27/02/2011

Tu ne tueras point, Emmanuel

 

Sur le vif - Dimanche 27.02.11 - 11.39h

 

J’ai déjà, il y a quelques semaines, ici même, parlé d’Emmanuel Kilchenmann. Je l’ai reçu à « Genève à chaud », mais aussi, avec Alexis Favre, au « Grand Oral ». 30 ans, président des Jeunes démocrates-chrétiens fribourgeois, un être issu de Stendhal, de l’époque où existaient encore les grands ordres : l’Eglise, l’armée. Une armature idéologique hors du commun sur les fondements de la démocratie chrétienne européenne. Certains parlent de Léon XIII et de Rerum Novarum (1891) : lui, clairement, les a lus, il les a placés dans un contexte historique, il estime que la Doctrine sociale peut encore avoir des résonances, 120 ans après.

 

Mais Kilchenmann est également capitaine à l’armée. Est-ce, il y a une vingtaine de minutes, l’impétuosité du grenadier qui s’est réveillée en lui ? Invité de La Soupe, répondant à une question d’Anne Baecher sur la  responsabilité morale de l’ancien syndic de Fribourg, l’actuel conseiller national Dominique de Buman, numéro 2 du PDC suisse, dans l’affaire de la caisse de pension de la Ville, c’est sans une once d’hésitation que le jeune ambitieux a déclaré coupable son cher camarade de parti.

 

Cela s’appelle un meurtre en direct. Cela rappelle une constante de la politique : l’ennemi est toujours à l’intérieur du camp, les dagues sont chez les « amis ». Chaban, en avril 1974, en a su quelque chose de la part de Chirac. Mark Muller, à Genève, l’éprouve à ses dépens. L’assassinat en politique, est chose courante. Presque un passage obligé. Mais, avec un tel sang-froid, comme à la Soupe sur le coup de 11.15h, c’est de la belle ouvrage. Il est possible que Dominique de Buman n’apprécie que très moyennement cet homicide dépourvu de toute négligence.

 

Pascal Décaillet

 

11:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Précision annexe, les grands ordres, ce n'est pas exactement la démocratie-chrétienne, très récente, mais plutôt le plurimillénaire tripartisme indo-européen, tel que décrit par Georges Dumézil. Tripartisme par ailleurs ébranlé, voir détruit par les "Lumières" :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonctions_tripartites_indo-europ%C3%A9ennes

Écrit par : Paul Bär | 27/02/2011

Merci d'avoir mentionné le génie linguistique et grand savant humaniste qu'était Georges Dumézil. A lite et à relire avec délectation et profit.

Écrit par : Mère-Grand | 27/02/2011

Dans les années 1945 1950 le livre de chevet de la jeunesse chrétienne sociale aujourd'hui démocrate chrétienne etait RERUM NOVARUM la dctrine sociale de l'Eglise.

Écrit par : chauffat albert | 27/02/2011

Je pensais, peut être à tort, que si l'on adhère au PDC, c'est justement à cause des petites et moins petites caisses !

Écrit par : Corto | 27/02/2011

Dans ce genre de meurtre, il vaut mieux que les dagues soient réelles plutôt que virtuelles. Le face à face Brutus et papa César avec une dague en carton pâte, qui en parlerait encore ? Et qui aurait-on oublié ?
L'avenir politique de Kilchenmann ? Je renonce à chercher un gag à son sujet, il ne le vaut même pas.

Écrit par : Géo | 27/02/2011

Vous oubliez de mentionner que le cadavre le plus chic de la journée, c'est quand même Kilchenmann lui-même, carbonisé par des chroniqueurs par ailleurs assez médiocres. Voir son ambition et toute la mesquinerie qu'elle suppose étalée sur les ondes par la soupe était vraiment édifiant. Le pauvre.

Écrit par : Mat | 01/03/2011

Ce n'est pas parce qu'enfin, un jeune politicien répond sincèrement à une question tendancieuse sans botter en touche, qu'il faut immédiatement y voir une insubordination au parti. Les agissements opaques de Monsieur de Buman son de sa seule responsabilité.

Écrit par : Neo | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.