02/02/2011

Mark Muller dans la tourmente

 

Sur le vif - Mercredi 02.02.11 - 17.22h

 

Président du Conseil d’Etat genevois, chargé des constructions, le libéral Mark Muller est dans une passe difficile. Plusieurs affaires concernant son Département ou le Conseil d’Etat (brochure de votations sur l’amnistie fiscale) sont sorties ces derniers jours, parfois sous la pulsion de membres de son propre parti, au sein duquel on cultive parfois jusqu'à l'extase le goût de l’exécution interne.

 

Toute dernière affaire en date, révélée à l’instant par notre confrère Didier Tischler, de « 20 Minutes », un audit accablant pour la gestion immobilière, non celle de la Ville cette fois (la fameuse GIM), mais celle de l’Etat. Le service de gérance du DCTI (Département Muller), doté de 16 personnes, présente d’incroyables anomalies, comme, par exemple, cette villa de 7 pièces louée à un fonctionnaire 950 Fr. par mois pendant vingt ans !

 

L’affaire est sous la loupe de la Commission de gestion du Grand Conseil. A coup sûr, la plus haute autorité politique du Département, l’autorité élue, devra rendre des comptes.

 

A noter que cette affaire surgit en même temps que d'autres polémiques immobilières, relevant autant de la récente Histoire de la Ville (du côté de la rue du Stand) que du canton. Serions-nous en période électorale? Ou dans quelques pulsions - prématurées, mais si excitantes - des premiers signes du printemps?

 

Pascal Décaillet

 


 

 

17:22 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si toutes les accusations sont du même acabit, Mark Müller aura beau jeu de faire valoir qu'il n'est en poste que depuis 6 ans. Son dicastère était aux mains du PS depuis l'inénarrable Grobet. Et comme par hasard, le DCTI est truffé de fonctionnaires très marqués à gauche, et des passe-droits qui vont avec. Contrairement à Mme Salerno qui a remplacé une bonne partie du staff par des gens à elle en arrivant à la ville, Mark Müller a choisi de respecter la continuité républicaine. Peut-être aurait-il du regarder davantage sous le tapis...

Écrit par : Saint-Juste | 02/02/2011

Cher Pascal,
En complément à vos imformations, vous noterez la réponse intéressante du Conseil d'Etat à mon IUE 1075 du 16 novembre 2010 sur l'évolution des locations et acquisitions de locaux par l'Etat:
"il ne nous est pas possible de retracer l'évolution des surfaces
en propriété de l'Etat de Genève. Notre système d'information permet
d'identifier, sous quelques réserves, les surfaces actuellement propriété de
l'Etat, mais ne conserve pas d'historique de ces surfaces." Tout est dit...
Bien à vous
Xina

Écrit par : christina meissner | 03/02/2011

Effectivement le Département des constructions de M.Muller et la Gérance privée de Mme Salerno doivent remettre de l'ordre en réindexant les loyers dérisoires que certains locataires disposent au frais des contribuables depuis des décennies. Il faut savoir que certains individus ou familles de la classe moyenne paient des loyers libres pour un logement au prix du marché, c'est-à-dire 4à 5 fois plus. D'ailleurs à ce propos pourquoi l'administration cantonale et municipale occupent les terrains les pots cet du Canton. Ce sont ces administrations qui devraient sortir du Centre-Ville et laisser place à des logements pour repeupler le centre ville.

Écrit par : Sirène | 03/02/2011

Les commentaires sont fermés.