04/03/2011

Rançon : que savait le Conseil d’Etat ?

 

Sur le vif - Vendredi 04.03.11 - 19.27h

 

Il y a donc eu rançon. La Tribune de Genève, dès hier soir sur son site, nous donne le montant et de nombreux détails.

 

Nous savons maintenant quel a été le comportement du DFAE. Nous devons désormais savoir quel fut, exactement, dans cette affaire, le degré de connaissance du Conseil d’Etat genevois.

 

Il y a eu trop d’écrans de fumée, trop de hautaines leçons de morale, trop de tartufferies, en 2010, au plus haut niveau de l’exécutif genevois, pour que la lumière ne soit pas faite.

 

Il appartient aux différents partis politiques d’interpeller, questionner, se montrer curieux. Le parlement, organe de contrôle du gouvernement, jouera-t-il, tous partis confondus, son rôle? Ou la triste horizontalité des partis au pouvoir, où la barbichette est souveraine, sauvera-t-elle une nouvelle fois la mise?

 

La population a droit à des réponses claires et précises. Il ne suffira pas, cette fois, de se draper dans la raideur et l’arrogance. Ni d'envoyer d'obscurs spadassins pour brouiller les pistes.

 

Pascal Décaillet

 

19:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ou bien on favorise des valeurs (par exemple, la valeur de l'honneur), ou bien on favorise le marché, l'économie, le fric, le pétrole, nos investissements dans un pays gouverné par des voyous. Dans une situation de marché, il faut payer pour ce qu'on veut avoir, c’est la règle. Le Conseil fédéral , après plusieurs erreurs, a voulu favoriser le marché ; il a payé. Voilà.

Écrit par : Jean Romain | 04/03/2011

Reste à prouver si se draper dans le linge sale des autres relève d'un sens aigu de l'honneur. D'innombrables obscurs spadassins sont toujours prêts à "opportunistement" défendre la "valeur" de la haine importune, en Suisse, et la question se pose: quelle Suisse veut-on ? Les voyous étrangers sont si rentables économiquement ou comme faire-valoir, je veux bien, mais un état voyou, ici et maintenant, cela dérange en fin de compte si peu...

Écrit par : calico | 05/03/2011

Les commentaires sont fermés.