01/02/2011

Pourquoi je dépose plainte contre M. Hodgers

 

Sur le vif - Mardi 01.02.11 - 15.49h

 

Pour la première fois de ma vie, j’attaque quelqu’un en justice, afin d’obtenir réparation. Il s’agit de M. Antonio Hodgers, conseiller national, chef du groupe des Verts aux Chambres fédérales. Une personne contre laquelle je n’ai, d’ailleurs, strictement rien à titre personnel, loin de là.

 

Mais politiquement, oui, j’ai parfois exprimé dans des commentaires ou éditoriaux mes réserves sur l’action de M. Hodgers. On ose espérer qu’en démocratie, cela soit encore possible. Ainsi, samedi, sur mon blog, je publiais quelques lignes de pamphlet intitulées « Les Pieds Nickelés à Carthage ». Chacun peut lire ce texte, sur ce même site. Et chacun en pensera ce qu’il voudra. Pour ma part, je n’y retrancherai nulle virgule.

 

Piqué au vif, M. Hodgers réagit, ce qui est de bonne guerre. Il m’attaque sur Facebook, soit. Ce qui ne va pas, c’est qu’il énonce, par la reprise d’un seul témoignage, quelque chose de faux. Factuellement faux. Nous ne sommes plus là dans le combat des idées, mais dans la diffamation. Je ne l’accepte pas. C’est tout.

 

Ma démarche judiciaire n’est en rien dirigée contre l’homme politique Antonio Hodgers, ni contre ses idées, ni même contre le fait qu’il m’attaque. Elle vise simplement à rétablir une vérité factuelle que son texte a bafouée. Entraînant dans sa foulée – mais c’est une autre affaire – le délire habituel de commentaire anonymes et vindicatifs.

 

 

Pascal Décaillet

 

15:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

je suis socialiste donc des idées totalement diffrentes aux votres mais sur ce sujet vous avez raison

Écrit par : marie seiler | 01/02/2011

Pas d'accord - porter plainte, c'est se mettre au niveau d'Antonio Hodgers, qui fait sa vierge effarouchée et s'énerve parce que tout le monde n'est pas en pamoison devant son exceptionnelle mission pour sauver la Tunisie, avec son pote Zysiadis et un vieux chanteur.

Écrit par : Amusé | 01/02/2011

M. Hodgers a réagi au dépôt de cette plainte en disant que la justice avait plus important à faire (ben voyons...), et en prétendant qu'il reprochait à M. Décaillet une "faute professionnelle".
J'estime que, de la part d'un membre du parlement vert qui vient d'aller en avion en Tunisie pour soutenir les droits démocratiques, la moindre des choses serait de ne pas minimiser la violation des droits des personnes qui s'expriment dans le débat public en Suisse. Précisément sous l'angle des événements tunisiens, la justice genevoise n'a rien de plus important à faire que de s'assurer qu'il soit possible de prendre la parole dans notre république sans se faire injurier, diffamer ou calomnier. M. Hodgers va en Tunisie oeuvrer pour des valeurs démocratiques qu'il ne juge pas importantes chez nous...
Sur la "faute professionnelle": c'est vraisemblablement sur le conseil d'un juriste que M. Hodgers veut limiter la portée de ses déclarations à un jugement sur les qualités professionnelles de M. Décaillet. Mais de prétendre que M. Décaillet aurait sciemment refusé d'entendre une militante d'opposition, de sous-entendre, par des points de suspension, que M. Décaillet est à la solde du régime tunisien, puis de déclarer expressément que M. Décaillet aurait "servi par ignorance le régime dictatorial", ce sont là de toute évidence des propos qui dépassent une critique portant sur la technique professionnelle...

Écrit par : Michael Kohlhaas | 01/02/2011

"Amour, tu perdis Troie et c'est de toi que vint cette querelle envenimée où du sang des Dieux même on vit le Xanthe teint."

Écrit par : Fernand | 01/02/2011

La liberté, ce n'est pas de dire ce que nous désirons, mais de refuser ce que nous ne voulons pas, ce que nous n'acceptons plus !
Bravo M. Défaillet, il faut savoir aussi se battre, même en justice, pour garder sa liberté d'exression, même si à Genève toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Écrit par : Walter Schlechten | 01/02/2011

J'ai souvent remarqué, quand quelqu'un n'a pas la conscience tranquille, il ne dit (ou écrit) que des conneries !

Et en plus d'être anonyme, il s'appel Vindicatif, c'est qui se mec ?

My name is Vindicatif, James Vindicatif ! ! !

Pascal, allez y, c'est du bon, et Ben Ali verra kedal, il est en voyage VERT d'autres stations balnéaires de la concurrence !

Etrange, avec moi, il a été très correcte, un peu diligent, mais très correcte ! Au fait si vous touchez 1 franc de dommages et intérêts, je touche quelque chose, puisque tout se paye dans le paysage journalistique local !

En tout cas cet épisode de Tintin contre Pieds Nickelés n'est pas tout à fait terminé !!!

Ce petit malotru mérite bien une correction, avec sa bille de troisième de classe !

Hodgers est quelqu'un de particulièrement agaçant ! surtout quand il se fait prendre !

Hodg, c'est pas parce que t'es parano qu'on te déteste !

Écrit par : Corto | 01/02/2011

"Ainsi, samedi, sur mon blog, je publiais quelques lignes de pamphlet intitulées « Les Pieds Nickelés à Carthage ». Chacun peut lire ce texte, sur ce même site. Et chacun en pensera ce qu’il voudra. Pour ma part, je n’y retrancherai nulle virgule."

Voui, pas une virgule au texte, mais au titre?

Si j'en crois notre ami wiki :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Pieds_Nickel%C3%A9s

"Dans l'argot du début XXe siècle, "avoir les pieds nickelés" signifiait être paresseux et désigna nos trois escrocs à la petite semaine. De nos jours, l'expression populaire s'est amplifiée et désigne des personnages peu recommandables, comploteurs, filous, à la fois malhonnêtes et manquant de sérieux. Cette expression a été par exemple employée par les médias lors de l'affaire Clearstream où elle fut abondamment utilisée pour désigner les différents protagonistes. Il en fut de même lors de l'opération de l'« Arche de Zoé »."

Voilà! Antonio et Joseph sont donc selon vous des "personnages peu recommandables", des "comploteurs", des "filous", à la fois "malhonnêtes" et "manquant de sérieux", des "escrocs"! Ouh la la, mais ce sont des insultes tout ça. Ca ne mérite pas une plainte aussi? Ou sont-ce des faits factuels?

On a élu des filous au cn? Des gens malhonnêtes? Et où est passé le 3me? Un nom! Un nom!

Et à propos, qu'est devenue la plainte de Fulvio contre Christian? Dégonflée?

Écrit par : Johann | 01/02/2011

La gauche esr très tolérante, mais seulement quand on pense comme elle.

Écrit par : poutine | 01/02/2011

Antonio: La grenouille verte qui veut se faire plus grosse que le boeuf argentin. L'ennui c'est qu'un boeuf argentin a des couilles et là, il nous fait penser à une chochotte en chaleur, qui à la manière des peoples en délire, étale leur vie privée pour faire parler d'elles. S'il continue sur cette lancée, demain le Matin nous abreuvera d’ épisodes style Rappaz: Antonio à la plage, Antonio au Moa, Antonio pacsé, Antonio nu, Antonio en désintoxication, Antonio échappe à un attentat, Antonio sur la Lune, Antonio battu par sa femme, Antonio transsexuel, Antonio biffé par les électeurs, Antonio en dépression, Antonio suicidé par la droite. Vite un psy pour soigner cet ego surdimensionné.

Écrit par : eureka | 01/02/2011

Bof bof. Le débat politique est par nature excessif - ce n'est pas M. Décaillet qui dira le contraire, lui qui est le premier à prendre la défense des discours pour le moins virulents de l'UDC et consorts (tous des gens éminemment "courtois"). On sait d'ailleurs que les tribunaux sont assez coulants dans leur appréciation des agressions verbales en politique. M. Décaillet me semble surtout vexé, d'où sa plainte probablemeent.

Écrit par : rigolaux | 01/02/2011

Johann, tu n'as pas la définition de Tintin, des fois que ?

Écrit par : Corto | 01/02/2011

@ Rigolaux: Vous mélangez les niveaux subjectif et objectif. Les états d'âme de M. Décaillet ne changent rien à l'affaire, à savoir des faits qu'il n'appartient ni à vous ni à moi d'établir, mais à la seule justice.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 01/02/2011

Et si Monsieur Décaillet "a servi la soupe au régime tunisien", on se souvient tous que M. Hodgers lui avait servi un menu complet aux altermondialistes lors des émeutes du G8 en 2003 à Genève.

A chacun sa recette, avec les responsabilités qui vont avec !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 01/02/2011

@ Johann,

Pour le troisieme pied nickele ca doit etre soit Levrette soit Lumengo.

Écrit par : Vive la Suisse eternelle | 01/02/2011

Lors d'une soirée chez Hodg, en 2 minutes je me suis fait une image assez représentative du blaireau (Johann, je ne parle pas de l'animal, mais du pinceau à mousse pour le rasage).
Décors, un grand ramassis de planche low-cost remplie de bouquin achetés aux puces, donc petit test, je choisit 3 des auteurs assis désespérés sur cette gondole sans souvenir et j'interroge le suspect sur les contenus de ces missels dégoulinant de pensées pieuses trotskiennes et psychopathoannalitiques, et un raton laveur plus tard, dans le mille je le colle en flagrant délire de mytho-condrie, la pie bien qu'assise près d'un tas d'or et d'argent ne disait mot, comme tous ces cornard du savoir.

Pour le reste, pas de doute, c'est un garçon, il n'aime pas G-W, par contre il aime Obama, parfois des éclairs de lueurs traverse son bulbe rachidien puis une transe le transporte dans un état où il est pour le bien et contre le mal, c'est un personnage animé par un système orto et parasympathique mais sa démarche n'est pas totalement sous maîtrise, question des sens, mis à part un sérieux daltonisme rouge-vert, il distingue les formes, mais son regard ne soit pas s'arrêter trop longtemps sur la même image, dans de tel cas, il est préférable de le secouer car l'hypnose est résiduelle. Enfin tout semble à peu près fonctionner, si on le compare avec d'autre spécimens du terroir de la rue des Voisins, il a des comportements de dominant, ce qui le différencie dans cette réserve protégée. Zut, j'oubliai, il préfère les Indiens aux Cowboys !!!

Écrit par : Corto | 02/02/2011

rigolaux, le parquet genevois est surchargé, l'enquête devrait durer 2 ans, la procédure si bien menée peut trainer 5 ou 6 ans sans trop en faire, cela permet à Pascal de se passer des services de forcené pendant toute la durée de cette aventure de manière tout à fait recevable.

Pascal est libre de ne pas vouloir être salit, par contre ce que Hodgers pourrait faire, c'est publier dans les plus brefs délais, une lettre d'excuses à Pascal, cela pourrait avoir de bons effets, mais ce troublions de la bien-pensance n'acceptera jamais, comme tous les Ben-Ali et autres membres du hamas pour ne pas les citer !

Écrit par : Corto | 02/02/2011

Mettez le paquet cher Pascal ... il le vaut bien ! (pub L'Oréal)

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/02/2011

"oui, j’ai parfois exprimé dans des commentaires ou éditoriaux mes réserves sur l’action de M. Hodgers. On ose espérer qu’en démocratie, cela soit encore possible"

Avec toutes ces personnes qui déposent plainte pour un oui ou pour un non, je doute que ce soit encore possible...

Écrit par : Lala | 02/02/2011

En passant.
Ce commentaire a trait au choix d'un pseudo par certains intervenants du blog. Si cette possibilité a été prévue par l'animateur et le(s) modérateur(s) de Liberté, c'est bien pour répondre à une demande d'une part non négligeable des internautes. J'ai lu récemment une remarque courroucée concernant l'emploi d'un pseudo. Pour répondre à son auteur visiblement irrité, je rappelle que celles et ceux qui ont été "marqués" puis blacklistés socio-professionnellement - ne fut-ce qu'une fois dans leur carrière - sont devenus plus prudents. On sait que les Suisses aiment rien tant que remplir des fiches sur tout et sur tout le monde. (L'affaire des fiches a mis en lumière cette manie.) Alors comme on dit, chat échaudé... Du moment que les intervenants respectent les règles élémentaires de politesse, le recours au pseudo ne devrait pas poser de problème, ou alors c'est le contenu de certains commentaires déposés sous pseudo qui irrite... De toute façon en cas de litige sérieux, le(s) modérateur(s) ont nos adresses valables.

Écrit par : Malentraide | 02/02/2011

Je ne saurais dire lequel des deux a raison, ou tort ! Si j'ai bien compris le texte de député vert, il m'a semblé que son grief portait sur le fait que vous n'aviez pas accordé le droit de réponse demandé. Est-ce que le refus d'accorder un droit de réponse - pour autant qu'il soit avéré - constitue un crime ?

Imaginons maintenant qu'un juge saisi de votre plainte classe l'affaire. Mauvais pour votre image.
Imaginons que le même juge vous donne raison. Mauvais pour l'image de votre "adversaire".

Imaginons enfin que vous vous assoyiez à la même table de la (ré)conciliation tous les deux, que vous publiiez un communiqué commun et que chacun garde la tête haute après s'être dit, en quatre yeux, ce qu'il y avait à se dire.

C'est cela, à mes yeux, la vrai grandeur journalistique et politique.

Avec mes meilleurs sentiments.

Écrit par : Michel Sommer | 02/02/2011

La grandeur est encore plus vraie quand on y ajoute un "e"...

Écrit par : Michel Sommer | 03/02/2011

Michel, jamais un verts peu luisant soit-il, ne reconnaîtra la moindre maladresse, quand à aller boire un verre avec un vert, c'est un peu redondant, ne trouvez-vous pas ?

Écrit par : Corto | 03/02/2011

Un petit homme vert débarque à Genève. Sa bonne mine le fait passer pour un ange, ses paroles pour un saint. Un beau jour, il arrive qu'un terrien de type solaire, au verbe haut, mais qui ne se prend ni pour un ange ni pour un saint, lui manque de respect. Le suspens n'est pas insoutenable.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 04/02/2011

Je rêve d'un monde où des journalistes s'offusqueraient pareillement des basses calomnies balancées par internet ou media interposés aussi quand ils n'en sont pas la cible... Je rêve, disais-je...

Écrit par : calico | 04/02/2011

Les commentaires sont fermés.