12/03/2011

Révélation Carasso

 

Samedi 12.03.11 - 11.13h

 

Il fait tout juste. À peine le verbe est-il un peu long, mais c’est de famille. Calme, réfléchi, intériorisant ses ébullitions, contemplant l’ennemi avec douceur pour mieux l’ajuster, le président des socialistes en Ville de Genève, Grégoire Carasso, est une révélation politique. Il ira loin. Nullement pressé, ce Don Quichotte apaisé prend le temps de construire, livre un combat après l’autre. Par exemple, la campagne de son parti pour les Municipales de demain. Sur fond de rivalité, silencieuse à l’arme blanche, avec les Verts.

 

Grégoire Carasso, 30 ans, adjoint au rectorat de l’Université de Genève, est un homme cultivé, avec qui on peut parler Histoire contemporaine, Europe, systèmes politiques des pays qui nous entourent. Il a étudié guerres et traités, connaît le tragique de l’Histoire, parle simple et clair. Juste un peu long. Mais c’est de famille.

 

Grégoire Carasso ne pratique pas l’assistance au suicide. Lorsqu’un adversaire, en direct sur un plateau télé, décide de mettre fin à ses jours, il le laisse tendrement couler son destin. Il le regarde se noyer, jusqu’à l’ultime ondulation, sur le bleu moiré du lac. Alain de Kalbermatten, son homologue PDC dans la campagne, lui propose, en pleine bataille et à trois jours de l’échéance, une paix séparée (très appréciée de ses collègues de l’Entente…), « pour contrer le MCG ». Avec douceur, il la repousse. La Chapelle Sixtine s’écroule, il demeure de marbre. Vivre et laisser mourir, l’une des clefs de la survie politique.

 

Dans le même débat, interrogé sur la différence de vitalité entre les socialistes de la Ville et ceux du Canton, non seulement il confirme, mais enfonce. Exécute. Le tout sans la moindre voyelle de violence, chaque syllabe sur le même ton que l’autre, la petite musique de la sentence, juste déclinée. « Il faudra qu’après ces élections, nous en tirions les conséquences ». Le meurtre, en silence, douillet comme un oreiller de plumes. La mort blanche. Le talent.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

11:13 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.