer. Il n’est pas certain que ce soit là le vœu de la population. Elle aura, sous peu, l’occasion de le montrer.

 

Pascal Décaillet

 

08:55 Publié dans Chroniques Tribune | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Stupéfiant.

Longchamp fait partie de l'exécutif parceque le peuple l'a élu à cette fonction, directement et sans passer par le filtre d'un parlement. Et non pas par magouille, comme vous le suggérez.

Stauffer ne fait pas partie de l'exécutif parceque le peuple a décidé de de pas l'y élire (ceci deux semaines après les élections législatives avec les résultats que l'on sait, ce qui laisse supposer les doutes de la population sur ledit personnage). Le fait que le MCG a 17 sièges au Parlement n'est tout simplement pas pertinent, nous ne sommes pas dans un régime parlementaire.

A vouloir se réclamer du peuple, il faudrait commencer par respecter ses décisions souveraines.

Écrit par : sek | 24/01/2011

Le jeux des alliances trompe les citoyens de notre république et ne permet pas aux candidats d'un exécutif de jouer avec les mêmes règles.

A mon humble avis, nous devrions annuler le procéder actuel et faire en sorte que chaque parti se présente seul avec son ou ses candidats

et que le peuple, libre arbitre ajoute ou pas d'autres candidats

Nous aurions à ce moment là le vrai choix du peuple souverain

et si on demandait au peuple souverain son avis sur ce sujet ?

Écrit par : justice | 24/01/2011

"A mon humble avis, nous devrions annuler le procéder actuel et faire en sorte que chaque parti se présente seul avec son ou ses candidats et que le peuple, libre arbitre ajoute ou pas d'autres candidats"

Le peuple a déjà cette possibilité. Il peut, s'il le désir, biffer et rajouter d'autres noms qu'il souhaite sur toute liste, ou il peut créer sa propre liste.

Stauffer n'a pas été élu à l'exécutif non pas parceque le peuple a été trompé, mais parceque celui ne veut pas voir Stauffer y siéger. Ce n'est pas pour rien que Poggia a même reçu plus de suffrages que lui. A un moment donner, il faut arrêter de jouer à caliméro.

Écrit par : sek | 24/01/2011

Mais M. Décaillet, si Eric Stauffer n'a pas été élu, c'est tout simplement parce que les électrices et électeurs n'en ont pas voulu. Pas la peine de chercher midi à quatorze heures !

Ne vous déplaise, le corps électoral genevois a fait confiance à François Longchamp et l'a élu, de même qu'il n'a pas voulu d'Eric Stauffer.
Etrange système écrivez-vous, mais en quoi serait-ce étrange ?
Pourquoi vous indignez-vous ? On peut ergoter, mais c'est ainsi !

Il ne sert à rien de chercher des excuses ou d'accabler les règles électorales.
Ces mêmes règles autorisent les apparentements entre listes et si cela ne vous convient pas, prenez les choses en mains pour les faire modifier.

Dans un Etat de droit, et vous le savez parfaitement, exécutif et législatif sont totalement séparés, distincts, autant dans leurs fonctions que dans leurs rôles respectifs. Par conséquent, je ne vois pas pourquoi la représentativité de l'exécutif (le Conseil d'état) devrait mathématiquement émaner de celle du législatif (Grand conseil).

Si vous voulez qu'il en aille autrement, il faut faire amender la Constitution.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/01/2011

Les commentaires sont fermés.