03/03/2011

Transports

 

Jeudi 03.03.11 - 12.06h

 

Donc, des contrôleurs TPG auraient utilisé de fausses cartes de police pour obtenir toutes sortes de faveurs. Y compris, murmure-t-on, de professionnelles.

Les transports sont payants, c'est sûr. Mais avoir, avec une telle ferveur, réhabilité l'acception racinienne du mot...

Du transport à l'étreinte, nos contrôleurs ripoux auront ouvert des voies. Impénétrables, depuis le Grand Siècle.

 

Pascal Décaillet


 

 

12:06 Publié dans Epigrammes à 3 grammes | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je n'ai pas compris deux choses:
(1) de quelles faveurs les faux-policiers ont pu bénéficier;
(2) sur quelle base de vrais policiers auraient, eux, accès à ces faveurs.

Il y a peut-être deux histoires en une. L'histoire de contrôleurs TPG qui font semblant d'être de la police. Et l'histoire de vrais policiers qui tirent (légalement ou pas) avantage de leur fonction pour obtenir des faveurs - d'où l'intérêt de se faire passer pour policier.

La deuxième histoire est peut-être encore plus intéressante que la première.

Écrit par : Michael Kohlhaas | 03/03/2011

Au fait savez vous ou en sont les Tpg avec leurs nouveau progamme informatique développé depuis 4 ans par une société Portugaise et pour lequel ils ont déjà dépensé plus de 4 millions de Chf et qui ne fonctionne toujours pas ?
Mic

Écrit par : Mic | 03/03/2011

Très, très bon. Merci M. Décaillet pour cette maîtrise du Verbe!

Écrit par : Franck | 03/03/2011

Les commentaires sont fermés.