07/03/2011

Une nouvelle alliance se dessine à Vernier

 

Sur le vif - Lundi 07.0311 - 16.18h

 

Deuxième commune du canton de Genève, cinquième de Suisse romande, Vernier a une vie politique passionnante. Et, il faut bien le dire, le trio exécutif le plus croquignol depuis le Concile de Nicée sur la Trinité.

 

A six jours des Municipales, quelque chose, dans la politique verniolane, est en train de bouger. Les blogs, ici même, de Stéphane Valente et d’Antoine Bertschy laissent clairement entrevoir une contre-attaque majeure au projet de « front républicain » du libéral Pierre Ronget contre l’élu exécutif MCG Thierry Cerutti.

 

La contre-attaque ? Un front UDC, MCG, radicaux et PDC ! Bref, toute la droite, sauf les libéraux, jugés félons pour avoir été beaucoup trop à gauche, depuis trois ans, sous l’empire de Pierre Ronget.

 

Officiellement (blog Valente), ce front se concentrerait sur la question des citernes. D’après nos renseignements, il est loisible d’imaginer qu’il pourrait s’étendre à une véritable alliance politique, en vue du tour exécutif, le 17 avril.

 

Pascal Décaillet

 

16:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

On pourrait appeler cela "l'alliance des citernes"... avec un nom comme cela elle ne peut qu'être fructueuse...

Écrit par : Truffe | 07/03/2011

Comme c'est dommage que cette alliance soit seulement faite à Vernier et pour ces élections-ci.
La droite devrait être unie, bon sang !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07/03/2011

Et bien en tant qu'habitant de Vernier j'en suis bien heureux... peut-être que pour une fois il y aura du changement....

Écrit par : bic | 07/03/2011

Toute la population de Vernier s'accorde pour dire que les citernes sont en effet un problème majeur pour le développement urbanistique, voire économique, de la commune. Toutefois, il est utopique de demander le déplacement de celles-ci en 2012... quand les pétroliers bénéficient d'un droit de superficie encore valable au moins 20 ans. Et où mettre les cuves de kérosène, si ce n'est à proximité de leur principal client, soit l'Aéroport ?!
L'initiative n'a malheureusement qu'un but électoraliste (pourquoi sort-elle sinon maintenant ?)
Les LIBÉRAUX l'ont bien compris et refusent de cautionner un texte irréaliste. A l'inverse, et avec l'appui de toute la Droite - mais leurs partenaires ont dû l'oublier... - ils se sont clairement exprimés contre la construction d'une centrale chaleur-force au Lignon, ceci en opposition aux socialistes.

Écrit par : Roger Bouvier | 07/03/2011

@Roger Bouvier
Cela n'a rien à voir avec le droit de superficie et sa durée. La zone est maintenant une zone d'habitation, impropre à abriter des citernes contenant des matières dangereuses. Son affectation doit donc être changée et l'entreposage d'hydrocarbures interdit. Il en va de la sécurité de la population, qui doit passer avant les intérêts de M. Kadhafi. Je constate que le PLR, non content par son magistrat Longchamp de poursuivre Eric Stauffer, qui a osé dire ce qu'il fallait penser de m. Kadhafi, apporte un soutien au dépôt d'hydrocarbures en pleine zone d'habitation pour ne pas nuire aux intérêts économiques du clan Kadhafi dans Tamoil.

Écrit par : Sebastien | 09/03/2011

@ Sébastien

Je vous rejoins pleinement quand vous dites que de telles zones de réserves d'hydrocarbures ne doivent pas être situées en pleine zone urbaine. Soit dit en passant, il en va de même pour l'usine à gaz, déplacée au Lignon au début du XXe en plein no-man's land.

C'est un problème bien connu et répertorié. On en parlait déjà au sein du parlement des jeunes de Vernier quand Valérie Scollo en était présidente, il y a plus de 15 ans !

Concernant le Libyen, ne mélangez pas tout. Que je sache, ce sont l'ensemble des cuves qui nous posent problème. Pas seulement celles de Tamoil ! Que M. Valente, pour les raisons que l'on sait, en veuille à un certain clan, c'est son choix. La population verniolane attend de ses autorités communales et cantonales qu'elles veillent à leur protection. Le fait que M. Valente ait publiquement attiré l'attention sur une faille dans la sûreté de l'accès à un site sensible, c'est de l'inconscience. Il aurait dû s'adresser au Conseil d'Etat discrètement (maintenant, peut-être l'a-t-il fait et n'a-t-il pas eu de réponse ?)

Écrit par : Roger Bouvier | 10/03/2011

Les commentaires sont fermés.